Boutique en ligne

A Livr'Ouvert

171b bd Voltaire, 75011 Paris. Latitute/longitude: 46.75984 1.738281

Tel: 09.52.65.38.67

Le lundi de 12h à 19h et du mardi au samedi de 10h à 19h30.

Mail: contact@alivrouvert.fr

Verbatims et recommandations...

Survivre aux crises de Jacques Attali - Ed. Fayard

Survivre aux crises

Émetteur du verbatim: François C.

Ch. I ANTICIPER: après la crise, les crises

1. Après la crise

Rien ne vient enrayer l’épuisement de l’Occident (population, technologie, épargne, matières premières), financé par des emprunts transférés des ménages aux banques, puis des banques aux Etats, et que rien ne vient maîtriser… et sans qu’aucune régulation efficace, ni nationale, ni mondiale, vienne recréer les contraintes nécessaires

Le pronostic pour 2010 et 2011 reste incertain. Un scénario optimiste en U/pessimiste: le double plongeon en W. La consommation, et en particulier la demande de crédit, n’augmenterait pas. L’offre de crédit n’augmenterait pas non plus, en raison de la faiblesse des fonds propres des banques. Les Etats occidentaux devraient alors continuer à subventionner banques et entreprises, entraînant une poursuite de la hausse de la dette publique, une remontée des taux d’intérêt et la perte de confiance des investisseurs en bons du Trésor.

2. Les crises

A. D’autres crises économiques

L’insuffisance des fonds propres des entreprises;

L’explosion de la bulle chinoise;

Des tentations protectionnistes;

L’hyperinflation (l’inflation des flux reste, à terme, une quasi certitude);

L’effondrement du dollar;

La faillite de la FED.

B. Une crise énergétique majeure: les peak oil

C. Une crise écologique majeure

D. La crise de la santé et de l’éducation

E. Une pandémie incontrôlable: une crise à la fois sanitaire, économique et humaine de vaste ampleur, en ralentissant la circulation des gens et des objets

F. Crises politiques et militaires

Ch. II S’INSCRIRE DANS LE MOUVEMENT

A. Grandes tendances pour le monde

. L’explosion démographique : la classe moyenne mondiale augmentera de plus d’un milliard d’individus

. Les progrès techniques : les NBIC

 

. L’amélioration de l’efficacité dans l’usage de l’énergie et des matières premières

. Une accélération de la croissance des secteurs et des métiers d’avenir

. Le basculement géopolitique

. Un nouveau Moyen Age

B. L’évolution idéologique

. La liberté individuelle restera la valeur dominante

. L’optimisme et la déloyauté des puissants, la vulnérabilité des plus faibles

. La remise en cause de l’idéologie de la liberté individuelle et de ses élites

 

Ch. III LES STRATEGIES DE SURVIE

1 Les stratégies passives

A le renoncement à soi;

B le renoncement au monde… no livers;

C la repentance ;

D l’espérance en autrui.

2 Les stratégies positives à caractère politique

A l’exaspération ;

B l’action politique ;

C la révolution.

3. Les stratégies positives à caractère personnel

Respect de soi ; Intensité ; Empathie ; Résilience ; Créativité ; Ubiquité ; Penser révolutionnaire.

Ch. IV POUR SURVIVRE – LES GENS

1er principe: se prendre soi-même au sérieux; le respect de soi

Exigence, lucidité, intégrité, capacité de décision rapide, compassion, honnêteté, humilité, douceur, maîtrise, écoute des autres

2ème principe: donner de l’intensité au temps

3ème principe: se faire une opinion personnelle du monde par l’empathie

4ème principe: être capable de résister à une attaque: la résilience

5ème principe: détourner toute menace en opportunité: la créativité

6ème principe: ne pas se contenter d’une seule identité: l’ubiquité

7ème principe: penser révolutionnaire

Ch. V POUR SURVIVRE – LES ENTREPRISES

Ch. VI POUR SURVIVRE – LES NATIONS

Phrases clés extraites de ce livre:

Panique le 15 septembre 2008 : on se rend compte que personne ne contrôlait, que personne ne surveillait rien, et même que tout le monde, dans le système financier, avait intérêt à ce que ce système de prêts et de dettes (d’effet de levier) se développe pour en tirer le maximum de profits et de bonus sans que les fonds propres laissés en garantie aient augmenté dans les mêmes proportions.

Dans les trois derniers mois de 2008, les banques américaines ont perdu 80 milliards de dollars, reçu 175 milliards de subventions de l’Etat fédéral, et versé 36 milliards de bonus à leurs cadres.

En mai 2009, le FMI estime qu’il manque en réalité 875 milliards de fonds propres aux banques américaines et européennes pour qu’ils représentent un ratio de 4% de leurs actifs.

Septembre 2009… les dettes des principaux Etats s’envolent sans que nul ne s’en inquiète; le chômage augmente partout; les agences de notation, les banques, les fonds de pension, les activités spéculatives ne sont pas contrôlées.

Septembre 2009…Le taux de chômage réel aux USA dépasse les 16%. Le déficit public anglais dépasse les 14% du PIB; celui de la France approche les 10%. En Espagne, le taux de chômage est de 18,7%, en Lettonie de 16,3%, en Allemagne de 7,7%, en France de 9,3%. En Italie, la récession coûte un million d’emplois; en Irlande, le taux de chômage est passé de 3 à 10%. Au Japon, la récession atteint 6% et la dette publique dépasse les 200% du PIB

Pour que l’équilibre revienne sans passer par la faillite des nations, il faudrait qu’il existe des forces de rappel capables de contraindre les Etats en crise à équilibrer leurs budgets, et les banques à restaurer leurs fonds propres.

Aux USA, la part des dépenses de santé dans le PIB est passée de 12% en 1990 à 18% en 2009 (elle n’est encore que de 11% en France).

Outre les 25 000 armes nucléaires existant sur la planète, commencent à proliférer des armes très meurtrières utilisant des technologies civiles, telles les bio et les nanotechnologies.

Chacune de ces innovations ne pourra se développer que grâce aux autres : pas de génétique sans technologies de l’information; pas de biotechnologies sans nanotechnologies; pas de traçabilité sans nano-, biotechnologies et technologies de l’information; pas de robotique sans bio et nanotechnologies qui permettront de construire des robots de la taille d’une mouche, contrôlables par le cerveau; pas de neurosciences sans toutes les autres.

Les secteurs industriels et de services qui deviendront absolument stratégiques: l’énergie, l’eau, l’assurance, la distraction, la santé, les infrastructures, les réseaux, les logiciels, les services et la sécurité informatiques, la gestion du risque, les services financiers publics, l’élevage, la pisciculture, l’agriculture, l’écologie, les énergies renouvelables, le génie climatique, les déchets, la grande distribution, le reclassement de salariés, le matériel médical, le biomédical, les entreprises de nanotechnologies, de neurosciences, de biotechnologies, les services à la personne, la dépendance des personnes âgées, les administrations locales, la logistique, les cabinets de conseil…

Secteurs d’avenir: les vainqueurs seront donc au croisement de ces deux critères: dynamique de croissance et dynamique de survie. Parmi eux: les infrastructures, l’eau, l’énergie, les réseaux, la distraction, l’agriculture, l’économie verte, la santé, l’assurance et l’éducation.

40 villes régions produisent déjà aujourd’hui les 2/3 de la richesse du monde et sont le lieu de 90% de ses innovations

Dans des sociétés de plus en plus individualistes, de moins en moins solidaires, de plus en plus déloyales, la situation des plus faibles sera de plus en plus fragile.

Respect de soi: avoir conscience de soi, se respecter, prendre soin de soi, exprimer sa raison de vivre, définir ses propres valeurs, leur donner un sens concret, les afficher et les mettre en œuvre.

Accorder la plus grande valeur à un usage non marchand du temps: la conversation, la surprise, le rire, la tendresse, l’amitié, l’art, l’amour.

Survivre requiert de chacun la mise en œuvre d’une stratégie à sept dimensions: une prise de conscience de soi, un désir de vivre, une profonde introspection, une grande lucidité sur ses forces et faiblesses, un désir d’excellence (le respect de soi); puis une volonté de vivre sa vie le plus intensément possible,  chaque instant, sans jamais en perdre une miette, selon un projet à long terme donnant des raisons de durer (l’intensité de vie); puis une capacité d’analyser la situation (en particulier d’appréhender et accepter les mauvaises nouvelles), une capacité d’analyser le comportement des autres, de comprendre ce qui peut émaner d’eux, d’évaluer leur loyauté, de les répartir entre alliés et ennemis (l’empathie); puis, pour ne pas risquer d’être détruit par une attaque, une préparation faite de la constitution de réserves, d’assurances, de voies de recours (la résilience); puis une faculté à détourner les forces hostiles pour en faire des atouts nouveaux (la créativité); puis une aptitude à changer, si cela se révèle nécessaire, de valeurs, de projet de vie, d’identité, à devenir autre sans cesser pour autant de se respecter (l’ubiquité); enfin, en cas extrême, une capacité de renverser tous les principes, d’agir hors des normes et des lois, en légitime défense, de façon littéralement révolutionnaire.

Sur la boutique

PHILOSOPHIES - 365 graines de sagesse à cultiver de Jacques de COULON - Ed. Jouvence 2015

Philosophies ; 365 graines de sagesse à cultiver Émetteur du verbatim: François C.

HIVER  EN ATTENTE DE SOI: DÉPOUILLEMENT ET GESTATION

JANVIER Élaguer: remise en question et libération

. Se désencombrer: comment m’alléger?

Plotin Fais comme le sculpteur: il enlève, il gratte, il polit, il nettoie jusqu’à ce qu’il fasse apparaître un beau visage dans la statue. Toi aussi, enlève tout ce qui est superflu et ne cesse de sculpter ta propre statue.

. Se remettre en question: de quelles illusions me libérer?

Etty Hillesum La vie est si curieuse, si surprenante, si nuancée, et chaque tournant du chemin nous découvre une vue entièrement nouvelle. Il faut s’affranchir intérieurement de toutes les représentations convenues.

. S’étonner: comment renouveler mon regard sur le monde?

Sénèque J’ai regardé le monde comme si je le voyais pour la première fois.

. Choisir la vie: comment affronter la peur de la mort?

