Dons emmaüs

A Livr'Ouvert

171b bd Voltaire, 75011 Paris.
Latitute/longitude: 46.75984 1.738281

Tel: 09.52.65.38.67

Le lundi de 12h à 19h et du mardi au samedi de 10h à 19h30.

Mail: contact@alivrouvert.fr

Verbatims et recommandations...

L'art des listes de Dominique Loreau - Ed. Poche Marabout

Émetteur du verbatim: François C.

La liste nous donne une voie d’accès directe à l’exploration illimitée de notre vie.

Listes: en apprenant à les systématiser, à les aimer et à en tirer intelligemment parti, nous pourrions vivre plus simplement, plus légèrement et plus intensément.

Notez tous les thèmes de listes à faire et les exercices recommandés.

ÉCOLALISTES (> 2000 listes)

Haïku : une simple juxtaposition de mots, sans logique linéaire.

Journal: faire de cette expérience de débroussaillage personnel une expérience stimulante et revigorante/garder trace de tous les cadeaux que nous offre l’existence.

Les listes pour se simplifier… les mécaniques de l’ordinaire

Chaque «aujourd’hui» bien vécu transforme «hier» en un souvenir de bonheur.

Posséder le moins de choses possibles / ne garder que les infos utiles.

L'art de l'essentiel de Dominique Loreau - Ed. J'ai lu

L'art de l'essentiel ; jeter l'inutile et le superflu pour faire de l'espace en soiÉmetteur du verbatim: François C.

ÉLIXIR VITAE DU DÉSENCOMBREMENT

  1. Au quotidien

Avec peu, on peut vivre le présent à l’infini.

Supprimer tout ce qui est superflu est peut-être la première étape vers la guérison.

Simplifier jusqu’à ce qu’il n’y ait plus rien à retirer, excepté ce qui apporte le confort au corps et à l’esprit.

Lorsque nous ne pouvons plus choisir, nous encombrons.

En refusant de posséder, vous n’éprouverez plus ni avidité, ni convoitise, ni envie, ni avarice, ni jalousie.

  1. Dans le mental

L’élégance MUJO, c’est d’abord avoir la possession de soi, savoir qui l’on est, être en paix avec soi-même. C’est développer ses propres goûts, redécouvrir sa propre imagination et sa propre créativité… C’est voir les choses de son propre point de vue.

Le taoïste pratiquait l’art de prendre soin et d’entretenir son énergie vitale… “Se promener dans la vie “, suivre le courant de la nature, voilà comment il veillait à ne pas gaspiller son énergie dans les pensées et les émotions. Flotter dans la sérénité, rechercher l’harmonie en toutes choses, voilà ce qu’il s’efforçait de maintenir pour devenir éternel et laisser partir sans regret, le moment venu, son corps physique comme une vieille loque dont il n’aurait plus besoin.

  1. Plus de joie de vivre

La sérénité découlant du lâcher-prise

Ne plus avoir peur de perdre ses possessions

PRÉPARATION AU DÉSENCOMBREMENT

  1. Le tri identitaire

C’est en sachant exactement qui l’on est et en vivant selon ses propres besoins que l’on acquiert un style et un mode de vie vraiment personnel et original. Si nous nous connaissions réellement, non seulement nous aurions moins de choses, moins de besoins, mais plus de style.

  1. Prendre conscience des obstacles

Qu’il s’agisse de nourriture, d’habillement ou d’habitat, la simplicité dans les goûts est aussi une source d’indépendance et de sécurité. Plus vous vivez simplement, plus vous avez de sécurité pour le futur. Vous êtes moins à la merci des surprises et des revers de situation.

Nous ne possédons rien, en vérité, si ce n’est l’usage de notre corps, de nos sens et de notre esprit. Nous n’aurons jamais assez de toute une vie pour exploiter le potentiel illimité d’enchantement qu’ils nous offrent: la grâce du danseur, la souplesse de l’acrobate, le regard de l’artiste, la joie de l’athlète dépassant son propre record, la subtilité du gourmet, la sensibilité du musicien…

Seul l’être humain se plaint de la nature transitoire des choses. Voilà l’origine de la souffrance. Ce n’est que dans ce continuel devenir, dans cette constante transformation que nous pouvons trouver la joie.

La mort signifie que le passé doit être abandonné, que l’inconnu ne peut être évité, que «je» ne peut perdurer et que rien ne peut être finalement fixé…En retenant sa respiration, un homme la perd. En la laissant aller, il la trouve.

Quand stocker à outrance devient un problème

Le hoarding (thésaurisation): acquisition et échec à se défaire d’un grand nombre de possessions ou d’infos qui semblent inutiles et sans valeur.

PASSER A L’ACTION

  1. L’inventaire du logis

  2. Les techniques

La technique des cartons ou des sacs: jeter, donner, revendre, recycler, rendre, faire nettoyer, réparer…

LE FUTUR DE L’EUROPE SE JOUE EN AFRIQUE de Jean-Luc BUCHALET & Christophe PRAT - Ed. Eyrolles 2019

Le futur de l'Europe se joue en Afrique Émetteur du verbatim : François CORNEVIN

I. L’AFRIQUE ET L’EUROPE: UNE LONGUE HISTOIRE COMMUNE

1. 1884 : l’année où l’Europe s’est partagé l’Afrique

La quasi-stagnation de la population africaine au XIXème siècle résulte en partie de la traite des noirs.

Une colonisation française tardive

La conférence de Berlin (1884) scelle le destin de l’Afrique, sans que les Africains n’aient eu voix au chapitre…Les frontières ont été tracées par des bureaucrates qui n’avaient jamais mis les pieds en Afrique et qui, en divisant sans nécessité des zones historiques homogènes, des royaumes et des tribus, ont ignoré les identités ethniques et religieuses qu’ils recouvraient.

Le découpage de l’Afrique par les Occidentaux explique en partie les conflits ethniques, géographiques et religieux actuels.

2. Ce qui se cache derrière les tensions territoriales d’aujourd’hui

On dénombre de multiples guerres ou conflits dits « de basse intensité » comme en Libye, en Egypte, au Soudan, au Nigeria, en Erythrée, en Somalie, en République centrafricaine, au Mali, en République démocratique du Congo, au Sahel, au Darfour…

Les présidents, portés par l’euphorie des indépendances, ont sacralisé l’intangibilité des frontières héritées de la période coloniale.

3. Pourquoi l’Afrique a-t-elle pris tant de retard par rapport aux autres continents ?

L’histoire de l’humanité peut se résumer à la distinction entre les populations qui ont maîtrisé l’agriculture et l’élevage des gros mammifères, et les autres.

Au sein du continent africain, les écarts sont considérables, l’Afrique constituant un immense « patchwork ». En 2016, la part du revenu national détenue par les 10% des individus les plus riches de la population était de 54% pour l’Afrique subsaharienne…Les écarts de patrimoine sont tout aussi importants que les écarts de revenu…L’émergence d’une nouvelle classe d’ultra-riches en Afrique ne peut plus être niée, alors que de nombreuses régions du continent sont en proie à de violents conflits et à une extrême pauvreté.

L’Eurasie prend son envol, l’Afrique accumule le retard.

Le basculement du pouvoir vers l’Europe entre 1750 et 1850…Ce n’est pas un hasard si la science et le capitalisme forment l’héritage le plus important de l’impérialisme européen…Avec la quatrième révolution industrielle, celle de la robotique et de l’intelligence artificielle, il est à craindre que le retard de l’Afrique vis-à-vis des pays riches ne se comble pas.

4. Depuis des siècles, une économie africaine qui peine

De 1950 à 2001, date de l’entrée de la Chine à l’OMC, le continent africain voit son niveau de vie relatif par habitant mondial passer de 43 à 25% (contre 20 à 60% pour l’empire du Milieu).

La déconnexion de l’Afrique par rapport au reste du monde à la sortie de l’indépendance a entraîné un décrochage de son poids économique mondial malgré un léger redressement en fin de période (2,8% du PIB mondial aujourd’hui contre 1,9% en 1980). Minée par de nombreuses guerres civiles et conflits interreligieux, l’Afrique a été l’otage de la confrontation entre l’Est (communiste) et l’Ouest (capitaliste) jusqu’à la chute du mur de Berlin.

II – LE PATCHWORK AFRICAIN POSE PROBLEME… ET OFFRE DES SOLUTIONS

5. Des écarts de richesse gigantesques entre États

Le PIB courant de l’ensemble du continent est de seulement 2 251 milliards de dollars, soit inférieur au PIB français (2 583 milliards de dollars) et loin derrière le PIB chinois (12 237 milliards de dollars).

Le continent totalise cinquante–quatre pays dont les caractéristiques économiques, démographiques et géographiques sont totalement différentes…En réalité, il existe quatre Afrique : celle des pays exportateurs de matières premières qui pèsent énormément (68,1% du PIB africain) avec le Nigeria, l’Algérie, l’Angola, la Libye, la République du Congo, le Gabon, le Tchad…mais qui sont peu nombreux (14 sur 54) ; celle des pays diversifiés dont le poids économique est faible (en dehors de l’Afrique du Sud) et qui pèsent ensemble autour de 34,7% du PIB africain : le Maroc, la Tunisie, le Cap-Vert, l’île Maurice…(11 sur 54) ; celle des pays en transition comme le Kenya, le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Ghana ou le Cameroun, qui forment le groupe le moins nombreux (10 sur 54 avec un poids du PIB de 11,9% ; et enfin, celle des pays en pré-transition (les plus nombreux, 24 sur 54 avec un poids du PIB de 14,6%) comme l’Ethiopie, la République démocratique du Congo, la Guinée, le Rwanda, le Mali…

Le potentiel de rattrapage, et donc de croissance, de nombreux pays africains est considérable, à condition toutefois qu’ils évitent la guerre civile (Libye, République centrafricaine, Soudan…), les conflits interethniques (Rwanda, Côte d’Ivoire…), les conflits religieux (Nigeria, Centrafrique, Kenya…) et la montée des intégrismes (Niger, Mali).

