Boutique en ligne

A Livr'Ouvert

171b bd Voltaire, 75011 Paris Latitute/longitude: 46.75984 1.738281

Tél: 09.52.65.38.67

Du lundi au samedi de 10h à 19h

Mail: contact@alivrouvert.fr

Verbatims et recommandations...

Petites victoires Et si la transformation du monde commençait par vous ? de Philippe Silberzahn - Diateino

Émetteur du résumé: François C.

Petites victoires ; et si la transformation du monde commençait par vous ?Le changement est avant tout social, au sens où il se construit avec d’autres personnes. Les entrepreneurs créent de nouveaux marchés, de nouveaux produits et de nouvelles organisations qui changent le monde en partant de ce qu’ils ont sous la main, en misant seulement ce qu’ils peuvent perdre, en s’associant avec des parties prenantes, et en créant le monde qu’ils veulent, pas celui qui est prédit par d’autres.

Deux principes fondamentaux des petites victoires : elles doivent partir de la réalité qu’elles veulent changer, et donc l’accepter, et elles doivent être coconstruites avec des parties prenantes qui s’engagent en ce sens.

« Viser grand » : les limites d’un modèle mental dominant

. Les limites à « agir grand » : rationalité limitée et problèmes complexes

. Rationalité limitée : étant donné ces limites, que pouvons-nous faire ?

. Problèmes complexes : Un système complexe est constitué d’un grand nombre de sous-systèmes en interaction qui nous empêchent de prévoir son évolution et le comportement de ses acteurs par une analyse préalable.

 . Les croyances erronées qui nous amènent à « viser grand »

  1. La taille des moyens mis en œuvre doit correspondre à l’ampleur des problèmes ;
  2. Il faut une vision pour résoudre un grand problème ;
  3. Résoudre un problème complexe est une question de volonté ;
  4. L’ampleur perçue d’un problème est facteur de mobilisation pour le résoudre ;
  5. La capacité de résolution d’un problème est liée à la position hiérarchique ;
  6. Le changement, c’est faire table rase du passé.
Petites victoires

. Qu’est-ce qu’une petite victoire ?

  1. Elle constitue un résultat tangible. C’est une modification réelle d’une situation qui se traduit dans les faits.
  2. Elle constitue un résultat complet. Le résultat doit avoir une cohérence ; il doit être abouti.
  3. Elle constitue un résultat mis en œuvre de façon collective.
  4. Elle constitue un résultat d’importance modérée.
 . Intérêt d’une petite victoire

Elle réduit l’importance de l’enjeu et le risque pris par son initiateur. Elle réduit les exigences nécessaires pour l’accomplir et elle augmente le niveau de compétence perçu.

Une petite victoire est une initiative miniature qui teste des théories implicites sur la résistance et les opportunités.

 . Petite victoire et opposition

Après chaque victoire, vous avez plus d’ennemis, et toutes choses égales par ailleurs, plus la victoire est grande, plus vos ennemis sont puissants, nombreux et déterminés.

 . Dynamique des petites victoires

Une petite victoire représente un acquis sur lequel on peut capitaliser pour préparer la petite victoire suivante. Les petites victoires sont comme des pierres qu’on empile pour construire un mur.

 Partir de la réalité

. La matière première : les modèles mentaux

Le travail de transformation d’une organisation doit commencer par une remise en question des modèles mentaux qui président à son fonctionnement : croyances, hypothèses, bonnes pratiques, traditions, i.e. tout ce qui concourt à former la vision du monde ou de leur environnement qu’ont les collaborateurs et l’organisation dans son ensemble.

. Agir sur les conflits

Un conflit est simplement une rencontre d’éléments, de sentiments et d’objectifs contraires qui s’opposent. Les conflits peuvent être destructeurs, mais ils peuvent être aussi créatifs.

. Faire avec ce que vous avez

Trois ressources dont vous disposez : 1. Vous-même ; 2. Ce que vous connaissez ; 3. Les gens que vous connaissez et sur lesquels vous allez vous appuyer pour avancer.

