Dons emmaüs

A Livr'Ouvert

171b bd Voltaire, 75011 Paris.
Latitute/longitude: 46.75984 1.738281

Tel: 09.52.65.38.67

Le lundi de 12h à 19h et du mardi au samedi de 10h à 19h30.

Mail: contact@alivrouvert.fr

Verbatims et recommandations...

I.A. LA PLUS GRANDE MUTATION DE L’HISTOIRE de KAI-FU LEE - Ed. Les Arènes

 

I.A. La Plus Grande Mutation de l'Histoire Émetteur du verbatim: François CORNEVIN

L’intelligence artificielle fait déjà fonctionner la plupart de nos applications et sites préférés ; dans quelques années, elle conduira nos voitures, gérera nos portefeuilles d’actions, fabriquera la majorité de nos biens de consommation et nous mettra peut-être au chômage. Tous ces usages sont porteurs d’autant de promesses que de dangers potentiels ; nous devons nous préparer aux uns comme aux autres.

LA CHINE ET SON «MOMENT SPOUTNIK»

Quand tous les investisseurs, entrepreneurs et décideurs publics de Chine concentrent leurs efforts sur une seule industrie, ils peuvent faire trembler la terre.

L’effervescence gagna peu à peu les scientifiques, les futurologues et les PDG d’entreprises high-tech, galvanisés par le formidable potentiel qu’offrait le deep learning, qu’il permette de déchiffrer la parole humaine, de traduire des documents, de reconnaître des images, de prédire les comportements des consommateurs, de repérer les fraudes, d’accorder des prêts bancaires, d’aider les robots à acquérir la «vision» ou même de conduire des voitures.

Quatre conditions sont indispensables pour l’«intelligence artificielle étroite»: une masse considérable de données pertinentes, un algorithme fort, un domaine d’action limité et un objectif bien défini.

Aujourd’hui, les quatre conditions requises pour maîtriser la puissance de l’I.A. -l’électricité du XXIème siècle- sont du même ordre: une profusion de données, des entrepreneurs insatiables, des chercheurs en IA et un environnement politique favorable à ce secteur.

Le fossé entre les nantis et les démunis de la planète est condamné à se creuser, sans qu’on connaisse, pour l’instant, aucun moyen de le combler…C’est là que réside, à mon sens, le vrai danger potentiel de l’IA: des désordres sociaux et des crises politiques terribles, corollaires d’un chômage généralisé et d’inégalités criantes.

DANS L’ARÈNE DES COPIEURS

Survivre dans cette culture de l’imitation exigeait des efforts de chaque instant: décliner et perfectionner ses produits, maîtriser ses coûts, viser la perfection dans la mise en œuvre, faire parler de soi en termes élogieux dans les médias, lever des capitaux en gonflant artificiellement la valorisation de son entreprise, tenter de construire un solide «rempart concurrentiel» pour se protéger des copieurs, etc.

Ce seront des industriels pragmatiques et assoiffés de profits qui s’associeront à des experts de l’IA pour mettre en œuvre la puissance transformatrice du deep learning dans de multiples secteurs d’activité du monde réel.

La culture des start-up en Chine offre avec celle de la Silicon Valley un contraste singulier, aussi marqué que l’opposition du yin et du yang…Ces trois courants -une culture qui accepte la pratique de la copie, une mentalité de la pénurie et une disposition à s’engouffrer dans toute nouvelle industrie prometteuse- forment ensemble le substrat psychologique sur lequel s’est construit l’écosystème de l’Internet chinois.

Les pionniers chinois des technologies n’avaient ni mentors ni modèles à disposition dans leur propre pays. Ils sont donc allés les chercher à l’étranger et ont entrepris de les imiter du mieux qu’ils ont pu.

En Chine, mettez ces firmes étrangères relativement précautionneuses face à des gladiateurs qui se sont fait les dents dans l’arène chinoise ultra-compétitive: les seconds sortiront systématiquement vainqueurs.

Après avoir aiguisé leurs talents dans l’arène et mesuré le pouvoir que renferme cette nouvelle technologie, les entrepreneurs chinois sont déjà à la recherche de secteurs et d’applications où métamorphoser cette énergie en profits.

L’INTERNET CHINOIS: BIENVENUE DANS UNE AUTRE DIMENSION

Dans cette cinquième dimension, l’accès en Chine à Internet se faisait majoritairement sur des smartphones à bas prix, lesquels servaient aussi de cartes de crédit, tandis que la fusion du numérique et du réel s’expérimentait grandeur nature dans des villes surpeuplées. Les start-up chinoises, elles, recueillent des informations sur le monde réel: elles savent ce que vous achetez, ce que vous mangez, où, quand et comment ; elles n’ignorent rien de vos visites chez l’esthéticienne ni de vos moindres déplacements.

Avec WeChat, on découvrait la puissance d’une super-appli installée sur plus de la moitié des téléphones, sorte de portail «tout en un» ouvrant sur l’écosystème mobile chinois.

Sous la bannière «entrepreneuriat et innovation de masse», le gouvernement entreprit un effort historique pour développer les écosystèmes de start-up et soutenir l’innovation technologique. Transposée à l’échelon national dans la deuxième économie du monde, la démarche de GUO HONG s’apprêtait à booster la construction du seul véritable contrepoids à la Silicon Valley.

L’accession de Jack Ma, autodidacte, au statut de rock-star a soudain donné un sens nouveau à la notion d’entrepreneuriat de masse: tout le monde pouvait réussir, même le «petit peuple».

Lorsqu’elles cherchent à s’implanter dans un nouveau secteur, les compagnies américaines y vont le plus souvent «avec des pincettes»…En Chine, les entreprises préfèrent l’approche «rouleau compresseur». Elles ne veulent pas seulement mettre au point la plate-forme, elles veulent aussi recruter tous les vendeurs, s’occuper des produits distribués, gérer l’équipe de livreurs, fournir les scooters, les réparer et contrôler les paiements.

Scanner ou être scanné: telle est notre nouvelle réalité en Chine. Les magasins de grande taille sont aujourd’hui munis de systèmes de points de vente permettant de facturer les clients en scannant le code QR affiché sur leurs téléphones.

On retrouve là le même mécanisme qu’avec l’Internet mobile: le retard de la Chine dans un équipement qui règne sans partage ailleurs (les ordinateurs de bureau, les lignes de téléphone fixe, les cartes de crédit) se transforme en force, lui permettant de passer directement à un nouveau modèle.

