A Livr'Ouvert

171b bd Voltaire, 75011 Paris.
Latitute/longitude: 46.75984 1.738281

Tel: 09.52.65.38.67

Le lundi de 12h à 19h et du mardi au samedi de 10h à 19h30.

Mail: contact@alivrouvert.fr

Les verbatims de François

La guerre des métaux rares - La face cachée de la transition énergétique et numérique de Guillaume PITRON - Ed. Les Liens qui Libèrent

https://images.epagine.fr/741/9791020905741_1_75.jpg Préface

En voulant nous émanciper des énergies fossiles, en basculant d’un ordre ancien vers un monde nouveau, nous sombrons en réalité dans une nouvelle dépendance, plus forte encore. Robotique, intelligence artificielle, hôpital numérique, cyber-sécurité, biotechnologies médicales, objets connectés, nanoélectronique, voitures sans chauffeur…Tous les pans les plus stratégiques des économies du futur, toutes les technologies qui décupleront nos capacités de calcul et moderniseront notre façon de consommer de l’énergie, le moindre de nos gestes quotidiens et même nos grands choix collectifs vont se révéler totalement tributaires des métaux rares. Ces ressources vont devenir le socle élémentaire, tangible, palpable, du XXIème siècle. Or, cette addiction esquisse déjà les contours d’un futur qu’aucun oracle n’avait prédit. Nous pensions nous affranchir des pénuries, des tensions et des crises créées par notre appétit de pétrole et de charbon ; nous sommes en train de leur substituer un monde nouveau de pénuries, de tensions, de crises inédites. En attendant, c’est une contre-histoire du monde qui vient que ce livre voudrait raconter –le récit clandestin d’une odyssée technologique qui a tant promis, et les coulisses d’une quête généreuse, ambitieuse, qui a jusqu’à maintenant charrié des périls aussi colossaux que ceux qu’elle s’était donné pour mission de résoudre.

Ch. 1 LA MALÉDICTION DES MÉTAUX RARES

. Liste des métaux rares : antimoine, baryte, béryllium, bismuth, borate, cobalt, charbon à coke, spath fluor, gallium, germanium, hafnium, hélium, indium, magnésium, graphite naturel, caoutchouc naturel, niobium, phosphate naturel, phosphore, scandium, silicium métal, tantale, tungstène, vanadium, platinoïdes, terres rares lourdes et légères. . Les métaux rares, vecteurs d’énergies nouvelles Il n’est pas exagéré d’affirmer que le monde serait sacrément ralenti sans aimants contenant des métaux rares. . Une révolution technologique à l’origine d’une mutation énergétique Les moteurs électriques ont fait de la transition énergétique une hypothèse plausible. Voici que les technologies vertes et les technologies digitales sont en train de converger : des logiciels et des algorithmes toujours plus sophistiqués permettent d’ajuster les flux d’énergie transitant entre producteurs et consommateurs au sein de réseaux dits « intelligents »…Cette convergence amorce une ère inédite d’abondance énergétique, stimule de nouvelles filières industrielles et a déjà créé dix millions d’emplois à travers le monde. . Une accélération de la consommation de métaux rares . Terres rares, marché noir et catastrophes écologiques Les quelque dix mille mines éparpillées à travers le territoire chinois ont largement contribué à ruiner l’environnement du pays. Car il n’y a pas que l’extraction du charbon qui génère de la pollution…c’est également le cas de l’extraction des métaux rares. . Un monde plus vert tributaire de métaux sales D’un bout à l’autre de la chaîne de production de métaux rares, quasiment rien en Chine n’a été fait selon les standards écologiques et sanitaires les plus élémentaires. . De colossales répercussions sanitaires . Une soif de rattrapage, au risque de l’anarchie Les industriels ont pu polluer sans vergogne l’atmosphère des grandes agglomérations, contaminer les sols par des métaux lourds et déverser leurs déchets miniers dans la plupart des fleuves. Tous les dispositifs de croissance en Chine ont été conçus pour que règne la loi de la jungle. En clair, les Chinois ont fait n’importe quoi. . Les métaux rares, un fléau devenu mondial République démocratique du Congo, Kazakhstan, Amérique latine…Extraire des minerais du sol est une activité intrinsèquement sale, et elle a jusqu’ici été conduite d’une façon si peu responsable et éthique dans les Etats miniers les plus dynamiques que le dessein vertueux de la transition énergétique et numérique s’en trouve nécessairement remis en cause.