Epicure La mort n’est rien pour nous ; tant que nous sommes là nous-mêmes, la mort n’y est pas et, quand la mort est là, nous n’y sommes plus.

FÉVRIER Préparer le terrain: le recentrage

. Se focaliser sur l’essentiel: qu’est-ce qui existe vraiment?

Simone Weil La croyance en l’existence d’autres êtres humains comme tels est amour. L’esprit n’est forcé de croire à l’existence de rien. C’est pourquoi le seul organe de contact avec l’existence est l’acceptation, l’amour.

. Quitter les sables mouvants: y-a-t-il une réalité stable?

Nietzsche Il y a en moi quelque chose d’invulnérable, quelque chose qu’on ne peut enterrer et qui fait sauter les rochers: cela s’appelle ma volonté.

. Se recentrer: comment remonter à la source de ma conscience?

Hillesum Tous les matins, avant de me mettre au travail, me « tourner vers l’intérieur », rester une demi-heure à l’écoute de moi-même. Créer au-dedans de soi une grande et vaste plaine débarrassée des broussailles sournoises qui vous bouchent la vue, ce devrait être le but de la méditation.

. Faire des choix: quelle est ma marge de liberté?

Etty Hillesum L’homme forge son destin de l’intérieur, voilà une affirmation bien téméraire. En revanche, l’homme est libre de choisir l’accueil qu’il fera lui-même à son destin.

MARS Semer fécondité du projet

. Penser: comment apprendre à réfléchir?

Etty Hillesum On cherche toujours la formule libératrice, la pensée clarificatrice. Les choses doivent s’éclaircir en toi ; tu ne dois pas, toi, te laisser engloutir par les choses.

. Y croire: qu’est-ce que la pensée positive?

Marc-Aurèle L’âme se colore par l’effet des pensées. Colore-la donc par une attention continue à des pensées comme celle-ci: là où il est possible de vivre, il est aussi possible de bien vivre.

. Se décider: sur quoi me baser pour agir?

Simone Weil Ce qu’on nomme la morale ne fait appel qu’à la volonté, et dans ce qu’elle a pour ainsi dire de plus musculaire. La religion au contraire correspond au désir. Les pratiques religieuses sont entièrement constituées par de l’attention animée de désir.

. Créer: où puiser ma force créatrice?

Marc-Aurèle Tout être est la semence de l’être qui doit sortir de lui.

Nietzsche Tu dois construire plus haut que toi-même. Mais il faut d’abord que tu sois construit toi-même. Tu dois construire un corps d’essence supérieure, un premier mouvement, une roue qui roule sur elle-même. Tu dois créer un créateur.

PRINTEMPS  VERS SOI: CROISSANCE ET CONSTRUCTION DE SOI

AVRIL Germer: la renaissance

. Venir au monde: naissons-nous naturellement bons?

Hobbes À l’état de nature, l’homme est un loup pour l’homme.

. S’éveiller: comment vivre plus consciemment?

Marc-Aurèle Au petit jour, lorsqu’il t’en coûte de t’éveiller, aie cette pensée: c’est pour faire œuvre d’homme que je m’éveille. Serais-je encore de méchante humeur si je vais faire ce pour quoi je suis né? Ou bien ai-je été formé pour rester couché et me tenir au chaud sous mes couvertures?

. Se transformer: faut-il mourir pour renaître?

Simone Weil Si le grain ne meurt…Il doit mourir pour libérer l’énergie qu’il porte en lui afin qu’il se forme d’autres combinaisons. De même, nous devons mourir pour libérer l’énergie attachée, pour posséder une énergie libre, susceptible d’épouser le vrai regard des choses.

. Désirer: qu’est-ce que le vrai désir?

Etty Hillesum Je ne veux rien être de spécial. Je veux seulement tenter de devenir celle qui est déjà en moi mais cherche encore son plein épanouissement.

MAI Pousser: l’élévation

. Se fortifier: qu’est-ce qui me rend plus résistant?

Marc-Aurèle Le maître intérieur se porte, après choix, vers le meilleur et s’il rencontre un obstacle, il s’en fait une matière comme le feu lorsqu’il se rend maître des choses: il les consume et, par ce qu’on y jette, il s’élève plus haut.

. Connaître: d’où viennent mes connaissances?

Emmanuel Levinas L’enseignement ne revient pas à la maïeutique. Il vient de l’extérieur et m’apporte plus que je ne contiens.

. Apprendre: de quoi ai-je besoin pour grandir?

Simone Weil Si on cherche avec une véritable attention la solution d’un problème de géométrie, et si, au bout d’une heure, on n’est pas plus avancé qu’en commençant, on a néanmoins avancé, durant chaque minute de cette heure, dans une dimension plus mystérieuse. Sans qu’on le sente, cet effort en apparence stérile a mis plus de lumière dans l’âme et le fruit se retrouvera, un jour.

. S’élever: comment élargir mon point de vue?

Simone Weil La pensée doit être, à toutes les pensées particulières et déjà formées, comme un homme sur une montagne qui, regardant devant lui, aperçoit en même temps sous lui, mais sans les regarder, beaucoup de forêts et de plaines.

JUIN Fleurir: l’ouverture

. Laisser être: qu’est-ce qu’une attitude non violente?

Etty Hillesum Ce que je trouvais beau, je le désirais de façon beaucoup trop physique. Aussi avais-je toujours cette sensation pénible de désir inextinguible. L’autre soir, en revanche, j’ai réagi tout autrement: j’ai accueilli dans la joie l’intuition de la beauté de la création divine.

. Accueillir: vers quoi déployer mes pétales?

Etty Hillesum En excluant la mort, on se prive d’une vie complète ; en l’y accueillant, on élargit et on enrichit sa vie.

. S’ouvrir à l’autre: oui mais comment?

Pierre Hadot Le dialogue apprend aux interlocuteurs à se mettre à la place de l’autre, donc à dépasser son propre point de vue. Ils découvrent par eux-mêmes et en eux-mêmes une vérité indépendante d’eux dans la mesure où ils se soumettent à une autorité supérieure : le LOGOS.

. Accepter ce qui est: faut-il consentir à tout ce qui arrive?

Nietzsche La volonté est créatrice. Tout ce «qui fut» est fragment et énigme et épouvantable hasard, jusqu’à ce que la volonté créatrice ajoute: «Mais c’est ainsi que je le voulais, que je le veux et que je le voudrai.»

ÉTÉ  EN SOI: LE PLEIN ÉPANOUISSEMENT

JUILLET Resplendir: l’intensité de la vie

. Vivre pleinement: comment savourer la vie?

Saint Augustin Il y a trois temps: le présent du passé, le présent du présent et le présent du futur. Ces trois sortes de temps n’existent que dans notre esprit. Le présent du passé, c’est la mémoire ; le présent du présent, c’est l’intuition directe ; le présent de l’avenir, c’est l’attente.

. Trouver son équilibre: qu’est-ce qu’une vie juste?

Marc-Aurèle Agir, parler et penser en homme qui peut sortir à l’instant de la vie. Accomplis chaque action de ta vie comme si c’était la dernière en te tenant éloigné de toute légèreté.

Spinoza La joie est le passage de l’homme d’une moindre à une plus grande perfection. La tristesse est le passage de l’homme d’une plus grande à une moindre perfection.

. Vivre heureux: où réside mon bonheur?

Pythagore Peu savent être heureux: jouets des passions, tour à tour ballottés par des vagues contraires, ils roulent sans pouvoir résister à l’orage.

. Vivre dans sa chair: le corps, prison de l’âme ou foyer d’épanouissement?

Simone Weil L’homme doit faire acte de s’incarner, car il est désincarné par l’imagination.

AOÛT Mûrir: l’approfondissement

. Découvrir ses valeurs: d’où viennent mes idéaux?

Platon La vraie voie de l’amour, c’est de partir des beautés sensibles et de monter sans cesse vers cette beauté surnaturelle en passant par échelons d’un beau corps à deux, puis des beaux corps aux belles actions, puis aux belles sciences, pour aboutir à la contemplation du Beau tel qu’il est en soi.

. S’analyser avec lucidité: comment affiner mon jugement?

Pythagore Ne laisse pas le sommeil tomber sur tes yeux avant d’avoir pesé tous les actes du jour. Qu’ai-je fait? Quels devoirs ai-je omis? Après quoi, blâme ce qui est mal fait, du bien réjouis-toi!

. Se perfectionner: comment acquérir des qualités pour mûrir?

Marc-Aurèle Les principes et les valeurs vivent. Comment pourraient-ils mourir à moins que ne s’éteignent leurs représentations? Or, ces représentations, il est en ton pouvoir de les ranimer sans cesse.

. Vivre librement: ma liberté est-elle bonne?

Blaise Pascal «C’est là ma place au soleil»: voilà le commencement

SEPTEMBRE Fructifier: l’accomplissement

. Se dilater: et si j’étais une grande sphère qui contenait tout?

Héraclite On ne peut trouver les limites de l’âme, quelque chemin qu’on emprunte, tellement est profond le génie qui l’habite.

. Vivre ensemble: qu’est-ce qu’un citoyen du monde?

Simone Weil Les enfants de Dieu ne doivent avoir aucune autre patrie ici-bas que l’univers lui-même, avec la totalité des créatures raisonnables qu’il a contenues, contient et contiendra. C’est là la seule cité natale qui a droit à notre amour.

Empédocle Ne cesserez-vous jamais le douloureux carnage? Ne voyez-vous pas que c’est vous-mêmes que vous égorgez stupidement?

. Cultiver son jardin secret: comment échapper à la globalisation?

Emmanuel Levinas Autrui déborde absolument toute idée que je peux avoir de lui.

. Rechercher le bien: dois-je me laisser guider par ma seule raison?

Emmanuel Levinas La conscience, c’est l’impossibilité d’envahir la réalité comme une végétation sauvage qui absorbe ou brise ou chasse tout ce qui l’entoure. Voir un visage, c’est déjà entendre: tu ne tueras point.

AUTOMNE  VERS L’AUTRE : DÉTACHEMENT ET DON DE SOI

OCTOBRE Donner son fruit: l’amour du prochain

. Reconnaître la valeur de la personne: pourquoi est-elle si précieuse?