La révolution des vélos partagés en Chine offre une spectaculaire illustration, visible au quotidien, de ce que cette cinquième dimension numérique fait le mieux: résoudre les problèmes concrets en transcendant les frontières entre le virtuel et le réel.

LE CONTE DE DEUX PAYS Exploration des atouts et faiblesses de chaque superpuissance

Au même titre que la campagne pour «l’entrepreneuriat et l’innovation de masse», ce plan gouvernemental entend stimuler la croissance du secteur de l’intelligence artificielle grâce à une avalanche de capitaux sous forme à la fois de subventions aux start-up et de généreux contrats publics pour favoriser la diffusion de cette technologie. Il encourage également l’imagination en matière de politiques publiques… Ce cycle auto-entretenu se nourrit d’une singulière alchimie entre données numériques, audace entrepreneuriale, compétences durement acquises et volonté politique.

Dans les années à venir, un raz-de-marée de jeunes doctorants va porter la recherche nationale en IA vers de nouveaux sommets.

Avec son City Brain, Alibaba tient la corde dans le domaine des «cerveaux urbains». Ces gigantesques réseaux fonctionnant à l’intelligence artificielle sont capables d’optimiser les services municipaux en mobilisant des données puisées à différentes sources: caméras, réseaux sociaux, transports publics, applis utilisant la géolocalisation…

Publié en juillet 2017, le «Plan de développement pour une intelligence artificielle nouvelle génération»…détaillait des centaines d’applications secteur par secteur. Surtout, il balisait le chemin avec des échéances très précises: faire partie des acteurs de premier plan d’ici à 2020, être à l’origine d’avancées majeures d’ici à 2025, s’imposer comme le leader mondial de l’IA à l’horizon 2030.

LES QUATRE VAGUES DE L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE

La révolution de l’intelligence artificielle a besoin de temps pour s’accomplir pleinement. Elle va nous submerger par quatre vagues successives: l’IA en ligne, l’IA professionnelle, l’IA perceptive et l’IA autonome. Chacune exploitera à sa manière la puissance de cette technologie et l’inscrira davantage dans notre vie quotidienne, affectant des secteurs économiques différents.

L’IA en ligne et l’IA professionnelle sont déjà là, provoquant dans les sphères numérique et financière des bouleversements dont nous saisissons à peine l’ampleur. Elles permettent aux acteurs de l’Internet de capter puis retenir notre attention, mais aussi de remplacer les assistants juridiques par des algorihmes, lesquels se mettent également à échanger des actions sur les marchés boursiers et à diagnostiquer des maladies. L’IA perceptive, elle, est en train de numériser notre monde physique en apprenant à reconnaître nos visages, à comprendre nos requêtes et à «voir» notre environnement. Lorsqu’elle va déferler, en effaçant la frontière entre le virtuel et le réel, elle va radicalement transformer la moindre de nos expériences et de nos interactions avec le monde. La vague de l’IA autonome, la dernière, est celle dont l’impact sera le plus profond. Bientôt, les voitures sans chauffeur sillonneront les rues, les drones autonomes prendront possession du ciel, les robots intelligents peupleront les usines. Ce sera une révolution de tout notre univers, de l’agriculture bio à la conduite sur autoroute, en passant par la restauration rapide.

À l’horizon, on voit se profiler les vagues technologiques qui s’apprêtent à submerger l’économie mondiale. Ce sont elles qui vont faire basculer l’équilibre géopolitique du côté de la Chine, championne de demain… si l’on parle d’édifier de nouvelles forteresses numériques, de révolutionner le diagnostic des maladies ou de réinventer nos modes de consommation, de déplacement et d’alimentation.

LES UTOPIES, LES DYSTOPIES- ET LA CRISE BIEN REELLE

La nouvelle «Pékin origami»… décrit avec un réalisme saisissant une ville qui sépare les classes sociales au point de leur réserver des univers distincts… Passer d’un monde à l’autre est interdit, ce qui permet aux privilégiés du premier espace de profiter de leur belle utopie technologique sans qu’elle soit contaminée par la plèbe.

Les quatre vagues de l’IA pourraient élargir encore le fossé entre riches et pauvres, avec à la clé un chômage technologique massif.

La transition vers une économie fondée sur l’IA va se produire beaucoup plus rapidement que toutes les évolutions technologiques précédentes. Salariés, institutions, entreprises vont devoir s’adapter en un éclair, donnant lieu à une bousculade désespérée.

Les auteurs ont adopté une approche macroéconomique en cherchant à comprendre les interactions entre trois grandes forces à l’échelle mondiale: la démographie, la robotisation et l’inégalité. Leurs conclusions sont effrayantes: en 2030, les besoins en main d’œuvre des entreprises américaines seront inférieurs de 20 à 25% à ceux d’aujourd’hui, ce qui représente 30 à 40 millions de personnes supplantées… Pas moins de 80% des employés subiront l’impact de l’automatisation.

À mesure que l’IA s’infiltrera dans toutes les strates de l’économie, les profits afflueront vers ces deux bastions de données et de compétences, les USA et la Chine. Le reste de la planète en sera réduit à ramasser les miettes.

Pendant que les superpuissances décolleront, ces pays sombreront, je le crains, dans une dépendance et un asservissement absolus. Peut-être tenteront-ils d’arracher aux géants des garanties d’assistance économique en échange de l’accès à leur marché et à leurs données. Mais, quel que soit l’arrangement conclu, il ne reposera ni sur l’autonomie d’action ni sur l’égalité entre les nations.

Même si les destructions d’emplois ne se révèlent pas aussi terribles que prédit, l’accroissement des inégalités ébranlera nos sociétés jusque dans leurs fondations… On risque d’assister à l’émergence d’un nouveau système de castes: d’un côté, l’élite de l’IA ; de l’autre, ce que l’historien Yuval N. Harari appelle crûment la «classe inutile», i.e. les masses incapables de subvenir à leurs besoins par le biais de leur activité économique.

LES LEÇONS DU CANCER

Ma confrontation avec la mort m’a amené à revoir mes priorités et à changer du tout au tout… Elle m’a également permis d’envisager sous un nouveau jour la manière dont les humains peuvent coexister avec l’IA.

De fait, il existe une autre voie : celle qui s’appuierait sur l’IA pour renforcer notre humanité. Ce ne sera pas facile, mais c’est, me semble-t-il, notre seul espoir pour survivre à l’avènement de cette nouvelle ère, voire y prospérer.

La vraie tragédie, ce n’était pas le peu de temps qu’il me restait à vivre ; c’était d’avoir vécu aussi longtemps incapable de prodiguer de l’affection à mes proches sans compter.

