A Livr'Ouvert

171b bd Voltaire, 75011 Paris.
Latitute/longitude: 46.75984 1.738281

Tel: 09.52.65.38.67

Le lundi de 12h à 19h et du mardi au samedi de 10h à 19h30.

Mail: contact@alivrouvert.fr

Les verbatims de François

Startup academy, comprendre et s'approprier les secrets d'une nouvelle génération d'entrepreneurs de Philippe Bloch - Editions Ventana

Startup academy ; comprendre et s'approprier les secrets d'une nouvelle génération d'entrepreneursAucune entreprise n’envisageait plus alors de survivre sans adopter les codes d’un phénomène mondial qui redistribuait les cartes dans tous les domaines d’activité à une vitesse aussi effrayante qu’inédite. Le monde ne vibrait plus qu’aux mots étranges de Big Data, Océan Bleu, Intelligence Artificielle (IA), blockchain, industrie 4.0., API, chatbot, cybersécurité, MVP, POC, transhumanisme, machine learning, homme augmenté, capteurs, objets connectés, internet des objets, robotique, cobotique, cloud, réseaux sociaux, mobilité, connectivité, plateformes, algorithmes, lean, impression 3D, informatique quantique, réalité virtuelle, Bitcoin, etc.

En même temps qu’émergeait le concept d’entrepreneur du digital apparaissait de nouveaux codes, règles, communautés, modes d’organisation, façons de travailler ou de manager, parfois difficiles à décrypter pour les non-initiés mais qui sont en train de s’imposer comme autant de nouveaux standards.

De nombreux exemples attestent qu’une entreprise peut être Grande ET rapide, Puissante ET agile, Complexe ET innovante, Vieille ET branchée.

1/ CHANGER LE MONDE…MÊME UN PEU !

Où est mon étoile du berger ? Quel est le sens de mon action ? me procure-t-elle du plaisir, de la fierté, du bonheur, de l’excitation, de l’adrénaline ? A qui profite mon activité ? Quelle est son utilité sociale ? Majeure, superficielle, inexistante ?

Jeff Bezos (1997) « Nous sommes optimistes, mais nous devons rester vigilants et maintenir un sens de l’urgence. Nous allons continuer à nous concentrer sans relâche sur nos clients…Nous continuerons à apprendre à la fois de nos succès et de nos échecs. Nous investirons toujours massivement plutôt que timidement à chaque fois que nous détecterons une possibilité de renforcer notre leadership. »

L’esprit startup est synonyme de rupture en toutes choses. Casser les codes et penser autrement font partie de l’ADN des jeunes pousses au service d’un seul objectif : enchanter le client en lui proposant le meilleur produit ou service jamais proposé.

Désormais, tout le monde juge et évalue tout et n’importe quoi.

2/ ALLUMER LE FEU…MAIS PAS TROP !

A l’heure de l’intelligence artificielle et des assistants virtuels vocaux…il est urgent d’allumer le feu. De collecter et d’analyser un maximum de données pour combiner le meilleur de l’humain et du digital.

Personne n’est plus à l’abri. Le risque majeur pour toute entreprise ? Vouloir profiter trop longtemps d’une rente de situation confortable ou d’une position dominante, sans se soucier du moment où un nouvel entrant le lui fera regretter brutalement.

A l’image de l’idéogramme chinois qui voit derrière chaque crise une opportunité, il est urgent de transformer nos peurs en autant de challenges stimulants pour nos équipes et de repenser la culture de nos entreprises autant que nos organisations ou nos process.

 3/ FAIRE PLUS AVEC MOINS

Pour éviter le naufrage, conserver les attributs d’une jeune pousse et rester un leader mondial avec un esprit de challenge, Jeff Bezos recommande « l’obsession du client, la lutte contre les process (on ne pense plus, on applique), l’envie d’embrasser les tendances extérieures et une prise de décision hyper-rapide ».

La croissance génère toujours de la complexité. Multiplication d’intervenants non décisionnaires ou pas toujours clairement identifiés, incapacité à trancher ou arbitrer les conflits, rivalités, jalousies, politique interne trop souvent préférée à l’action, lenteur de la prise de décisions, précautionnisme juridique, frilosité des SI, manque de courage, etc. Tout concourt à foncer droit dans le mur, sans que personne ne s’en alarme ou ne mette les pieds dans le plat.

Le rapport au temps pourrait bien devenir un enjeu stratégique majeur.

Autant qu’un CEO, un entrepreneur (ou un dirigeant) doit aujourd’hui être un CPS (Chief Problem Solver) autonome et créatif, capable d’absorber la difficulté et la contrainte et de restituer des solutions et de l’énergie.

L’essentiel est de changer d’angle de vue pour explorer de nouveaux territoires et de nouvelles solutions.

Pour les jeunes pousses, chaque minute, chaque heure, chaque jour compte. Leur obsession : le ROTI (Return On Time Invested) ! D’où une gestion très économe des rencontres, qu’elles limitent au strict nécessaire, et le rejet de tout ce qui ralentit.

Aucun créateur d’entreprise ne bénéficie au départ d’autant de ressources qu’elles. Pourtant, aucun ne se plaint ni ne se sent démuni, tant il prend de plaisir à affronter chaque difficulté l’une après l’autre, sa meilleure récompense étant de se retourner régulièrement et de constater le chemin parcouru, alors que personne n’avait misé sur lui. Entreprendre aguerrit. Surprotéger affaiblit. Faites passer le message !

4/ ACCEPTER L’INCERTITUDE

Entreprendre revient désormais à trouver chaque jour des solutions nouvelles et créatives à des problèmes dont la plupart n’existaient pas la veille.

Tout change à une vitesse inédite dans l’histoire de l’humanité. D’où la nécessité pour toute entreprise de capter les signaux faibles de son environnement et de développer une vision puissante et rassurante permettant de compenser l’absence de repères extérieurs.

A une époque où nous croulons sous les données de toutes sortes, il n’a jamais été aussi facile de se tromper sur leur interprétation et de prendre des mauvaises décisions. Plus que jamais, la pertinence de l’analyse prime sur le volume.

Plusieurs facteurs rendent difficile toute prévision, et impossible toute planification à long terme…Tomber amoureux de l’incertitude ambiante plutôt que de la craindre ! L’incertitude pousse au dépassement de soi.

 5/ ECHOUER SOUVENT…MAIS VITE !

Chaque boucle doit suivre trois étapes : idée, mise au point, validation…Priorité à l’expérimentation, l’ergonomie, l’efficacité intuitive et la simplicité d’utilisation grâce à une collaboration permanente entre l’entreprise et la communauté de ses clients au travers de nombreux outils, dont les blogs.

Le concept de Customer Effort Score (CES), qui mesure désormais le taux d’effort imposé par l’entreprise à ses clients pour utiliser ses produits ou ses services.

Rebondir et tirer rapidement les leçons de leurs erreurs font partie de leur ADN. Quand la plupart des gens décrivent un échec, l’entrepreneur préfère évoquer « une solution qui n’a pas marché », s’inspirant de la science qui ne parle jamais d’échec, mais d’expérimentation.

Consacrer 70% de son temps à son business actuel, 20% à celui de demain et 10% à un horizon plus lointain.

L’une des priorités que tout manager désireux de rester dans la course à l’innovation doit se fixer : donner carte blanche à tous ses collaborateurs pour qu’aucun échec ou aucune déception ne vienne plus jamais décourager leur envie d’aller au bout d’une idée à laquelle ils croient et dont ils pensent qu’elle pourrait faire progresser leur entreprise.

6/ DATA IS KING

La data devenue l’or noir du 21ème siècle.

Les données sont au cœur de la révolution que nous sommes en train de vivre. Elles se logent dans une multitude de cases, et la capacité à les inventorier, collecter, stocker, analyser, visualiser, récupérer, utiliser, diffuser et partager est à l’origine des plus grands succès planétaires récents.

La startup cible souvent des niches, voire désormais une infinie multitude de personnes uniques grâce à l’intelligence artificielle et aux données qu’elle accumule sur elle.

L’IA (que Joël de Rosnay préfère appeler Intelligence Auxiliaire) s’éduque, s’entraîne et ne cesse de s’alimenter par les montagnes de données que nous lui fournissons.

Tout ce qui est peu qualifié et répétitif est pourtant en voie d’être mécanisé, et les machines seront bientôt imbattables dès lors qu’il s’agira de tester des millions de combinaisons et de nous aider dans des opérations complexes, menaçant à l’évidence d’innombrables emplois non qualifiés.

Voici que toutes les professions du droit sont menacées par des plateformes numériques…Et que dire des consultants, architectes, designers, voire des auteurs ?

 7/ LES VALEURS AVANT LES PROCESS

« Manager par les valeurs, c’est un engagement à transformer toute l’entreprise. Et cela vient du dirigeant. » Jacques Horovitz

Leurs valeurs priment sur les process et leur donnent toutes les audaces, cette « part de volonté qui s’ajoute à l’analyse pour forcer le destin » pour reprendre l’expression de Roger-Pol Droit.

Si la complexité du monde a été multipliée par six entre 1995 et 2010, la complication des entreprises l’a été par trente-cinq dans la même période.

Six règles pour une « simplicité intelligente ». Comprendre le travail des autres (leurs comportements quotidiens, actions, interactions, objectifs, contraintes, etc.). Renforcer le rôle des « intégrateurs » (quiconque favorise la collaboration), supprimer les couches de management et les règles inutiles. Augmenter l’autonomie et la quantité totale de pouvoir au service du groupe (place au bon sens et à l’intelligence). Etendre l’ombre du futur (expliquer aux gens les conséquences de leurs actions). Accroître la réciprocité (comprendre et reconnaître l’intérêt qu’il y a à coopérer). Récompenser ceux qui coopèrent (et seulement eux)…Tel est pourtant le prix à payer pour mettre en œuvre la simplexité, valeur-clé de la planète startup.

 8/ TRAVAILLER « AVEC » ET NON PLUS « CONTRE »

Les smartphones ont envahi nos vies, au point de donner naissance à une nouvelle maladie, la nomophobie (la peur d’être séparé de son mobile) et à une nouvelle génération de screenagers (contraction de screen et teenager), ces adolescents qui ne peuvent plus vivre loin de leur écran, devenu leur principal lien avec le monde extérieur.

La viralité est devenue un enjeu clé et donne l’avantage aux entreprises et aux marques sachant développer un lien personnalisé et affinitaire avec chaque consommateur.