Les pays qui ont connu les plus fortes croissances depuis 2001 ont été pour l’essentiel des producteurs de matières premières, à l’exception de l’Ethiopie et du Rwanda.

Mayotte face à une immigration massive en provenance des Comores.

L’Ethiopie: un potentiel de croissance parmi les plus élevés.

Le Liberia et la Guinée enfermés dans la violence et la pauvreté.

« Madagascar, l’invraisemblable désastre économique »…Une économie de rentes et de « rapines » s’est installée à la tête de l’Etat au profit d’une « hyper-élite » de 10 000 personnes, intéressées seulement à faire prospérer leur fortune au détriment de l’ensemble du peuple malgache.

Le développement humain (PIB par habitant, espérance de vie à la naissance, niveau d’éducation et niveau de vie) : un objectif encore lointain…L’un des facteurs essentiels au développement économique durable et inclusif est l’investissement dans la santé et l’éducation…L’Afrique reste à la traîne dans ces deux domaines.

6. La « malédiction » des matières premières

L’ensemble des investissements a majoritairement été dirigé vers les ressources minières, asséchant littéralement les autres secteurs d’activité. Et, comble du désastre, les activités minières, pétrolières et gazières ont été faiblement créatrices d’emplois.

Le Nigeria, déstabilisé par la chute des cours du pétrole.

L’Algérie au bord du chaos…Le pays paie aujourd’hui les conséquences des décennies du « tout pétrole »…Ce pays de 40 millions d’habitants aux portes de l’Europe est au bord de l’asphyxie. Seules une restructuration profonde, une lutte massive contre la corruption et une diversification économique peuvent le sauver d’une fragmentation sociale.

L’Afrique du Sud : un lent déclin…La corruption de la classe politique noire atteint des sommets…Le pays détient le triste record du nombre de personnes vivant avec le VIH : 7 millions, soit 19,2% de la population.

L’Egypte : Sissi tout puissant…Le déficit budgétaire reste proche de 10% du PIB et le service de la dette représente quasiment un tiers des dépenses publiques. Le chômage des jeunes est proche de 40% dans certaines régions.

Purge anticorruption en Angola…Joao Lourenço dépèce méthodiquement le système affairiste mis en place par son prédécesseur, José Eduardo dos Santos.

Une croissance bloquée, empêchée…La Chine est quasiment le seul pays émergent dont la croissance endogène a réellement contribué à la croissance réelle du pays. En simplifiant, la croissance chinoise a été tirée par une politique de l’offre efficace, alors que, pour la plupart des autres émergents, l’activité a été tirée par une très forte croissance de la demande intérieure, par la hausse des prix des matières premières et l’évolution favorable du taux de change.

7. Face à une économie non diversifiée

L’industrialisation poussive du continent a amené la part de la production manufacturière à seulement 9% du PIB.

La difficulté de faire des affaires en Afrique.

Le mirage d’une classe moyenne…En retenant une fourchette moins large et plus réaliste, comprise entre 4 et 20 dollars de revenu par jour, on tombe à 135 millions de personnes, soit 14% des Africains.

(Rapport Banque mondiale) Il estime qu’en 2012, 388 millions de personnes, soit 43% de la population d’Afrique subsaharienne, vivaient dans une grande pauvreté.

8. Sécheresse, incendies, inondations et ouragans à tout-va

L’Afrique est en train de s’assécher…Le développement agricole de l’Afrique est lesté par la lutte pour l’accès aux ressources en eau.

L’exportation d’»eau virtuelle » vers les pays riches…Les trois quarts des pays arabes vivent en dessous du seuil de pénurie, établi à 1000 m3 par an par habitant, et près de la moitié se trouvent dans une situation extrême avec moins de 500 m3. Sans gestion durable, le monde devra faire face à un déficit hydrique global de 40% d’ici à 2030.

9. Une affaire d’eau, un problème politique

La gouvernance et la volonté politique sont les principaux obstacles au développement sur le long terme de cette région.

Des ressources forestières fortement dégradées…De 2000 à 2015, l’Afrique a perdu 8% de sa surface forestière, soit 530 000 km2, quasiment la surface d’un pays comme la France.

Déboisement et exportation de bois précieux vers la Chine.

La destruction des savanes arborées accentue la désertification.

L’accélération de la dégradation des sols…Dans les zones arides d’Afrique, les gens endurent déjà la pauvreté, l’insécurité alimentaire et des taux de mortalité élevés. Ces difficultés sont exacerbées par la dégradation des terres et la désertification et causent des migrations et des conflits.

Explosion démographique et ressources alimentaires…Le problème majeur pour l’Afrique est d’acheminer les produite agricoles de leur lieu de production vers les lieux de consommation : 40% des récoltes pourrissent sur pied faute d’infrastructures de transport et de stockage suffisantes, alors qu’un cinquième de la population en Afrique subsaharienne souffre de malnutrition.

Une sous-consommation d’engrais.

Des « déplacés climatiques » toujours plus nombreux.

10. La démographie galopante ne doit pas être une fatalité

Histoire de la population mondiale : une évolution exponentielle…Ce taux de fécondité varie de façon extrême entre 1,7 au plus bas pour la Chine et 7,3 au plus haut au Niger, et une moyenne mondiale de 2,5 en 2017.

L’Afrique : le continent le plus peuplé du monde…Sa population dépassera 1,3 milliard en 2018 (17% de la population mondiale), et devrait doubler d’ici 2050 pour atteindre 2,5 milliards (26% de la population mondiale).

Une métropolisation en pleine expansion qui fait le lit de la pauvreté…Aucune planification à long terme n’est vraiment pensée, les infrastructures sont souvent obsolètes, inefficaces ou parfois totalement inexistantes…La corruption serait la première cause de l’inaction des autorités. Ces immenses décharges tuent les populations à petit feu en empoisonnant l’air, l’eau et le sol, et attisent la criminalité. Ces bidonvilles sont des zones de non-droit composées d’habitations extrêmement fragiles, surpeuplées et non reliées aux réseaux d’eau potable et d’assainissement.

Le défi de la formation…Les économies africaines vont devoir créer 29 millions d’emplois par an et scolariser 300 millions d’enfants d’ici 2030 pour permettre à tous ces futurs actifs de trouver un emploi.

La « fuite des cerveaux » est réelle. Plus de 10% des diplômés africains vivent et travaillent sur un autre continent.

Surpopulation : risques environnementaux et politiques…Il y a un risque sur le Nigeria qui pourrait devenir le prochain Rwanda : sa population devrait dépasser 794 millions d’habitants d’ici la fin du siècle (contre 191 millions en 2017), alors que sa superficie est de seulement deux fois celle de la France. La croissance démographique est aussi la source de grands déséquilibres.

Vers le contrôle des naissances et le planning familial ?…L’accès à la contraception reste le problème majeur.

La misère, ferment de l’émigration…Le choc migratoire est certain. Le continent africain fait partie de notre destin. Le temps est fini où le développement de l’Afrique pouvait être considéré comme un sujet de faible impact sur l’Europe. L’Afrique doit devenir notre partenaire privilégié et notre priorité stratégique.

Aide au développement et politique…L’industrie de l’aide est concurrentielle…Seuls 15 pays africains sur 54 peuvent être considérés comme réellement démocratique avec au moins une alternance depuis 1990.

Un tiers des dirigeants africains ont plus de 70 ans, et certains de ces pays sont menacés d’instabilité du fait de la santé déficiente de leurs responsables.

Les téléphones portables pourraient devenir le creuset d’une radicalisation du continent…Les inégalités et la marginalisation de certains groupes sociaux sont aujourd’hui ressenties avec beaucoup d’acuité.

III – AFRO-PESSIMISME VERSUS AFRO-OPTIMISME : QUEL AVENIR POSSIBLE ?

11. Mettre en œuvre un plan Marshall pour l’Afrique

Une dilution de l’aide au développement…Pourquoi les quelque 1000 milliards d’aide publique au développement en Afrique au cours des cinquante dernières années n’ont-ils pas eu les effets escomptés et surtout n’ont-ils pas amélioré de façon significative les économies africaines ?…on a assisté à « une distorsion de la concurrence, à une corruption des classes dirigeantes, à une administration pléthorique » qui ont aggravé les tensions ethniques pour le partage du « butin ».

Un retard chronique de l’investissement…Hormis quelques poches de croissance, le continent peine à décoller…Des progrès ont été réalisés mais on est très loin des 105 milliards de dollars par an que l’Afrique devrait consacrer pendant une décennie pour combler son retard. Les infrastructures sont un immense frein à la croissance…Seulement 35% de la population a accès à l’électricité et 30% à des services de santé.

12. L’espoir d’une solution : la création d’une zone de libre-échange

(mars 2018) La ZLEC (zone de libre-échange continentale) vise à établir un marché unique pour les biens et les services incluant la libre circulation des personnes et des capitaux concernant l’ensemble des pays de l’Union africaine.

L’initiative n’est cependant pas sans risques pour les Etats car elle peut provoquer une baisse importante des recettes budgétaires. Les droits de douane sont en effet l’une des principales ressources financières des Etats africains. Le commerce fait vivre des milliers de personnes aux frontières de certains pays.