J’ai commencé à envisager mon rétablissement sous deux angles: l’un technique, l’autre émotionnel -c’est-à-dire, selon moi, les deux piliers de notre futur avec l’IA… C’est sur cette base, à mon avis, que nous devons construire notre avenir en tant qu’individus, pays et communauté mondiale: tenter d’associer la capacité de l’IA à penser et la capacité des humains à aimer.

L’IA ET LES HOMMES: IMAGINER UNE COEXISTENCE RÉUSSIE

Nous ne pouvons pas nous permettre d’attendre qu’il soit trop tard. Nous ne pouvons pas rester passifs. Nous devons saisir la chance qui nous est offerte de reconstruire nos économies, de réécrire nos contrats sociaux.

Les activités productives sur le plan social doivent être aussi bien récompensées que les activités productives sur le plan économique.

De nombreux biens et services destinés au grand public seront régis par les données et optimisés par les algorithmes, mais certaines opérations plus personnalisées au sein de l’économie de partage demeureront le domaine exclusif des humains.

Je veux créer un système qui subvienne aux besoins de tous les membres de la société et qui utilise la richesse produite par l’IA pour construire une société plus compatissante, plus bienveillante et, en définitive, plus humaine.

Je propose la création d’une allocation d’investissement social. Il s’agirait d’un salaire décent versé par le gouvernement aux personnes qui s’investissent dans des activités promouvant une société chaleureuse, compatissante et créative. Celles-ci se répartiraient en trois grandes catégories: le travail centré sur les soins, les services à la communauté et l’éducation… Nous aurions là les piliers d’un nouveau pacte social -un pacte qui valoriserait et récompenserait les activités socialement bénéfiques de la même façon que le sont aujourd’hui les activités économiquement productives.

L’HISTOIRE UNIVERSELLE DE L’IA

Si l’IA a d’innombrables applications militaires potentielles, sa véritable valeur réside non pas dans la destruction, mais dans la création. Comprise et exploitée correctement, elle peut véritablement générer des gains pour tous et nous permettre d’atteindre un niveau de richesse jamais vu dans l’histoire humaine.

Mon objectif premier: utiliser l’IA pour tenter de révéler ce en quoi consiste la nature humaine. Si nous y parvenons un jour, ce ne sera pas parce que les algorithmes auront saisi l’essence mécanique de notre esprit, mais parce qu’ils nous dispenseront des tâches d’optimisation, nous permettant de nous concentrer sur le sentiment qui nous rend profondément humains: l’amour.

Laissons les machines être ce qu’elles sont. Contentons-nous de les utiliser, et autorisons-nous, individus, à vivre pleinement notre humanité.

*

LES HABITUDES DES MILLIONNAIRES de Brian TRACY (Traduction de Million Dollar Habits) - Talents Editions 2019

Émetteur du résumé : François C.

Les habitudes des millionnaires Introduction VOS ACTIONS VOUS FAÇONNENT

Vous êtes l’architecte de votre vie… Votre vie est le résultat des choix que vous avez faits, des décisions que vous avez prises et des actions que vous avez entreprises jusqu’ici… Vous pouvez faire de nouveaux choix et prendre de nouvelles décisions qui sont davantage en adéquation avec celui ou celle que vous souhaitez devenir et avec ce que vous voulez accomplir au cours de votre vie.

Quatre domaines de la réussite : santé et forme ; nouer de bonnes relations ; faire ce que l’on aime ; être financièrement indépendant.

Ch. 1 COMMENT SE FORGENT LES HABITUDES

Pour connaître bien-être, bonne santé, prospérité, popularité, positivité et confiance, il vous suffit de repérer ce que ceux qui jouissent de ces bienfaits font et de les imiter.

Espérer le meilleur de chacun ou de chaque situation, quelle que soit la situation présente.

En combinant loi de cause à effet, loi du contrôle, loi de la foi, loi des anticipations, loi d’attraction et loi de correspondance, vous obtenez le grand principe universel qui explique votre vie et tout ce qui vous arrive. « Vous devenez ce à quoi vous pensez –le plus souvent. »

Ch. 2 LE LOGICIEL DE LA RÉUSSITE

Dans n’importe quel domaine, une fois que vous avez atteint  une zone de confort, vous allez, inconsciemment, lutter d’arrache-pied pour y rester.

Ceux qui réussissent ont une vision encourageante, inspirante de ce à quoi une personne excellente ressemble et de son comportement.

Avant chaque événement important, prenez l’habitude d’alimenter votre cerveau avec des images positives et des représentations de vous-mêmes en train de réussir quelque chose haut la main.

Votre concept de soi… détermine les choses auxquelles vous pensez le plus. Il abrite les racines de l’impuissance acquise et de votre zone de confort.

Renforcer votre estime de soi et votre confiance en vous tous les jours.

Connaître et appliquer quatre lois mentales: d’habitude ; d’émotion ; de la concentration ; d’activité du subconscient.

Ch. 3 DEVENIR QUELQU’UN

Les idées deviennent des objectifs ; les objectifs deviennent des actions ; les actions deviennent des habitudes ; les habitudes forgent le caractère ; et le caractère décide de notre destin.

Modèle ABC (antécédents, behaviour, conséquences)..85% de nos comportements sont motivés par ce que nous espérons voir se produire à l’avenir – les résultats anticipés.

Quels sont les résultats et les conséquences les plus importants que vous souhaitez voir se matérialiser dans votre vie? Quelles habitudes vous aideraient le plus à y parvenir?

Ch. 4 LES HABITUDES INDISPENSABLES AU SUCCÈS

L’autodiscipline est la clef de la maîtrise de soi et du self-control.

«Personnalité endurante». Il s’agit d’un individu qui semble réagir positivement à l’adversité et aux revers.

Plus vous avez une idée précise de ce que vous voulez accomplir plus tard, meilleures seront vos décisions dans le présent.

Faire au moins une chose chaque jour qui vous rapproche de votre objectif le plus important.

Votre «enfant le plus lent» est la compétence fondamentale dans laquelle vous êtes le plus faible.

Nourrir son cerveau avec des protéines mentales.

Les managers et les cadres sur la voie rapide sortaient constamment de leur zone de confort et n’hésitaient pas à prendre des initiatives et à essayer de nouvelles choses dans de nouveaux domaines.

Au début, une habitude ressemble à un fil invisible mais chaque fois que nous le répétons, nous renforçons ce filin, nous lui ajoutons un autre filament jusqu’à ce qu’il devienne un gros câble qui nous lie de façon irrévocable en pensée et en acte.