Après les slashers (qui cumulent plusieurs activités et statuts en même temps), la glocalisation (néologisme anglais formé par les mots globalisation et localisation), le co-working, le co-design (inspiré du design thinking) ou la fusion food qui nous offre l’accès simultané aux saveurs du monde entier, c’est l’hybridation à tous les étages ! Coopération et compétition fusionnent pour donner naissance à la coopétition. Co-branding, co-investissement, co-construction, co-production, intelligence collective, économie collaborative, etc

Les startups nous démontrent chaque jour que rien ne vaut l’intelligence collaborative pour réussir les paris les plus fous et créer de la valeur, par la magie de l’échange et des technologies de l’information qui en accélèrent la circulation.

 9/ L’HUMAIN N’A PAS DIT SON DERNIER MOT

La bataille du digital ne se gagne jamais sans, ou contre les hommes. Car si technologie et compétences techniques sont à la portée de n’importe quel carnet de chèques (ou compte Paypal), l’humain reste assurément le plus complexe de tous les défis, même et surtout à l’ère du digital.

« La digitalisation n’est pas une fin en soi. Nous devons la maîtriser, mais pas la subir. Elle doit se faire par et pour les Hommes avec un grand H »  Jean-Dominique Sénard

Les entrepreneurs du numérique ont su comprendre l’importance des soft skills pour penser et agir autrement…Pour un grand nombre d’entre eux, curiosité, passion, empathie, vision, aptitude au risque, sens du collectif, etc…, priment sur la technique, la discipline, le respect des règles de l’autorité et de la hiérarchie. Autant de qualités qui ont besoin de liberté pour s’épanouir et se développer.

(Digital Factory - Thales) Procédures réduites au minimum, chacun prend seul ses décisions sous la responsabilité d’un manager responsable de l’ingénierie, développeur de ressources humaines, facilitateur de problèmes et apporteur de solutions.

Je suis de ceux qui pensent que faire le bonheur des autres et créer du lien ne se délèguent pas. Quels que soient notre pouvoir, notre fonction, notre place dans la hiérarchie, notre ancienneté ou la pression que l’environnement nous fait subir, nous sommes tous des Chief Happiness Officers en puissance.

 10/ « J’OPTIMISME » ET J’INCARNE

Spécialistes du recyclage de problèmes en solutions, ils ont le sentiment d’être faits de béton et recouverts de téflon. Rien ne semble vraiment les atteindre, tant brille toujours dans leurs yeux la lumière au bout du tunnel, même dans les pires circonstances.

« L’histoire d’une entreprise est donc celle d’une cohabitation entre un Powerpoint qui vend du rêve en couleurs et une feuille Excel qui renvoie au noir et blanc de la réalité. » Stéphane Degonde

Afficher son optimisme en toutes circonstances et incarner fièrement sa marque sont deux armes redoutables qu’utilisent habilement les startuppers pour séduire financiers, collaborateurs et clients. A l’inverse, l’émotion, le sourire et l’humour sont le plus souvent absents de la stratégie et de l’image que projettent les grands groupes déshumanisés.

 11/ TOUT N’EST PAS BON DANS LA STARTUP

. Meilleur défricheur que gestionnaire. Oublier que tout métier, quel qu’il soit, est un métier de « centimier » est une erreur tragique.

. Quand un succès trop rapide mène au désastre

. Une bonne idée trop tôt n’est pas une bonne idée. L’importance d’un bon timing pour un lancement est primordiale pour toutes les entreprises, mais seules celles qui ont les moyens de perdre durablement de l’argent avant d’imposer leur vision ont des chances de réussir quand elles sont trop en avance sur leur temps.

. Priorité à l’exécution. Entre une bonne idée et son succès, il y a toujours sa mise en œuvre. Or la jeunesse et le manque d’expérience de la plupart des créateurs les privent souvent des réflexes nécessaires.

. Distribution vs innovation. La bataille de la distribution va s’avérer de plus en plus difficile et coûteuse pour les plus jeunes entreprises.

. La « belle histoire » a ses limites

. De vrais clients plutôt que des Likes ! Seul le comportement réel de vrais clients utilisateurs réguliers d’un service ou d’un produit peut et doit servir de bon pour accord au développement.

. Le projet n’est pas la levée de fonds, elle n’en est qu’une étape

. Les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent

. Traduire son site en plusieurs langues ne veut pas dire être international

. Le management reprend très vite ses droits, startup ou pas

. Pas toujours so cool

. Le « startup management » reste à inventer

. Réinventer l’expérience collaborateur

Nous ne sommes donc qu’au début de l’invention d’un nouveau modèle employee centric, qui porte en lui les gènes de sa transformation permanente.

Après l’innovation numérique, l’innovation sociale et managériale ?

 12/ PLACE AU MANAGEMENT « INTRAPRENEURIAL »

Intraprendre est un état d’esprit à la portée de chacun d’entre nous…Pour simplifier à l’extrême, le terme intrapreneur pourrait être une bonne traduction du mot startupper appliqué au monde du salariat. Dreamers who do. Des rêveurs qui agissent.

Le nombre, le rôle et l’influence des managers ne vont cesser de diminuer dans les années à venir au profit de l’intelligence collective, de l’autonomie et de l’esprit d’entreprise.

Quiconque aime la découverte et l’exploration de nouveaux territoires (par définition inconnus et donc incertains) et met ce talent au service de l’entreprise dont il est salarié est un intrapreneur.

Think big. Start small. Scale fast (Penser grand. Commencer petit. Grandir vite). Rien n’est plus efficace pour susciter l’engagement et l’esprit d’entreprise que d’offrir un environnement où chacun ressent que tout est possible, que tout reste à faire, à l’image de la can do attitude caractéristique de la Silicon Valley.

Ce qui est primordial :

  1. Savoir importer du stress, de la pression et des emmerdes et exporter de l’enthousiasme, de l’énergie et de l’optimisme.
  2. Capacité à se comporter comme s’il était en partie propriétaire ou fondateur de l’entreprise.
  3. Capacité à encourager, accepter, voire valoriser les échecs.
  4. Capacité à s’entourer de gens plus grands que lui et à attirer de fortes personnalités.
  5. Réapprendre à dire merci et bravo aussi souvent que nécessaire.
  6. Propager autour de soi une contagion émotionnelle positive…et être aussi souvent qu’on le peut un émetteur de bonnes nouvelles.
 Conclusion

Si vous êtes dirigeant, votre priorité est de repérer et de mobiliser à tous les niveaux de l’entreprise le talent et la créativité de tous vos collaborateurs au service d’une vision inspirante et partagée.

Tout peut et tout doit être remis en question régulièrement, même et surtout quand cela commence à bien fonctionner. C’est fatigant, mais préférable à la perspective d’assister trop vite à son propre enterrement.

*

Émetteur du verbatim: François C.

LA STRATEGIE DE LA LIBELLULE - La méthode corps-esprit de Thierry MARX - Le Cherche Midi

La stratégie de la libellule ; la méthode de corps-esprit Lorsque la libellule est confrontée à un obstacle, son premier mouvement consiste à changer d’axe. Sans jamais reculer, elle teste un passage par le haut, puis par le bas, de droite à gauche et de gauche à droite, jusqu’à trouver la solution. Autrement dit, la libellule se montre capable de prendre de la distance.

*

Si nous commençons à regarder les choses et le monde dans leur autonomie propre et à exiger de nos réactions qu’elles soient utiles ou constructives, alors il est probable que nous commencerons à agir avec méthode et discernement, ce qui n’exclut pas la détermination.

Agressivité  « Ai-je le temps de préparer une tasse de thé ? » Prenons donc le temps d’une tasse de thé pour éviter les réponses à l’emporte-pièce, ouvrir un espace apaisant et mieux résoudre nos problèmes.

Apaisement La seule attitude que nous puissions adopter, dans ce désordre environnant, consiste à trouver en nous l’énergie de l’apaisement…Et cela est possible uniquement si nous savons nous-mêmes ce que nous voulons être, ce qu’est notre projet de vie et si nous nous y tenons vaille que vaille.

Apprentissage  « Si tu sais ce que tu veux, montre ce que tu vaux »

Armée  Savoir être pour durer

Je découvre ma nouvelle règle de trois :

-          La rigueur du projet ;

-          L’engagement qui nous fait lâcher la main du passé ;

-          Le respect du présent.

Avec aussi le sens de l’honneur et de la parole donnée.

Arts martiaux  Transformer les ennemis en partenaires

Les arts martiaux nous apprennent que l’on ne gagne jamais parce qu’on est le meilleur mais parce qu’on a décidé de ne pas perdre.

Bouddhisme

Le shinto et le bouddhisme zen me permettent désormais, au travers des arts martiaux notamment, de mettre enfin du temps entre mes émotions et mes actions. C’est ainsi que j’ai pu reconstruire ma vie, entre ordre et désordre.

Boxe

Lire l’autre, le respecter certes, mais ne pas le subir. Ce n’est pas l’adversaire qu’il faut battre mais une mission qu’il faut remplir. Sans haine ni forfanterie.

Bushido  « la voie du guerrier »

Ce code de la chevalerie du Japon médiéval fournit un sentiment de calme, de confiance au destin et une soumission tranquille à l’inévitable. Un calme stoïque en vue de dangers ou de sinistres, ce dédain de la vie et de convivialité avec la mort. Ce qui est inévitable n’est pas important.

Chance  L’opportunité d’agir sur son destin

La chance, pour moi, est une opportunité qu’il faut saisir…La chance, c’est d’abord un projet. Sinon, c’est un leurre.

Chef (d’entreprise)  Seul, mais avec les autres

Le responsable ne doit jamais chercher de bouc émissaire mais toujours essayer de faire travailler les uns avec les autres.

Compassion

Est-elle vraiment à même d’aider quiconque se trouverait dans le besoin ? La réponse est non.

La fraternité n’est pas de porter les autres mais de les aider à s’épanouir.

Douleur  En analyser les causes pour en choisir les remèdes

Faire l’analyse des causes est toujours le meilleur moyen de leur trouver un remède.

En ne se posant plus prioritairement la question du comment mais celle du pourquoi, il témoigne de son souci d’appréhender une situation telle qu’elle est. Autrement dit, en n’ajoutant pas l’agitation à l’agitation, il fait siens les trois principes qui président à une bonne spirale dynamique : penser son geste, maîtriser son feu intérieur, se jouer des fausses contraintes du temps.

Échec  Baisser les armes ou rebondir

Seules se sont relevées de situations parfois effroyablement complexes et précaires les personnes ayant réussi à remettre un projet en mouvement. Celles qui avaient trouvé la force de rester en état de veille et de se mettre en quête de nouvelles motivations, de nouvelles énergies. Celles qui se montraient capables de se déporter, de se dérouter, de se déplacer légèrement pour considérer les choses sous un autre angle. Assurément, il leur a fallu faire pour cela le deuil d’histoires passées.

Si vraiment nous sommes vivants, alors nous sentons, nous savons que toute solution réside toujours dans le mouvement. Dans l’effort qui nous tirera vers le haut, nous grandira, et qui seul nous donnera l’énergie de ne pas nous laisser rabougrir, rétrécir ou éteindre par la vie. Jusqu’à trouver l’être en nous-même.