Le problème de la corruption et de la lourdeur bureaucratique des procédures douanières doit être résolu car il constitue le principal obstacle à la circulation des biens.

13. Chinafrique : une opération de séduction

La Chine enterre la « Francafrique »…L’œuvre de corruption de ce réseau politico-affairiste que l’on nomme la « Françafrique » a préparé le terrain à la Chine qui, elle aussi, sait agir en eau trouble.

Mais y a-t-il une vraie volonté des 27 de mener une politique africaine ? La Chine, évidemment, n’a pas le même problème, et sa stratégie est efficace : l’Etat finance d’énormes contrats, souvent à perte.

L’Ethiopie, symbole de la « Chinafrique »…L’empire du Milieu est la locomotive de l’ambitieux programme d’industrialisation accélérée du pays..

Le Kenya : le poids de la dette chinoise…Le coût des projets d’investissement semble très élevé car il intègre une part importante de pots-de-vin…Nairobi doit rapidement contenir son endettement et financer une plus grande partie de ses dépenses par l’augmentation de ses revenus.

Les grands groupes chinois à la conquête de l’Afrique… »Les Chinois nous offrent du concret et l’Occident des valeurs intangibles. Mais ça sert à quoi la transparence, la gouvernance, si les gens n’ont pas d’électricité, pas de travail ? La démocratie ça ne mange pas » Serge Mombouli

Routes de la soie : des Etats pris au piège du surendettement…Jamais un bailleur de fonds n’a avancé autant d’argent sans exigences morales, sans tutelle, et à des conditions aussi avantageuses.

A quand la prochaine crise de la dette africaine ? Le Premier ministre malaisien a mis les pieds dans le plat en dénonçant ouvertement le néocolonialisme chinois.

Dire non à la Chine…Après avoir incarné le partenaire providentiel et fraternel, capable de tous les miracles, la relation africano-chinoise se banalise et parfois tourne au vinaigre.

14. La quatrième révolution industrielle peut-elle sauver l’Afrique ?

L’émergence d’une Afrique 4.0 est bel et bien amorcée…Près de 80% des habitants de l’Afrique subsaharienne devraient avoir accès à des téléphones mobiles d’ici 2020.

Plus de la moitié des investissements dans la quatrième révolution industrielle se concentrent sur quelques Etats : le Nigeria, le Kenya, le Ghana et l’Afrique du sud, ainsi que l’Afrique du Nord (Tunisie, Maroc et Egypte). L’enjeu est de les élargir à tous les pays du continent.

Infrastructures déficientes, problèmes de sécurité, sous-bancarisation, faible pénétration d’Internet : la complexité est au cœur de ces nouveaux métiers.

Conclusion : Un avenir moins florissant que prévu

L’Afrique renoue avec un endettement massif, proche de ce qu’il était avant les annulations de 2006. Certains investisseurs craignent le retour aux heures sombres des années 1980 et 1990.

Ralentissement…Les difficultés dans le transport, secteur stratégique, persistent. Le creusement des inégalités constitue aussi un frein considérable au développement avec des paysans dépossédés de leurs terres, des problèmes de santé et la montée des extrêmes religieux.

La lutte contre la pauvreté est indissociable d’une lutte contre l’inégalité. L’investissement dans la santé, dans l’éducation et la formation est essentiel pour sortir de ce cercle vicieux.

Une trajectoire ouverte…La faillite de certains Etats a favorisé la montée de l’islamisme radical. Celui-ci menace sérieusement le continent africain, bien qu’il n’ait rien à proposer concernant le monde futur en gestation, les nouvelles technologies, le réchauffement climatique…L’instabilité politique en Libye, au Sahel, au Nigeria, au Soudan du Sud, en Afrique centrale ou en Somalie…est une menace systémique pour l’Afrique et l’Europe aussi bien avec le terrorisme qu’avec le trafic des migrants.

De nombreux freins au développement africain persistent. Le plus important est certainement l’insuffisance d’infrastructures, et avant tout le secteur de l’énergie…En 2015, près des deux tiers de la population n’avaient toujours pas accès à l’électricité, préalable indispensable à l’accès à l’eau potable, au développement de l’agriculture et de l’industrie, et à l’économie de la connaissance. La situation se détériore sous la pression démographique…L’Afrique doit devenir notre priorité. Le futur de l’Europe se joue en Afrique.

*

Les filles au chocolat, tome 1, Cœur Cerise de Cathy Cassidy - Nathan et Pocket Jeunesse

Les filles au chocolat T.1 ; coeur ceriseFiche de lecture d’Antoine:

 Résumé: Cherry Costello est une fille de 13 ans à qui la vie n’a pas souri. Elle a perdu sa mère à 4 ans, ses camarades la méprisent, et personne ne comprend ses histoires de rêves et tout le monde pense qu’elle ment. Son rêve le plus cher se réalise enfin: son père a retrouvé une copine (Charlotte Tanberry). Elle va pouvoir avoir une nouvelle famille et une “nouvelle maman.” Malheureusement, cela est plus compliqué que ce qu’elle pensait car Honey Tanberry ne l’accepte pas et accepte encore moins le père de Cherry (Honey est triste depuis le départ de son père et n’accepte pas que sa mère ait un nouveau mari. Elle rejette donc encore plus sa mauvaise humeur sur Paddy et Cherry) Cherry va aussi tomber amoureuse de Shay, le petit copain de Honay… Réussira-t-elle à se faire accepter, voire apprécier, par ses quatre nouvelles demi-sœurs?

Avis: Ce roman démontre que la séparation de deux parents n’est pas facile et que les enfants peuvent parfois avoir du mal à l’accepter. C’est dur de se retrouver seul à éduquer un enfant mais même si deux membres d’une famille ne s’entendent pas bien, ils forment une famille. Avoir de l’imagination n’est pas un défaut et on ne choisit pas de qui on tombe amoureux et que quoi qu’on fasse, notre famille nous aime. 

Identité du personnage principal: Cherry Costello, 13 ans. Timide, à l’écart, secrète, débordante d’imagination, confond le rêve et la réalité. Elle est née à Glasgow en Ecosse et ses parents se nomment respectivement Paddy et Kiko Costello. Elle est petite, mince, la peau café au lait, les yeux noirs en amande, les cheveux noirs raide avec une frange qu’elle attache souvent avec deux petits chouchous. Son style vestimentaire se compose de jeans skinny, moulants et de toutes les couleurs et de tee-shirts à motifs japonais. Cherry aime les fleurs de cerisier, les roulottes de gitans, les histoires, passer son temps à rêver et les sodas. Son principal problème est qu’elle est amoureuse du petit copain de sa demi-sœur. 

* Oui la précédente fiche de lecture d’Antoine portait sur le tome 2 des Filles au chocolat, Cœur Guimauve. Que voulez-vous, on aime vous jouer des tours… Alors, pour nous faire pardonner, voici l’avis de notre super lecteur sur le tome 1 des Filles au chocolat, Cœur Cerise! Promis, la prochaine fois on vous présente le troisième tome (enfin, seulement si vous êtes sages…) 

ENTRE DEUX MONDES d'Olivier NOREK - Ed. Pocket 2017

Entre deux mondes Émetteur du florilège : François CORNEVIN

Ses avenues bordées de voitures brûlées ou explosées et dans ce chaos, parmi la police, les militaires, dans le bruit des véhicules tout-terrain de l’armée et des chars, une population terrifiée et résignée qui continuait de vivre comme on joue à la roulette russe.

À longueur de mois et d’années, prisonnier après prisonnier, poser des questions, extirper des réponses, par la peur, la menace et la violence, encore et encore.

Il n’avait pas imaginé la rencontrer en personne, flottant dans ce hangar, comme cette odeur pestilentielle de sang, de chair, de putréfaction et de vêtements souillés d’excréments. Devant lui, sur une immense bâche en plastique, s’étalaient en rangées ordonnées près de trois cents cadavres à la peau grise, au visage déformé et aux postures contrariées.

Dans l’embarcation, deux cent soixante treize migrants. Ages, sexes, provenances, couleurs confondus. Ballotés, trempés, frigorifiés, terrorisés.

Un chauffeur routier, le visage en sang, le regard perdu, sur une autoroute, en pleine nuit. La vidéo tremble, des flics, des pompiers, le camion couché dans un fossé sous les lumières des gyrophares.

De là où il se trouvait, personne n’aurait pu dire de quoi était fait le sol, chaque espace libre étant occupé par des tentes et des baraquements fragiles, faits de métal rouillé par la pluie, de morceaux de bois et de bâches en plastique. Toutes ces habitations suivaient la courbe des dunes et donnaient l’impression d’un océan agité de vagues de détritus.

Venant des pays les plus éloignés et les plus violents, ils échouaient ici, comme l’écume des conflits de l’Afrique et du Moyen-Orient.

Ombre, c’est comme l’encre explosive dans les sacs de billets de banque. Il tache un djihadiste, qui tache une cellule et nous, on n’a plus qu’à remonter la piste en cherchant les couleurs.

Pour bloquer la file et empêcher le passage, deux migrants crevèrent les pneus du premier poids lourd. Une barre de fer brisa la vitre côté conducteur pendant que les phares étaient fracassés à coups de talon. Le chauffeur se coucha dans sa cabine, les mains sur la tête. Une porte s’ouvrit et il fut tiré par les pieds, jeté au sol et roué de coups. S’en prendre au véhicule de tête permettait de laisser du temps aux autres pour monter dans ceux qui suivaient.