. Du grand problème à la petite victoire

Il s’agit d’identifier une ligne où les choses se connectent puis d’agir par petites victoires le long de cette ligne. Celle-ci sera toujours propre au problème posé.

 . Identifier des liens de propagation : quasi-décomposabilité

Ce qui caractérise un système quasi décomposable est donc que si tout interagit avec tout au sein du système, il est néanmoins possible d’isoler certaines parties homogènes qui interagissent faiblement avec le reste. Ainsi isolées, elles peuvent avoir une taille suffisamment réduite pour être l’objet d’une action humaine par petites victoires.

 Coconstruire les petites victoires

Qu’on veuille changer une entreprise, une profession, une administration ou un pays, il s’agit toujours d’un processus social d’intéressement dans lequel ce qu’on développe est l’intérêt des acteurs concernés à faire de la transformation une réussite.

. Articuler l’action individuelle et l’action collective

Lorsque le réseau des parties prenantes intéressées à la réussite de notre projet se développe, on construit une coalition qui pèse de plus en plus, sur des bases solides, car résultant d’actions concrètes.

L’un des intérêts d’ »agir petit » est en effet que l’on obtient plus facilement l’accord des parties prenantes qui ne partagent pas nécessairement vos objectifs généraux : vous visez le plus grand dénominateur commun.

 . Déjouer la rationalisation de l’impuissance

Comme activiste, votre premier travail est donc de redonner aux individus autour de vous le sentiment qu’ils peuvent vraiment faire quelque chose, et obtenir une petite victoire est le meilleur moyen pour y arriver.

Une petite victoire donne le sentiment que le progrès est possible, ce qui augmente la confiance et la motivation pour rechercher d’autres victoires, déplaçant le lieu de contrôle vers l’intérieur.

 . Intéressement et conflits

C’est d’autant plus important que l’on fait plus attention à ce qu’on peut perdre qu’à ce qu’on peut gagner, pour une raison simple : la perte est certaine, massive, immédiate, tandis que le gain est incertain, faible et éloigné dans le temps.

 . Identifier les parties prenantes

Il faut donc voir le réseau des parties prenantes comme un objet en évolution constante en fonction de vos résultats. Ce réseau, qui est votre matière première, doit faire l’objet d’un travail de gestion explicite : recrutement de nouvelles parties prenantes, renforcement des soutiens, neutralisation des oppositions.

 Tactique : allumer le feu

. Critères à respecter pour les victoires visées

Quatre critères pour viser une petite victoire : il faut que le résultat visé soit spécifique, réalisable, immédiat et relié à l’intention générale.

 Les occasions de petites victoires

La question est de prendre conscience qu’un modèle n’est jamais une vérité universelle. Cette prise de conscience permet alors de tester le modèle et de l’ajuster, et c’est là que se construit la petite victoire.

 . Rester dans l’expérience des parties prenantes

Envisager des actions en dehors de l’expérience des parties prenantes est une source d’échec. Cela arrive très souvent lorsqu’un activiste impatient décide une action-choc.

En bref, quand il n’y a pas d’expérience commune, il faut la créer.

 . Les petites victoires sont avant tout humaines

L’ampleur du résultat importe moins que le fait de l’atteindre à deux. En tant qu’activiste, votre stratégie est sociale. Votre véritable cible n’est pas tant le résultat que la création de la relation.

 . Identifier les volontaires

Votre objectif : constituer une société semi-secrète de volontaires qui partagent les mêmes modèles mentaux, et de l’animer pour permettre son développement en dégageant les obstacles sur son passage.

 . Conduire des Post Mortem

Toute initiative, qu’elle se solde en petite victoire ou petit échec, doit faire l’objet d’une analyse de retour d’expérience ou post mortem.

 Stratégique : petite victoire deviendra grande

. Small is big

Le changement disruptif est donc non linéaire, i.e. qu’il commence par une période d’incubation parfois très longue sans effet visible suivie d’une période dans laquelle les effets se cumulent et ont un impact massif.

 . On ne gagne pas forcément en misant gros

Ils deviennent grands par une série de petites victoires qu’ils consolident.