Écologie  Plus de temps à perdre, on s’y met tous !

Je milite pour que l’écologie sorte de la case politique et de son vocabulaire stérile pour devenir une partie intégrante de nous-même, un véritable réflexe vital et citoyen !

Émotion  Mettre du temps entre nos émotions et nos actions

« Fais de l’impatience ton pire ennemi » n’hésitait pas à dire Miyamoto Musashi.

Si nous entretenons un rapport si biaisé avec le temps, c’est en grande partie parce que nous nous laissons soumettre par nos émotions.

Tout sport de combat consiste donc en cette nécessité de dompter le temps : le temps extérieur qui voudrait nous contraindre, mais, plus encore, ce temps intérieur auquel nous laissons trop souvent la possibilité de nous dépasser.

Par un apparent paradoxe, c’est en faisant le vide que nous mobiliserons en nous la bonne énergie, la bonne posture. Bref, que nous nous réarmerons. Alors nous pouvons retrouver l’élan de notre spirale dynamique.

Ennemi  Vaincre sans haine

Etre bien avec soi-même est la condition sine qua non pour être bien avec les autres. Qui n’a pas de cap, qui ne se sent pas suffisamment présent à lui-même, qui ne trouve pas sa place dans sa propre existence ou tourne comme plume dans le vent, celui-là se sentira perpétuellement agressé. Et il aura alors tendance à attribuer à d’autres ses propres errances, ruminations, failles ou échecs.

Dit autrement, nous ne progressons pas contre les autres, mais en puisant en soi le désir et l’énergie de renouveler chaque jour le contrat que nous avons passé avec nous-même.

Entreprise  L’employé n’est pas le rouage d’une immense machinerie, mais une sensibilité vivante

Nous avons beau être égaux, du moins théoriquement, nous n’en sommes pas moins différents et inégaux face à la vie. Cette diversité fait la richesse de toute société moderne, mais c’est elle aussi qui occasionne tous les antagonismes imaginables.

Le danger réside aussi dans le fait, tant pour le chef d’entreprise que pour l’employé, de ne pas accepter de quitter sa zone de confort.

Erreur  Une opportunité d’apprentissage

Si une faille quelconque m’apparaît, et il y a forcément une faille quelque part –dans un dossier, une situation, une rencontre-, j’aime à penser qu’il va me falloir la résoudre ou la contourner, car alors quelque chose dans ce travail m’aura fait grandir.

La faille n’est pas un problème en soi : elle l’est si on se refuse à y voir une opportunité cachée.

Escalier (social)

L’ascenseur social est une chimère ! Il existe seulement un escalier que l’Etat doit entretenir en veillant notamment à ce que chaque citoyen puisse l’emprunter et en s’assurant d’une hauteur de marches accessible à tous.

Tout projet ne peut aboutir qu’au terme d’une prise de conscience du corps et de l’esprit, d’une progressivité, d’une construction dont l’image du franchissement, marche après marche, donne une idée très nette. L’ascenseur est le miracle ; l’escalier, la construction.

S’engager, c’est se projeter sur une longue durée afin de garantir ce qui nous tient le plus à cœur et d’œuvrer à l’aboutissement de ce pour quoi nous nous sentons faits.

Feu (intérieur)  Attention au retour de flamme !

Nous devons donc être aussi soucieux de notre propre justesse que l’est le cuisinier devant sa flamme.

Formation  Ne pas gaver mais donner faim

Qui dit émancipation dit éducation. Or, c’est par l’éducation, d’abord et avant tout démarche de liberté, que nous apprenons à connaître et à préciser nos désirs, et c’est par elle encore que nous saurons dans notre vie ce qui nous sera acceptable et ce que nous refuserons de subir. C’est pourquoi je m’intéresse tout particulièrement aux personnes dont la trajectoire de vie a pu être heurtée.

On aide authentiquement quelqu’un uniquement en lui donnant des outils concrets, pratiques, opérationnels.

Si la force du projet fait la force du caractère, la force de caractère n’en fait pas moins la force du projet. On n’avance sans heurt que sur ses deux jambes.

Gentillesse  Méfions-nous de la miévrerie

Etre bienveillant, c’est d’abord avoir conscience que le projet de l’autre n’est pas moins intéressant, ou riche, ou nécessaire, que le sien propre. C’est aussi être capable de se voir soi-même comme l’élément d’un tout…C’est, enfin ne jamais abdiquer notre souci de solidarité.

Geste  Il parle pour nous

On ne peut espérer d’un geste ou d’un mot désordonné qu’il aboutisse à une conclusion efficace et juste : en préalable à tout geste doit exister la pensée de ce geste.

Geste (bis)  Son absolue nécessité pour la cuisine

La cuisine est le domaine de prédilection de la maîtrise du geste (la coupe juste), du feu (l’intensité) et du temps (la cuisson).

Japon  L’évidence

Oui, tout ce que j’avais rêvé était là ! Le dojo, l’ambiance, l’homogénéité d’un peuple, la calligraphie, l’exiguïté du pays.

Judo  Tu ne gagnes pas parce que tu es le meilleur mais parce que tu ne peux pas perdre

Kodawari

Pour moi, le kodawari, c’est tout à la fois ce qui maintient la qualité de vie à des standards élevés et ce qui permet la poursuite d’un idéal d’épanouissement.

Lucidité

Elle m’aide à réaligner les planètes, à retrouver la hiérarchie des priorités. Si tout va bien à 80%, la lucidité me permettra de comprendre pourquoi ce n’est pas le cas pour les 20% restants.

Maîtrise de soi

L’acceptation et le contrôle de soi nous ouvrent aux autres, aux opportunités de l’existence et à la possibilité de nous approprier un projet de vie qui soit l’expression directe de nous-même.

Ce n’est pas tant le but qui importe que la trajectoire. Ce qui transforme la vie réside souvent moins dans la réalisation d’un idéal que dans l’effort auquel on consent pour y parvenir.

L’important est de savoir, de sentir, que chaque jour nous offre l’opportunité de progresser sur une voie singulière, décidée en pleine conscience. Autrement dit, il n’est pas un jour qui ne nous offre l’occasion de nous libérer de tout ce qui entrave notre énergie, tous ces blocages que l’on attribue parfois au monde extérieur et qui trouvent souvent leur origine en nous-même.

Méditation  Nécessaire pour retrouver la juste voie, celle qui permet de rester droit envers soi-même, c’est-à-dire de conserver le cap que l’on s’est fixé. En quelque sorte, méditer revient à se créer un environnement unique. Un écosystème à usage personnel.

S’il s’agit d’être heureux, il s’agit surtout de décider de l’être. C’est la décision qui fait sens.

Montagnard (Le pas du)

Il est bon et nécessaire de contempler le sommet que nous visons, mais nous ne devons jamais douter que l’escalader requerra du temps et de la méthode.

Nous sommes toujours en construction, toujours en quête, toujours en trajectoire. Ce qui est une chance inouïe, car nous pouvons toujours mieux faire. Nous nous adaptons toujours mieux à la vie…Là où nous pensions être arrivés, elle nous offre une nouvelle opportunité.

Nostalgie  Le creuset de nos projets

Alors, par notre volonté de tirer tout leur miel de nos souvenirs, le passé ne sera plus le cimetière des occasions perdues, mais le creuset de nos projets.

Nourrir  (L’art de se) Nous sommes ce que nous mangeons

Se connaître soi-même, savoir distinguer plaisirs et besoins, persévérance et entêtement, voilà qui constitue la base préalable à toute réforme de son régime alimentaire.

Ordre (et désordre)  Savoir se remettre dans l’axe

Si nous avons les deux pieds dans l’ordre, nous nous statufions, nous nous stratifions, nous nous sclérosons. Mais si nous entrons dans le désordre, nous pénétrons dans un tourbillon infernal. Il nous faut donc guider notre projet entre ces deux pôles.

Peur  Affronter cette mer d’incertitude

En nous engageant pleinement dans les 20% de cette mer d’incertitude, nous serons déjà allés bien plus loin que ce que nous connaissons, et ce gain annihile déjà tout bien-fondé à la notion d’échec. Ces 20% représentent l’expérience nouvelle, celle dont nous pourrons tirer les richesses nécessaires à la continuation de notre projet.

Projet  Indispensable, qu’il soit modeste ou ambitieux, raisonnable ou démesuré

Nous disposons tous d’un réservoir infini d’énergie, mais trop peu d’entre nous en prennent conscience. Or il n’est qu’un moyen de mobiliser cette énergie : avoir un projet…Il s’agit seulement de comprendre que l’énergie naîtra de la définition sincère de ce projet et de ce que nous serons prêts à lui sacrifier.

Un projet à la fois, ce n’est déjà pas si mal. Surtout si l’on sait qu’un projet construit toujours le suivant.

Rêve  À chacun sa propre grandeur

Nourrir un rêve, c’est toujours cultiver un idéal…Cet idéal n’est autre que l’expression du chemin de vie que nous nous sommes fixé, de notre désir de nous sentir grand dans l’existence. Aussi une vie entière ne sera-t-elle jamais de trop pour chercher à l’atteindre. C’est d’ailleurs ce qui fait la beauté de notre passage sur Terre.

Réveil  Respecter son fil conducteur

Nous en revenons toujours, in fine, à la nécessité d’être présent à soi-même et de faire précéder nos gestes de la pensée de nos gestes.

Dès mes premiers gestes, je suis maître de mon projet. Dès la première substance avalée ou bue, je ne donne pas seulement à mon corps le carburant dont il a besoin, mais je mets mon esprit dans les conditions idéales pour gagner sérénité et confiance en soi.

Rigueur  Une exigence que l’on doit à soi-même

Dans le shitsuke japonais, la rigueur est un projet. En inversant les termes, disons que c’est parce que nous avons un projet que nous y mettrons la rigueur nécessaire.

Se tenir à ce projet de micro-changement, c’est déjà faire preuve de rigueur. Celle-ci s’amorce au moment où on initie l’effort de faire le premier pas, puis de penser chaque journée comme une nouvelle étape disponible à un nouveau progrès. Ce qui revient à être loyal avec soi-même.

Rire  Une madeleine de Proust

Ryokan  Harmonie, tempérance, sérénité et respect

Je ne peux que rendre hommage à ceux qui, par-delà les siècles, entretiennent et transmettent avec sagesse et soin cette tradition d’harmonie, de tempérance, de sérénité et de respect, les quatre principes fondateurs de la voie du thé.