Etty Hillesum N’y aurait-il qu’un seul Allemand respectable, qu’il serait digne d’être défendu contre toute la horde des barbares et que son existence vous enlèverait le droit de déverser votre haine sur un peuple entier.

. Aimer le prochain: quels sont les signes distinctifs de l’amour?

Maître Eckhart Au-dessus de la connaissance et de l’amour est la miséricorde.

Saint-Exupéry Aimer, ce n’est pas se regarder l’un l’autre, c’est regarder dans la même direction.

. Donner: qu’est-ce que le don véritable?

Marc-Aurèle En aidant quelqu’un, ne cherche pas à en tirer profit mais passe à un autre bienfait comme la vigne qui, la saison venue, produit à nouveau du raisin.

. Être soi-même: suis-je autosuffisant ou voué à l’autre?

Blaise Pascal Le moi est haïssable: il est injuste en soi, en ce qu’il se fait le centre de tout ; il est incommode aux autres en ce qu’il veut les asservir.

NOVEMBRE Lâcher prise: l’amour désintéressé de l’humanité

. Apprendre à mourir: faut-il penser à la mort?

Spinoza Un homme libre n’est pas dirigé par la crainte de la mort mais désire ce qui est bon directement, c’est-à-dire désire agir, vivre, conserver son être. Sa sagesse est une méditation de la vie, non de la mort.

. Lâcher prise: qu’est-ce que le détachement?

Marc-Aurèle Rien pour moi n’est prématuré ni tardif, de ce qui est pour toi en temps opportun, ô Monde. Tout est fruit pour moi de ce que produisent tes saisons, ô Nature.

. Agir de manière désintéressée: à quoi dois-je renoncer?

Simone Weil Détachement des fruits de l’action. Agir non pour un objet mais par une nécessité: je ne peux pas faire autrement.

. Aimer toute l’humanité: quels sont les fondements de cet amour universel?

. Simone Weil Ce sont ceux qui sont capables d’amitié qui peuvent aussi s’intéresser de tout leur cœur au sort d’un inconnu. Dans tous les domaines, l’amour n’est réel que dirigé sur un objet particulier. Il devient universel, sans cesser d’être réel, seulement par l’effet de l’analogie et du transfert.

DECEMBRE S’intérioriser: l’enracinement dans l’Absolu

. S’intérioriser: comment me retirer dans ma citadelle intérieure?

Marc-Aurèle Ton principe directeur devient inexpugnable lorsque, rassemblé sur lui-même, il se contente de ne pas faire ce qu’il ne veut pas. Voilà pourquoi c’est une citadelle que l’esprit libéré des passions.

. Contempler: qu’est-ce que la sagesse contemplative?

Cicéron L’observation et la contemplation de la nature sont une sorte d’aliment naturel pour les esprits. Nous nous redressons, nous nous dilatons, nous regardons d’en haut les choses humaines.

. S’interroger sur Dieu: existe-t-il?

Einstein La religiosité du savant réside dans l’étonnement en face de l’harmonie des lois de la nature dans laquelle se révèle une Raison si supérieure que toutes les pensées ingénieuses des hommes et leurs agencements ne sont, en comparaison, qu’un reflet tout à fait futile.

. Entrer en contact avec Dieu: comment est-ce possible?

Angelus Silesius La circonférence est dans le point, le fruit dans la graine, Dieu, l’Infini, dans la finitude: sage est celui qui le cherche dans l’univers fini.

CONCLUSION  J’AIME, DONC JE SUIS

Etty Hillesum Je fais jaillir le plus petit acte d’un grand foyer central de disponibilité et d’amour.

 

Sur la boutique

ET N’OUBLIE PAS D’ETRE HEUREUX - Abécédaire de psychologie positive de Christophe ANDRE - Ed. Odile Jacob

Et n'oublie pas d'être heureux Émetteur du verbatim : François C.

A comme Aujourd’hui

C’est comme pour le souffle, la force ou la souplesse: il va nous falloir pratiquer régulièrement des exercices dans le but de muscler nos capacités à héberger, amplifier, savourer des ressentis émotionnels positifs.

Awe: quelque chose d’infiniment grand et infiniment fort existe, nous saisit parfois et nous relâche (en général).

C’est beau et effrayant.

Ça donne envie de continuer à vivre, à aimer, et à sourire tout doucement.

B comme Bienveillance

Pose un regard bienveillant sur le monde: Écoute et souris ; prends ton temps, tout ton temps, pour juger ; puis, agis.

C comme Choix

Souvent tu n’y penses pas, prisonnier de tes croyances anciennes ; mais presque toujours, tu as le choix: parler ou bouder, construire ou détruire, grogner ou sourire.

D comme Don

Donne, et ne garde qu’une chose: le bonheur d’avoir donné.

E comme Efforts

Pour changer, l’important n’est pas ce que tu sais, mais ce que tu fais: ça s’appelle un effort.

Ce qui facilite l’émerveillement, c’est la disponibilité mentale, la curiosité, ce qu’on appelle dans le zen l’esprit du débutant: une fraîcheur toujours renouvelée face à ce que nous pourrions penser connaître et maîtriser.

F comme Folie

Psychiatre, je n’ai jamais vu de fous,

Seulement des humains qui souffraient

De ne pas être heureux.

G comme Gratitude

Toutes tes joies te sont données:

Par la vie, par autrui, par un Dieu (peut-être).

Pour cela: gratitude, qui renforce ton cœur et ton bonheur.

H comme Harmonie

L’harmonie, comme un besoin caché

Qu’on oublie volontiers.

Mais qui peut vivre longtemps sans elle?

I comme Illusion

N’aie pas peur des illusions

Quand elles réchauffent ton cœur

Et te poussent à l’action.

J comme Joie

Sauts de joie, cris de joie, larmes de joie: la joie comme une sève montant d’un coup en toi. Elle ne durera pas? Tu garderas en toi sa certitude. Et puis elle reviendra.

K comme Karma

Pas de destin, pas de karma.

Ce n’est pas du passé que tu es prisonnier.

Juste de tes habitudes.

Karma express: ce que nous faisons de bien dans notre vie actuelle nous rendra plus heureux, non pas dans une existence ultérieure, mais bien dans celle-ci.

L comme Lien

Le bonheur est dans le lien.

N’oublie jamais: tu es lié à toute l’humanité

Et ses larmes sont tes larmes.

Fais que tes bonheurs soient aussi les siens.

M comme Malheur

Le bonheur ouvre le cœur,

Le malheur ouvre les yeux,

Ne cherche pas: tu as besoin des deux.

Mantras: «Fais de ton mieux, et n’oublie pas d’être heureux.»

«Mieux vaut marcher et respirer que ruminer.»

«Ne renonce jamais sans avoir essayé. Mais si tu as vraiment essayé, donne-toi toujours le droit de renoncer.»

N comme Nature

Marche dans les forêts, sur les rivages, les sommets,

Admire chaque jour le ciel et l’horizon.

Prends soin de cette Terre: elle est la tienne, pour toujours.

Tu y retourneras un jour.

O comme Ouverture

Regarde autour de toi et pas seulement vers tes problèmes.

Ouvre ton esprit et tes yeux,

Pour que ton cœur respire mieux.

Oxymores du bonheur: pire bonheur et merveilleux malheur

P comme Pardon

Pardonne aux humains, pardonne au destin.

Tu ne peux pas pardonner?

Alors libère-toi au moins du ressentiment.

Bonheur = efforts + chance

Grand bonheur = un peu plus d’efforts + beaucoup plus de chance

Q comme Quotidien

Source principale du bonheur. Les gisements sont considérables, l’exploitation facile: il suffit d’ouvrir les yeux et de prendre conscience.

R comme Respirer

Quoi qu’il advienne, respire.

Quand tu admires et quand tu pleures, quand tout et quand rien.

Parce que tu es vivant, tout simplement.

Recueillement. Je suis resté quelques minutes en connexion avec mon père sur ce canal de gratitude.

S comme Savourer

Affronter la difficulté: ça, tu sais.

Mais inviter en toi la grâce et la beauté?

Dix fois dans la journée, arrête-toi pour célébrer un petit bout de vie.

Sagesse: le maximum de bonheur dans le maximum de lucidité (Comte-Sponville).

T comme Tristesse

Avant, Après, Ailleurs: c’est la déclinaison du triple A anti-instant présent. Et anti-bonheur. Plus mon esprit prend l’habitude de s’évader avant, après ou ailleurs, au lieu de rester dans l’ici et maintenant, plus mon bien-être diminue.

U comme Urgent

Le combat de l’urgent et de l’important, ça commence dès le matin au lever…

Parfois je serai du côté de l’important. Parfois esclave de l’urgent. C’est très bien comme ça: c’est le signe que je suis vivant.

V comme Vertus

Vertueux: heureux.

Faire le bien te fait du bien.

W comme Walden

«Live. Believe. Worry a bit.» N’oublie pas de vivre. Garde la foi. Fais-toi un tout petit peu de souci.

X comme Anonyme

Le malheur fait des beaux romans,

Des vies intéressantes à raconter, mais pas à traverser.

Les vies heureuses sont ennuyeuses?

Bien sûr que non: juste joyeuses et silencieuses.

Y comme Yin et Yang

Bonheur dans le malheur: lorsqu’on te console.

Malheur dans le bonheur: le dernier jour d’été.

Les deux se succèdent et nourrissent ta vie.

Tout est bien.

Z comme Zen

La voie du zen: travaille à t’alléger. Ne cherche pas à tout résoudre, Laisse les nœuds se dissoudre. Chaque jour de ta vie assieds-toi, Contemple, médite. Sois.

 

Conclusion : À l’heure de ma mort

«Je n’ai plus besoin de rien. Je peux mourir maintenant, à cet instant. J’aurai connu le bonheur. J’ai souvent deviné son visage, ressenti sa présence. Je l’ai souvent entendu respirer à mes côtés, ou juste derrière moi. Je peux partir. Je peux laisser ma place aux autres. J’ai eu ma part du gâteau. Tout ce qui m’arrivera désormais sera comme une suite de grâces imméritées, mais que j’accueillerai et savourerai avec un émerveillement croissant. Je finirai par en mourir de joie. Je me demande bien ce que je trouverai alors de l’autre coté…»

* Sur la boutique

UNE AUTRE VIE EST POSSIBLE deJean-Claude GUILLEBAUD - Ed. L’Iconoclaste 2012

 Une autre vie est possibleÉmetteur du florilège: François C.