 . Eviter le feu de paille : définir un principe directeur

Le principe directeur est discriminant : il sert à dire non à certaines initiatives, si intéressantes soient-elles par ailleurs. Il sert à économiser l’énergie de l’activiste, mais surtout à donner une cohérence aux initiatives, à les relier entre elles.

 . De la petite victoire à la grande solution : interdépendances

Nous avons proposé qu’au lieu de penser « problème découpé en sous-problèmes de plus petite taille », comme le suggère la pensée analytique, un problème soit plutôt abordé sous l’angle des interdépendances entres ses différents composants, et que l’identification de ces interdépendances soit faite à la lumière des modèles mentaux sous-jacents.

Le système garde une identité globale, mais s’appuie sur un ensemble de sous-systèmes plus ou moins autonomes (aspect local), mais jamais totalement séparés (aspect global).

 Vous comme activiste

. La tragédie d’Ignace Semmelweis

Son échec est aussi celui de son propre modèle mental, qui consiste à penser qu’il suffit d’avoir raison pour que les autres changent d’avis, et qu’il suffit d’avoir les preuves pour les convaincre. C’est la tragédie de la plupart des activistes.

 . Qui êtes-vous ?

L’organisation a besoin d’acteurs qui exposent, testent et ajustent les modèles mentaux en s’incluant dans l’équation, avec humilité, mais aussi avec détermination.

Cinq principes qui peuvent vous guider :

  1. Ne divisez pas le monde en deux ;
  2. Pariez sur la sincérité des autres ;
  3. Examinez le contexte ;
  4. Intégrez-vous à l’équation ; prenez vos responsabilités et demandez-vous ce que vous pouvez faire au lieu d’attribuer la faute à une personne absente ;
  5. Refuser de choisir un camp est le premier pas de l’activiste pour reformuler la question et donner une chance au compromis.
. La posture de l’activiste : colibri ou sanglier ?

En tant qu’activiste, ne soyez pas un colibri ; ne faites pas votre part : inventez-la en fonction de qui vous êtes.

La question de fond pour tout activiste : que puis-je faire à mon niveau, avec ce que j’ai sous la main, susceptible d’avoir un vrai impact ?

 . Deux points de posture

  1. Le choix des actions, qui doivent avoir un impact.
  2. Il s’agit, pour un activiste qui ne veut pas être toxique pour son environnement, d’être au clair sur ses motivations et ses valeurs.
 . Quelle équipe ?

L’apport de l’équipe est de relier la petite victoire à l’ensemble, car sinon celle-ci resterait locale et sans effet réel. L’ensemble est défini par un ou plusieurs principes directeurs, ainsi que par les modèles mentaux de l’organisation : les modèles actuels et les modèles cibles.

 Petites victoires et transformation : conflits et modèles mentaux

. Modèles mentaux et prise de décision

Une façon très efficace d’aborder la transformation est de voir qu’une collectivité, quelle qu’elle soit, est définie par un ensemble de modèles mentaux et que ce sont ces modèles qui constituent le blocage.

 . Priorités

Plus précisément, les modèles mentaux déterminent ce qui va être important et ce qui va être moins important, i.e. qu’ils vont déterminer les priorités des collaborateurs…Voir le management comme une définition de priorités permet d’expliquer des phénomènes difficilement compréhensibles tels que l’échec face à l’innovation de rupture ou la difficulté de se transformer malgré un objectif très clair.

 . Immunité au changement

En fait le comportement le plus général est de se satisfaire d’une situation acceptable, même si elle n’est pas optimale.

Il faut toujours commencer par identifier et par célébrer ce qui a fait la réussite de votre organisation. Une fois cela fait, on pourra identifier les cas où les modes de fonctionnement peuvent être un obstacle à l’innovation…C’est une approche que nous appelons META : Modèles mentaux – Exposer – Tester – Ajuster. C’est l’essence même de l’idée de petite victoire.

 Gérez votre risque

. Ne célébrez pas l’échec

Les entrepreneurs ne célèbrent pas l’échec pour la simple raison qu’ils ont réduit le risque et le coût de celui-ci au point qu’il n’ait plus grande importance. Ce qu’il faut célébrer n’est donc pas l’échec, mais l’action mesurée et prudente ; c’est le principe même des petites victoires.