Sacrifice  « Si rien n’est sacrifié, rien n’est obtenu » Hélie Denoix de Saint-Marc

La constance et l’opiniâtreté –la rigueur- conditionnent la définition et la mise en œuvre de tout projet de vie…Une fois que nous savons ce que nous voulons, il va très tôt falloir identifier ce que nous sommes prêts à sacrifier de notre écosystème, de notre zone de confort, pour transformer enfin notre projet en réalisation.

Rigueur, engagement et régularité sont définitivement inconciliables avec toute velléité.

S’alléger  Ce qui, hier, nous donnait des ailes peut finir, aujourd’hui, par nous lester

Et pour gravir les sommets, il faut savoir s’alléger.

Satori  La force du présent

Il faut insister sur la nature transitoire du satori (la force du présent, la compréhension soudaine de l’essence, la signification d’un moment qui vous envahit de façon intime), par opposition à la permanence du nirvana qu’on retrouve dans les traditions bouddhiques de l’Inde.

Silence  Un vecteur d’excellence

N’oublions pas que la pollution sonore est l’une des principales pollutions actuelles.

Temps  Le plus beau des cadeaux

Une des règles de base que je m’impose et que j’impose à tous mes employés ou à tous les élèves de nos centres de formation, est de ne jamais être en retard.

Tristesse  Ne pas s’y complaire

C’est la tristesse qui vient à moi. Aussi la sais-je provisoire. C’est ainsi que je vis : en refusant que mes émotions remettent en cause mon être profond.

Vérité  Nécessaire mais pas toujours aimable

La vérité ne s’appréhende que par la compréhension des contraires.

Zen  Préférer les passerelles aux murs

Le zen est pour moi une philosophie de vie, positive et bienveillante, qui préfère les passerelles aux murs. Qui considère l’instant présent comme une multitude de petits points de vie, pleinement remplis. Qui, analysant notre cheminement de vie, sait que le passé est passé et que le futur, quand nous y sommes, est le présent.

*

Emetteur du verbatim : François C

LES CHEMINS DE L’ESSENTIEL - Tout ce qu’il faut avoir lu, vu, écouté et tenté de Jacques ATTALI - Ed. Fayard

Les chemins de l'essentiel Une vie joyeuse, heureuse, bonne, libre, épanouie ne l’est vraiment que si on la traverse en ayant la chance, entre autres joies, de rencontrer, de profiter, de jouir, aussi souvent que possible, des plus grands chefs-d’œuvre de la création humaine. Plus encore, la fréquentation régulière de ces livres, films, œuvres musicales et œuvres d’art essentiels constitue un formidable moyen de découvrir les autres et le monde ; de se découvrir et d’avoir accès à de nouvelles dimensions du bonheur et de la réussite.

 

Première partie LES CHEMINS

Ch. 1 Plus que jamais disponible, l’essentiel est fui

. L’essentiel est de plus en plus abondant

. L’essentiel est plus que jamais disponible

. Les œuvres majeures sont de moins en moins fréquentées

. Une préférence pour le nouveau Or, aujourd’hui, le flux, devenu planétaire, est si envahissant que presque plus personne ne prend plus le temps de s’intéresser au stock.

. Une préférence pour le facile

. Une préférence pour la conversation

. Une illusion d’éloigner la mort De fait, bien des gens, approchant de la fin, regrettent de n’avoir pas assez lu, vu, entendu, tenté, partagé. Et quand ils se décident enfin à le faire, il est souvent trop tard : ils n’ont plus ni les yeux, ni les oreilles, ni le cerveau, ni les jambes pour parcourir les chemins de l’essentiel. Et souvent, ils n’ont plus personne avec qui les partager.

Ch. 2 Deux pratiques sociales ouvrent les chemins de l’essentiel

. Le rôle de la famille

. Le rôle de l’école

L’école ni la famille ne suffisent donc pas à donner accès à l’essentiel. Il faut, en plus, le vouloir. Et vouloir le vouloir. Dès l’enfance, puis dans l’adolescence et tout au long de la vie.

Ch. 3 Six pratiques individuelles ouvrent les chemins de l’essentiel

. Première pratique : le respect de soi Pour trouver de l’intérêt à l’essentiel, il faut d’abord trouver de l’intérêt à soi-même ; prendre conscience de l’unicité de sa vie et de la possibilité de la mener au plus haut ; il faut prendre confiance en soi, s’aimer, se prendre au sérieux. Se respecter.

. Deuxième pratique : la ténacité La capacité à ne pas renoncer, à fournir un effort soutenu et durable, à s’imposer à soi-même une règle, une discipline, même difficile, et à s’y tenir est la deuxième pratique essentielle.

. Troisième pratique : la répétition C’est dans la pratique de la répétition, que rend possible la ténacité, que se trouve la clé de l’accès à l’essentiel.

. Quatrième pratique : l’admiration L’admiration est un formidable remède contre la mélancolie, un des moyens premiers de la consolation, une voie vers l’empathie et l’altruisme.

. Cinquième pratique : le sens critique Admirer se mérite. Et critiquer se construit. Et c’est aussi dans la critique, dans l’exigence extrême, que se construit l’essentiel.

. Sixième pratique : le partage La littérature, la musique, le cinéma, les œuvres d’art sont autant d’occasions de partager, de débattre avec passion d’un roman, d’un essai, d’un film, d’un tableau, d’une chanson.

Ch. 4 Comment choisir le contenu de l’essentiel ?

. L’essentiel est fait de spécifique Une œuvre est d’autant plus essentielle qu’elle exprime la spécificité de celle, celui ou ceux qui l’ont créée ; qu’elle porte leur voix, par-delà les montagnes et les générations.

. L’essentiel est universel Plus encore que l’expression de sentiments universels, toutes les œuvres essentielles dans tous les domaines, dans toutes les cultures, dans toutes les formes d’art, ont un point commun : elles racontent une histoire.

. L’essentiel est l’œuvre du temps Le temps est un excellent filtre. Même si l’Histoire n’est pas toujours juste et si elle ne garde pas toujours trace des grands génies, elle ne garde presque jamais non plus trace d’artistes non essentiels.

. L’essentiel est apparemment inutile

. Comment recenser l’essentiel ?

 

Deuxième partie L’ESSENTIEL

Ch. 1 Les romans

Les dix œuvres essentielles

. Murasaki SHIKIBU Le Dit du Genji XIème siècle

. Miguel de CERVANTES l’Ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche 1605 et 1615

. Les frères GRIMM Contes de l’enfance et du foyer 1812-1857

. Alexandre DUMAS Le Comte de Monte-Cristo 1844-1846

. Herman MELVILLE Moby Dick 1851

. Gustave FLAUBERT Madame Bovary 1857

. Léon TOLSTOÏ Guerre et Paix 1865-1869

. CELINE Voyage au bout de la nuit 1932

. Gabriel Garcia MARQUEZ Cent ans de solitude 1967

. Albert COHEN Belle du Seigneur 1968

Les trente

. SOMADEVA XIème siècle Océan des rivières des contes

. Environ 1170 Le Roman de Tristan et Iseut

. Anonyme IXème-XIVème siècle Les Mille et Une Nuits

. Luo GUANSHONG XIVème siècle Les Trois Royaumes

. Jonathan SWIFT 1726 Les Voyages de Gulliver

. Jane AUSTEN 1813 Orgueil et préjugés

. Benjamin CONSTANT 1816 Adolphe

. STENDHAL 1830 Le Rouge et le Noir

. Alexandre DUMAS 1844 Les Trois Mousquetaires

. Charles DICKENS 1850 David Copperfield

. Fiodor DOSTOÏEVSKI 1879 Les Frères Karamazov

. Henry JAMES 1880 Washington Square

. Selma LAGERLÖF 1891 La Légende de Gösta Berling

. Marcel PROUST 1919 A l’ombre des jeunes filles en fleurs

. Italo SVEVO 1923 La Conscience de Zeno

. Stefan ZWEIG 1927 La Confusion des sentiments

. Mikhaïl BOULGAKOV 1927 Récits d’un jeune médecin suivi de Morphine

. D.H. LAWRENCE 1928 L’amant de Lady Chatterley

. Leo PERUTZ 1936 Le Cavalier suédois

. Albert CAMUS 1942 L’Etranger

. Vassili GROSSMAN 1945 La Dernière Lettre

. Richard MATHESON 1954 Je suis une légende

. Michel BUTOR 1957 La Modification

. Harper LEE 1960 Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur

. Dino BUZZATI 1966 Le K

. Carlos CASTANEDA 1968 L’Herbe du di            able et la Petite Fumée

. Ismaël KADARE 1980 Qui a ramené Doruntine ?

. Marguerite DURAS 1984 L’Amant

. Philip ROTH 1993 Opération Shylock : une confession

. Siri HUSTVEDT 2003 Tout ce que j’aimais

Les cent autres

Ch. 2 Les autres œuvres littéraires

Histoires, journaux intimes, correspondance et autobiographies

. THUCYDIDE Vème siècle avant notre ère La Guerre du Péloponnèse

. Sima QUIAN 1er siècle Shiji ou Mémoires historiques

. TITE-LIVE 1er siècle avant-1er siècle après notre ère Histoire de Rome depuis sa fondation

. Philippe de COMMYNES 1524-1528 Mémoires

. Bartolomé de LAS CASAS 1552 Très brève relation de la destruction des Indes

. MONTAIGNE 1592 Essais

. Samuel PEPYS 1669 Journal

. Madame de SEVIGNE débute autour de 1670 Correspondance

. Cardinal de RETZ 1675-1677 Mémoires

. Denis DIDEROT 1748-1793 Correspondance

. François-René de CHATEAUBRIAND 1849-1850 Mémoires d’outre-tombe

. Henry David THOREAU 1854 Walden ou la Vie dans les bois

. Gustave FLAUBERT 1887-1893 Correspondance

. Ernst JÜNGER 1920 Orages d’acier

. Paul NIZAN 1931 Aden Arabie

. Stefan ZWEIG 1943 Le Monde d’hier. Souvenirs d’un Européen

. Esther « Etty » HILLESUM 1941 à 1943 Une vie bouleversée

. Carlo LEVI 1945 Le Christ s’est arrêté à Eboli

. Anne FRANK 1947 Le journal d’Anne Frank

. Winston CHURCHILL 1948-1953 Mémoires

. Primo LEVI 1947 Si c’est un homme

. Hannah ARENDT 1963 Eichmann à Jérusalem

. Jean-Paul SARTRE 1964 Les Mots

. Wilfred THESIGER 1964 Les Arabes des marais

. Anaïs NIN 1966-1982 Journal et Journal d’enfance

. Alexandre SOLJENITSYNE 1973 L’Archipel du Goulag

. Angela DAVIS 1974 Autobiographie

. William STYRON 1979 Le choix de Sophie

. Fernando PESSOA 1982 Le Livre de l’intranquillité

. Ishmael BEAH 2007 Le Chemin parcouru

Essais et textes philosophiques et métaphysiques

(De -800 à -500) Upanishad

(Entre -500 et -200) Bhagavad-Gita

Lao TSEU, milieu du VIème-milieu du Vème siècle Tao Tö King

ARISTOTE -349 Ethique à Nicomaque

Vers -200 Les Maximes des Pères (recueil de maximes tirées de la Torah)