Ch. 2 LA PART D’OMBRE DES TECHNOLOGIES VERTES ET NUMÈRIQUES

. Les Green Tech : un bilan écologique accablant L’impact écologique des panneaux photovoltaïques. « Sur l’ensemble de son cycle de vie, la consommation énergétique d’un véhicule électrique est globalement proche d’un véhicule diesel » Etude Ademe . La matérialité de l’invisible Le digital nécessite l’exploitation de quantités considérables de métaux. Chaque heure, ce sont dix milliards d’e-mails qui sont envoyés à travers le monde, « donc 50 gigawatts/heure, l’équivalent de la production électrique de quinze centrales nucléaires pendant une heure ». Une étude américaine a estimé que le secteur des technologies de l’information et de la communication consommait 10% de l’électricité mondiale et produisait chaque année 50% de plus de gaz à effet de serre que le transport aérien. . Les promesses déçues du recyclage Le problème des industriels est bien la cherté de la récupération des métaux rares –un coût aujourd’hui supérieur à leur valeur. Le prix des métaux recyclés pourrait être compétitif si les cours des matières premières étaient eux-mêmes élevés. Las ! Ils sont structurellement bas depuis fin 2014. . Retour à l’envoyeur 80% des déchets électroniques produits aux Etats-Unis sont expédiés vers l’Asie…Les autorités européennes estiment que jusqu’à 1,3 million de tonnes de déchets électroniques seraient exportées de notre continent vers l’Afrique et l’Asie.

Ch. 3 LA POLLUTION DÉLOCALISÉE

Plutôt que d’assumer le leadership des métaux rares, l’Occident a préféré transférer leur production –et la pollution associée- vers des pays pauvres prêts à sacrifier leur environnement pour s’enrichir. . Quand les Américains dominaient le marché des terres rares . Montgolfières, aventure et terres rares : la saga de Rhône-Poulenc Dans les années 80, le français Rhône-Poulenc était l’un des deux grands chimistes mondiaux des métaux rares…Nous disposions d’un savoir-faire chimique prodigieux, doublé d’une prééminence commerciale remarquable. A des milliers de kilomètres de La Rochelle, la Chine, forte d’une production annuelle de plus de cent mille tonnes, s’arrogea donc le monopole des terres rares. Et qu’importent les conditions de travail : « Les unités de séparation y opéraient sans contrôle ni procédures de sécurité. Dans les usines de raffinage, les types faisaient de l’électrolyse à sept cents degrés sans casque, en tongs et en short ! C’était n’importe quoi ! » témoigne Jean-Yves Dumousseau. . Un nouvel agencement du monde En déplaçant ses mines et ses usines de métaux rares dans l’empire du Milieu, l’Occident a fait le choix de délocaliser sa pollution. Nous nous glorifions de nos législations économiques modernes, mais nous avons expédié nos rebuts électroniques dans des décharges toxiques ghanéennes, exporté nos déchets radioactifs au fin fond de la Sibérie et sous-traité l’exploitation de nos métaux rares un peu partout dans le monde. . L’illusion d’une nouvelle ère d’abondance Nous avons assisté à un phénomène mondial de liquidation des stocks stratégiques. En France, d’abord, où les stocks de platine et de palladium entreposés dans les coffres de la Banque de France, ont bientôt été écoulés, par des gouvernements de droite comme de gauche. Aux Etats-Unis, ensuite, où des dépôts de terres rares, de lithium et de beryllium valant des dizaines de milliards de dollars ont été liquidés. . L’abandon des politiques publiques de souveraineté minérale Exploiter ses propres ressources pour soi-même ou en garantir des livraisons pérennes par-delà les mers : cela fait des millénaires que ces deux règles élémentaires agencent toute stratégie d’indépendance énergétique. Or aucune d’elles n’a été appliquée jusqu’à ce jour par les Etats occidentaux pour les métaux rares.