L’espérance a beaucoup à voir avec le petit matin. Ou le mois d’avril. L’idée d’un commencement, d’une remise en route, d’une infatigable renaissance. L’appétit de l’avenir et l’énergie du matin sont vraiment le propre de l’homme. Nous sommes mus par le besoin d’un «en-avant» déterminé.

Si l’espérance concerne l’avenir, elle se vit au présent, un présent qu’elle éclaire et enrichit.

Espérer, c’est refuser de s’en remettre à la fatalité.

Quand je me remémore ces années-là, c’est l’énergie des humains, l’opiniâtreté de leur espérance, l’ardeur de leurs recommencements qui me viennent en tête. Je pourrais mettre des noms propres sur tous ces êtres que j’ai vus s’accrocher à l’avenir, avec cette infatigable volonté qui leur permettait de rester debout dans le désastre.

Chaque fois, en tous pays et en toutes circonstances, j’ai trouvé des hommes et des femmes qui n’acceptaient ni de capituler ni de désespérer. Au milieu des pires saloperies humaines perdurent leurs contraires : entraide, détermination, vitalité, projets, courage, douceur…

Un ébranlement ambigu du principe espérance.

Composantes de l’optimisme européen (avant la guerre de 14-18): le «nous», l’attachement à la raison, l’aspiration égalitaire, la solidarité agissante, le volontarisme historique, le respect du droit, l’humanisme démocratique,… Tout le viatique de l’esprit européen était à la fin du XXème siècle devenu équivoque, discutable, critiquable, compromis.

La Grande Guerre fut la matrice, la cellule souche de ce siècle ensanglanté… Une série d’emboîtements se succédèrent, comme autant de répliques du séisme initial… Au terme symbolique du XXème siècle, toutes les «valeurs» dont se prévalait l’Europe se retrouvèrent corrompues, tordues, salies, déconsidérées.

  1. Aspiration à l’égalité versus «projet inégalitaire».
  2. Volonté de construire l’Histoire au lieu de la subir.
  3. Économie (marché jugé plus «raisonnable» que la politique, toujours soupçonnée de démagogie).
Le trou béant creusé dans le siècle par la Shoah peut s’interpréter comme une contrefaçon démoniaque du TIKKOUN OLAM: réparer le monde en le débarrassant d’un des peuples qui l’habitent!

Les «trente piteuses» le furent surtout en matière d’idées, de vision du monde, de détermination et d’espérance.

Selon la nouvelle vulgate néolibérale, l’avenir ne sera plus « onstruit» par les citoyens mais «produit» par le marché et la fameuse RDTS.

Ramené à lui-même et cadenassé sur sa finitude, le présent devient un champ clos. Y prévalent les corporatismes inquiets, les frilosités communautaires, les doléances, le chacun-pour-soi et le cynisme impitoyable.

L’avenir en mémoire vive!

Dans le désordre, dans l’excès, dans l’imprévisibilité, quelque chose de notre futur est en gestation, qui s’exprime en une toute petite phrase: Un autre monde est possible.

Un monde commun, avec ses repères, ses récits fondateurs, son ordre symbolique, ses croyances et son habitus, est peu à peu englouti. Et nous sommes ses naufragés.

Représentations collectives (Durkheim) : l’ensemble des convictions librement choisies et partagées qui permettent de solidifier une cohésion sociale.

Ce que nous prenons pour des effondrements, ce ne sont que des métamorphoses.

  1. Décentrement du monde.
  2. Mondialisation ou globalisation/repasser à l’économie de marché le licol de la démocratie.
  3. La révolution génétique.
  4. La révolution numérique ou informatique.
  5. La révolution écologique.
Le sixième continent est en expansion permanente car chaque jour voit s’ajouter sur le web des millions de «sites» nouveaux qui sont autant de provinces. Ce continent virtuel est partout et nulle part… Il est encore une jungle qui abrite le meilleur et le pire, tout le savoir du monde et toute la saloperie humaine.

L’Europe est maintenant un grand cadavre à la renverse.

Dans l’aventure, nos activités et nos professions subissent une métamorphose. Elles changent de statut, de règles et de sens. La culture devient «connaissance» ; la finance devient un orage magnétique permanent qui fait circuler des milliards de milliards de dollars «virtuels» d’un bout à l’autre de la planète ; les réseaux sociaux bousculent les hiérarchies et les pouvoirs, alors même que la démocratie à l’ancienne, affaiblie, demeure prisonnière des anciens territoires.

 *

La désespérance n’est pas mieux fondée que l’espérance. Elle n’est ni plus sagace, ni plus stoïquement lucide. Elle participe plutôt, osons le dire, d’une manière de lâcheté. En effet, pour une communauté comme pour un individu, l’espérance n’est pas seulement reçue, elle est décidée. En nous souvenant des grands « optimistes » de jadis qui ont été capables de faire bouger l’Histoire, il nous incombe aujourd’hui d’être aussi joyeux et aussi déterminés qu’ils l’étaient eux-mêmes.

 *

LE GENE DE L’INNOVATEUR - Cinq compétences qui font la différence de Clayton CHRISTENSEN - Ed. Pearson 2013

Le gène de l'innovateur ; cinq compétences qui font la différenceÉmetteur du verbatim : François C.

Partie I L’INNOVATION DE RUPTURE COMMENCE AVEC VOUS

Chap. 1 Le gène des créateurs de rupture

L’exemple de Steve Jobs: explorer cette aptitude à penser autrement.

Environ deux tiers de nos capacités de création proviennent de l’apprentissage -d’abord de l’assimilation de la technique, ensuite de la pratique et en dernier ressort de la confiance en notre aptitude à créer.

Les innovateurs revendiquent le «courage d’innover» -ils s’engagent activement contre le statu quo et osent courir des risques calculés- pour transformer leurs idées en actions qui ont un impact décisif.

Comment expliquer que la plupart des cadres/dirigeants qui excellent dans les compétences d’exécution se situent juste au-dessus de la moyenne en ce qui concerne l’aptitude à innover? Il est vital de comprendre que les compétences critiques varient en fonction des cycles de vie de l’entreprise.

Le slogan d’Apple «Think different» est motivant mais incomplet. Les innovateurs doivent constamment agir différemment pour pouvoir «penser autrement».

Chap. 2 Compétence de découverte n° 1: l’association

Quelques conseils pour développer vos aptitudes à l’association.

  1. Entraînez-vous aux associations forcées (problème à résoudre ; item ou idée trouvée au hasard et sans relation apparente avec le problème ; associations potentielles) ;
  2. Empruntez la personnalité d’une autre entreprise (en associant les points forts des deux entreprises, vous serez vous-même étonné des produits, des services ou des processus qui en résulteront) ;
  3. Utilisez l’analogie ou la métaphore (liste des produits auxquels appliquer la métaphore «Et si…» ; caractéristiques/bénéfices nouveaux éventuels) ;
  4. Constituez une boîte à curiosités (Les objets incongrus et inusités déclenchent souvent des associations originales) ;
  5. Adoptez la méthode SCAMPER (substituer, combiner, adapter, magnifier-minimiser-modifier, prêter à d’autres usages, éliminer, renverser-réorganiser).

Chap. 3 Compétence de découverte n° 2 : le questionnement

Non seulement les innovateurs posent davantage de questions que les non-innovateurs, mais elles sont plus percutantes.

Décrire le territoire:

Tactique n° 1: poser la question «Qu’est-ce que c’est?» (Où se situe le vrai problème? Quel objectif est visé ici? Quelle est la principale faiblesse?)

Tactique n° 2: poser la question «Qu’est-ce qui a causé?»

Ébranler le territoire:

Tactique n° 3: passer aux questions «Pourquoi?» et «Pourquoipas?»

Tactique n° 4: poser des questions commençant par «Et si…» qui imposent des contraintes/qui suppriment les contraintes «Comment se pourrait-il?»).

La clé est de poser en permanence des questions de plus en plus affûtées, qui apportent un éclairage nouveau. Quelques conseils pour développer vos compétences de questionnement:

  1. Lancez un «QuestionStorming» ;
  2. Questionner au lieu d’affirmer ;
  3. Surveillez votre ratio Q/R (le pourcentage de questions et de réponses) ;
  4. Notez vos questions sur un carnet.

Chap. 4 Compétence de découverte n° 3: l’observation

Définir un cadre d’observation: Les innovateurs réussissent d’autant mieux à cerner la tâche à accomplir et la méthode pour y parvenir quand ils:

  1. observent attentivement leurs clients afin d’identifier les produits dont ces derniers ont besoin pour mener à bien leurs tâches ;
  2. scrutent les surprises ou les anomalies ;
  3. trouvent des occasions d’exercer leur talent d’observateur dans un nouvel environnement.

Quelques conseils pour développer vos compétences d’observation:

  1. observez vos clients ;
  2. sélectionnez une entreprise et observez son fonctionnement et son évolution ;
  3. observez ce qui frappe votre imagination ;
  4. observez avec vos cinq sens.

Chap. 5 Compétence de découverte n° 4: le réseautage

Deux approches différentes du réseautage :

  1. dirigeants axés sur la découverte: trouver des idées (apprendre des choses nouvelles, étonnantes ; élargir leurs perspectives ; tester des idées «en cours»).

Cible du réseautage (les personnes différentes d’eux ; les spécialistes et les non-spécialistes qui ont un parcours très différent et qui apportent des perspectives nouvelles).

  1. dirigeants axés sur l’exécution : trouver des ressources (accéder à des ressources ; promouvoir leur savoir-faire ou l’entreprise ; faire avancer leur carrière).

Cible du réseautage (les personnes qui leur ressemblent ; tous ceux qui disposent de ressources substantielles, qui ont du pouvoir, une position élevée, de l’influence…).

Quelques conseils pour développer votre compétence de réseautage:

  1. diversifiez votre réseau ;
  2. organisez des «déjeuners de réseautage» ;
  3. prévoyez d’assister à deux conférences au minimum l’année prochaine ;
  4. fondez une communauté de création ;
  5. invitez un tiers ;
  6. pratiquez l’entraînement croisé.