Recruter des candidats au djihad n’était pas le plus compliqué…Mais là où l’expérience devenait nécessaire, c’était pour repérer celui qui n’hésiterait pas. A faire sauter un stade, une salle de concerts, à tirer sur les clients d’un bar en terrasse, à rouler sur la foule d’un 14 juillet et, s’il le fallait, se faire abattre, les armes à la main.

Séparé des siens, il avait réussi à fuir le Soudan à bord d’une camionnette surchargée, avec près de soixante personnes, écrasées les unes sur les autres comme des bûches qu’on empile. Compressés, tout en dessous, deux hommes et un enfant étaient morts étouffés et il avait fallu s’arrêter à la frontière de l’Egypte pour s’en débarrasser.

Ce syrien et cet enfant. Les drames qui les avaient détruits et réunis. Leurs familles quelque part sur la planète, chacun à la recherche de chacun. Les horreurs vécues. Leur solitude et leurs espoirs. La force et le courage de continuer. Et cette Jungle prison.

Dans son dos, des stries boursouflées. Ses mains étaient abîmées comme si elles avaient travaillé toute une vie. Manon n’était pas émue. Enfin, pas seulement. Elle était aussi en colère. Une vraie colère profonde qui grossissait à chaque nouvelle découverte. Sous ses doigts, cette partition de cicatrices racontait la vie de l’enfant.

Elle ne garda dans la fenêtre du viseur que son visage. La texture de sa peau, la profondeur de son regard et, indéfinissable, ce sentiment d’espoir, comme si demain pouvait enfin être un autre jour.

 

*

KAISER KARL de Raphaëlle BACQUE - Ed. Albin Michel 2019

Kaiser karl Émetteur du florilège: François CORNEVIN

Cet homme au carrefour des cercles du pouvoir, de l’argent, des médias et de la mode est resté parfaitement secret.

Il est né le 10 septembre 1933…Ce n’est pas simplement le nazisme que Karl s’efforce d’oublier, depuis. C’est aussi l’anarchie qui a suivi. Les centaines de milliers de réfugiés fuyant l’avancée de l’Armée rouge, à l’Est. Et les ambiguïtés de la fin de la guerre.

Depuis l’hiver 1954, Karl gagne sa vie.

En pénétrant chez Dior et chez Balmain, Saint Laurent et Lagerfeld ont signé leur entrée dans le monde du travail, de l’argent, du succès et aussi du romanesque.

La venue d’Andy Warhol à Paris, au mois d’octobre 1970… Andy Warhol et Karl Lagerfeld, c’est la rencontre d’un monstre médiatique avec un personnage en devenir.

Karl Lagerfeld ne veut autour de lui que la jeunesse, la beauté, le luxe… Il a une obsession du renouvellement permanent, cet aiguillon de la mode.

Le cinéma, la télévision, la rue lui servent pareillement de réservoir à images. Il absorbe, crée et passe au projet suivant . «Je suis une sorte de vampire. Je prends le sang des autres»,explique-t-il.

Karl a ceci de commun avec Jacques: il aime recomposer la réalité à son goût, en adéquation avec son imaginaire et son intérêt… Il montre un talent tout particulier pour dissoudre la réalité dans sa propre légende.

Régulièrement, il fait ainsi place nette entre les différentes périodes de son existence.

Avec ses collaborations pour une trentaine d’autres marques –vêtements, lingerie, chaussures, accessoires, décoration-, il est sans aucun doute le styliste le plus productif de Paris.

Toutes ces fêtes où l’essentiel est de paraître dans ses plus extraordinaires atours paraissent bien loin de la réalité du pays. Mais Karl Lagerfeld y a gagné une réputation d’aristo-punk, de styliste dans l’air du temps, de professionnel rigoureux et de figure de la jet-set.

Chanel est une marque illustre et vieillissante, mais les Wertheimer sont riches. Bien plus que Gabrielle Aghion, la créatrice de Chloé, et les sœurs Fendi réunies… Il a quarante-neuf ans, c’est le moment de changer.

L’ADN de la marque Chanel est un héritage écrasant… Voilà toute la difficulté pour Lagerfeld: on attend de lui à la fois une redite et un changement.

Depuis toutes ces années passées à lire, à collecter des images, à se nourrir de photos et de peinture, il a retenu les ADN de chacun de ses confrères. C’est un homme qui a en mémoire toute l’histoire de la mode depuis les années 20, dit-on.

Désormais, Karl Lagerfeld dessine chaque année huit collections : deux collections de haute couture et deux de prêt-à-porter pour Chanel, deux collections de prêt-à-porter pour Fendi, et enfin deux collections en son nom.

Depuis l’apparition du sida, le monde de la mode et de la nuit –c’est souvent le même- compte ses disparus. Liberté sexuelle, drogue, homosexualité se portaient en étendard dix ans plus tôt, et voilà que les troupes quittent la scène prématurément.

Quel curieux cercle, autour d’un lit d’hôpital! Dans chaque chambre, pourtant, c’est le même assemblage hétéroclite d’anciens fêtards, d’ex-beautiful people et de mères éplorées.

C’est ainsi, l’empereur de la mode entretient autour de lui une cour de fidèles et, à quelques mètres, une file de bannis. Ce sont d’anciennes inspiratrices, des collaborateurs qui ont fini par prendre trop de place, des courtisans d’autrefois qui n’ont pas saisi où se situait la frontière entre la fidélité et la servitude. Maintenant qu’il a perdu l’homme qu’il aimait, sa vie professionnelle lui tient lieu de famille. Et gare à ceux qui cherchent à s’émanciper de sa tutelle.

Chanel, Fendi, KL, Chloé : désormais, il dessine, crée et oriente la communication de quatre maisons, entouré d’une armada de financiers et d’avocats.

Lagerfeld a atteint la soixantaine en 1993, mais, aux yeux de ces nouveaux tycoons de la mode, il est une sorte de modèle préfigurant l’avenir, un athlète complet. Il dessine, crée, communique et, depuis 1987, réalise lui-même les photos de ses modèles pour les press-books et les publicités. Le tout en s’adaptant aux styles des différentes maisons auxquelles il collabore.

C’est peut-être là le premier secret de l’exceptionnelle longévité de Lagerfeld : il a vaincu Saint Laurent à l’endurance.

La jeunesse est une obsession, dans ce monde où, avant même d’atteindre trente ans, un mannequin est jugé fané. Pour Karl Lagerfeld, c’est un défi. Un effort constant pour se tenir aux avant-postes de la modernité.

Le couturier a survécu aux modes, à l’ère de l’industrie, à son rival Saint Laurent et même à Pierre Bergé, mort un an et demi avant lui sans avoir fait la paix. Homme de toutes ses époques, il a surfé sur le superficiel sans se laisser tout à fait entamer par l’acide de la célébrité. C’est dans ce domaine, probablement, qu’il a le mieux réussi. Connu partout, riche et parfaitement seul. Il est, dans le royaume qu’il s’était choisi, le dernier empereur. Kaiser Karl.

*

LE BUG HUMAIN - Pourquoi notre cerveau nous pousse à détruire la planète et comment l’en empêcher de Sébastien BOHLER - Ed Robert Laffont 2019

Le bug humain Émetteur du verbatim: François C.

Nous sommes emportés dans une fuite en avant de surconsommation, de surproduction, de surexploitation, de suralimentation, de surendettement et de surchauffe, parce qu’une partie de notre cerveau nous y pousse de manière automatique, sans que nous ayons actuellement les moyens de le freiner.

Première partie Dans la boîte noire du cerveau

Nous sommes passés d’un monde où chaque individu pouvait planifier son avenir et celui des générations futures à une réalité nouvelle, où le futur est impensable.

La plupart des pays industrialisés sont régulièrement en situation de dépassement des ressources sur au moins cinq des sept grands critères que sont l’exploitation de l’eau, du phosphore, de l’azote, le changement agricole, l’empreinte écologique, la consommation matérielle et les émissions de dioxyde de carbone.

Aujourd’hui, face à la rapidité des changements qui interviennent dans notre environnement et qui vont menacer notre propre existence, nous sommes comme les pilotes d’un avion dont les témoins lumineux hurlent à tue-tête pour signaler un crash imminent, et qui se lanceraient: «Il nous reste deux minutes, on a encore le temps de se préparer un bon café».

Quand un comportement se traduit par de meilleures chances de survie ou de transmission des gènes, qu’il s’agisse de recherche de nourriture, de partenaires sexuels, de statut social ou d’exploration de nouveaux territoires, le striatum est inondé de dopamine et le comportement en question est renforcé.

La grande bouffe

Maîtrisant toujours plus de technologies pour assouvir nos besoins, nous sommes incapables de nous modérer dans l’application de ces technologies, qu’elles aient un rapport à la production de denrées alimentaires, d’automobiles véhiculant un statut social, de sexualité sur Internet, de statut social sur les réseaux du même nom ou d’addiction à l’information continue.

L’image que nous avons devant les yeux est folle: c’est celle d’une humanité qui engouffre 300 millions de tonnes de viande par an ; c’est la réalité d’une consommation qui double tous les vingt ans, i.e. à chaque génération d’êtres humains. Et d’une frénésie qui a eu tendance à s’accentuer encore ces dernières années.

Aujourd’hui, plus de 1,9 milliard d’individus de plus de 18 ans sont en surpoids. Parmi eux, plus de 650 millions sont obèses, ce qui représente environ 13% de la population mondiale. Ces chiffres ont triplé en quarante ans et, en 2030, on s’attend à ce que 38% de l’humanité soit en surpoids, et 20% obèses.