Ch. 4 L’OCCIDENT SOUS EMBARGO

. Pékin, nouveau maître des métaux rares « La Chine est le pays le plus influent en ce qui concerne l’approvisionnement mondial en maintes matières premières critiques. » La méthode de la Chine a été celle du rouleau compresseur : en quelques décennies, la Chine a multiplié les ouvertures de mines sur son territoire, lancé le chantier d’une seconde route de la soie terrestre et maritime, afin de disposer d’un corridor d’approvisionnement de commodités depuis l’Afrique, et mené des opérations de fusion et acquisition d’entreprises dans le secteur des produits de base. Les marchés mondiaux et les équilibres géopolitiques ont été bouleversés au fur et à mesure que Pékin étendait sa sphère d’influence. . L’ »arme des métaux » au service de la politique étrangère chinoise Ces deux dernières décennies, l’empire du Milieu a été accusé de mettre en œuvre une politique systématique de restriction des exportations de minerais rares aussi divers que le spath fluor, le coke, la bauxite, le magnésium, le manganèse, le phosphore jaune, le carbure de silicium ou encore le zinc. . Des manœuvres commerciales aux répercussions planétaires Septembre 2010 : premier embargo de la Chine sur le Japon (transition énergétique et numérique). . Voyage chez la reine du platine Le royaume des Bakofeng, en Afrique du sud, assis sur les plus grandes réserves mondiales de platine. Dans le bras de fer qui l’a opposée à des entreprises minières, la tribu du platine a fait valoir la prééminence du producteur sur l’acheteur, du propriétaire, souverain sur ses ressources, sur une clientèle dispersée à travers le monde. Et ce qui est inédit, c’est que ce n’est pas un Etat, mais une « simple » tribu africaine qui se paye une multinationale. . La recrudescence des nationalismes miniers On constate des restrictions aux exportations pour à peu près tous les minerais et métaux couverts par l’inventaire des produits de base..Plus généralement, une culture de la résistance se développe de Jakarta à Oulan-Bator, de Buenos Aires à Pretoria. . Des métaux d’influence…et de crise Spécificités des marchés des métaux rares : Ils sont extrêmement restreints, très confidentiels, opaques, stratégiques pour les pays miniers, entravés par l’irruption des investisseurs privés, obéissant à leurs intérêts propres. « Le marché des terres rares n’est ni stable ni même prévisible ».

Ch. 5 MAIN BASSE SUR LES HAUTES TECHNOLOGIES

. La bataille des super-aimants Ce sont les aimants des terres rares qui vont tout bouleverser. Mises au point en 1983, ces pures merveilles de technologie sont en effet devenues indispensables pour tous les produits équipés d’un moteur électrique –donc réputés non polluants. . Chronique d’une désindustrialisation annoncée A partir des années 2000, ces fabricants d’aimants qui avaient fait le choix de ne pas délocaliser leurs usines ont commencé à manquer de terres rares et se sont vus obligés d’arbitrer entre maintenir leurs activités industrielles à demeure, au risque de les faire tourner au ralenti faute d’approvisionnements en matières premières, ou bien délocaliser en Chine afin de bénéficier d’un accès sans entraves aux commodités. . Voyage dans la « Silicon Valley des terres rares » Baotou en Chine, capitale mondiale des terres rares. Notre dépendance à l’égard de la Chine, originellement cantonnée aux ressources, s’est étendue aux technologies de la transition énergétique et numérique qui en dépendent. . L’Indonésie à nouveau « non alignée » Avec 34% de la production mondiale d’étain, l’Indonésie se hisse à la première place des pays exportateurs de ce minerai high-tech…Dès 2003, « l’étain est devenu le premier minerai à faire l’objet d’un embargo ». A partir de 2014, tout ce que l’Indonésie compte de ressources minières, du sable au nickel, des diamants à l’or, ne put être exporté à l’état brut…Comme en Chine, cette politique représentait un fabuleux levier de création de richesse.