Ch. 5 LES HABITUDES DE CEUX QUI SONT DEVENUS MILLIONNAIRES

Vous devez ressentir du plaisir chaque fois que vous épargnez et accumulez, et un malaise chaque fois que vous dépensez et jetez l’argent par les fenêtres.

Les dépenses s’alignent sur le montant des revenus.

Prenez l’habitude d’envisager ce que j’appelle «le pire scénario imaginable».

Dans 99% des cas, les fortunes se bâtissent sur une période de temps longue grâce à une accumulation lente, incrémentale du fait des intérêts composés.

Ch. 6 LES HABITUDES QUI VOUS VALENT AUGMENTATIONS ET AVANCEMENT RAPIDE

Chacun est né avec la faculté de faire une –ou plusieurs- choses de façon exceptionnelle.

Les emplois difficiles à apprendre et à effectuer.

Prenez le temps de choisir le bon emploi ou la bonne entreprise en fonction de votre niveau actuel de connaissances, de compétences et de progression.

Devenir un adepte du raisonnement base zéro.

(Ceux qui ont réussi) Ils travaillent beaucoup plus longtemps et beaucoup plus dur que leurs collègues de travail.

Ch. 7 LES HABITUDES POUR RÉUSSIR EN ENTREPRISE

Les sept habitudes des entrepreneurs qui réussissent : 1. Tout planifier minutieusement ; 2. Avoir tout sous la main avant de commencer ; 3. Trouver les bonnes personnes ; 4. Déléguer intelligemment ; 5. Vérifier que le plan se déroule sans accroc ; 6. Mesurer les avancées ; 7. Informer.

Les secrets des entreprises qui réussissent : 1. Productivité ; 2. Satisfaction des clients ; 3. Rentabilité ; 4. Qualité ; 5. Personnel ; 6. Améliorer l’organisation ; 7. Innovation.

Ch. 8 LES HABITUDES POUR RÉUSSIR DANS LE MARKETING ET LA VENTE

Se spécialiser dans un domaine. Être différent des autres. Définir son avantage concurrentiel. Profiler son meilleur client potentiel. Focaliser et concentrer sa stratégie commerciale.

Les sept P : 1. Le produit/considérer son entreprise comme un ensemble de ressources ; 2. Le prix ; 3. La promotion/une formation en vente peut doubler vos ventes ; 4. Le point de vente ; 5. Le packaging ; 6.Le positionnement ; 7. Le personnel.

Les clefs de la rentabilité : 1. Répondre aux attentes des clients ; 2. Dépasser les attentes de vos clients ; 3. Ravir vos clients ; 4.Surprendre vos clients.

Décidez quelles améliorations vous allez apporter immédiatement pour vendre et servir vos clients mieux que quiconque sur votre marché.

Ch. 9 LES HABITUDES POUR AMÉLIORER SON EFFICACITÉ

La planification stratégique personnelle: Penser à long terme ; Réécrire ses objectifs tous les jours ; Inscrire, au présent, dix objectifs pour l’année qui vient ; Débuter chaque journée avec une liste.

Gérer son temps et sa vie. Est-ce que cette tâche doit vraiment être effectuée? Doit-elle être effectuée par moi? Doit-elle être effectuée maintenant? Est-ce que quelqu’un peut effectuer cette tâche presque aussi bien que moi?

La formule de la productivité personnelle: 1. Travailler dur ; 2. Travailler vite ; 3. Travailler intelligemment ; 4. Travailler sur vos points forts ; 5. Travailler plus efficacement ; 6. Travailler mieux ; 7. Préparer le travail.

Ch. 10 LES HABITUDES POUR BIEN S’ENTENDRE AVEC TOUT LE MONDE

Les quatre grandes questions : À quoi ressembleraient (ce monde, mon pays, mon entreprise, mon genre de famille) si tous les membres se comportaient comme moi?

Quatre clefs pour bien écouter: Écouter avec attention ; Marquer une pause avant de répondre ; Demander des précisions ; Reformuler avec vos propres mots.

Pardonner et oublier. Pardonnez à tous ceux qui vous ont blessé. Oubliez tous les griefs du passé. Soyez tellement occupé à travailler sur des objectifs importants que vous n’ayez pas le temps de ressasser le passé.

Ch. 11 LES HABITUDES POUR ÊTRE EN BONNE SANTÉ ET BIEN PORTANT

Choisir d’être en bonne santé et en forme.

Manger les bons aliments.

Faire beaucoup d’exercice.

Prendre bien soin de soi.

Avoir une excellente hygiène dentaire.

Faire preuve de modération en toutes choses.

Propre comme un sou neuf.

S’isoler et méditer tous les jours.

La paix de l’esprit comme objectif premier.

Ch. 12 LES HABITUDES POUR SE FORGER LE CARACTÈRE ET ¢TRE UN LEADER

Se forger le caractère.

Aspirer au leadership.

Vous êtes responsable.

Dire la vérité.

Les trois vertus premières: prudence, justice, bienveillance.

Croire en un dessein plus vaste.

Ne jamais baisser les bras.

Témoigner de la gratitude.

*

Les reins et les cœurs de Nathalie Rheims - Ed. Léo Scheer

 

Émetteur du florilège: François CORNEVIN

Mes reins se détruisaient irrémédiablement, empoisonnant mon organisme, mettant en échec mes fonctions cardiaques et respiratoires.

On ne s’en rend pas toujours compte, tant son travail est silencieux, mais le rein est un organe essentiel, et quand il ne fonctionne plus, qu’on est, comme moi, en insuffisance rénale aiguë, toutes les autres fonctions sont en détresse : si on ne fait rien, on meurt empoisonné.

Quelle terrible destinée d’être ainsi clouée, trois jours par semaine, dès l’âge de 40 ans, à une machine infernale dont dépend sa survie, trois essorages hebdomadaires qui vous laissent à terre le reste du temps.

Ma grand-mère Alix incarnait la beauté, le charme, l’élégance, mais, surtout, c’était une femme libre, se moquant des conventions, échappant à toutes les règles du prêt-à-penser… Auprès d’elle, j’ai appris cette patience particulière, cette façon méthodique d’affronter la dure réalité, étape par étape, jour après jour.

Les derniers mois de la vie d’Alix ont été un calvaire, son corps ne supportait plus l’effroyable va-et-vient de son sang qui la maintenait en vie, mais qui, dans le même mouvement, la terrassait.

Il attendait debout sur le trottoir, je suis venue à sa rencontre ; il y a eu comme une évidence, celle d’un frère et d’une sœur qui se retrouvent enfin, après des siècles de séparation.