Le vrai maître du monde: le circuit de la récompense

La stimulation directe du système de récompense, dont le striatum constitue un pivot essentiel, plonge l’individu dans un état qui réunit les sensations d’un repas délicieux, d’une expérience sexuelle paroxystique et interminable, et d’une domination sur le reste du monde.

Programmés pour le sexe

Aujourd’hui, 35% des vidéos visionnées quotidiennement sur Internet sont des vidéos pornographiques… Chaque année, 136 milliards de vidéos pornographiques sont visionnées par l’humanité.

Le problème n’est plus la quantité. Le problème est de s’arrêter. Mais les structures profondes de notre cerveau qui fonctionnent à grand renfort de dopamine ne possèdent pas de fonction stop.

Les technologies de la communication pourraient représenter plus de la moitié de la consommation globale d’électricité à l’échelle de la planète en 2030.

Nous ne modifions pas l’ordre de nos préoccupations, et nous préférons voir des corps nus s’accoupler sur des écrans ou des chatons trottiner sur des moquettes angoras, quitte à être confrontés plus tard à des problèmes de première urgence, plutôt que de prendre nos destinées en main.

Atteindre le haut de la pyramide

La fascination pour les célébrités est donc un trait caractéristique des primates… Elle révèle une affinité puissante du cerveau pour tout ce qui se passe en termes de hiérarchie et de comparaison sociale au sein d’un groupe.

La comparaison sociale est un ressort puissant de nos comportements, et est profondément ancrée dans nos gènes ainsi que dans notre fonctionnement mental depuis des centaines de millénaires… Les personnes aiguillonnées par une forte comparaison sociale auront, de fait, accès à plus de biens matériels, de pouvoir et de sexe que les autres.

Grâce à des études génétiques de grande ampleur menées sur l’ensemble du continent asiatique, les scientifiques ont par exemple réussi à retracer toute la descendance du chef mongol Gengis Khan, et à établir ainsi que ce général a engendré au cours de ses conquêtes, environ 0,5% de la population mondiale par le biais de milliers de viols perpétrés sur des femmes qui lui étaient réservées, eu égard à son rang.

Les recherches en anthropologie font apparaître que les hommes de statut social élevé ont généralement plus de rapports sexuels et plus de partenaires que les hommes de statut socio-économique moins élevé.

L’affaire Harvey Weinstein a montré ce que produisait un striatum débridé: un sinistre cocktail de pouvoir et de sexe.

Il existe une force profonde qui nous pousse à vouloir disposer d’avantages que les autres n’ont pas… L’envie de se hisser au-dessus des autres constitue à elle seule un aiguillon fantastique.

Au moment où nous achetons une grosse voiture polluante ou un téléphone portable qui l’est tout autant,… nous vivons une bouffée d’euphorie et notre cerveau se reconfigure pour nous faire sentir ce que c’est que d’être plus haut que les autres.

Le striatum est malléable: monter ou descendre d’un cran dans la hiérarchie sociale enrichit ou appauvrit cette structure cérébrale en récepteurs de la dopamine.

La catastrophe consumériste dans laquelle nous sommes engagés n’existerait pas sans ces deux ingrédients: le cerveau d’un primate et la technologie d’un dieu.

Le citoyen des pays industrialisés achète aujourd’hui 60% d’habits en plus qu’en 2000 et les conserve deux fois moins longtemps.

La fabrication des smartphones ainsi que l’usage récréatif quotidien des moteurs de recherche et le visionnage de vidéos sur Internet sont générateurs de plus de gaz à effet de serre que le trafic aérien de la planète, avec plus de 800 millions de tonnes de dioxyde de carbone émis annuellement.

Ce principe de la création des besoins par comparaison sociale a essaimé par la grâce du miracle de la technologie et du confort. Les encouragements à consommer se focalisent aujourd’hui sur l’engouement de masse pour la technologie, qui table largement sur les comportements d’imitation et de mode.

La bénédiction du chômage

La loi du moindre effort est, juste après la loi de l’alimentation maximale, du sexe à gogo et de la domination, un socle fondamental du comportement animal, et même du comportement d’un animal «évolué» comme l’être humain. Elle est inscrite dans le marbre de votre striatum.

Il suffit de regarder autour de nous pour voir la technologie envahir tous les métiers au point de rendre l’emploi humain progressivement obsolète.

Dans nos sociétés modernes et industrielles, travailler est devenu nécessaire à l’individu s’il désire être doté d’une utilité et d’un rang social. Or, comme nous l’avons vu, le statut social est aussi important pour le striatum que la loi du moindre effort… Conclusion: notre striatum est pris entre deux feux.

Facebook, Twitter ou Instagram sont des machines à fabriquer du statut social virtuel… Facebook est un CV cool et informel destiné à tous. Chacun des deux milliards d’Internautes peut indiquer s’il apprécie ou non ce CV… Facebook a instauré la comparaison sociale sans limite. Vous pouvez passer vos journées à essayer de vous situer par rapport à des centaines de personnes, et c’est ce que font bien des gens.

L’envie d’être rassuré sur sa propre valeur est insatiable… Le virtuel est devenu, pour les masses du monde globalisé, un mode d’existence généralisé.

Informé, surinformé

La libération de dopamine dans le putamen et le noyau caudé, provoquée par la présence d’un stimulus saillant, signale toujours une opportunité intéressante… Le cerveau des primates serait ainsi en quête perpétuelle d’information, prêt à déceler dans son environnement tout indice révélant l’imminence d’un des quatre grands renforceurs primaires que sont la nourriture, le sexe, le statut ou l’absence d’effort.

Mais notre comportement est principalement déterminé par le striatum, et non par la raison. Nous sommes devenus des obèses informationnels, un phénomène désigné sous le nom d’infobésité.

Ce moment où l’on ne sait absolument pas si l’issue sera salvatrice ou destructrice détient la clé de l’addiction au jeu… Fait étonnant : l’activité de ces neurones est optimale dans les situations d’incertitude maximale. Autrement dit, des flots de dopamine et d’excitation sont suscités lorsque le joueur est face à une situation de risque total, d’exposition sans filet, avec autant de chances de toucher le jackpot que de perdre l’intégralité de sa mise.

L’on estime que 6% des jeunes Français de 14 à 24 ans seraient aujourd’hui considérés comme accros aux jeux vidéo, pratiquant plus de huit heures par jour.

Aujourd’hui, la technologie confiée aux humains est comme une ogive nucléaire remise entre les mains d’un enfant. Le potentiel destructeur de cette arme lui est totalement inconnu. Il veut s’en amuser. Il ne peut pas faire autrement.

Deuxième partie Le bug humain

Le règne de l’incohérence

Nous sommes figés dans notre structure cérébrale ancienne, confrontés à un monde qui change trop vite car nous l’avons fait changeant, et ce monde nous dépasse. Il y a là une trajectoire inexorable. Nous sommes lancés comme des boulets fous dans l’espace, avec un équipement neuronal qui a fait des merveilles pendant 500 millions d’années mais qui va maintenant tout faire exploser.

Programmés pour vouloir toujours plus

Le striatum est un régulateur de Watt dont le réglage serait susceptible d’augmenter en permanence. Tout se passe comme si la personne maniant ce régulateur déplaçait réguliè-rement les boules vers l’extérieur pour fixer un nouveau point de référence pour sa vitesse de rotation, lui imposant de tourner toujours plus vite.

Il paraît donc très difficile d’enrayer la logique du « toujours plus », qui est au cœur de notre constitution neuronale. Nous en voyons la manifestation la plus flagrante dans les effets du fast-fod et du junk-food qui sont les socles de l’épidémie mondiale de l’obésité. Le fast-food a érigé en principe maître la notion d’anticipation de la récompense.

Nous sommes prisonniers du présent

Le plaisir et la facilité que nous pouvons nous offrir maintenant ont cent fois plus de poids dans nos décisions que la considération d’un avenir lointain… Notre cerveau entrevoit l’avenir par bribes, mais il le perd de vue dès qu’une perspective immédiatement alléchante se présente.

Pour le striatum, le futur ne compte pas… Le système de dévalorisation temporelle est au cœur de nos choix dans de très nombreuses situations de nos vies… La question essentielle qui va se poser est donc de savoir qui, du striatum ou du cortex, a réellement la main sur nos choix et nos décisions.

Le cortex frontal, siège de la volonté et de la planification.

Au terme de ce processus, l’être humain est devenu un danger mortel pour lui-même. Son programme neuronal profond continue aveuglément de poursuivre des buts qui ont été payants pendant une grande partie de son évolution, mais qui ne sont plus du tout adaptés à l’époque où il s’est projeté. Au regard de sa situation actuelle dans un monde globalisé, l’humain est inadapté… L’immense cortex d’Homo sapiens, en lui offrant un pouvoir toujours plus étendu, a mis ce pouvoir au service d’un nain ivre de pouvoir, de sexe, de nourriture, de paresse et d’ego. L’enfant surarmé n’a aujourd’hui plus de limites.

Troisième partie Les voies de la sobriété

Pouvons-nous reprendre le contrôle de notre destin?

La prise de conscience que notre existence est brève et vouée au néant est insupportable et débouche…sur trois types de réactions : soit nous nous identifions à des groupes d’appartenance qui nous donnent l’illusion que nos valeurs continueront à vivre après notre mort (fanatisme, nationalisme ou communautarisme), soit encore nous nous arrangeons pour penser à autre chose, soit enfin nous cherchons à nous percevoir comme plus forts et plus résistants que nous ne sommes (attirance puissante pour tout ce qui peut renforcer notre estime de soi).