Ch. 6 LE JOUR OÙ LA CHINE A DEVANCÉ L’OCCIDENT

. Les recettes chinoises du « colbertisme high-tech » L’innovation et le progrès technologique comme principes directeurs (13ème plan quinquennal 2016-2020)…Pour cimenter cette vision, Pékin s’est appuyé sur les fabuleux avantages compétitifs de l’économie chinoise : une main d’œuvre bon marché venue des régions intérieures ; le faible coût du capital, permis notamment par une politique de dévaluation du yuan ; la taille du marché chinois permettant la réalisation d’importantes économies d’échelle. . Des progrès technologiques stupéfiants Les stupéfiants progrès accomplis par la Chine dans les secteurs de l’électronique, de l’aéronautique, des transports, de la biologie, des machines-outils ou encore des technologies de l’information… Surtout, l’empire du Milieu a pris le leadership d’un éventail impressionnant de technologies vertes…Il s’affiche dorénavant comme le premier producteur d’énergies vertes au monde, le premier fabricant d’équipements photovoltaïques, la première puissance hydroélectrique, le premier investisseur dans l’éolien et le premier marché mondial des voitures à nouvelles énergies…Il veut, sur le terrain, être le grand gagnant de la transition énergétique et numérique. . L’Occident affaibli Aux Etats-Unis, en Europe, en France, la désindustrialisation a malmené le contrat social d’après-guerre, provoqué de graves troubles sociaux et constitué le fonds de commerce d’une pléthore de partis populistes. « La survie (…) de la démocratie européenne (…) pourrait être l’enjeu final de l’émergence, à peine entamée, de l’industrie chinoise. » . Quand deux visions du monde s’opposent Sa réussite permet à la Chine de promouvoir un modèle de gouvernement valorisant la patience du temps long, à l’encontre des options à courte vue qui, en Occident, ont anéanti toute politique industrielle. La guerre des métaux rares –et des emplois verts- révèle le nouveau conflit idéologique d’aujourd’hui : celui qui oppose la Chine et l’Occident à travers leurs principes d’organisation politique respectifs.

Ch. 7 LA COURSE AUX MISSILES INTELLIGENTS

. Shampoing, tondeuses pour chien et missiles de haute précision L’armée chinoise, dès les années 1980, a connu une triple mutation : doctrinale, organisationnelle, technologique…Pour accomplir cette transformation technologique, Pékin a certainement médité un enseignement cardinal de l’histoire des matières premières : métaux et paix ont rarement fait bon ménage. Chaque fois qu’un peuple, une civilisation, un Etat a maîtrisé un nouveau métal, son utilisation s’est accompagnée de faramineux progrès techniques et militaires – et de conflits toujours plus meurtriers. C’est désormais au tour des métaux rares, en particulier les terres rares, de changer le visage des conflits modernes. . Magnequench dans le collimateur des « Princes rouges » Les parties prenantes à l’opération d’achat de Magnequench (USA) se sont rapidement révélées tout aussi douteuses que celles de la vente de l’activité de production d’aimants de Crucible Materials à YBM. . Interférences chinoises dans les urnes américaines Il est de notoriété publique que Pékin, ayant pris fait et cause pour Bill Clinton et son colistier, Al Gore, a cherché à soutenir financièrement le Parti démocrate tandis qu’ils s’activaient en vue de leur réélection à la présidentielle de 1996. . Déni d’accès en mer en Chine méridionale Surnommé « tueur de porte-avions » et opérationnel en 2010, le missile balistique DF-21D constitue un pilier de la politique de « déni d’accès » que Pékin a mise en œuvre ces dernières années en mer de Chine méridionale. La maîtrise par Pékin de technologies balistiques avancées a déjà modifié les rapports de force en mer de Chine méridionale. . Quand les aimants chinois font tanguer le Pentagone En abandonnant aux Chinois le contrôle de la chaîne aval des minerais rares, les Etats-Unis n’avaient-ils pas offert à leurs concurrents l’opportunité de subtiliser leurs secrets militaires et de rattraper leur retard ?