Des mots, des lambeaux de phrases viennent m’alerter, me prévenir, m’enjoindre de ne rien lâcher. Autre chose doit s’accomplir.

C’est au fond de cette fatigue, qui ne ressemble à rien de ce qu’on connaît, que je découvre une insoupçonnable force résiduelle, celle qui nous rattache à la vie, quelles que soient les circonstances.

C’est toujours au moment où je me laisse aller à la peur, où je suis au bord du renoncement, que tu entres, et c’est la lumière, l’espoir, l’envie d’avancer, même si je crois qu’au bout de ces jours terribles, il n’y aura peut-être rien.

Plus de corps, plus de muscles, tout a fondu ; mais une force indicible me traverse de toutes parts. Je suis comme en lévitation, entre la rage de tout faire disparaître autour de moi et le désir intense de rompre avec ce passé maléfique.

En six semaines, chacun est devenu un membre de ce qui forme désormais une nouvelle famille. Ils savent tout de moi, et je les ai découverts, un par un, avec passion. Je leur dois la vie, et je partage la leur avec tout ce qui me reste de tendresse et d’affection. Comment leur rendre une part, même infime, de ce qu’ils m’ont donné ?

Ce qui n’est pas envisageable, dans la dialyse, c’est l’idée d’y être condamné pour le restant de ses jours. Elle dévore à ce point toute énergie qu’il ne reste aucune place pour quoi que ce soit d’autre.

Dans cette épopée, il se cache toutes sortes de tempêtes, d’orages, de cyclones. La pluie, le froid, le sentiment de doute et d’épuisement nous attendent à chaque détour, mais il suffit que nous nous retrouvions, que nous nous regardions, pour être certains qu’il nous faut continuer.

Nous savons que le port d’arrivée est encore loin. Nous ne sommes pas sûrs d’y accoster un jour, le paysage, pour nous, demeure inexploré.

Chaque receveur est comme un livre ésotérique à déchiffrer. Tous les donneurs vivants, ou déjà partis, sont les héros d’une aventure insensée. Tous sont des soldats, connus ou anonymes. C’est, pour chacun, une guerre contre le temps, le triomphe d’un savoir complexe mêlé à la puissance du courage.

Les examens montrent que la remise en état s’accomplit à vive allure. Ce qui m’arrive est si bienfaiteur que, par moments, je sens tout mon corps, tous mes tissus alimentés par l’oxygène, comme si j’en avais manqué depuis toujours.

Impossible de croire à un tel exploit, c’est trop, ça va trop vite. L’apocalypse, c’était hier, elle est encore très présente. Dans mon esprit, j’ai besoin de me raccrocher à une difficulté, à une aspérité dans la paroi rocheuse, qui me permettra de penser que je suis toujours en train d’escalader une montagne, à craindre le pire.

 

 

*

 

Et je danse aussi d'Anne-Laure

Et je danse, aussi Coup de cœur de Jeanne, l’animatrice de nos clubs de lecture:

Pierre-Marie, un écrivain renommé, reçoit un étrange colis par la poste. Avant même de l’ouvrir, il répond par mail à l’expéditeur que, n’étant pas éditeur, il ne lit pas de manuscrit. Plutôt que de se démonter par cette réponse un peu sèche, Adeline Parmelan persévère en engageant la conversation et en demandant finalement au célèbre auteur de ne pas ouvrir l’enveloppe. Commence alors une correspondance amusante entre un romancier sexagénaire sans inspiration et une jeune femme de trente-quatre ans un peu perdue dans sa vie. Les deux nouveaux amis seront pourtant  rattrapés par la lettre qui les a réunis et les secrets qu’ils se confient…

Whaw, un roman écrit par Anne-Laure Bondoux ET Jean-Claude Mourlevat! Ce sont deux auteurs dont j’aime particulièrement les romans.

Dès que l’échange épistolaire commence, impossible de lâcher son livre ! On découvre des personnages drôles, attachants, vifs et très vrais (malgré quelques petits mensonges, mais bon chut…). Adeline Parmelan est un peu maladroite, toujours enjouée malgré ses malheurs et Pierre-Marie est ravi de se découvrir une nouvelle amie alors qu’il passe la plupart de ses journées seul dans sa grande maison. Ensemble, ils vont rouvrir leurs vieilles blessures pour mieux les panser et reprendre leur vie avec plus de confiance, loin des tracas et des sombres pensées qui les assaillaient parfois. S’ajoute à cette drôle de correspondance des personnages pleins de caractère: Max, Josy et Lisbeth, trois amis de Pierre-Marie. Ils participent à l’aventure en apportant de drôles anecdotes, des intrigues parallèles qui viennent pimenter l’histoire et des situations assez cocasses.

L’histoire est captivante jusqu’au bout et j’ai finalement fini Et je danse, aussi en à peine plus d’une journée! C’est un roman feel good très réussi, qui donne le sourire malgré des vérités parfois dures à accepter. Je suis ressortie de ma lecture heureuse et pleine d’énergie… presque assez pour avoir envie de commencer une correspondance aussi!

UN PETIT PAS PEUT CHANGER VOTRE VIE de Robert MAURER - Ed. Le Livre de Poche

 Émetteur du verbatim : François C

 

Un petit pas peut changer votre vie : la voie du kaïzen Là où l’innovation exige des réformes drastiques et traumatisantes, le kaizen prescrit une avancée « à petits pas » vers l’amélioration.

Pourquoi le kaizen marche ?

Si vous adoptez la stratégie des «petits pas» professée par le kaizen, vous saurez désarmer votre angoisse et stimuler votre créativité.

But modeste > Peur évacuée > cortex impliqué > succès.

Posez de petites questions

Les petites questions tissent un environnement mental qui invite à une créativité audacieuse et à la bonne humeur. Quand on pose de petites questions aux membres d’une équipe, on canalise les énergies du groupe tout entier. En se posant à soi-même de petites questions, on établit les bases d’un programme personnalisé qui contribuera à la réussite du changement.

Quel que soit le problème, il faut l’aborder avec un mental bienveillant et patient.

Y-a-t-il une chose que j’aimerais apporter au monde avec mon livre, ma musique, ma peinture ou mon projet professionnel?

Est-ce que je connais quelqu’un que je pourrais appeler pour m’aider ou m’inspirer?

Existe-t-il une direction spécifique qui m’inspirerait et me comblerait tout particulièrement?

Ayez de petites pensées

On peut, par de «petites pensées», sculpter son mental et accroître son potentiel intellectuel, social et, même, physique. Comment procéder ? Rien qu’en imaginant…

Quel tout petit pas pourrais-je faire afin d’atteindre mon objectif?