Diversifiez votre réseau d’idées. Cherchez à entrer en contact avec des personnes très différentes de vous (pays d’origine ; secteur d’activité ; sexe ; profession ; niveau hiérarchique ; âge ; opinions politiques ; statut socio-économique).

Chap. 6 Compétence de découverte n° 5: l’expérimentation

Les trois méthodes d’expérimentation des innovateurs:

  1. tenter de nouvelles expériences (ex. : vivre à l’étranger ; travailler dans plusieurs secteurs ; acquérir une nouvelle compétence) ;
  2. décortiquer des produits, des processus et des idées (ex. : démonter un objet ; se représenter visuellement un processus en le décomposant ; décortiquer une idée) ;
  3. éprouver des idées via un test-pilote ou un prototype (ex. : construire un prototype ; tester un processus sur une petite échelle ; tester le marché en lançant une pré-version ou un pilote).

Quelques conseils pour développer votre compétence d’expérimentation:

  1. dépassez les limites physiques ;
  2. dépassez les limites intellectuelles ;
  3. développez une compétence supplémentaire ;
  4. démontez un produit .
  5. construisez des prototypes ;
  6. programmez régulièrement des tests pilotes ;
  7. surveillez les tendances.
Partie II L’ADN DES ENTREPRISES ET DES ÉQUIPES CRÉATRICES D’INNOVATIONS DE RUPTURE

Chap. 7 L’ADN des entreprises les plus innovantes du monde

Le personnel, les processus et la philosophie des entreprises innovantes :

  1. Le personnel: Les dirigeants conduisent l’innovation et excellent aux compétences de découverte (quotient de découverte > 75%).

. Ils affectent et suivent, à chaque échelon managérial, dans chaque fonction et à chaque niveau de décision concernant l’innovation, une proportion suffisante de salariés à quotient de découverte élevé.

  1. Les processus: Ces derniers sont destinés à encourager l’association, le questionnement, l’observation, le réseautage et l’expérimentation.

. Ils sont conçus pour recruter, former, récompenser et promouvoir les individus axés sur la découverte.

  1. La philosophie:

Principe 1: l’innovation est l’affaire de tous -pas seulement de la R&D.

Principe 2: l’innovation de rupture est au centre du portefeuille d’innovation.

Principe 3: privilégier des équipes de projets restreintes et structurées.

Principe 4: prendre des risques intelligents au service de l’innovation.

Chap. 8 Comment le gène de l’innovateur s’exprime dans l’entreprise: le personnel

Équilibrer les compétences de découverte (D) et celles d’exécution (E) dans l’équipe ou l’entreprise

Association (D) versus (vs) analyse (E).

Questionnement (D) vs planification (E).

Observation (D) vs mise en œuvre détaillée (E).

Réseautage/expérimentation (D) vs autodiscipline (E).

La valeur de la complémentarité des expertises dans les domaines humain, technique et économique.

Chap. 9 Comment le gène de l’innovateur s’exprime dans l’entreprise: les processus

Comment les entreprises innovantes recrutent des collaborateurs qui excellent dans les compétences de découverte.

L’institutionnalisation dans l’entreprise des processus visant à stimuler le questionnement, l’observation, le réseautage et l’expérimentation.

Combiner les processus de découverte pour produire des innovations.

Chap. 10 Comment le gène de l’innovateur s’exprime dans l’entrepris : la philosophie

Principe n° 1: L’innovation est l’affaire de tous, elle ne concerne pas seulement la R&D. Les conditions de cette philosophie :

  1. Les dirigeants eux-mêmes participent activement à l’effort d’innovation et les salariés le constatent directement ou indirectement ;
  2. Tous les salariés disposent de temps et de ressources à consacrer à l’innovation ;
  3. L’innovation est explicitement et systématiquement prise en compte dans l’évaluation de la performance individuelle ;
  4. L’entreprise alloue au moins 25% de ressources humaines et financières à des projets d’innovation de continuité ou de rupture ;
  5. L’entreprise intègre l’innovation, la créativité et la curiosité dans ses valeurs clés, à la fois en paroles et en actions.

Principe n° 2: Placer l’innovation de rupture au centre du portefeuille d’innovations.

Principe n° 3: Constituer des équipes restreintes et structurées.

Conclusion: Agir différemment, penser autrement, faire la différence

En comprenant et en renforçant le gène des individus innovants qui peuplent les équipes et les entreprises, vous ferez naître des arbrisseaux qui se transformeront en chênes porteurs de croissance. Dans votre cheminement vers l’innovation, laissez-vous guider par ce message qui concluait la campagne «Think different» d’Apple: «Seuls ceux qui sont assez fous pour penser qu’ils peuvent changer le monde sont ceux qui agissent pour le changer.» Alors, agissez. Agissez maintenant!

*

L’AVENIR EST EN NOUS - Des aventuriers de l’existence témoignent de Marie CLAINCHARD - Ed. Dangles 2014

L'avenir est en nous ; des aventuriers de l'existence témoignent Émetteur du verbatim : François C.

André MARIE prêtre, moine, sculpteur, potier, écrivain

Sur le plan économique, industriel, financier, les pauvres n’ont plus rien à attendre de personne. C’est la raison pour laquelle il est absolument nécessaire de faire naître l’espérance. La compassion, la beauté, la bienveillance sont autant de mots féminins, comme la Sagesse, qu’il faut mettre maternellement au monde en nous.

Pierre-Yves ALBRECHT Thérapeute, philosophe, écrivain

Ce qui nous transforme substantiellement est le nouveau rapport suite à une expérience subtile qui s’établit entre le visible et l’invisible, la nature et la surnature, le monde des hommes et celui de l’ange.

L’imagination active, la voyageuse, effectue la transmutation des réalités du sensible en la pureté du monde subtil. Le fidèle qui s’élève de degré en degré vers ce cosmos imaginal se voit révéler à chaque niveau supérieur une réalité plus spirituelle et une beauté plus étincelante, une intelligence plus profonde ainsi qu’une joie plus exaltante.

Nadège AMAR Disciple de Chandra Swami, anime des ateliers de méditation

Le cœur spirituel: il est possible de pacifier son mental afin d’ouvrir pleinement son cœur et d’y éveiller, vivifier, nourrir toutes les qualités d’Amour.

Dominique ANNET Chercheuse, communicante, romancière

J’ai découvert que la «syntonie», cet accord parfait, se présente bien plus souvent qu’il n’y paraît et qu’elle peut même être construite… Chaque fois qu’il y a adhésion, appropriation, une «prise de conscience pour soi» de la cause, de l’offre ou du projet d’un autre, nous touchons du doigt le ciel. Vibrations invisibles qui donnent à la vie une autre dimension.

Jean-Pierre BROUILLAUD Globe-trotter aveugle

Il n’y a pas de handicap, il n’y a que des différences. Le seul handicap que je connaisse relève du fait de ne pas accueillir l’autre tel qu’il est.

Hesna CAILLAU Expert sur l’interculturel auprès des entreprises

L’enthousiasme, en grec, veut dire «rempli d’énergie divine». A contrario, la plainte est une plaie par laquelle s’échappe cette précieuse énergie… Dans «émerveillement», vous retrouvez le mot «éveil»… L’étonnement est à mon sens le déclencheur du changement, car il ouvre grandes les portes de l’imaginaire et donc de la créativité. Puissions-nous remplacer de temps en temps nos «pourquoi et comment» par le «Ah» d’admiration!

Jean-Claude CARRIÈRE Écrivain, scénariste, observateur du monde

Que faire alors de cette petite étape qui est la nôtre? Comment nous situer? Laisserons-nous quelque chose? Avons-nous participé aux frais du voyage? Est-ce que nous avons tenté de l’améliorer, d’y apporter quelques petits bouts de paysage supplémentaire ou nous sommes-nous contentés de voyager?

Geneviève CHINCHOLLE-QUÉRAT Analyste jungienne, artiste, écrivain

Je crois à notre capacité d’évoluer, à devenir alchimiste de sa propre existence. Je crois au trésor caché au centre de l’être. Ce sont la vie et parfois les épreuves qui m’amènent à dégager la valeur du sens et des sens. «L’or est dans le fumier». Je travaille mes valeurs dans le quotidien, à travers la simplicité, la rencontre et la créativité.

Sylvie CROSSMAN Directrice des éditions Indigènes et écrivain

Pour un Aborigène, être au monde exige qu’on soit nomade et qu’on crée. Pour eux, d’ailleurs, le monde n’existe –au sens propre- que s’il est dansé, chanté ou peint. Autrement, il est à l’état latent, dans les ténèbres.

Boris CYRULNIK Neuropsychiatre, éthologue, écrivain

Le malheur fait baisser la tête, l’épreuve la relève. Car une épreuve culturellement et rituellement accompagnée –i.e. lorsque d’autres vous entourent affectivement et vous permettent de trouver un sens à ce que vous vivez-, nous apprend un sentiment de victoire. Une vie sans épreuves, c’est de l’eau tiède, ça nous apprend la vulnérabilité et la désidentification.

Véronique DESJARDINS Écrivain

Tout ce qui vient à vous, vient à vous comme un défi et une opportunité.

Ce qui t’advient, ne l’esquive pas.

Bernard ESAMBERT Ingénieur du Corps des Mines et financier

Une intense curiosité me permet d’avoir toujours l’esprit en éveil et d’échapper au confort, aux habitudes, au conservatisme.

Marc HALEVY Physicien de la complexité, philosophe de la spiritualité, écrivain

Le plaisir se prend. Le bonheur se reçoit. Mais la joie se construit… La joie est la conséquence de l’accomplissement de soi, de la réalisation de tous nos possibles intérieurs, de l’accomplissement de tous nos talents, de tous nos potentiels. Et, en nous accomplissant «du dedans», nous rayonnons et nous facilitons l’accomplissement et la joie de ceux qui nous entourent, comme par contagion.

Sébastien HENRY Créateur de ponts entre dirigeants et développement spirituel

La formation des décideurs doit absolument proposer une invitation à l’apprentissage de la sagesse…

Devise: S’exercer à être pour agir avec plus de justesse.

Charles Hervé GRUYER Créateur de la ferme biologique du Bec-Hellouin

Notre monde est en train de mourir… Mais un autre monde est en train de naître: tout autour de la planète, dans chaque village, chaque quartier, des personnes deviennent des explorateurs de l’avenir. Elles inventent des modes de vie inédits, de nouvelles manières de se nourrir, de se loger, de travailler, de se relier aux autres et à la nature.