 N’adoptez pas une vision romantique

Les principes de contrôle de risque évoqués ici peuvent se résumer ainsi : ne faire que des choses que vous savez faire avec les moyens dont vous disposez, réduire l’ambition de chaque initiative jusqu’au point où la réussite est très probable et où le coût de l’échec est acceptable, et cocréer celle-ci avec une ou plusieurs parties prenantes, chacune misant de façon à ce que la perte soit acceptable pour elle-même, afin de pouvoir recommencer en cas d’échec.

 . Petite victoire ne doit pas forcément devenir grande

Réfléchissez bien à l’intérêt de pousser votre série de petites victoires à un niveau plus élevé.

 . Risque d’impatience des dirigeants

Avoir un plan permet de leur donner le change, a minima. Le rôle politique de l’équipe est d’acheter du temps par tous les moyens pour laisser les petites victoires commencer à produire leurs effets.

Le « monde d’après » ou la bataille des modèles mentaux

. Changement et identité

Le changement disruptif remet en question l’identité des individus et du collectif…Plus le changement est important, plus cette remise en cause est profonde, et plus les individus vont essayer de s’en protéger.

 . L’enjeu : échapper aux modèles tout faits

Chacun avance dans « l’après » en restant bien au pied de son propre lampadaire intellectuel. Alors qu’une crise devrait être l’occasion de revoir ses modèles mentaux, elle est souvent plutôt l’occasion pour chacun de les renforcer et de compter ses troupes.

 . Renforcement des modèles mentaux face à la crise

Dans cette situation, l’approche par petites victoires permet de faire naître des alternatives locales qui seront prêtes à devenir globales lorsque les actuels modèles dominants ne seront plus défendables.

 . Contrôler la narration avec les modèles mentaux

Outre la gestion de l’événement lui-même, la clé dans une période de rupture va donc consister à gagner la bataille de la narration, celle des modèles mentaux, pour faire accepter le sens que l’on va donner à l’événement.

Petites victoires et grands changements

. Trois critiques de l’approche par petites victoires

  1. Une approche limitée dans son impact ?
L’approche incrémentale peut conduire à un grand changement à deux conditions : d’une part, elle doit reposer sur le changement des modèles mentaux ; d’autre part, elle doit être guidée par un principe directeur (modèle mental cible, qui permet de relier les petites victoires à une intention générale).
  1. Une approche contre-indiquée en situation de rupture ?
Le principe même de l’approche par petites victoires est de produire des résultats tangibles dès sa mise en œuvre. L’approche est donc beaucoup plus robuste.
  1. Un biais d’action hostile à l’analyse ?
L’essence de l’approche par petites victoires est l’interaction, i.e. une action avec des parties prenantes engagées, et non l’analyse…Procéder par petites victoires est le meilleur moyen de vraiment résoudre ces problèmes.

 . Les petites victoires permettent de résoudre le dilemme de l’innovateur

Le choix de l’innovateur est entre compromettre son activité actuelle, un risque certain, massif et de court terme, et compromettre son futur marché, un risque moins certain, de moindre importance et d’horizon plus éloigné.

En substance, la rupture correspond à des modèles mentaux alternatifs qui sont toujours considérés comme mineurs au début. D’où l’intérêt de loger l’activité de rupture dans une petite structure et de lui laisser le temps de grandir.

 . Les petites victoires, une stratégie complémentaire à d’autres approches

La stratégie des petites victoires est une stratégie additive ou complémentaire. Elle n’empêche pas les grands projets par ailleurs.

Conclusion

Le changement est coconstruit. Il vient du pouvoir, et le pouvoir vient de l’organisation. En tant qu’activiste, vous devez vous organiser pour créer une coalition autour de vos modèles mentaux alternatifs, et vous le faites par une série de petites victoires que vous déterminez en cours de route selon l’évolution de la situation.

C’est une petite victoire, mais elle est à votre portée, et c’est par elle qu’il faut commencer.

 

Sur la boutique