Faites de petites actions

Les petites actions sont au cœur du kaizen. En accomplissant des petits pas en apparence insignifiants ou même risibles, vous franchirez, serein, les obstacles qui paralysaient votre vie. Lentement, sans effort, vous cultiverez le goût du succès durable et établirez un itinéraire permanent vers le changement.

Résolvez de petits problèmes

S’entraîner à repérer ces nombreuses contrariétés, petites ou grandes, et à les résoudre, nous évitera, plus tard, d’avoir à affronter des échéances plus radicales et plus douloureuses.

Avez-vous rencontré, au début, des signes avant-coureurs d’un problème latent?

Accordez de petites récompenses

Les petites récompenses seront un encouragement idéal. Peu coûteuses mais très précieuses, elles stimuleront votre motivation intérieure et votre désir de transformer durablement votre vie.

La récompense devra posséder les trois qualités suivantes:

Identifiez les petits moments

L’attention spéciale portée aux « petits moments » peut vous conduire   découvertes créatives, vous aider à approfondir votre vie relationnelle et vous apporter, jour après jour, l’impulsion nécessaire pour aller vers l’excellence.

Le kaizen pour la vie ?

S’en tenir à l’essence même du kaizen : un credo optimiste, confiant dans les possibilités d’amélioration de la nature humaine.

CITATIONS dans l’esprit du kaizen 

Jean XXIII Regardez chaque chose. Visez sur un grand projet. Améliorez-vous un tant soit peu.

Baily Commencez où que vous soyez et commencez petit.

Torre Nous pensions peu, nous pensions petit. Et c’est de cette manière que nous avons acquis nos bases. De cette manière que nous avons joué toute l’année.

J.W. Marriott Ce sont les petites choses qui rendent les grandes possibles. C’est une attention minutieuse au plus infime détail qui produit une action de premier ordre.

Stravinski On reconnaît le véritable créateur à son aptitude à voir dans la plus humble, la plus banale des choses un sujet digne de toute son attention.

Tao-tö-king Affronter la difficulté lorsqu’elle est encore facile. Accomplir de grandes œuvres par une série de petits actes.

IL N’EST JAMAIS TROP TARD POUR RÉUSSIR de Tim BUTLER-BOWDON - Ed. Payot

 Émetteur du verbatim : François C

 

Il n'est jamais trop tard pour réussir ! Postulat: n’importe qui peut atteindre de grands objectifs…à condition de les inscrire dans une planification appropriée….Je découvris que les grands projets, quand on les découpe en plusieurs morceaux et qu’on les étale dans la durée, deviennent assez réalisables.

C’est peut-être seulement la capacité à voir loin qui nous fera sortir du lot…La « cuisson à feu doux » est la règle, pas l’exception.

Ch. 1 Echauffement

Buffett « Quelque talent, quelque effort que nous déployions, certaines choses prennent simplement du temps : on ne peut pas fabriquer un bébé en un mois en mettant neuf femmes enceintes. »

Prendre au départ une bonne décision, puis laisser le temps faire son travail.

La réussite mitonnée à petit feu n’est pas une voie possible vers le succès, c’est la seule voie possible pour parvenir aux accomplissements réels, qui sont le fruit de la sagacité, de la créativité et du travail.

Koch «Le temps est une dimension de notre vie et de notre expérience. Le temps est partie intégrante de ce que nous faisons et de ce que nous sommes.»

Crucial pour la réussite de ces projets : une compréhension réaliste du temps qu’il faudra à la fois pour lancer la dynamique du projet et/ou le mener à bonne fin.

Ch 2 La vie n’est pas courte

Des millions d’individus découvrent qu’il est possible de demeurer actif et raisonnablement indépendant jusqu’à 90 ans passés.

L’on peut demeurer productif jusqu’à l’âge de 80 ans.

À 49 ans, je savais seulement qu’il fallait que je fasse quelque chose d’autre, qui me fasse vibrer, et j’avais l’énergie et l’enthousiasme nécessaires

Force est désormais d’associer à la magie de voir grand la puissance de voir loin.

Ch 3 La vision à long terme

«Ayez un autre sens du temps que vos pairs» Jeff Bezos

Il finit par concevoir un «cadre de minimisation du regret»… Allait-il regretter, s’il échouait, d’avoir sauté le pas et lancé son entreprise?

Trois questions : Est-ce que j’ai vécu ? Est-ce que j’ai aimé ? Est-ce que j’ai compté ?

C’est un véritable défi que d’adopter une vue panoramique de notre vie et de nos réussites.

Si brillantes que soient nos promesses (cas de la réussite précoce), c’est le temps et l’expérience qui font finalement de nous ce que nous sommes.

Toyota : cette vérité que plus les objectifs sont lointains, mieux vous détectez les opportunités présentes qui s’accordent à cette vision à long terme.

Proverbe chinois : « Le temps et la patience changent la feuille de mûrier en satin. »

Capra « Les Chinois pensent que chaque fois qu’une situation se développe à l’extrême, elle doit s’inverser en son contraire. Cette conviction leur a donné du courage et de la persévérance dans les périodes de détresse, et les a rendus prudents et modestes dans les périodes fastes. »

Vous ne dépendez pas de l’ »époque » pour réussir…En ne démordant pas de vos idées, en ayant confiance en la personne que vous êtes et en ce que vous faites, c’est vous qui façonnerez votre époque.

Ch 4 Le temps de gestation

Ruskin «Ne dépendez jamais de votre génie. Si vous avez du talent, l’industrie le rendra meilleur ; si vous n’en avez pas, elle palliera votre déficience.»

Th. Edison «Le génie, c’est 1% d’inspiration et 99% de transpiration. En conséquence, un « génie » n’est souvent qu’une personne de talent qui a fait scrupuleusement ses devoirs.»

Ce doit être une pratique délibérée, consistant en un travail constant pour améliorer chaque jour des compétences bien précises, doublé d’un apprentissage à partir de ses erreurs et d’une évaluation permanente à partir de points de référence posés au départ.

Les grandes figures de l’histoire passent souvent des années dans un état étonnamment passif, au cours desquelles elles s’imprègnent profondément de leur engagement.

Le passage du temps a une façon particulière de révéler la vérité. Il élève à la reconnaissance ceux qui s’accrochent à leur talent, même quand ils doivent affronter l’absence de reconnaissance ou des refus…Pour atteindre son potentiel, il faut une certaine réflexion sur soi, et la volonté de corriger ses failles de caractère ou son excès de prétention.