Ch. 8 EXTENSION DU DOMAINE DE LA MINE

. Vers une pénurie de métaux ? D’ici à 2040, nous devrons extraire trois fois plus de terres rares, cinq fois plus de tellure, douze fois plus de cobalt et seize fois plus de lithium qu’aujourd’hui. La conclusion d’ensemble de cette étude portant sur tous les métaux nécessaires à moyenne échéance pour soutenir nos modes de vie high-tech est aberrante : puisque la consommation mondiale de métaux croît à un rythme de 3 à 5% par an, « pour satisfaire les besoins mondiaux d’ici à 2050, nous devrons extraire du sous-sol plus de métaux que l’humanité n’en a extrait depuis son origine. »…Nos 7,5 milliards de contemporains vont absorber plus de ressources minérales que les 108 milliards d’êtres humains que la Terre a portés jusqu’à ce jour. Nous avions déjà des listes d’espèces animales et végétales menacées ; nous établirons bientôt des listes rouges de métaux en voie de disparition. . La transition énergétique et numérique en danger Le marché noir des terres rares, qui représente un tiers de la demande officielle, accélère l’appauvrissement des mines, et, à ce rythme, certaines réserves pourraient être épuisées dès 2027. Pékin va favoriser les intérêts de ses industriels des technologies vertes et soutenir la croissance de sa transition énergétique et numérique au détriment de celle des autres…La plausibilité de ce scénario est renforcée par trois facteurs : le déni de la rareté des ressources ; le manque d’infrastructures minières ; le défi du taux de retour énergétique, i.e. le ratio entre l’énergie nécessaire à la production des métaux et celle que leur utilisation va générer. Il faut concasser une tonne de roche pour obtenir entre 1 et 5 grammes d’or. Pour la même quantité d’énergie dépensée, les groupes miniers extraient aujourd’hui jusqu’à dix fois moins d’uranium qu’il y a trente ans –et c’est vrai d’à peu près toutes les ressources minières. . La multiplication des fronts miniers Plusieurs vagues de nationalisme minier ont déjà placé les Etats importateurs à la merci de pays fournisseurs pourtant bien moins puissants qu’eux…La géopolitique des métaux rares pourrait faire émerger de nouveaux acteurs prépondérants, souvent issus du monde en développement : le Chili, le Pérou et la Bolivie, grâce à leurs fabuleuses réserves de lithium et de cuivre ; l’Inde, riche de son titane, de son acier et de son fer ; la Guinée et l’Afrique australe, dont les sous-sols regorgent de bauxite, de chrome, de manganèse et de platine ; le Brésil, où le bauxite et le fer abondent ; la Nouvelle-Calédonie, grâce à ses prodigieux gisements de nickel. A travers cette stratégie d’expansion minière, l’empire du Milieu vise un objectif audacieux : abandonner les monopoles miniers édifiés sur ses seules ressources domestiques de minerais au profit d’une nouvelle position dominante, fondée cette fois-ci sur son contrôle planétaire d’une ribambelle de métaux rares.

Ch. 9 LA FIN DES DERNIERS SANCTUAIRES

. La France, un géant minier en sommeil Avec à l’Elysée le président le plus « pro-mines » que le pays ait connu depuis longtemps se repose la question de rouvrir des mines en métropole, ce qui change fondamentalement la nature du débat…La relance de notre propre activité extractive, désormais, nous place face à nos propres responsabilités. La polémique sur les mines nous invite à prendre conscience de ce que les Chinois ont compris depuis des lustres : notre modèle de développement recèle d’indébrouillables contradictions. Entre les rêves d’un monde plus vert et la matérialité d’un monde plus technologique, il n’est pas évident de choisir. . Paris à la conquête des océans L’ensemble du domaine maritime français totalise aujourd’hui plus de 11 millions de kilomètres carrés : c’est vingt fois la surface de l’Hexagone, et c’est surtout le deuxième plus grand au monde après celui des Etats-Unis. . Le jour où le président Obama a fait sauter le verrou de l’espace Terres, océans, astéroïdes…La célébration d’un meilleur partage des ressources a au contraire donné lieu à la plus grande entreprise d’appropriation des éléments terrestres jamais connue. Le projet, entonné en chœur par tous les avocats de la transition énergétique et numérique, de réduire l’impact de l’homme sur les écosystèmes a en réalité conduit à accroître notre mainmise sur la biodiversité. Quant à notre nouvelle convoitise pour l’espace, elle balaie d’ultimes interdits.

ÉPILOGUE

Toutes les ressources du futur nous placeront face à de nouveaux défis protéiformes. Aussi, il est temps de nous interroger dès à présent : quel est le sens de ce saut technologique que nous embrassons comme un seul homme ? N’est-il pas absurde de conduire une mutation écologique qui pourrait tous nous empoisonner aux métaux lourds avant même que nous l’ayons menée à bien ? Peut-on sérieusement prôner l’harmonie confucéenne par le bien-être matériel si c’est pour engendrer de nouveaux maux sanitaires et un chaos écologique –soit son exact contraire ?

*

Verbatim proposé par François C.