AVERROèS 1179 Discours décisif

THOMAS d’AQUIN 1266 Somme théologique

MACHIAVEL 1532 Le Prince

Moderata FONTE 1600 Le Mérite des femmes

DESCARTES 1637 Discours de la méthode

HOBBES 1651 Léviathan

PASCAL 1670 Pensées

SPINOZA 1677 Ethique

ROUSSEAU 1755 Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes

VOLTAIRE 1763 Traité sur la tolérance

HEGEL 1807 Phénoménologie de l’esprit

TOCQUEVILLE 1835 (tome I) et 1840 (tome II) De la démocratie en Amérique

MARX 1848 Manifeste du parti communiste

NIETZSCHE 1887 Généalogie de la morale

FREUD 1899 L’Interprétation des rêves

Virginia WOOLF 1929 Une chambre à soi

Simone de BEAUVOIR 1949 Le Deuxième Sexe

Richard M. HARE 1952 The Language of Morals

WITTGENSTEIN 1953 Investigations philosophiques

KRISHNAMURTI 1963 Le Sens du bonheur

René GIRARD 1972 La Violence et le Sacré

Paul EKMAN 2003 Emotions revealed

Amartya SEN 2005 The Argumentative Indian

Nassim Nicholas TALEB 2006 Le Cygne noir

Dilgo Khyentsé RINPOCHE 2008 Au cœur de la compassion

Théâtre

ESCHYLE -472 Les Perses

SOPHOCLE -441 Antigone

EURIPIDE -431 Médée

SHAKESPEARE 1599 Henri V

SHAKESPEARE 1610 La Tempête

Pedro CALDERON de la BARCA 1635 La vie est un songe

MOLIERE 1666 Le Misanthrope

RACINE 1670 Bérénice

MARIVAUX 1730 Le Jeu de l’amour et du hasard

GOLDONI 1745 Arlequin valet de deux maîtres

LESSING 1779 Nathan le sage

SCHILLER 1782 Les Brigands

GOETHE 1808 Faust

HUGO 1833 Lucrèce Borgia

MUSSET 1834 Lorenzaccio

LABICHE 1851 Un chapeau de paille d’Italie

STRINDBERG 1888 Mademoiselle Julie

IBSEN 1890 Hedda Gabler

Oscar WILDE 1895 The Importance of Being Earnest

TCHEKHOV 1897 Oncle Vania

Edmond ROSTAND 1897 Cyrano de Bergerac

PIRANDELLO 1921 Six personnages en quête d’auteur

Bertolt BRECHT 1941 La Résistible Ascension d’Arturo Ui

Tennessee WILLIAMS 1947 Un tramway nommé désir

Samuel BECKETT 1948 En attendant Godot

Wole SOYINKA 1959 Les Gens du marais

ANOUILH 1959 Becket, ou l’honneur de Dieu

IONESCO 1962 Le roi se meurt

Edward ALBEE 1962 Qui a peur de Virginia Woolf ?

Harold PINTER 1978 Trahisons

Poésie

Cantique des cantiques XIème siècle avant notre ère

HOMERE VIIIème siècle avant notre ère Odyssée

Le Livre des Psaumes VIème-1er siècle avant notre ère

OVIDE 1er siècle Métamorphoses

Abu I-FARAJ al-ISFAHÂNI 960 Livre des chants

Omar KHAYYÂM XIème siècle Rubayât

Djalâl ad-DÎN RÛMÎ XIIIème siècle Mathnawî

DANTE 1304-1307 Enfer

Christine de PISAN 1402 Le Dit de la Rose

Louise LABE 1555 Elégies et sonnets

SHAKESPEARE 1609 Sonnets

MILTON 1667 Le Paradis perdu

LA FONTAINE 1668-1694 Fables choisies, mises en vers par M. de La Fontaine

Matsuo BASHÖ 1672-1694 Haïkus

COLERIDGE 1797-1799 La Complainte du vieux marin

LEOPARDI 1819 L’Infini

KEATS 1820 Hyperion

HEINE 1827 Le Livre des chants

Walt WHITMAN 1855 Feuilles d’herbe

HUGO 1856 Les Contemplations

BAUDELAIRE 1857 Les Fleurs du mal

VERLAINE 1866 Poèmes saturniens

RIMBAUD 1875 « Le cœur supplicié »

APOLLINAIRE 1913 Alcools et 1918 Calligrammes

Marina TSVETAÏEVA 1913 Le ciel brûle

Paul VALERY 1920 Le Cimetière marin

Khalil GIBRAN 1923 Le prophète

Federico Garcia LORCA 1935 Chant funèbre…

Pablo NERUDA 1950 Chant général

SENGHOR 1956 Ethiopiques

Ch. 3. Les films

Dix chefs-d’œuvre pour approcher le cinéma

Charlie CHAPLIN 1940 Le Dictateur

Orson WELLES 1941 Citizen Kane

Ernst LUBITSCH 1942 To Be or Not to Be

Marcel CARNE 1945 Les Enfants du paradis

Vittorio DE SICA 1948 Le Voleur de bicyclette

Stanley KUBRICK 1957 Les sentiers de la gloire

Akira KUROSAWA 1970 Dodes’kaden

Luchino VISCONTI 1971 Mort à Venise

Michael CIMINO 1978 Voyage au bout de l’enfer

Deepa MEHTA 2005 Water

Trente autres chefs-d’œuvre à peine plus difficiles d’accès

Buster KEATON (1926)Le Mécano de la « General »

Leo Mc CAREY 1933 La Soupe au canard

Jean RENOIR 1937 La Grande Illusion

Frank CAPRA 1939 Monsieur Smith va au Sénat

Victor FLEMING 1939 Autant en emporte le vent

John FORD 1939 La Chevauchée fantastique

Victor FLEMING 1939 Le Magicien d’Oz

Michael CURTIZ 1942 Casablanca

Alfred HITCHCOCK 1946 Les Enchaînés

Carol REED 1949Le Troisième Homme

Kenji MIZOGUCHI 1953 Les Contes de la lune vague après la pluie

Luchino VISCONTI 1954 Senso

Charles LAUGHTON 1955 La Nuit du chasseur

Leo Mc CAREY 1957 Elle et lui

William WYLER 1959 Ben Hur

David LEAN 1962 Lawrence d’Arabie

Raj KAPOOR 1964 Sangam

Michelangelo ANTONIONI 1966 Blow-Up

Stanley KUBRICK 1968 2001 : L’Odyssée de l’espace

Dennis HOOPER 1969 Easy Rider

Andreï TARKOVSKI 1969 Andreï Roublëv

Francis Ford COPPOLA 1972 Le Parrain

WOODY ALLEN 1977 Annie Hall

Steven SPIELBERG 1982 E.T ., l’extra-terrestre

Hayao MIYAZAKI 2001 Le Voyage de Chihiro

Park CHAN-WOOK 2003 Old Boy

James CAMERON 2009 Avatar

Michael HANEKE 2012 Amour

Paolo SORRENTINO 2013 La Grande Belleza

Les cent autres films essentiels

Les séries

Aaron SORKIN 1999-2006 A la Maison-Blanche (The West Wing)

David SIMON 2002-2008 Sur écoute (The Wire)

Julian FELLOWES 2010-2015 Downtown Abbey

Hagai LEVI 2008-2010 En analyse (In Treatment)