Ce n’est que lorsque nous « maîtrisons pleinement un domaine » que nous pouvons commencer à créer de nouvelles règles, ou des façons authentiquement nouvelles d’accomplir les choses.

James «Le meilleur usage d’une vie, c’est de créer quelque chose qui dure plus longtemps qu’elle.»

Pour avoir une vie pleine de sens, il nous faut restreindre une partie de notre liberté. Si les grands engagements dans le travail et l’amour nous laissent souvent moins de « temps pour nous », ils ont ce mérite de faire de nous des personnes qui vivent pour quelque chose.

Ch 5 Le facteur 40

Le modèle de «crise et résolution» entre 35 et 45 ans (Erik Erikson).

La capacité à avoir un impact spectaculaire sur le monde ne vient, paradoxalement, qu’après avoir traversé des changements personnels intenses.

Une partie du «travail» qui conduit au succès consiste à réussir à croire profondément en soi. Mais, plus important encore, il faut vous donner le temps de faire cette chose ou de devenir cette personne.

Ch 6 Sortilège de mi-siècle

La cinquantaine est une décennie où l’on atteint sa pleine vitesse.

Son exemple laisse entendre que si l’on possède le talent, et la discipline d’en faire quelque chose, le temps peut devenir un allié plus qu’un adversaire.

Dan Brown «Attelez-vous à la réalisation de vos rêves et faites ce dont vous avez envie. Accomplissez quelque chose dont vous puissiez être fiers. La clé du bonheur consiste à faire chaque jour ce dont on a envie.»

Ch 7 Une mine d’or pour trente ans

Ce qu’on appelle le « soir de la vie » est parfois au contraire une aurore de vigueur et de créativité… Il est fort possible que vous ayez aussi en vous trente ans d’exploitation d’une mine d’or qui n’attend que cela…Vous pouvez signer une nouvelle « concession » sur votre vie, vous remettre à extraire de la matière première du gisement que constitue l’existence que vous avez menée jusqu’ici pour créer des choses remarquables et uniques.

Un potentiel non réalisé est « l’une des pires choses qui soient ». Nous possédons en nous des graines dormantes, et soudain vient une révélation, un rayon de lumière qui nous frappe et nous indique la voie à suivre.

Picasso «Je n’évolue pas: je suis.»

Ch 8 La beauté des gens

Arendt « Le nouveau a toujours contre lui les chances écrasantes des lois statistiques et de leur probabilité qui, pratiquement dans les circonstances ordinaires, équivaut à une certitude ; le nouveau apparaît donc toujours comme un miracle. Le fait que l’homme est capable d’action signifie que de sa part on peut s’attendre à de l’inattendu, qu’il est en mesure d’accomplir ce qui est infiniment improbable. Et cela n’est possible que parce que chaque homme est unique, de sorte qu’à chaque naissance quelque chose d’infiniment neuf arrive au monde. »

«La réussite naît d’une accumulation constante d’avantages, elle est le fruit d’une conjoncture heureuse de facteurs familiaux, culturels, chronologiques et sociaux.»

Kroc « Quand on croit à quelque chose, il faut s’y impliquer jusqu’au bout des orteils. »

Quel que soit l’objet de votre fascination, suivez sa piste, aussi superficiel et aussi vain que cela paraisse aux autres, parce qu’en développant correctement votre projet, vous avez des chances de le voir apporter à votre vie un sens, un objectif et de l’argent, en des quantités insoupçonnées.

Schultz « La vie est une succession de collisions évitées de peu. Mais une part importante de ce qu’on attribue à la chance n’a rien à voir avec de la chance. C’est le fait de savoir réagir dans l’instant et accepter d’endosser la responsabilité de son propre avenir. C’est voir ce que d’autres ne voient pas et suivre cette vision, d’où que proviennent les avis négatifs. »

Ch 9 Tout ce qui est grand a commencé petit

Le passage de la performance à l’excellence ne survient jamais d’un coup…Le processus ressemble plutôt au fait de pousser sans relâche un volant d’inertie aussi lourd qu’immense dans le même sens, tour après tour, de façon à prendre de la vitesse jusqu’à une avancée décisive, puis au-delà.

Si l’on atteint 1% et que l’on double sa croissance chaque année, on ne met que sept ans à atteindre 100%.

La constitution d’une marque est un travail lent, patient et méthodique. Réussir du jour au lendemain, dit le vieux dicton, prend plusieurs décennies.

En commençant avec modestie, on respecte la loi immuable de la croissance et du temps. Cette loi est capable de vous amener à faire jaillir un beau jardin ou une haute forêt de votre vivant, et à enrichir l’existence de ceux qui vous succéderont quand vous serez parti.

Fuller: « Vous pouvez être assuré que si vous consacrez votre temps et votre attention au plus grand avantage des autres, l’Univers vous apportera un soutien sans faille et toujours en temps voulu. »

PRINCIPE 80/20 de Richard KOCH - Editions de l’homme

Le principe 80/20 ; faire plus avec moinsÉmetteur du verbatim : François C

Réfléchir: Agir sélectivement - Produire des résultats extraordinaires

Non conventionnelle

Hédoniste: La réussite dérive de l’intérêt, de la joie, du désir d’un bonheur futur

Croit au progrès

Stratégique

Non linéaire:  Imaginez, puis créez les conditions qui vous rendront à la fois heureux et productif

Ambition extrême et attitude assurée, détendue, civilisée

Quelle est la chose appropriée à accomplir?

Choisir la bonne compétition, la bonne équipe, la bonne méthode

Se choisir judicieusement quelques alliés et tisser ses alliances avec soin

Il sait d’où vient son bonheur et le recherche. Il se sert du bonheur d’aujourd’hui pour construire et intensifier son bonheur de demain

Nous ne faisons bon usage que de 20% de notre temps

Avenir: dimension du présent et du passé qui nous offre l’occasion de créer quelque chose de mieux

Ceux qui accomplissent le plus doivent nécessairement aimer ce qu’ils font

S’engager dans des activités à valeur et à satisfaction élevées, dans son travail comme dans ses loisirs

Repérer ce que j’ai été programmé pour réussir le mieux

BONHEUR plages heureuses/malheureuses

Plages de réussite/déserts de réussite

Objectifs à court terme: doubler en l’espace d’un an les 20% du temps que je consacre à des activités à valeur élevée.