Stéphane HESSEL Diplomate, ambassadeur et écrivain (décédé le 27/02/2013)

Faites preuve de responsabilité en vous engageant. Changez ce monde !…

François Régis HUTIN Journaliste et PDG du groupe Ouest-France

«Dire sans nuire, montrer sans choquer, témoigner sans agresser, dénoncer sans condamner.»

Eric JULIEN Géographe, fondateur de l’association Tchendukua

La seule orientation possible est d’avoir la paix en soi. Seuls comptent l’instant présent et le lien vécu. Pour le reste…

Marguerite KARDOS Linguiste, naturopathe, a diffusé les Dialogues avec l’Ange

Éveiller le secret du cœur était la vocation des thérapeutes sumériens. Rendre vivant le cœur. J’aime raviver en chacun ce feu, souffler sur les braises… Comment? En faisant feu de tout bois, en toute situation. Seul ce feu de l’Esprit nous rend vivants. Il entre dans notre vie par effraction, par bifurcation, par surprise.

Jacqueline KELEN Écrivain, conférencière

Le bonheur ici-bas n’est autre que vivre selon le Bien, acquérir la sagesse, élever son âme et contempler les réalités célestes, et aussi répandre autour de soi des semences de beauté et d’amour.

Mais l’on peut donner le goût de se mettre en route, de s’aventurer et de prendre le large. Pour moi, le plus précieux consiste à témoigner, pendant mon passage sur terre, de l’immense liberté créatrice impartie à l’être humain.

Magda HOLLANDER – LAFON Psychologue, écrivain et ancienne déportée

Je crois qu’en chaque être humain, il y a une parcelle de lumière. Mais j’ai compris que je ne pouvais appeler personne dans le meilleur de lui-même sans être moi-même libérée de mes propres blessures, de mes peurs, de ma violence.

Jean-Yves LELOUP Prêtre orthodoxe, écrivain, philosophe

C’est en demeurant attentif et vigilant qu’on rend la vie consciente.

C’est en aimant vivement et consciemment qu’on rend l’Amour présent.

Philippe LE RAY Sculpteur

Être amoureux de la vie qui nous entoure, de la nature, et de sa beauté…

Mickael LONSDALE Comédien de théâtre et de cinéma

Il faut souvent des temps de pause pour laisser s’inscrire un sentiment. C’est généralement par la lenteur que la spiritualité s’exprime, et non dans les choses hâtives. Quand vous croyez profondément en ce que vous dites, que vous êtes dans la concentration, vous trouvez le chemin du cœur.

Denis MARQUET Philosophe, thérapeute, romancier

Les artistes nomment cette expérience inspiration. Les spirituels appellent cela être relié. De fait, je suis alors en relation avec une puissance qui me dépasse. Le paradoxe étant que, dans le même temps, je me sens moi-même et présent au réel au plus haut point…

L’éducation représente une tâche très exigeante, qui demande de toujours grandir, en présence, en conscience, ainsi que de se laisser transformer par la relation à l’enfant.

Hassan MASSOUDY Calligraphe, écrivain

Dans mon œuvre, je veux installer la beauté afin qu’elle soit vivante…

Arnaud POISSONNIER Créateur du premier site français de microcrédits Babyloan.org

Ne prenez pas trop la vie au sérieux. De toutes les façons, vous n’en sortirez pas vivant !

Philippe POZZO DI BORGO Homme d’affaires dont l’histoire a inspiré le film Intouchables

Comme tous ceux qui nous ont précédés et qui nous ont permis d’être là, à notre tour, unissons nos pas afin d’entraîner ceux qui nous suivront et contribuer à l’humanité de demain…

Dans ce lâcher-prise de l’individu et de ses appétits, et dans sa curiosité et sa bienveillance à l’égard de l’autre différent et fragile, il va enfin considérer la création et sa beauté avec tendresse et respect. Il devient amour du monde et non pas appropriation du monde.

Florence QUENTIN Égyptologue, journaliste, écrivain

Il me semble que notre époque est dominée par la renonciation et l’abattement. J’aimerais donc transmettre ce qui lui manque tant, c’est-à-dire la confiance, l’enthousiasme (surtout pour les jeunes) et la volonté de ne pas renoncer. Résister, ne pas renoncer. Et garder, autant que faire se peut, l’enthousiasme, ce «transport divin» en soi, qu’il rayonne intensément dans tout geste, tout acte accompli, toute pensée.

Pierre RABHI Agro-écologiste, écrivain et penseur

Dieu, pourquoi as-tu créé cette espèce méchante à laquelle j’appartiens qui détruit tout, mais qui porte en elle les germes d’une existence magnifique si elle le souhaite de toute son âme?

Jacques ROCHER Président le la Fondation Yves Rocher

Face à ce monde, j’essaie de garder un regard d’enfant. Il n’y a pas d’âge pour l’émerveillement!…

Olivier ROELLINGER Grand chef étoilé et alchimiste de l’épice

Dans le voyage, l’important n’est pas la destination, mais le chemin. Je crois beaucoup au métissage, aux rencontres, à l’ouverture à l’autre, car pour recevoir, il faut en premier s’ouvrir. C’est ce que nous apprennent la cuisine et les épices. L’autre, le différent, ne nous appauvrit pas, il nous enrichit.

Émile SHOUFANI Curé de Nazareth, éducateur, chrétien arabe, homme de paix

La joie est mon héritage divin et je désire la transmettre!…

Annick de SOUZENELLE Théologienne orthodoxe, écrivain et conférencière

Nous devons aller vers notre être intérieur pour trouver les valeurs à l’intérieur de soi.

L’avoir n’aura de sens qu’en référence à l’être…

Nahal TAJADOD Écrivain franco-iranienne

C’est l’histoire de milliers d’oiseaux pèlerins qui partent à la recherche de leur oiseau roi, appelé Simorgh. Tout au long de ce périlleux et difficile périple, de nombreux oiseaux se fatiguent, certains meurent, d’autres ont peur, renoncent et abandonnent. Finalement, ceux qui arrivent auprès de l’oiseau roi voient qu’ils sont trente oiseaux, ce qui signifie en persan qu’ils se voient eux-mêmes (Simorgh signifie trente oiseaux).

Bertrand VERGELY Philosophe, enseignant et écrivain

Va, vis et deviens.

Le désir, la persévérance, le courage et la gratitude. J’aime les êtres qui s’engagent en se jetant dans le feu de l’action et de la vie. J’aime ceux qui savent persévérer une fois l’engagement pris. J’aime ceux qui savent faire face au danger. J’aime enfin ceux et celles qui savent remercier quand ils ont réussi et même quand ils ont échoué.

Enseigner, c’est donner envie. C’est être un passeur d’enthousiasmes et d’envies…Aussi la transmission n’est-elle qu’une longue passion, qu’un grand enthousiasme, qu’une grande envie déroulée à travers le temps et les êtres. Qui est passionné est passionnant. Qui est passionnant éveille et réveille la passion. Qui éveille et réveille la passion est un transmetteur.

Zia Inayat KHAN Chef spirituel de l’Ordre Soufi international

Vis chaque instant comme si c’était le dernier… Ne fais aucun acte, n’aie aucune parole,

*

10 minutes et 38 secondes dans ce monde étrange d'Elif Shafak - Flammarion (roman) 

10 minutes et 38 secondes dans ce monde étrange Recommandation d'Élodie, ancienne stagiaire, puis collègue et maintenant patronne de la librairie de fil en page:

Alors qu’elle vient de mourir, l’esprit de Tequila Leila persiste quelques minutes. Cette prostituée turque se rappelle des moments forts de son existence, de sa naissance dans la campagne anatolienne jusqu’à sa mort dans les bas-fonds d’Istanbul.

Son histoire croise la route d’autres femmes en marge de la société et aux destins singuliers, à travers lesquels on découvre la Turquie des années 50 à nos jours.

PLÉNITUDES - Merveilleuses pensées pour chaque jour de Rosette POLETTI et Barbara DOBBS - Ed. Jouvence

Plenitudes n 6 Émetteur du florilège: François C.

Être présent à l’instant

Chaque situation de vie comporte des possibilités d’apprendre, de changer et de croître.

Chaque moment de vie, chaque rencontre, chaque acte peuvent être porteurs de sens. Nul ne saura jamais l’importance d’un sourire, d’une parole échangée, d’un acte de bonté.

S’avancer, mains ouvertes vers ce qui vient, faire confiance, être attentif à ses croyances limitantes, à ses dépendances, à ses certitudes, à ses jugements et s’en défaire, voilà le chemin qui conduit au cœur de la vie!

Se lancer, voilà l’expression centrale! Cela veut dire accepter cette position inconfortable, cette situation d’incertitude comme faisant partie de l’aventure de la vie.

Lâcher prise, se désencombrer

Être pleinement humain, c’est accepter de ne jamais «posséder la vérité», c’est être en recherche, c’est pouvoir se remettre en question, c’est oser aller de l’avant.

Sois sûr que la plus grande chose de la vie, ce n’est pas de vivre, c’est de (re)naître constamment pour ne pas être «vieux»!

Le seul remède au ressentiment, c’est le lâcher-prise! C’est décider que l’essentiel, c’est la paix de l’esprit, la sérénité, la présence à l’instant.

Chaque personne peut vivre dans la joie, l’amour et la paix intérieure, en lâchant prise du passé, des regrets, des offenses et de l’amertume.

Changer ses pensées

La vraie vie est ouverture, échange et accueil.

Quelle que soit la difficulté à vivre d’un être humain, le changement est possible jusqu’à son dernier souffle ; à n’importe quel moment, il peut «s’éveiller» et donner du sens à sa vie, trouver une signification aux événements qu’il traverse.

Ce ne sont pas les événements qui «causent» la tristesse, la peur, la honte ou la colère, mais leurs interprétations, ce qu’on se raconte à leur sujet.

Oser… Faire autrement, penser autrement, questionner les règles établies, c’est vivre une vie choisie plutôt qu’une existence étriquée!