Charlie BROOKER 2011-2018 Black Mirror

Alexandra CLERT et Guy-Patrick SAINDERICHIN 2005-2018 Engrenages

Adam PRICE 2010-2013 Borgen, une femme au pouvoir

Lior RAZ et Avi ISSACHAROFF 2015 Fauda

Sebastian ORTEGA et Adrian CAETANO 2016 El marginal

Alex PINA 2017 La casa de papel

Ch. 4 La musique

Les dix œuvres essentielles

Jean-Sébastien BACH 1742 Les Variations Goldberg

MOZART 1791 Ave verum

BEETHOVEN 1827 Le 14ème Quatuor

BELLINI 1831 « Casta Diva » dans Norma

LISZT 1853 La Bénédiction de Dieu dans la solitude

RACHMANINOV 1901 Le 2ème Concerto pour piano

MAHLER 1902 L’adagietto de la 5ème symphonie

Richard STRAUSS 1911 Le trio final de l’opéra Le Chevalier à la rose

Thelonius MONK 1954 Blue Monk

The BEATLES 1968 White Album

Les trente

ZIRYAB (début du IXème siècle) Les 24 Noubas

Hildegarde de BINGEN 1160 Ave Generosa

Jean-Sébastien BACH 1723 Les Suites pour violoncelle

VIVALDI 1725 Les Quatre Saisons

PERGOLESE 1736 Stabat Mater

HAENDEL 1741 Le Messie

MOZART 1786 Les Noces de Figaro

BEETHOVEN 1811 5ème Concerto pour piano

Robert SCHUMANN 1838 Scènes d’enfants

ROSSINI 1842 Stabat Mater

CHOPIN 1844 Le largo de la 3ème Sonate

LISZT 1847 2ème Rhapsodie

MENDELSSOHN 1860 Romances sans paroles

TCHAÏKOVSKI 1875 1er Concerto pour piano

BIZET 1875 Carmen

WAGNER 1882 Parsifal

MASSENET 1894 Ma Méditation de Thaïs

Richard STRAUSS 1894 Morgen et Wiegenlied

PUCCINI 1896 La Bohème

1896 Arirang : Musique traditionnelle coréenne.

RACHMANINOV 1912 Vocalise

Ernest BLOCH 1924 Prière

RAVEL 1931 Le Concerto en sol

Samuel BARBER 1936 Adagio

Richard STRAUSS 1946 Métamorphoses

John COLTRANE 1964 A Love Supreme

Nina SIMONE 1965 Feeling Good et 1971 Mr Bojangles

Woodstock 1969

QUEEN 1975 Bohemian Rhapsody

Philip GLASS 1995 Quatuor

Les cent autres

Ch. 5 Les œuvres d’art

Les dix œuvres essentielles

ANONYME 300-900 Dualidad

ANONYME XIIème siècle Le buste de Jayavarman VII

Léonard de VINCI 1495-1498 La Cène

Hans HOLBEIN le JEUNE 1527 Portrait de Sir Thomas More

Pieter BRUEGHEL l’ANCIEN 1559 Le Combat de Carnaval et Carême

CARAVAGE 1607 Portrait d’Alof de Wignacourt

REMBRANDT 1655 Bœuf écorché

GOYA 1805 Portrait d’Isabelle Porcel

PICASSO 1907 Les Demoiselles d’Avignon

MIRO 1949 Femme et oiseau au clair de lune

Les trente

ANONYME Lascaux, grotte peinte il y a environ 17 000   ans en Dordogne

SCULPTEURS de RHODES -40 Le Laocoon

ANONYME vers 1100 Tête d’Ife

BOTTICELLI entre 1484 er 1486 La Naissance de Vénus

MICHEL-ANGE 1501-1504 David

Léonard de VINCI 1503 La Joconde

Mathias GRUNEWALD 1512-1516 Retable d’Issenheim

Artemisia GENTILESCHI 1612 Danaé

REMBRANDT 1642 La Ronde de nuit

VELASQUEZ 1656 Les Ménines

VERMEER 1665 La Jeune Fille à la perle

GAINSBOROUGH 1779 L’Enfant bleu

Anne-Louis GIRODET 1808 Atala au tombeau

CONSTABLE 1810 Paysage avec cottages

INGRES 1814 La Grande Odalisque

GERICAULT 1818-1819 Le Radeau de la Méduse

HOKUSAI 1830 La Grande Vague de Kanagawa

Claude MONET 1847 Impression soleil levant

VAN GOGH 1888 Les Tournesols

Edward MUNCH 1893 Le Cri

Sir Frederic LEIGHTON 1895 Flaming June

CEZANNE 1898 La Montagne Sainte-Victoire

KLIMT 1908-1909 Le Baiser

Edward HOPPER 1914 Soir bleu

Claude MONET 1890-1926 Les Nymphéas

Pablo GARGALLO 1933 Le Prophète

PICASSO 1937 Guernica

Frida KAHLO 1939 Les Deux Fridas

Francis BACON 1953 Etude d’après le portrait du pape Innocent X par Vélasquez

Gerhard RICHTER 1988 Betty

Les cent autres

Ch. 6 Les lieux

Les dix essentiels absolus

Vézelay : L’abbaye Sainte-Marie-Madeleine

Venise

Al-Ula

Vârânasî ou Bénarès

Angkor Vat

Monastère de Taktshang

Xi’an

L’île de Pâques

Jardin zen du Ryoan-ji

Palenque

Trente autres lieux essentiels virtuellement visitables

Le château de Versailles

Notre-Dame à Paris

Le Baptistère à Florence

Le château de Schönbrunn à Vienne

La mosquée/cathédrale de Cordoue

Les canaux de Bruges

Les Fjords islandais

Les palais de Saint-Petersbourg

Le Kremlin de Moscou

Sainte-Sophie à Istanbul

Les lieux saints à Jérusalem

Les ruines de Petra en Jordanie

Les pyramides en Egypte

Les cathédrales souterraines, à Lalibela en Ethiopie

Band I Amir en Afghanistan

La cité de Khiva, en Ouzbékistan

Le Taj Mahal en Inde

Le temple de marbre blanc de Ranakpur en Inde

Le lac Inle au Myanmar

Le monastère de Samyé au Tibet

Les gorges de Guilin en Chine

La vallée de l’Orkhon en Mongolie

Monument Valley aux Etats-Unis

San Juan Chamula, dans le Chiapas

Le temple de Tulum au Mexique

Les temples de Chichen Itza au Mexique

Le Machu Picchu au Pérou

Les géoglyphes de Nazca au Pérou

Le désert de sel «(salar d’Uyuni) en Bolivie

La Papouasie-Nouvelle-Guinée

Et trente musées virtuellement visitables

Le musée du Louvre à Paris

Le musée d’Orsay à Paris

Le Centre Pompidou à Paris

Le musée Groeninge de Bruges

Le musée Tervuren à Bruxelles

Le Rijkmuseum d’Amsterdam

La Tate Britain à Londres

Le British Museum à Londres

La Tate Modern à Londres

La National Gallery à Londres

Le Kunsthistorisches Museum de Vienne

Le Pergamon à Berlin

La pinacothèque de Munich

Le musée des Offices à Florence

Le musée de Florence Gould à Venise

Le musée Pinault à Venise

Le musée Pouchkine à Moscou

Le musée de l’Hermitage à Saint-Pétersbourg

Le MoMA à New York

Le Lacma à Los Angeles

La Getty Collection à Los Angeles

Le Museo Nacional de Antropologia à Mexico City

Le musée de la Venta au Mexique

Le musée de l’or à Lima

Le musée du Caire

Le Naoshima Museum au Japon

Le musée de Shanghaï

Le musée national du Palais de Taipei

 

Troisième partie LA BONNE VIE

Combien de temps faut-il pour parcourir les chemins de l’essentiel ?

Une heure par semaine entre 25 et 65 ans.

En quoi la découverte de l’essentiel nous change-t-elle ? Cela développe quatre autres qualités, complémentaires et fort utiles dans la conduite de la vie :

  1. La maîtrise de soi
L’essentiel permet ainsi de résister aux pulsions de l’instant, d’aiguiser son jugement, de remettre toutes les choses en perspective, de relativiser les émotions, d’atteindre une certaine maîtrise de soi.

  1. La perception des autres
Rien mieux que l’essentiel ne permet de se mettre à la place de l’autre…C’est ainsi le meilleur rempart contre l’intolérance, le manque de respect, la violence.

  1. La capacité d’anticipation
Ainsi l’essentiel est-il au cœur de ce qu’il nous faut transmettre aux générations suivantes : les moyens d’anticiper, en puisant dans la plus large possible bibliothèque de comportements et de stratégies.

  1. Le désir de se dépasser
Avec de la ténacité, de l’humilité, du travail, de l’envie, aucune porte ne résiste. A personne.

Au total, ces dix pratiques (le respect de soi, la ténacité, la répétition, l’admiration, le sens critique, le goût du partage, la maîtrise de soi, la perception des autres, la capacité d’anticipation, le dépassement de soi) forment un ensemble qui démultiplie les moyens de la confiance en soi, de l’accès au bonheur.

*

Emetteur du verbatim : François C.

ALTITUDES - Ascensions d’un alpiniste et chef d’entreprise engagé de Luc BOISNARD - Ed. Alisio

Altitudes ; ascensions d'un alpiniste et chef d'entreprise engagé LES CONSEILS DU LEADER REVEUR

. Soyez une personne inspirante, un mentor et un facteur déclenchant.

. Faites souffler le vent de la liberté et de l’entrepreneuriat au sein de vos équipes, de vos amis, de vos relations.

. Réalisez vos rêves et « devenez la meilleure version de vous-même « (Pascal de Clermont).

. « Utopisez » votre quotidien.

. Travaillez sur vos passions et « vous pouvez être ce que vous voulez être » (Paul Arden).

. Créer son entreprise est sans doute la meilleure manière de rester proche de ce qui vous fait rêver.

. Entreprendre, c’est un état d’esprit plutôt qu’un diplôme.

 

LES CONSEILS ATYPIQUES

. L’atypique possède une pensée composite.

. On ne naît pas atypique, on le devient.

. Faites de votre différence une force.

. Montrez qu’on peut voir différemment, qu’on peut faire autrement.

. Adoptez l’esprit variante en toute circonstance.

. Préservez votre indépendance et votre liberté de parole.

. L’atypique est authentique. Sa « manière d’être » bouscule les codes et opère des métamorphoses, fait apparaître de nouvelles réalités, ouvre vers de nouvelles valeurs.

 

LES IMPOSSIBLES CONSEILS DU MANAGER

. Plus l’objectif est ambitieux, plus grande est la satisfaction de la réussite.

. Annoncez la couleur de vos objectifs, cela met une douce pression.

. N’écoutez pas les chimères, mais écoutez votre cœur.

. Montrez aux autres que c’est possible.

. Renversez la vapeur, transformez l’impossible en facile, en possible, en plausible, en concevable, en probable.

. Pour mettre en route la machine à aller vers l’impossible, ne pas oublier de mettre la machine à organiser en marche sur le mode projet.

 

LES CONSEILS ANTICIPATOIRES

. « Si tu choisis une voie, mets tous les atouts de ton côté et ne fais pas les choses à moitié. » Tony Estanguet

. Entourez-vous des meilleurs.

. N’anticipez que les choses, les événements sur lesquels vous avez réellement prise ou une influence directe.

. Ne dépensez pas d’énergie pour les choses sans importance ou celles sur lesquelles vous n’avez aucune influence (météo,…).

. L’anticipation est un FCS (facteur clé de succès) pour la réussite. Avez-vous fait tout ce qu’il était possible de faire pour atteindre votre objectif ?

. Anticiper, c’est modéliser.

. Anticiper, c’est bien ; s’adapter, c’est bien aussi.

. Anticiper, c’est prévoir surtout l’imprévisible.

 

LES CONSEILS INCONFORTABLES

. Un bureau, c’est comme un duvet tout chaud. Alors, réveillez-vous, c’est dehors que ça se passe !

. Chez vos clients, vous trouverez l’essentiel des réponses à vos questions.

. Ne réfléchissez pas en termes de conviction personnelle mais en termes d’intérêt supérieur de l’entreprise.

. Lancez-vous sur les pentes de l’inconfort des nouveaux marchés.

. Sortez de vos propres convictions, de vos préjugés. Pratiquez le contradictoire.

 

LES CONSEILS EN DEPASSEMENT

. Pour bien se dépasser, il ne faut pas aller trop vite.

. Le mental est la clé du moteur du dépassement de soi.

. Explorez vos limites physiques et psychologiques et repoussez-les.

. Fouillez votre inconscient pour identifier vos limites personnelles.

. Dépassement de soi dit aussi repos et récupération.

. Les fausses bonnes idées des séminaires de dépassement de soi.

. Le dépassement de soi est strictement personnel.

. Le dépassement de soi est une forme de quête de l’excellence personnelle.

. Dans le dépassement de soi, l’adversaire c’est soi-même et les contraintes arbitraires que nous nous fixons.

. Considération et reconnaissance : guider les autres vers les chemins de l’excellence.

 

LES CONSEILS DU LEADER SOLITAIRE

. Ne pas aimer la solitude est un déni d’intimité.

. La solitude est une arme fatale pour celui qui s’y instruit.

. La seule véritable façon de gérer la solitude : être en accord avec soi-même, se respecter.

. Mettez à profit les vrais instants de solitude pour trouver votre inspiration.

. La solitude grandit celui ou celle qui s’y confronte.

. Exercez-vous à la solitude consciente.

. Aménagez-vous des temps de « coupure ». L’état « paradoxal » de la solitude permet de se retrouver ou de se préserver, pour finalement se relier à ce qui nous est essentiel.

. Moments d’intimité, et non d’isolement, au sommet de l’Everest, dans un monastère ou un hall de gare pour « séjourner » en soi, disaient les sages antiques.