D’une certaine façon, tant pis si nos choix sont influencés, du moment que nous avons accès à des stimulateurs de notre striatum à titre gratuit et illimité… Comment faire accepter au striatum une baisse de ses renforceurs primaires, autrement dit une baisse de plaisir?

Faire plus avec moins: la puissance de la conscience

Rééduquer son cerveau pour apprendre la modération.

Retrouver la profondeur du temps… Le cerveau de l’addict accorde une valeur maximale à ce qui se passe ici et maintenant, et une valeur pour ainsi dire inexistante à ce qui arrivera demain ou dans un an.

Croissance matérielle ou croissance mentale? Dans nos tentatives de nous affranchir du déterminisme de notre striatum, l’enjeu de la conscience se révélera central.

Amener notre degré de conscience à un niveau comparable avec notre niveau d’intelligence sera sans doute un enjeu de premier plan pour l’avenir de notre espèce.

Continuer à promouvoir un système économique qui encourage nos grands renforceurs primaires est sans doute la pire des choses à faire, et c’est malheureusement ce que nous faisons depuis maintenant près d’un siècle, ce qui est en train de nous coûter notre planète.

*

Les filles au chocolat, tome 2, Cœur Guimauve de Cathy Cassidy - Nathan et Pocket jeunesse

Les filles au chocolat T.2 ; coeur guimauveFiche de lecture d’Antoine:

Résumé: Skye Tanberry, 12 ans, vient de rentrer dans l’adolescence. Et ce n’est pas facile car elle est excentrique et a du mal à s’y prendre avec son entourage: sa sœur Honey est colérique à cause du départ de son père, Greg, elle s’éloigned e Summer, sa jumelle, lui confie de monis en moins de chose et Skye a l’impression de vivre dans son ombre. Sa copine la délaisse et Tommy Anderson lui tourne autour pour avoir des conseils en amour. Plus étrange, depuis qu’elle a repris des objets de Clara Jane Travers, son arrière grande tante, elle tombe amoureuse d’un garçon imaginaire et revit en rêve la vie de Clara Jane. Pour trouver des réponses à ses questions, Skye va devoir chercher et fouiller.. avec l’aide de certaines personnes.

Avis: Ce super roman montre qu’on peut changer en grandissant, que la vie autrefois n’était pas toujours facile, qu’on est parfois attiré par le passé car il est plus confortable. Mais on est fait pour vivre à son époque, une personne ne peut pas être remplacée par une autre dans le cœur de quelqu’un et l’amour ne se commande pas.

Identité du personnage principal: Skye Tanberry, 1213 ans, Sentimentale, passionnée, avenante, excentrique, indépendante. Son imagination lui joue parfois des tours. Elle est née à Kitnor, en Angleterre. Ses parents s’appellent Charlotte et Greg Tanberry. Ses cheveux sont blonds, longs jusqu’au épaules, ses yeux sont bleus. Son style vestimentaire est composé d’un chapeau et d’une robe vintage des années vingt. Elle aime les histoire romantiques, l’Histoire, l’astrlogie, ma guimauve et rêver. Son problème principal est qu’elle n’est pas faite pour les garçons. d’aujourd’hui. Elle a plusieurs frères et sœurs: Honey, Summer, Coco et Cherry Costello (demi-sœur par alliance).

Les métiers du futur, prospectives et paroles d'experts de Isabelle Rouhan - Editions First

Les métiers du futur - avocat augmenté, éducateur de robots, éthicien de l'IA, médecin numérique, neuro-manager... Prospectives et paroles d'expertsÉmetteur du verbatim: François C.

Tony Wagner: Les sept compétences de survie face au travail «moderne»: 1. Pensée critique et résolution de problèmes complexes; 2. Collaboration; 3. Agilité et flexibilité; 4. Initiative et esprit entrepreneurial; 5. Communication; 6. Analyse des données; 7. Curiosité et imagination.

Le défi: un système éducatif capable de donner à tous la possibilité d’être des couteaux suisses pluridisciplinaires pour s’adapter aux métiers multi-facettes de demain… qui, pour la plupart, n’existent pas encore.

  1. Les enjeux de la transformation des métiers
.L’impact de l’intelligence artificielle Elle peut avoir un impact favorable sur l’emploi et sur la qualité de vie au travail. Ma conviction est qu’elle doit amener des solutions en faveur de métiers plus utiles et plus épanouissants.

.L’accélération de l’IA: création ou destruction des emplois?

En France, la moitié des heures actuellement travaillées sont consacrées à des activités potentiellement automatisables.

D’après Eurostat, 15 millions d’emplois seront créés en Europe pour un niveau de qualification élevé d’ici à 2025, alors que dans le même temps, 6 millions d’emplois peu qualifiés pourraient être amenés à disparaître.

.Le défi de la diversité

Cinq grands facteurs de diversité : le genre, le handicap, les générations, l’origine sociale et culturelle, et l’orientation sexuelle.

.L’essor des métiers orientés vers le service à la personne

Paradoxalement, un monde plus technologique doit aussi être un monde plus humain, et donc plus tourné vers la relation. L’économie du soin va progresser et créer de nouveaux emplois, dans les services à la personne, la relation client, l’écoute du consommateur…le lien humain sera ce qui construit le plus de valeur durable.

.Exercer plusieurs métiers, successivement ou simultanément

Une partie des heures travaillées par chacun est potentiellement automatisable. Ainsi, du temps peut se libérer et des opportunités naître…Exercer des métiers différents nécessite aussi de la curiosité, de l’agilité et de l’adaptabilité.

.Accélération du feeelancing : vers la fin du salariat?

D’après Eurostat, le nombre de freelances aurait atteint 830 000 en France en 2017. C’est deux fois plus qu’il y a dix ans.

«J’ai l’habitude de dire qu’avant je gérais un ratio «emmerdes sur salaire» et qu’aujourd’hui je pilote un ratio «kiff sur honoraires» !».

.Evoluer au sein d’un marché du travail devenu global

On assiste à une mondialisation à la fois des pratiques et des attentes. Dans ce contexte, la mobilité géographique est facteur d’employabilité.

 

  1. La typologie des métiers du futur
.Métiers tertiaires = métiers du futur?

L’agriculteur d’aujourd’hui est déjà connecté.

L’Institut Montaigne préconise la création de centres d’accélération de l’industrie afin de répondre aux enjeux de développement des PME et ETI/Création prochaine d’un premier centre pour chacun des neuf secteurs d’activité industrielle suivants : automobile, aéronautique, construction, ferroviaire, navale, agroalimentaire, industrie chimique, industrie pharmaceutique et énergie.

Des métiers nouveaux liés à la création de prototypes imprimés en 3D, à la mise en place de tests virtuels des lignes de production, ou encore à l’assistance à distance par de la réalité augmentée.

.Futurologue n’est pas un métier.

85% des emplois qui seront occupés en 2030 par les écoliers d’aujourd’hui n’existent pas encore actuellement… La négociation, la persuasion, l’originalité, le sens artistique sont autant de capacités humaines que les robots n’auront probablement jamais.

La transformation digitale favorise le retour de métiers d’artisanat en sommeil depuis parfois un demi-siècle…Ceux qui se lancent avec succès dans l’artisanat, et par là même préservent des bassins d’emploi et les développent, sont ceux qui sont capables de conduire une stratégie digitale pour communiquer sur leurs savoir-faire. Pour réussir, ils doivent maîtriser l’art du récit de marque (le storytelling), stimuler, cibler et fidéliser des prospects.

La prospective trouve ses limites dans la manière dont nous nous représentons les choses dans le présent où nous les énonçons.

.Degré d’automatisation et de transformation : des critères discriminants

Un métier ne se confond pas avec un poste, ni avec un emploi. C’est une habileté qui s’acquiert par l’expérience.

C’est le caractère routinier ou non d’une activité qui est à considérer…Tout l’enjeu est donc désormais de détecter quelles tâches sont automatisables dans un métier, et comment utiliser le temps libéré par cette automatisation pour l’orienter vers la création de sens et de lien utile.

.Data et singularité

La continuité psychique se rencontre seulement chez l’homme. Un robot n’est pas, il est programmé…C’est pourquoi les métiers qui font la part belle à l’effort (sportif), ceux qui requièrent un savoir-faire inventif (paysagiste, styliste, chef cuisinier,…), ceux dont le rôle consiste à faire évoluer les autres (professeur, formateur, psychologue, coach,…) et les métiers qui mettent en scène l’expression humaine (danseur, musicien, chanteur, acteur,…) sont des métiers d’avenir. Dans cette logique, on recrute un « talent ». On n’attend pas d’un humain qu’il exécute une tâche de manière répétitive mais qu’il soit proactif.

.Les trois types de métiers du futur: évolution, révolution, innovation

Premier type : des métiers en évolution;

Deuxième type : des métiers en révolution;

Troisième type: l’innovation radicale, des métiers en mutation éthique.

 

  1. Des métiers en évolution
.Enseigner dans le futur

Le rôle de professeur en chair et en os ne va pas disparaître, mais bien évoluer vers une fonction destinée à décrypter le monde pour leurs élèves, qui eux-mêmes doivent changer de posture. Pour rester apprenant tout au long de sa vie, il faut en effet une bonne dose d’humilité, et ne surtout pas être figé dans ses certitudes.

D’ici 2020, il restera entre 170 000 et 212 000 postes à pourvoir dans le numérique sur un total de 650 à 700 000 emplois dans ce secteur. Cela représente entre 25% et 30% des postes non pourvus et vacants en France dans l’économie numérique.

Fiche métier: Professeur du futur: Les missions principales; Les apports du rôle; Les compétences requises; La valeur ajoutée.