Accepter ce qui est

«Vivre» plutôt qu’exister, c’est «accepter sa vie», c’est choisir de vivre chaque instant en faisant le maximum de bien au maximum de gens, avec joie et en ayant le minimum d’attentes à leur égard.

Toute vie humaine est une suite d’étapes, de moments de peine et de moments de joie, de stabilité et de changements, de stagnation et de croissance.

Accepter ce qui est, c’est le secret de toutes les renaissances, de tous les progrès, de toutes les découvertes.

Que de drames psychologiques on pourrait éviter si l’on savait écouter, partager, dire et expliquer!

Personne n’a le droit de juger la trajectoire de vie de qui que ce soit car il y a tant d’inconnues, tant d’éléments qui forgent un destin, comme la génétique, la généalogie, l’éducation, les circonstances, les rencontres, la présence ou l’absence de spiritualité.

La vie… se présente à chacun de nous avec cette invitation à être tout ce que l’on peut être en tant qu’individu unique et irremplaçable dans un instant unique et fugace!

Prendre la responsabilité de sa vie

Chacun est concerné par l’avènement d’une société plus humaine et plus juste. Si ce n’est pas vous, qui? Si ce n’est pas aujourd’hui, quand? Si ce n’est pas ici, où?

Prendre le pouvoir sur sa vie, cela commence par une intention, puis par une décision suivie de petits pas dans la direction choisie.

Toute vraie relation comprend deux personnes qui ont si possible quelque chose à donner, quelque chose à offrir: une présence positive, une capacité d’écoute de l’autre, une ouverture à ce qui est différent, à ce qui est inattendu, une absence de préjugés et de critiques vis-à-vis de l’autre, de celui qu’on espère rencontrer.

Prendre le pouvoir sur sa vie, c’est accepter son passé, l’empêcher de contrôler notre vie. Chaque jour, chaque nouveau matin représente une nouvelle possibilité de changer quelque chose, d’avancer ou de décider.

Le vrai pouvoir n’est pas un pouvoir sur les autres, cela n’a rien à voir avec le contrôle ou la manipulation. C’est une qualité intérieure qui inclut la sensibilité, la tendresse et la compassion pour soi-même et pour ceux qui nous entourent.

S’engager

Il y a une abondance d’opportunités ; par contre, il y a une pénurie de gens capables de les saisir, de s’engager et de risquer.

Modifier quelque chose dans sa vie implique une démarche intérieure: prendre conscience de ce qui est à changer, clarifier le résultat qui est à créer, reconnaître ses propres ambivalences et ses craintes à propos du changement.

Tout engagement comporte un risque, c’est un pari sur l’inconnu.

Se posent alors les questions suivantes:

Devant toutes les souffrances, les violences et les dégradations, une question se pose: comment puis-je m’engager pour qu’elles diminuent?

Persévérer

Quoi qu’il se produise dans ma vie, je saurai y faire face. J’apprendrai, je grandirai et je trouverai un moyen d’enrichir ma vie à partir de cette difficulté.

L’être humain est fait pour être «en route». Il est fait pour croître et pour se dépasser.

Prendre la responsabilité de sa souffrance, l’accueillir, l’apprivoiser, la transmuter par cette alchimie extraordinaire qui permet de se servir du malheur pour donner du sens à sa vie!

Persévérer, c’est accepter, assumer et transformer ce qu’il nous est donné de vivre. 

Donner du sens à sa vie

Rien n’est jamais joué, rien n’est totalement prévisible! À tout instant, tout peut basculer dans une direction inattendue! À nous d’y donner une signification.

La vie n’est jamais absurde, elle nous invite à être tout ce que l’on peut être en tant que personne unique et irremplaçable.

Donner du sens à sa vie, c’est aussi et surtout donner du sens à chaque instant vécu, à chaque minute de vie, c’est vivre en état d’éveil.

À n’importe quel moment, jusqu’à son dernier souffle, l’être humain peut «s’éveiller» et donner du sens à sa vie.

Vivre dans la gratitude, la confiance et l’humilité

Vivre pleinement, ce n’est pas accomplir de grandes choses, c’est de faire en pleine conscience ce que l’on peut, là où on se trouve.

On peut d’instant en instant, célébrer ce que la vie nous offre, remercier, partager, croire en soi, faire confiance, s’ouvrir à ce qui est plus grand que nous et parvenir plus souvent à la sérénité et à la joie.

Vivre, c’est avoir à lâcher prise, à quitter, à perdre, à dire souvent «bonjour» et «adieu» aux gens, aux lieux et aux situations.

Se renouveler, c’est être capable de se laisser remplir par la gratitude, d’ouvrir ses yeux et son esprit à tout ce qui naît, à tout ce qui vit autour de nous, et être dans la joie pour cette possibilité qui est la nôtre d’en être cocréateur.

Connaître l’amour inconditionnel et la compassion

Être concerné par l’autre, faire de chaque contact humain une vraie rencontre dans laquelle l’autre est accueilli, écouté, accepté, cela peut donner du sens à toute vie.

Aimer, c’est être ouvert à l’autre, c’est être là pour lui, pour l’écouter, pour l’encourager et pour l’accompagner.

Être concerné par l’autre, c’est ce qui peut donner une signification profonde, un sens à chaque instant de vie.

À la fin de notre vie, nous n’emporterons rien avec nous. Il ne demeurera de notre passage que les liens que nous aurons créés et l’amour que nous aurons donné.

Jamais on ne saura à quel point un sourire, une parole et un acte d’amour accompli dans l’instant qui passe peuvent être importants pour quelqu’un qui se trouvait là.

L’écoute réelle va droit à l’être, elle est un don: le don d’être là, d’être présent.

Perdre, c’est passer par une crise, c’est aussi pouvoir en sortir plus riche, plus fort, plus apte à la compassion envers les autres.

La joie se trouve dans les relations que nous créons, dans l’amour partagé, dans l’amitié et dans la compassion.

Vivre dans l’espérance

L’espoir imagine ce qui n’a pas encore été vu, trouve des options et garde une vision des possibles.

Ne parlez pas de défaites, utilisez des mots comme foi, victoire et surtout espérance.

Aussi étonnant que cela puisse paraître, l’une des caractéristiques de celui qui espère, c’est qu’il est capable d’attendre, de repousser les assauts du désespoir. C’est dans cette capacité d’attendre que le futur a une chance d’émerger.

Plus votre espérance est grande, plus vous donnez du pouvoir à ce qui peut croître en vous.

Espérer, c’est voir la petite pousse qui germe et imaginer déjà le chêne qu’elle peut devenir.

Espérer, c’est s’ouvrir au miracle, à l’inattendu, à ce qui pourrait être.

Plus l’espoir d’atteindre un but est grand, plus on agit en vue de l’atteindre.

Atteindre l’émerveillement et développer sa dimension spirituelle

Développer sa dimension spirituelle, c’est se relier à ce besoin intérieur de vivre une vie signifiante, une vie qui vaut la peine d’être vécue et, au besoin, de s’ouvrir à la dimension de la transcendance.

Saisir chaque instant dans toute sa splendeur, s’émerveiller de tout.

Être disponible à l’événement, à l’autre, à la vie et «cueillir» tous les moments de joie qui fleurissent sur nos routes!

Dépasser la solitude existentielle, c’est reprendre contact avec le Tout-Autre, quel que soit le nom qu’on Lui donne.

S’émerveiller, c’est tout d’abord revêtir les choses de beauté, puis les contempler silencieusement.

La meilleure recette pour ne jamais se sentir vieux, c’est de cultiver la capacité de s’émerveiller.

*

DEVENEZ STRATEGE DE VOTRE VIE d'Olivier BABEAU - Ed J-C Lattes

Devenez stratège de votre vie Émetteur du verbatim : François C.

Lutte pour la survie / C’est notre intérêt… qui nous intéresse véritablement! / Chacun plie son propre parachute avant le saut / La rivalité est inscrite au cœur de notre vie / La vie semblable à une immense vente aux enchères / Prendre la bonne décision dépend souvent d’une prise de recul face à un problème.

Ch. 1 Voyez la vie de façon stratégique

La stratégie est au cœur de votre vie

La bonne échelle sur le bon mur au bon moment avec la bonne personne.

Stratégie: l’ensemble des pratiques et méthodes qui nous permettent de déterminer nos objectifs et de les atteindre.

Du guerrier au courtisan: la longue histoire de la stratégie

. le stratège militaire: Sun Tzu

. opportuniste et arriviste: le Prince machiavélien

. expert en dissimulation: le courtisan.

Pourquoi les maîtres en stratégie d’aujourd’hui portent un costume?

Dans quelle activité devons-nous investir nos ressources?

Quelle position souhaitons-nous occuper dans ces activités?

Quelles sont les opportunités et les menaces de notre environnement?

Quelles forces et quelles faiblesses sont les miennes face à cet environnement? Comment dois-je organiser ma vie pour atteindre mes objectifs?

Qu’est-ce qui est stratégique dans notre vie?

Vous êtes (presque toujours) responsable de ce qui vous arrive/de décisions en décisions, nous devenons ce que nous choisissons d’être/l’effet papillon: le moindre micro-événement aujourd’hui peut, par ricochets, changer notre vie de fond en comble.

Passer à côté d’un chef d’œuvre: le dur métier d’éditeur.

Provoquer les événements, forcer le destin, aller à la rencontre des choses.

Trois critères simples de décision stratégique: durée, coût, réversibilité de ma décision (caractère stratégique faible, moyen, fort).

 

Ch 2 Quel est mon but? l’objectif stratégique

L’entreprise et ses mille et un buts

La question du sens: une vie, mille buts

32 850 jours d’existence.

Rien de pire qu’une existence vécue sans rêve.

La véritable alternative: l’ennui ou la passion.

RSE : sens de l’engagement à long terme, respect de son entourage.

Vision/objectifs généraux/moyens employés pour atteindre les objectifs.

 

Ch 3 Où suis-je? le diagnostic stratégique

Comprendre son environnement: les conditions de la survie

Lost in translation: perdus dans un monde étranger.

Les 4 dimensions de l’environnement (PEST)

Politique, économique, social, technologique.

L’analyse de l’environnement

Chaque fois, les événements prennent les caractéristiques soit d’une menace, soit d’une opportunité.

Les facteurs clés de succès.

L’environnement interne: les forces et faiblesses.

Le temps, le réseau social, le patrimoine culturel.