 

LES CONSEILS EQUILIBRéS

Equilibre

. Vous savez quand vous n’êtes plus en harmonie, en symétrie.

. Faites des choses qui vous élèvent spirituellement, physiquement, intellectuellement.

. Evaluez les demandes et faites les choix qui sont bons pour vous. Arrêtez de vous voiler la face.

Ethique

. Quelles sont vos valeurs ? la confiance ? Le respect ?

. Quelles contradictions êtes-vous prêt à accepter ?

. Quelles sont les actions, les faits dont vous n’êtes vraiment pas fier ?

Esthétique

. Pensez harmonie, rayonnement, lumineux.

. Les victoires sont plus belles que tout le reste.

. Soyez les porte-parole d’un management élégant et fair-play.

. N’oubliez jamais l’immense beauté de la nature.

 

LES CONSEILS DE « L’INTUITEUR »

. « Intuiter » ne s’apprend pas. Nous ne sommes pas tous égaux devant l’intuition.

. Consignez dans un carnet les situations que vous avez « intuitées », comparez les résultats et recommencez.

. Ouvrez votre cœur et apprenez à détecter les bonnes ondes autour de vous.

. Développez votre authenticité, votre marque de fabrique à vous.

. Développez votre sensibilité et votre perception des choses, écoutez votre troisième œil et votre sixième sens.

. Ne restez pas dans votre tour d’ivoire et ouvrez les écoutilles.

. Mettez un peu d’oxymores dans vos décisions et plus généralement dans votre vie, apprenez à vivre au feeling.

. L’intuition est l’apanage des développeurs.

. Suivez votre intuition avec un plan précis jusqu’au but désiré en faisant preuve d’une vision à long terme.

. Apprenez à gérer et à équilibrer vos contradictions.

. Nourrissez vos espoirs, pas vos regrets.

 

LES CONSEILS DU MANAGER LIBRE

. Le matin, commencez par allumer les moteurs de l’audace, de la volonté, du caractère, de la passion, de la détermination.

. Ne remettez jamais au lendemain ce que quelqu’un d’autre peut faire mieux à votre place le jour même.

. L’entreprise est un véritable laboratoire politique : tentez des expériences inédites. Composez des binômes improbables. Enrichissez-vous de différences réciproques.

. Découvrez les énergies qui font vibrer vos collaborateurs, faites-en des tremplins pour leur réussite et leur rayonnement personnels. N’oubliez jamais et ne sous-estimez jamais l’enjeu du couple autonomie/responsabilité.

. Prévenez vos équipes, autonomie rime avec responsabilité. Décider, c’est trancher. Et tout le monde ne peut pas décider.

. Pour le leader, la liberté, c’est aussi l’indépendance.

 

LES CONSEILS HUMORISTIQUES

. Commencez par rire de vous avant de rire des autres.

. Humble vous serez : parlez le « Nous » et pas le « Je ».

. Abandonnez l’arrogance, l’orgueil, l’ego et passez en mode lego, en mode construction.

. Créez les conditions d’une double adhésion : personnelle et collective.

. Exit les grincheux, nous, on veut se marrer.

. L’humour est une technique managériale à prendre au sérieux.

. Rire n’est pas une menace ni pour les chiffres ni pour la rentabilité.

. Rire est la plus belle émotion.

*

Emetteur : François C.

DEMEURE - Pour échapper à l’ère du mouvement perpétuel de François-Xavier BELLAMY - Grasset

Demeure ; pour échapper à l'ère du mouvement perpétuel

Saisis par le rythme du quotidien, et n’osant pas nous avouer que notre vie passe devant nous sans que nous parvenions à savoir vers quel but elle va, ni ce qu’elle construit de durable.

Face au camp de l’être, il y a les « partisans du flux » (Protagoras, Empédocle…) : ceux qui affirment que la vie est du côté du mouvement, de la mobilité, du changement permanent.

Le relativisme contemporain empêche le dialogue : car tout dialogue authentique suppose ce lieu commun qu’est la vérité à atteindre, qui constitue l’horizon partagé par tous ceux qui prennent part à l’échange, quelle que soit la diversité de leurs convictions respectives.

Aristote identifie dans ce qui change quelque chose qui est en train de s’accomplir : un potentiel qui attend de devenir réalité.

Le mouvement existe, oui, et il n’est pas pure illusion, comme le pensait Parménide. Mais il n’est en fait qu’une transition entre deux états de stabilité, celui de la pure puissance et celui de l’acte pur.

Ce qui commence, avec ce passage vers l’héliocentrisme, ce n’est pas seulement une nouvelle étape de l’astronomie ; c’est une nouvelle ère, que l’on appelle la modernité.

Nous vivons depuis quelques décennies l’accomplissement de la modernité, qui se traduit simultanément par sa crise globale. De fait, il semble qu’aucun aspect de notre vie collective n’échappe aujourd’hui à cette crise : nous la voyons se manifester sur le plan philosophique, intellectuel et spirituel, mais aussi sur le terrain de la technique, de l’économie, des institutions, de la société…La nature elle-même est désormais dans une situation critique.

Le monde ancien s’est achevé. Dans le nouveau monde qui s’ouvre, on ne peut plus espérer s’arrêter un jour pour goûter le bonheur : il nous faudra toujours tenter d’accroître, d’augmenter, d’agrandir notre puissance, pour pouvoir rester mobiles – pour pouvoir rester vivants.

La vie est un mouvement, mais un mouvement dépourvu de tout but qui pourrait en marquer l’achèvement. Nous ne courons pas pour rejoindre le lieu où nous pourrions nous reposer, non : nous courons pour courir, et courir plus vite que les autres.

Non, dans ce monde désenchanté, le mouvement n’a plus de fin –plus d’autre fin que la mort : il est en fait toute la vie. Quand il s’achève, tout s’achève. Pour rester en vie, il faut tout faire pour continuer de courir.

La structure pascalienne du divertissement, c’est cette ruse inconsciente qui nous fournit sans cesse de nouveaux prétextes pour continuer à courir.

Et ainsi, nous sommes devenus pleinement fidèles à l’essence même de la modernité. Celle qui ne voit dans la vie humaine qu’une course sans autre fin qu’elle-même, et qui observe le monde comme un perpétuel mouvement qu’aucun terme ne viendra conclure.

La vertu antique consistait à s’affranchir de son époque. La vertu moderne consiste à être assez adaptable, assez souple, assez plastique, pour coïncider absolument avec elle.

Pour les « gens de n’importe où », être « de quelque part » c’est refuser l’ouverture, choisir le repli sur soi ; c’est aussi nier la réalité d’un monde en mouvement, le caractère inéluctable de la « globalisation », de la disparition des particularismes périmés dans le grand flux des échanges, auquel rien ne peut échapper.

Ces itinéraires des « migrants » ne sont une chance que s’ils ne nous obligent pas à perdre l’univers familier qui constitue l’une des premières conditions de nos vies : ils ne sont une promesse que s’ils ne voient pas s’évanouir le point d’arrivée espéré à mesure que nous l’approchons. Tout mouvement n’est pas un progrès.

En réalité, nos choix seront toujours contraints par des limites que la technique n’abolit jamais, qu’elle ne fait que déplacer. Toute nouvelle configuration technique comporte un nouvel ordre de contraintes.

Les innovations ne peuvent être décrites comme un progrès que relativement à un choix, dont nous sommes tous responsables : la définition de ce que nous considérons comme une priorité à respecter, comme une ressource à préserver, comme un bien à conserver.

Croire par principe dans la supériorité de l’avenir, c’est ignorer qu’il y a dans l’héritage de l’histoire, et dans la réalité du présent, des biens infinis qui méritent d’être admirés, d’être protégés et transmis…Plus le rythme du progrès technique accélère, plus s’accélère avec lui ce délaissement du réel.

Nouvel idéalisme et nouvelle religion, le transhumanisme est la forme la plus contemporaine du progressisme moderne, une expression parfaite de notre fascination pour le changement.

Reconnaître la valeur infinie de la vie humaine, l’aimer malgré ses limites et ses épreuves, c’est aussi s’inquiéter de sa fragilité, et éprouver une inévitable angoisse devant les risques qui la menacent, à commencer par la folie des hommes eux-mêmes ; si cette vie est un trésor irremplaçable, comment ne pas être inquiet qu’elle puisse sombrer, dans l’extinction écologique ou dans le fantasme techniciste ?

Aucun but n’est donné à ce changement promis : la politique de la transformation s’accomplit dans son mouvement même, dans sa transe permanente…La vraie question politique est : quelle direction devons-nous prendre ? Quel avenir voulons-nous ? Selon quels choix allons-nous le préparer ? En poursuivant quels buts ?

Il faut donc être infiniment modeste, quand on prétend…installer une « nouvelle société » : le risque est immense qu’on détruise cet ordre lentement mûri et irremplaçable dans sa complexité, sa souplesse, sa richesse, au regard desquelles nos capacités d’organisation sont bien peu de chose…En méprisant le passé au nom des promesses de l’avenir, c’est le présent que nous mettons en danger.

La dimension tragique de l’histoire, qui tient à cette équation constamment vérifiée : ce qu’il faut le plus de temps pour construire, c’est ce qu’il faut le moins de temps pour détruire.

« Que l’humanité soit » : ce premier principe de l’éthique du futur nous oblige à préserver la stabilité de l’humain, non seulement face au risque de la destruction, mais aussi devant la tentation de l’augmentation qui ne serait pour l’humanité qu’une autre manière de suicide collectif.

Il n’y a pas de lieu où Sisyphe puisse espérer poser définitivement son fardeau, et se reposer avec le sentiment du devoir accompli, de l’objectif atteint, du projet réalisé. Nous ressemblons à ce malheureux condamné lorsque nous nous imposons de continuer d’avancer sans que nous puissions nous représenter un point d’arrivée pour notre effort. Tout mouvement sans finalité est une malédiction absurde.

C’est cette réduction du politique à l’économique, et de l’économie à l’instantané, qui nous a conduits à perdre toute générosité envers l’avenir, et avec elle le sens même de la demeure. Ce principe a en effet pour conséquence nécessaire une incapacité profonde et nouvelle à penser le long terme, et à construire pour le long terme.

Vivre et habiter ce monde, exister et être un corps, suppose d’accepter un ordre de contraintes, une infinité de renoncements. Se trouver vraiment quelque part, c’est à chaque instant de cette présence renoncer à être ailleurs. Faire vraiment quelque chose, c’est ne pas faire tout le reste.

Ce qui doit nous préoccuper, c’est plutôt l’instrumentalisation de ces histoires au service d’un combat que nous semblons collectivement prêts à livrer, non contre les injustices qui traversent la société, mais simplement contre toutes les contraintes qui s’imposent à nos désirs.