Repérer les tâches à valeur élevée

Être heureux 80% du temps passé au travail et 80% du temps passé ailleurs

Si vous aimez faire quelque chose, il est probable que vous le ferez bien

Profondeur et intimité de la relation

Meilleures relations : appréciation mutuelle du temps passé ensemble

Respect

Expérience partagée

Réciprocité: être proactif dans l’aide apportée à ses alliés

Confiance

Quiconque a réussi à atteindre les sommets l’a fait avec un grand enthousiasme

Quels sont les 80% de mon temps qui ne me mènent à rien?

Les meilleurs : les chefs de file produisant des résultats qui en quantité et en qualité font rougir leurs concurrents

Bourse : type de portefeuille déséquilibré qui mène à des rendements supérieurs

Habitudes quotidiennes du bonheur

Exercice physique

Stimulation mentale

Stimulation/méditation spirituelle/artistique

Service rendu à quelqu’un

Pause agréable passée en compagnie d’un ami

Petit plaisir que je m’accorde

Félicitations que je m’adresse

Stratagèmes de bonheur à moyen terme

Maximiser le contrôle que j’exerce sur ma vie

Me fixer des objectifs raisonnables et réalisables

Être flexible

Entretenir une relation étroite avec un conjoint heureux

Cultiver une amitié intime avec quelques proches heureux

Développer une solide alliance professionnelle avec un petit nombre de personnes dont j’aime la compagnie

Élaborer le style de vie que moi et mon conjoint voulons.

*

Bullshit jobs de David Graeber - Les Liens qui Libèrent

Bullshit jobs Texte de Luc F: David Graeber s’étend dans ce livre plus en détail sur les « Bullshit jobs » qu’il avait décrit dans un article en 2013. Cet article, volontairement provocateur avait rencontré un succès mondial et provoqué des sondages dans la presse. Jusqu’à 40 % des gens interrogés pensent avoir un « job à la con », c’est à dire un travail dénué de sens, qui s’il n’était pas fait ne manquerait à personne ou même cesserait de nuire.

David Graeber s’est appuyé pour son livre sur les centaines de témoignages reçus à la suite de son article. C’est l’occasion pour cet intellectuel anarchiste d’interroger la prétendue nécessaire efficacité des organisations mues par le profit.

Même si l’objet lui-même est assez fragile car un job à la con se définit par le seul avis de celui qui l’exerce, la notion trouve un tel écho qu’il est difficile de l’ignorer. L’analyse de Graeber n’est sans doute pas aussi profonde et brillante que celle qu’il propose dans « la dette, 5000 ans d’histoire » mais reste pertinente à bien des égards et le livre est également bien plus facile d’accès.

Ceux de la louve T1. Nouveau départ de Pascale Perrier - GulfStream

Coup de cœur de Mademoiselle Jeanne, notre animatrice du club de lecture qui tient le blog Deux pour une.

Ceux de la louve T.1 ; nouveau départ Pour échapper à une mère droguée qui ne sait plus s’occuper d’eux et à son dealer qui les met en danger, Elyo pense partir de la maison avec sa petite sœur Lucile. Une fille de sa classe lui parle alors de Ceux de la louve, une colonie de vacances où ils pourraient aller le temps de prendre leurs distances…

Le sujet abordé par cette trilogie peut sembler un peu dur mais il est très bien traité : l’auteur(e) a évité de tomber dans des clichés, ce qui n’est pas facile avec un sujet aussi délicat. L’histoire n’est pas toujours très réaliste mais c’est ce qui lui donne son originalité et cela permet d’apporter de l’espoir dans un univers assez sombre au début. Ce livre ne donne pas de solution miracle à des situations comme celles d’Elyo et Lucile, mais il tente de proposer une alternative romancée aux familles d’accueil et aux différentes assistances sociales. Les victimes de ce système et leur prise en charge ne sont pas jugées, l’auteur présente simplement des faits avec différents points de vue selon les protagonistes.

Les personnages sont attachants et ont des caractères très marqués, sûrement à cause (ou grâce à !) leurs expériences. Elyo paraît presque trop mature pour son âge mais cela peut s’expliquer par sa nécessité de se prendre en charge dès son plus jeune âge. Lucile, plus jeune, est aussi plus sensible et elle apporte une nuance très importante à l’histoire : sans elle, l’intrigue serait beaucoup plus manichéenne, moins contrastée. Je l’ai trouvée plus touchante qu’Elyo de manière générale, peut-être grâce à son caractère naïf et innocent : elle refuse de voir la réalité en face et tente de se protéger.

Les filles au chocolat, tome 3, Cœur mandarine de Cathy Cassidy - Pocket Jeunesse

Les filles au chocolat T.3 ; coeur mandarineFiche de lecture d’Antoine:

Résumé: Summer Tanberry, 13 ans et demi adore la danse (surtout la danse classique), elle pratique la danse classique depuis qu’elle est petite. Perfectionniste, Summer a de grands projets: intégrer de prestigieuses écoles de danse. Quand on lui propose d’intégrer la Rochelle Academy, elle saisit l’occasion. Mais elle a déjà raté l’audition pour le royal ballet parce qu’elle était trop stressées, et sa copine Jodie a été elle aussi recalée car elle était “trop corpulente.” De peur d’engraisser, elle mange de moins en moins et angoisse. Mais à qui se confier? Sa sœur ne lève plus les yeux de Finn, son amoureux, Honey ne lui sera d’aucune aide, en plus il y a beaucoup de fêtes et un plateau de tournage aménagé à Tanglewood House, son domicile ce qui est anxiogène pour elle qui aime tellement l’ordre. Elle n’ose plus se confier à personne. Arrivera-t-elle au bout de son rêve?

Avis: Ce roman montre qu’à force d’être trop parfait, on ne s’amuse plus et qu’on doit s’accepter soi-même qu’on soit gros ou maigre. Aussi, maigrir peut être mortel et derrière la danse classique se cache parfois une courte carrière.

Identité du personnage principal: Summer Tanberry, 13 ans et demi. Caractère perfectionniste, calme et sûre d’elle, très populaire. Elle est née à Kitnor en Angleterre. Ses parents se prénomment Charlotte et Greg Tanberry. Summer a  de longs cheveux blonds tressés ou relevés en chignon de danseuse. Elle a les yeux bleus et est très gracieuse. Elle aime porter des robes et des leggings à la mode, tout ce qui est rose. Elle a un look soigné. Elle aime la danse, la danse et encore la danse!! Mais attention surtout la danse classique! Elle rêve d’intégrer le Royal Ballet une école de danse, de devenir danseuse professionnelle et de créer sa propre école de danse. Son principal problème est que Summer à l’impression que tout lui échappe au moment où elle voudrait tout contrôler.