Capacité à se concentrer longtemps, à suivre un objectif sur la durée, goût pour l’étude, audace.

L’art de transformer les menaces en opportunités et ses faiblesses en forces: déterminer sa capacité stratégique «Dans quelle mesure et de quelle façon puis-je atteindre mon objectif?»

 

Ch 4 Que faire? le moment périlleux du choix stratégique

Mettez votre stratégie de vie à plat

Nos cinq domaines d’activité stratégique (DAS): vie professionnelle, familiale, amicale, sentimentale, culturelle.

Pour chaque activité parmi ces cinq DAS, êtes-vous capable de déterminer un objectif? d’évaluer votre degré d’atteinte de votre objectif?

Choisissez vos activités

Importance de l’investissement dans chaque activité.

Être cohérent dans son choix d’activité.

La matrice attraits (bas, moyen, fort) - atouts (faible, moyen, fort) pour choisir une activité/les opportunités primaires sont les plus intéressantes/opportunité secondaire/se détourner des opportunités tertiaires.

Que veut-on faire? (valeurs et aspirations).

Que peut-on faire? (forces et faiblesses, ressources).

Que devrait-on faire? (opportunités/menaces environnement).

Qu’est-on autorisé à faire? (pressions des parties prenantes).

Gérer sa vie comme un portefeuille d’activité

Matrice d’analyse de portefeuille personnel d’activités: force de la position concurrentielle (atout possédé) / importance du gain réel ou potentiel associé à l’activité

Étoile ; dilemme ; vache à lait ; poids mort.

Notion de coût d’opportunité = la perte virtuelle que l’on fait lorsque l’on alloue ses ressources à une activité moins productive qu’une autre.

La roue tourne. Le cycle d’évolution des activités. Le cas d’un portefeuille personnel d’activités déséquilibré.

Construisez un avantage concurrentiel soutenable

Les 3 stratégies: prix, sophistication, focalisation/niche.

Représentation schématique de la relation inverse entre temps travaillé et prix de l’heure travaillée pour un même niveau de revenus.

Dilemme haut revenu et haut risque et bas revenu et bas risque.

Quel niveau de gain minimum voulons-nous pour quel niveau de risque?

Les conditions de création d’un avantage concurrentiel: la compétence distinctive/la rareté fait la force/la non imitabilité.

La qualification n’est une garantie de haut revenu que si elle est associée à une vraie rareté.

Pour faire durer son avantage concurrentiel, il n’existe pas d’autre solution efficace que de l’adapter en permanence.

Trouver son marché: ciblage, positionnement, marketing mix/la cohérence du mix.

Un chômeur est une entreprise sans clients.

L’étalonnage ou le benchmarking/la diversification de ses atouts.

La stratégie de niche/conformité n’est pas conformisme.

 

Ch 5 Comment faire? mettre en œuvre sa stratégie au quotidien

Sachez transformer la domination à votre avantage

Processus d’établissement d’une cartographie des parties prenantes:

a) établir la liste des gens qui vous environnent ;

b) déterminer le degré de convergence de leur intérêt par rapport au vôtre ;

c) déterminer le pouvoir qu’ils peuvent exercer sur vous ;

d) classement des parties prenantes en quatre groupes : les adversaires dominés, les adversaires dominants, les alliés dominés, les alliés dominants.

Quatre facteurs qui font que quelqu’un a du pouvoir: la position dite de «marginal-sécant» ; la possession d’une expertise ; la place dans le système d’information ; la maîtrise des règles.

Situations de répartition des pouvoirs déséquilibrée /offreurs nombreux, acheteur unique ; offreur unique, acheteurs nombreux (monopole).

Quelques conseils politiquement incorrects mais stratégiquement efficaces

Soyez égoïste!

Soyez hypocrite/la société est une mise en scène: comment être un bon acteur.

Parlez aux gens leur langue: culture et empathie.

N’ayez pas les goûts de tout le monde.

Optimisez l’utilisation de vos ressources

Bien gérer son argent et son temps.

Le syndrome du «stuck in the middle», autrement dit «coincé au milieu».

Chaque entreprise se bat pour qu’aucune journée ne soit jamais la dernière.

Les sept petites leçons de stratégie de l’empereur

  1. Ne faites pas l’économie de bases solides.
  2. De l’audace, encore de l’audace, toujours de l’audace.
  3. Retourner les menaces à son avantage et endurer la traversée du désert.
  4. Adapter en permanence sa stratégie.
  5. Être le meilleur ne suffit pas. «Bien, bien, mais a-t-il de la chance?»
  6. Savoir jouer le tout pour le tout.
  7. Les faiblesses peuvent être surmontées.
Épilogue: votre vie comme une entreprise

Je sais parfaitement que l’essentiel dans la vie «est invisible pour les yeux» comme écrivait Saint-Exupéry… Cependant, quel que soit notre idéal, il a toujours besoin d’une saine gestion pour grandir et s’épanouir… Même sans aller jusqu’à des vies extraordinaires ou spécialement remarquables, il faut tout simplement beaucoup de stratégie accompagnée de réalisations dans la direction choisie pour vivre une vie heureuse et épanouie d’être humain.

 

*

LA MERE MORTE de Blandine de CAUNES - Ed. Stock 2020

La mère morte Émetteur du florilège : François C.

On réalise qu’on est entrées dans un nouveau monde et que nous allons devoir réorganiser la vie de maman.

Hier, une reine du monde, aujourd’hui une vieille femme qui perd la tête et qu’on n’invite plus nulle part.

Je suis toujours partagée entre l’admiration et l’irritation devant sa façon de nier la réalité. Même si je suis bien obligée d’admettre que cela ne lui a pas si mal réussi…

Difficile d’exister en face d’une femme qui signait ses lettres Bételgeuse, du nom de l’étoile la plus brillante de la constellation d’Orion: mille fois plus grosse que le Soleil, et cent mille fois plus lumineuse.

Benoîte G. «Dans la vie, deux mondes se côtoient: celui des gens qui vont vivre et celui des gens qui vont mourir. Ils ne parlent plus la même langue. Ils se croisent sans se voir.»

D’accord, on est une lignée de mères fortes et ce n’est pas évident de trouver sa place. Maman a connu ça, et moi aussi avec elle. Mais il faut bien digérer sa mère, un jour!

Ce qui est horrible dans ces fins de vie, c’est qu’on ne sait plus ce qu’on doit souhaiter: que ce soit vraiment la fin ou encore un sursis. Mais un sursis pour quoi? Pour cette non-vie qui est la sienne maintenant?

La mort de ses parents, c’est le premier coup de tocsin: on découvre qu’on est mortel, et en première ligne désormais.

Assister à la dégringolade de sa mère, c’est épuisant. Physiquement et psychiquement.

Le reste du temps, elle est rivée devant l’écran de la télévision, comme hypnotisée. Mais le seul commentaire qui lui vient est: «Pitoyable.». Tout est pitoyable: que ce soit triste, gai, intelligent ou idiot, c’est pitoyable. Comme elle?

Fatiguée… Un mot qu’elle ne prononçait jamais, elle l’infatigable qui menait de front toutes ses vies. Femme mariée, femme adultère, mère, écrivaine, journaliste, militante féministe et socialiste, jardinière dans ses trois jardins –en Bretagne, à Hyères, en Irlande-, épistolière, excellente cuisinière, amatrice éclairée de whiskys single malt, bricoleuse, décoratrice, amie fidèle… Maman et son énergie sidérante, son amour de la vie jamais démenti, même dans les moments les plus sombres.

Non, je ne suis pas admirable de dévouement, mais je ne trouve pas admirable d’être admirable dans l’oblation totale, le sacrifice de soi et de sa propre vie.

Hier au téléphone, maman a dit à Lison, entre deux borborygmes: «Je suis incarcérée.» C’est triplement vrai: elle est à l’hôpital, elle est attachée, et elle est prisonnière de son corps et de la vieillesse.

C’est étrange de la voir si calme, si obéissante. Elle est à des années-lumière d’elle-même. Et de nous.

J’admire la façon dont elle s’est battue contre le chagrin et la culpabilité d’être en vie: on se sent toujours coupable de survivre à ceux qu’on aime, surtout à son enfant, même si c’est plus ou moins conscient.

La mort d’un enfant, c’est une perte vertigineuse. Je ne sais pas encore si on s’en remet. Ce que je sais, c’est qu’elle a emporté une part saignante de moi.

Violette est tout le temps avec moi: je suis amputée et j’ai mal à elle, comme on a mal, paraît-il, au membre perdu. C’est ce qu’on appelle les douleurs fantômes.

Il y a deux mois, j’enterrais ma Violette. Tout ce travail que représente l’éducation d’un enfant: les angoisses, les bonheurs, l’interminable crise d’adolescence qu’on finit par surmonter, tout est réduit à néant.

Volées, nous sommes volées: toi de ta vie, moi de toi et je suis en deuil de notre avenir, beaucoup plus que de notre passé. Il y a tant de choses que j’aurais voulu te dire encore ; tant de choses à partager que nous ne partagerons pas.

Oui, le chagrin ronge comme le petit renard du Spartiate ronge son ventre. Personne ne voit rien, mais le travail de destruction est à l’œuvre, souterrainement. Oui j’ai peur que ce chagrin devienne un cancer qui rongera mon corps.

Évidemment, tu as fini par mourir, maman. On a beau s’y attendre et, dans notre cas, le savoir, le vouloir, c’est un choc ce moment où on contemple la mort qui a pris possession de l’être aimé… Il est si ténu ce passage où en une seconde on est précipité dans un autre temps, un autre univers.

Je suis enragée que tu ne sois plus là pour jouir de la beauté du monde: un sentiment d’injustice d’une force inouïe me terrasse alors.

Ma fille Violette est la première, et la seule personne au monde pour qui j’aurais donné ma vie sans hésiter une seconde.

J’ai expliqué à Clémentine que j’avais besoin d’affronter mon chagrin et que je ne croyais pas qu’on puisse faire l’économie de ce parcours du combattant.

J’ai traversé une terrible tempête, j’ai parfois cru que j’allais chavirer corps et âme, mais je nage maintenant dans des eaux plus sereines. Maman et Violette sont là, je sens leur présence, le plus souvent bienfaisante et protectrice. 

*