.Déployer l’accompagnement personnel à grande échelle

Le coaching est un accompagnement personnalisé cherchant à améliorer les compétences et la performance d’un individu, d’un groupe ou d’une organisation, grâce à l’amélioration des connaissances, l’optimisation des processus et des méthodes d’organisation et de contrôle.

Fiche métier: Amplificateur de talents: Les missions principales; Les apports du rôle; Les compétences requises; La valeur ajoutée = un catalyseur.

.Le journaliste de demain

L’information de flux n’a plus d’avenir, si ce n’est pour des médias bénéficiant déjà d’une audience massive. Pour les autres, un défi s’impose: monétiser auprès des publics une information «qui se démarquera, se distinguera de celle, redondante, partout disponible».

Fiche métier: Cyberjournaliste… Il doit savoir cerner un sujet en vue de toucher une cible… Il possède trois éléments que seul un humain peut détenir: le jugement, l’expérience et le style… Le journaliste du futur maîtrisera le motion design, ou animation graphique, et la datavisualisation, ou représentation visuelle de données.

.Les métiers de la finance et du commerce

En 2018, les IA qui effectuent du trading à haute fréquence représentaient 35% des transactions en Europe et 70% aux Etats-Unis.

Fiche métier: Social seller… Il entretient un réseau de relations via les réseaux sociaux à des fins commerciales. Grâce aux plateformes, il combine à grande échelle des modes d’approche pertinents des prospects, des partenaires et des clients.

.Impact de la blockchain sur les métiers de l’IT

Les métiers du cryptage et du développement informatique sont au cœur même des enjeux de la blockchain.

Fiche métier: Développeurs informatiques (Front end, Back end, intégrateur)… Le développeur informatique doit être orienté vers les solutions. Son obsession doit être de résoudre efficacement tous les problèmes techniques qui peuvent se présenter.

.Les métiers du droit

Les nouvelles technologies juridiques sont avant tout porteuses d’opportunités: elles vont simplifier la mise en relation des acteurs du droit avec particuliers et entreprises, grâce à divers modèles de plateformes. Elles vont également modifier en profondeur la manière dont les directions juridiques travaillent en interne et avec les cabinets d’avocat.

Fiche métier: Avocat augmenté… Les principales compétences requises sont l’appétence pour les nouvelles technologies, l’agilité, la faculté d’adaptation et la capacité à donner du sens.

.Métiers de la data et de l’aide à la décision: le data scientist de demain.

Le rôle du data scientist se transforme désormais en un métier d’interprète des data, capable de travailler avec les données afin de leur donner du sens.

Fiche métier: Interprète des data… Il sait écrire des algorithmes et coder. Il saisit les enjeux de transformation de l’entreprise, et s’appuie sur la data pour identifier des solutions de croissance rentable et optimiser certains processus.

 

  1. Des métiers en révolution
.La nouvelle économie de la connaissance

La connaissance est une ressource stratégique qui améliore la performance d’une entreprise, décuple ses capacités d’innovation et accroît la pertinence de son positionnement concurrentiel.

.Piloter les ressources humaines dans un monde exponentiel

Le DRH doit précéder le changement. Son défi est d’accélérer sa capacité d’analyse stratégique et prédictive, afin d’anticiper les besoins en compétences de l’entreprise pour toujours avoir un coup d’avance.

Fiche métier: DRH d’un monde exponentiel

.Le nouveau manager sera neuro-manager

Le management évolue vers une forme d’intelligence collective que le manager doit insuffler à l’équipe qu’il pilote.

Fiche métier: Neuro-manager Un bon manager est quelqu’un qui aime les gens et manifeste un bon niveau d’empathie cognitive et affective. Il doit être curieux, souple, à l’écoute, et réinterroger régulièrement ses propres certitudes. Son défi sera de savoir casser les postures établies, pour construire un nouvel équilibre dans lequel ses collaborateurs cesseront de subir pour devenir acteurs à part entière de leur propre destinée individuelle et collective.

.Déployer l’agilité dans l’entreprise

«L’entreprise agile est une entreprise qui apporte des solutions concrètes et personnalisées à ses clients, qui coopère pour améliorer sa compétitivité, qui s’organise pour maîtriser le changement et l’incertitude, et enfin qui se nourrit de la richesse de ses collaborateurs et de son patrimoine informationnel.» Cabinet Deloitte

Le scrum master: c’est une sorte de déclencheur d’agilité, qui anime les rituels liés aux modes de travail agiles. Son objectif et sa valeur ajoutée sont d’aider l’équipe à démarrer, prendre de la vitesse, puis à la maintenir.

Fiche métier; Scrum master Il reste généralement concentré sur ses fonctions de coordination, de communication interne, d’analyse et de résolution des obstacles, qui constituent un rôle à plein temps et sont la clé du succès du projet.

.Le service public de demain

Fiche métier: Fonctionnaire intrapreneur.

.L’art numérique

L’art numérique est le point de contact entre la création artistique et les nouvelles technologies… L’artiste numérique, qui évolue en réseau, est l’antinomie de la figure de l’artiste maudit.

Fiche métier: Artiste numérique… Il crée des produits visuels ou tactiles multimédias: site web, jeu vidéo, application mobile, clip vidéo, exposition interactive, film d’animation. Il doit donc maîtriser le code informatique et les divers outils de design numérique correspondant à son champ d’application.

.Repenser l’architecture : la ville de demain

Ces initiatives (ville intelligente) portent sur la mise en œuvre d’une gestion optimisée des infrastructures pour qu’elles soient communicantes, adaptables, durables, dans le but d’améliorer la qualité de vie des citoyens dans la ville et dans la rue.

Le lien social s’exprime désormais dans la rue, et cela engendre des métiers nouveaux. La plupart d’entre eux seront liés à la gestion de l’espace et des lieux, pour amener du service, du lien et du sens dans l’espace public.

Fiche métier: Architecte de smart city.

 

  1. Des métiers en mutation éthique : innovation radicale
.Pourquoi faut-il éduquer les robots?

Fiche métier: Educateur de robot.

.Structurer l’éthique de l’intelligence artificielle

Fiche métier: Ethicien de l’intelligence artificielle. Son rôle est de s’assurer du cadrage initial des algorithmes et des données utilisées pour les entraîner, afin que leurs recommandations et décisions ne se bornent pas à simplement mettre en œuvre des solutions statistiquement optimales, mais respectent aussi ce qui est éthiquement et socialement acceptable.

. Renforcer la cybersécurité

On enregistre une cyberattaque toutes les quarante secondes et une entreprise sur cinq dans le monde est concernée. Malheureusement, un tiers des PME attaquées ne s’en remet pas.

Fiche métier: hacker éthique (ou consultant en cybersécurité).

. Faire avancer la médecine au moyen de la data

Le numérique pourrait devenir une spécialité médicale, au même titre que la cardiologie ou la neurologie. Ces médecins numériques auront pour mission d’entraîner et d’éduquer des intelligences artificielles à mieux diagnostiquer les patients.

Fiche métier: médecin numérique.

 

  1. Le recrutement du futur
. Comment être recruté efficacement grâce à l’intelligence artificielle

Susciter des candidatures spontanées pertinentes reste stratégique pour réussir un recrutement. Ainsi, grâce à la Bonne Boîte, Pôle emploi a permis à 7 millions de demandeurs d’emploi de cibler leurs recherches. Pour chaque entreprise à fort potentiel d’embauches, des recommandations les aident à choisir le meilleur canal pour obtenir un rendez-vous.

. L’agilité, ou comment être acteur de son employabilité

Chacun est acteur de son employabilité… C’est notamment la mission d’OpenClassrooms, qui propose des parcours diplômants pour former des personnes en reconversion à des métiers en tension.

. Rester apprenant tout au long de sa carrière

BOOST.RS permet de donner à tous les collaborateurs la possibilité d’évaluer leurs compétences et d’avoir un parcours de carrière personnalisé, en osant ouvrir des portes inconnues.

. Vers un recrutement durable

Cette anecdote démontre bien que le contact via l’écran peut mener à la rencontre dans la vie réelle, que le hasard, l’envie, le goût des autres, l’audace doivent avoir leur place pour construire le chemin de chacun vers son projet durable et son métier du futur.

Prenez soin de vous.

 

LES NOUVELLES GUERRES - Sur la piste des hackers russes d'Etienne HUVER & Boris RAZON - Arte éd. Stock

Les nouvelles guerres ; sur la piste des hackers russes Émetteur du verbatim : François C.

Ch. 1 L’OTAN, ces nouveaux punks

(Février 2017) Mais dans les deux cas (présidentielles USA et France), on pointe du doigt un seul et même coupable: les hackers russes, nouveaux trublions de l’ordre mondial.

(Printemps 2017) Dans cette atmosphère pour le moins tendue, les banques et les médias estoniens sont subitement attaqués. Les hackers utilisent un réseau de plusieurs dizaines de milliers d’ordinateurs pour faire tomber les sites web les uns après les autres. Tous les indices laissent penser que la campagne est coordonnée depuis la Russie… Cette attaque met en lumière l’une des faiblesses des démocraties occidentales: leurs réseaux hyper-connectés qui vont encore se densifier dans les décennies à venir et dont la sûreté laisse à désirer.

Le cyberespace est devenu un champ d’action militaire, au même titre que la terre, la mer, le ciel et l’espace.

À Tallinn, le mot est sur toutes les lèvres. Ce qui a commencé n’est rien d’autre qu’une guerre nouvelle, ni chaude, ni froide. Une guerre souterraine qui est en train d’affecter le monde entier.

Ch. 2 Anatomie d’une arme parfaite

27 juin 2017: ce jour-là, un virus dévastateur pour l’économie mondiale a fait son apparition: NotPetya… C’est un malware, un logiciel malveillant, dont la propagation révèle la dimension mondiale et stratégique.

Il comprend que cette attaque n’a rien à voir avec celles qu’il a connues jusqu’alors. Le virus progresse en récupérant les données d’administration, il prend le contrôle du réseau, il a les clefs des machines infectées… Le malware dévore les ordinateurs ukrainiens tout cru… Une attaque d’une telle importance est un révélateur extraordinaire de l’aspect interconnecté de nos vies. NotPetya est une arme capable d’affecter notre vie dans ses aspects les plus quotidiens. Et ce, partout dans le monde.

Un seul ordinateur a suffi, la porte d’entrée dont avait besoin NotPetya pour qu’un des colosses de l’économie mondiale mette un genou à terre. C’est comme une invasion, un jeu de go informatique où les ordinateurs changent de main et passent du côté obscur de la force.

Le programme ne connaît pas de limites: chez Saint-Gobain, il y a eu près de 17 000 ordinateurs touchés par NotPetya. Et l’angoisse de perdre le contrôle.

Le nerf de la guerre du hacking, ce sont donc ces failles connues ou inconnues des logiciels que nous utilisons chaque jour.

(NotPetya) Cette arme a donc toutes les vertus: outil de surveillance des entreprises et administrations ukrainiennes, outil de destruction des infrastructures interconnectées de l’économie mondiale et avertissement, voire protection d’une opération de plus grande ampleur encore.

Les malwares ou cyberarmes, si l’on préfère, agissent comme des révélateurs, ils mettent en lumière les failles béantes que nous avons laissées dans nos infrastructures, par mépris, naïveté ou méconnaissance.

Ch. 3 Les blancs, le gris et le truand

Grâce à sa certification, la SSII Wavestone est l’un des rares opérateurs à pouvoir intervenir sur des environnements critiques pour l’Etat français, notamment les 249 «opérateurs d’importance vitale» (OIV) dont l’identité, en théorie, est tenue secrète.

Des sociétés, des individus se spécialisent dans la recherche des failles informatiques. Cela s’appelle le «bug bounty» et c’est devenu une sorte d’Eldorado du XXIème siècle, avec son lot d’aventuriers, de profiteurs et de filous opportunistes capables de monnayer au mieux leurs pépites.

Les hackers sont des talents qui servent à mener un combat d’un genre nouveau aux confins de l’espionnage, de l’influence et du sabotage. Une guerre de basse intensité. Le seul endroit du monde où elle est pour le moment assumée et visible demeure l’Ukraine, ce laboratoire moderne de la cyberguerre.

Ch. 4 Le laboratoire de la guerre nouvelle

Dans le monde du hacking comme dans celui de l’espionnage, triomphent les jeux de miroirs, les labyrinthes, les faux drapeaux. C’est un univers de paranoïa et d’inquiétude, lesquelles prospèrent dans le léger décalage à la jointure des mondes: l’apparente solidité des infrastructures informatiques qui sous-tendent l’économie mondiale et la réalité des failles, aisées à débusquer quand la science du code demeure encore aléatoire.

Dès les semaines qui ont suivi la révolution de Maidan, les attaques ont commencé. ACTE 1: Manipuler les résultats électoraux ; ACTE 2: Saboter les infrastructures… Dans la nouvelle guerre, le black-out est une arme puissante. Il peut toucher la fourniture d’électricité, les télécommunications, clouer au sol les avions. Il peut, en somme, empêcher un Etat de fonctionner.

Ch. 5 Le fou, le rusé et le prophète

Officiellement, le Kremlin a toujours nié son influence sur les groupes armés qui contrôlent l’est de l’Ukraine. Pour retourner cette rhétorique, l’information doit devenir une arme. Les frontières entre la diffusion de documents, l’investigation et la propagande s’estompent. C’est là que les hackers comme Falcons Flame entrent dans la partie. Mission: trouver et exploiter toutes les failles des systèmes informatiques ennemis. Chaque information compromettante peut frapper durement le camp d’en face.

Écouter Sean fait pénétrer dans un univers assez effrayant. Celui d’une guerre nouvelle et souterraine qui n’est pas prête de s’arrêter… La cyber-guerre est disruptive comme Uber et Airbnb ont modifié l’écosystème des transports et du tourisme.

Ch. 6 Le maître russe

La rhétorique de la cyber-guerre est celle du doute permanent, du «tout est possible», des nouvelles manipulées ou manipulables.

L’univers numérique a offert une plateforme inédite au pouvoir russe. En une dizaine d’années, ses stratèges ont excellé à y manœuvrer et à jeter les bases nouvelles de la cyber-guerre.

(Russie 2011) L’idéal libertaire d’un réseau ouvert et libre a pris fin au profit d’une politique d’encadrement et de musellement de ce qui se produisait en ligne… La pensée russe en la matière s’affirme à large spectre: elle intègre toutes les étapes de l’espionnage et du sabotage, en passant par l’influence et la manipulation, depuis le hacking et les cyber-armes jusqu’à la propagande. En cela, elle redéfinit les contours de la guerre et de ses acteurs.

Quand on le presse de savoir ce qu’il pense de la cyber-guerre, du sabotage, de l’espionnage, il lâche cette phrase curieuse et si révélatrice: «Tant qu’il n’y a pas de règles, tout le monde a tendance à les violer.»

Ch. 7 Le clown, la vierge et le nostalgique

«Si quelqu’un nous demande de «tuer» un concurrent, on met son site hors service. Dans les commandes, il y a aussi la recherche de failles, le piratage de sites et la récupération de bases de données. Pour ce genre de services, le prix varie beaucoup. Cela dépend du volume de travail.»

À la tête de ses sociétés Esage Lab et Zor Security, Alisa est une reine du code et surtout une grande spécialiste des tests d’intrusion. Elle cherche les failles et se montre douée pour les trouver.

«Vous savez, personne n’utilisera l’arme nucléaire en Europe… Mais, dans l’esprit de nombreux gouvernements, les hackers sont devenus une arme nucléaire sur deux jambes.»

Ch. 8 La diagonale du fou

(2016 Révélation du hack russe des e-mails démocrates): un coup de maître, probablement la plus grande campagne de déstabilisation politique des Etats-Unis… «C’est une guerre psychologique à grande échelle qui a eu lieu.»

Les Américains n’ont donc pas anticipé une grande ingénierie sociale où les chausse-trapes et les leurres étaient semés partout.

Les hackers subvertissent les réseaux sociaux et démontrent par l’absurde ce que ces lieux sont devenus: une foire d’empoigne où la polémique vaut espace public. Un puissant outil au service de qui sait les manœuvrer.

Ce qui frappe dans cette histoire, c’est la durée de la préparation, l’intensité et la multiplicité des frappes, la vitesse des réactions et la coordination de l’attaque.

(La guerre qui secoue le Donbass). Les Russes en ont fait un modèle: ils mènent des guerres par procuration avec des «petits hommes verts» qui envahissent des territoires sans insignes ni drapeau, des mercenaires.

Car si la cyber-guerre mondiale est en cours, nous ne sommes déjà plus en paix. Nous vivons dans cet état incertain: un conflit permanent de plus ou moins basse intensité, ni guerre ni paix, sans adversaire officiel et avec des enjeux qui évoluent au gré des saisons… C’est un peu comme si l’arme nucléaire avait été mise au point mais qu’aucune doctrine n’ait été élaborée pour en «normer» l’utilisation.

Ch. 9 Le fantôme, le poupon et les agents doubles

Dans le monde des cybercriminels, le botnet GameOver Zeus est l’arme fatale, un réseau de centaines de milliers d’ordinateurs capables de remonter des identifiants bancaires partout dans le monde. Des plus grandes banques aux plus petits particuliers, des milliers de victimes se sont fait plumer.

Il suffit de peu de choses pour faire dérailler le système. Mais en Russie encore plus qu’en France, il faut faire avec la corruption galopante et l’autoritarisme du pouvoir exécutif.

L’essence du deal, c’est que l’État russe a accès aux technologies et à l’information des cyber-criminels, et les laisse voler à l’étranger en toute impunité.

Ch. 10 La cyberguerre est une métaguerre

Ce qui s’est produit pendant les élections présidentielles (USA) de 2016… c’est l’acte de naissance d’un nouvel âge où la guerre a changé de forme.

Les mouvements liés au numérique sont les mêmes dans tous les secteurs. Ils bouleversent l’ordre établi et chamboulent les systèmes de valeurs en introduisant de nouveaux acteurs, de nouvelles pratiques, de nouvelles idées.

Il n’y a plus ni vérité ni stabilité, plus de socle où construire du discours. Dans ce cadre, le déni perpétuel qui est devenu la marque de fabrique de Vladimir Poutine… fonctionne à merveille. «Puisque plus rien n’est vrai, tout est possible» semble être devenu le mantra du régime, voire du pays. Peut-être même du monde.

Pour des sociétés hyper-connectées, où le progrès technologique et l’interconnexion croissante des réseaux sont un moteur, la méta-guerre est une menace permanente.

La cyber-guerre donne l’avantage aux pouvoirs forts. Entre la politique de puissance d’un côté et la dérive de l’économie de l’attention de l’autre, le réseau a quitté l’âge tendre de l’enfance pour entrer dans l’ère des menaces. Sans un changement radical de cap, nous vivrons longtemps dans cet état de guerre continue, floue et indistincte.

*