Le marché subtilise les biens les plus simples, les plus nécessaires et les plus gratuits –puis il les fait réapparaître comme par magie, mais sous forme de marchandises.

Aujourd’hui, dans le monde occidental, un enfant s’achète : c’est ce que nous appelons le « progrès ».

Le politique s’autodissout, puisqu’en parlant sans cesse de s’adapter à un monde qui change, il reconnaît par là, non seulement qu’il n’a plus de pouvoir, mais qu’il ne veut plus le prendre.

En interdisant toute alternative, en nous imposant comme seule politique possible l’administration technique des changements sans fin qu’exige de nous la compétition des marchés, la domination de l’économie ne peut que constituer une crise démocratique majeure.

Cette domination de l’économie marchande ne signe pas seulement la crise de la politique : elle entraîne aussi, paradoxalement, une crise inédite de l’économie elle-même. Le marché est un outil essentiel à la vie des hommes ; mais quand il absorbe tout de leur vie, il perd son sens, devient absurde, et se retourne contre eux.

Dans la transformation de l’économie par le marketing, il ne suffit pas que les individus consomment, il faut qu’ils consomment de plus en plus, et qu’ainsi l’économie puisse poursuivre sa croissance. Quand le mouvement devient un but en soi, le dynamisme de l’économie est un objectif absolu ; ce n’est pas seulement la récession qu’il faut éviter, mais aussi la stabilité elle-même, qui nous apparaîtrait comme un échec déprimant.

Il faudrait être aveugle pour prétendre préserver la nature en affirmant simultanément que notre but est de tout changer, de tout transformer, de tout mettre au service de l’idole du « progrès » technique.

La civilisation occidentale, dans sa frénésie de circulation perpétuelle, est passée de l’amour du chef d’œuvre à l’obsolescence programmée.

La demeure suppose du temps, le logement est un simple espace ; de même, le métier est ce qu’il faut du temps pour acquérir, et ce qui ne s’oublie pas –quand il est si rapide de prendre, ou de perdre, un emploi.

Notre travail, comme nos vies, trouve son accomplissement dans une forme de gratuité. Cette soif est difficile à saisir dans un monde où tout doit pouvoir être compté, parce que tout doit pouvoir se marchander ; mais pour sauver ce monde de la raison calculatrice qui finit par nous rendre fous, il faut redire que l’essentiel de nos existences tient, et tiendra toujours, dans ce qui ne se compte pas.

Le seul fait que nous puissions prendre au sérieux cette assimilation de l’intelligence à une machine à calculer en dit long sur le mépris dans lequel nous tenons notre propre vie intérieure, et sur la méprise qui nous empêche de considérer ce qui, dans notre connaissance du monde, échappe à tout calcul.

La numérisation du monde est une étape et un symptôme de la liquéfaction du réel, de cette « liquidation générale » que nous évoquions plus haut…Il nous faut donc, dans cette époque de numérisation du monde, retrouver la consistance des mots, pour qu’ils nous éveillent de nouveau à la réalité des choses.

Défaire les mots, c’est aussi imposer une défaite aux choses –et, quand il est question de genre, aux corps. La déconstruction du genre implique le déni du sexe, que l’on cherche à annexer de force à l’universelle plasticité désormais exigée du réel.

La notation, au moment où on voudrait la bannir de l’école, envahit toutes les dimensions de nos vies :nous passons désormais notre temps, à l’aide des outils numériques, à nous noter les uns les autres et à transformer en chiffres la moindre expérience ordinaire.

A la pression vers le changement, vers l’universel remplacement, il nous faut répondre par un sens renouvelé de la valeur des choses que nous tenons dans nos mains. Et la littérature répond, là encore, à cette nécessité de l’émerveillement : la poésie ne fait rien d’autre que dire le réel, et en manifester la beauté.

Dix ans durant, la navigation d’Ulysse est habitée par sa destination…Ithaque, qui attend « là-bas » concentre dès maintenant chaque geste, chaque décision, chaque mouvement de l’odyssée ; et c’est ce point d’arrivée qui fait naître l’énergie de l’aventure.

Il nous faut retrouver notre Ithaque. Etre capable, pour commencer, de la nommer de nouveau, de désigner ces points fixes que nous espérons atteindre, même sans aucune certitude d’y parvenir un jour, et qui cependant donneront dès aujourd’hui sens à nos engagements, à nos actes, à nos mouvements. Il nous faut retrouver ces buts immuables qui justifient des odyssées.

*

Emetteur du florilège : François C.

21 LEÇONS POUR LE XXIème SIECLE de Yuval Noah HARARI - Ed. Albin Michel 2018

21 leçons pour le XXIe siècle Première partie LE DEFI TECHNOLOGIQUE La fusion de la biotech et de l’infotech nous lance les plus grands défis que l’humanité ait jamais dû relever.

  1. Désillusion La fin de l’histoire a été reportée.

Peut-être les révoltes populistes du XXIème siècle ne viseront-elles pas une élite économique qui exploite le peuple, mais une élite qui n’a plus besoin de lui. Ce pourrait bien être une bataille perdue d’avance. Il est bien plus dur de lutter contre l’insignifiance que contre l’exploitation.

  1. Travail Quand vous serez grand, vous pourriez bien être sans emploi.

Mieux nous comprendrons les mécanismes biochimiques qui sous-tendent les émotions, les désirs et les choix, plus les ordinateurs excelleront dans l’analyse des comportements et la prédiction des décisions et pourront remplacer les chauffeurs, les banquiers et les avocats.

Malgré l’apparition de nombreux emplois nouveaux, nous pourrions donc assister à l’essor d’une nouvelle classe « inutile » et souffrir à la fois d’un chômage élevé et d’une pénurie de main d’œuvre qualifiée.

Les gouvernements devront intervenir, à la fois en finançant un secteur de formation permanente et en mettant en place un filet de sécurité pour les inévitables périodes de transition.

Avec l’essor de l’IA, des robots et des imprimantes 3D, le personnel non qualifié et bon marché devrait perdre beaucoup de son importance.

  1. Liberté Big Data vous observe.

Pour le meilleur ou pour le pire, cependant, les élections et les référendums ne portent pas sur ce que nous pensons. Ils concernent ce que nous ressentons…Cette façon de s’en remettre à son cœur pourrait se révéler le talon d’Achille de la démocratie libérale. Car du jour où…quelqu’un disposera de la capacité technique de pirater et de manipuler le cœur humain, la politique démocratique se transformera en un spectacle de marionnettes émotionnelles.

Plus encore que les algorithmes, les hommes souffrent de données insuffisantes, de programmation (génétique et culturelle) défaillante, de définitions embrouillées et du chaos de la vie.

Les mêmes algorithmes Big Data pourraient aussi laisser les coudées franches à un futur Big Brother, au point que nous nous retrouverions avec un régime de surveillance orwellien dans lequel tous les individus sont en permanence tenus à l’œil.

  1. Egalité Le futur appartient à qui possède les data.

En 2100, le 1% le plus riche possédera non seulement le gros de la richesse mondiale, mais aussi la majeure partie de la beauté, de la créativité et de la richesse.

Du jour où les gens ordinaires perdront leur valeur économique, l’inégalité pourrait monter en flèche.

Les données sur mon ADN, mon cerveau et ma vie sont-elles mon bien ou celui de l’Etat, d’une société ou d’un collectif humain ?

Comment réglementer la propriété des data ? Ce pourrait bien être la question politique la plus importante de notre époque.

Deuxième partie LE DEFI POLITIQUE Toute solution au défi technologique passe par une coopération mondiale. Le nationalisme, la religion et la culture divisent cependant l’humanité en camps hostiles au point de rendre très difficile la coopération à l’échelle planétaire.

  1. Communauté Les humains ont des corps.

Les gens étrangers à leur corps, à leurs sens et à leur environnement ont toute chance de se sentir aliénés et désorientés.

Dès lors que les géants de la tech auront pris acte de l’existence du corps humain, ils pourront manipuler nos corps de la même façon qu’ils manipulent nos yeux, nos doigts et nos cartes de crédit. Le bon vieux temps de la séparation en-ligne/hors-ligne pourrait bien nous manquer.

  1. Civilisation Il n’y a qu’une seul civilisation dans le monde.

Le fondamentalisme islamique incarne bel et bien un défi radical, mais la « civilisation » qu’il défie est une civilisation mondiale plutôt qu’un phénomène uniquement occidental.

Les changements qui nous attendent dans le futur, quels qu’ils soient, sont susceptibles d’impliquer un combat entre frères au sein d’une même civilisation plutôt qu’un choc entre civilisations étrangères.

  1. Nationalisme Les problèmes mondiaux appellent des réponses mondiales.

Le problème survient quand le patriotisme bienveillant se transforme en ultranationalisme chauvin.

Allons-nous construire un monde dans lequel tous les hommes puissent vivre ensemble ou allons-nous nous enfoncer dans les ténèbres ?

Tant que les humains sauront enrichir l’uranium et le plutonium, leur survie exigera qu’ils privilégient la prévention de la guerre nucléaire sur les intérêts d’une nation particulière.

Nous approchons rapidement d’un certain nombre de points de basculement, au-delà desquels même une chute spectaculaire des émissions de gaz à effet de serre ne suffira pas à inverser la tendance et à éviter une tragédie mondiale.

Alors que nous avons désormais une écologie mondiale, une économie et une science mondiale, nous nous accrochons à la seule politique nationale…Mondialiser la politique signifie plutôt que la dynamique politique au sein des pays, voire des villes, devrait donner bien plus de poids aux problèmes et intérêts mondiaux.

  1. Religion Dieu sert désormais la nation.

Le seul changement notable qu’ils aient apporté à l’édifice des économies modernes a consisté à ravaler la façade et à placer sur le toit un immense croissant, une croix, une étoile de David ou un Om.

Nous sommes donc piégés entre l’enclume et le marteau. L’humanité constitue désormais une seule civilisation et des problèmes tels que la guerre nucléaire, l’effondrement écologique et la disruption technologique ne peuvent trouver de solution qu’au niveau global. Par ailleurs, le nationalisme et la religion continuent de diviser notre civilisation humaine en camps différents et souvent hostiles.

  1. Immigration Certaines cultures pourraient être meilleures que d’autres.

Les êtres humains étant toujours plus nombreux à traverser de plus en plus de frontières en quête d’emplois, de sécurité et d’un meilleur avenir, la nécessité d’affronter, d’assimiler et d’expulser les étrangers met à rude épreuve des systèmes politiques et des identités collectives façonnés en des temps moins fluides.

Tant que nous ne savons pas si l’absorption est un devoir ou une faveur, quel niveau d’assimilation est attendu des immigrés, et dans quel délai les pays d’accueil doivent les traiter en égaux, impossible de dire laquelle des parties n’honore pas ses obligations.

Et si 500 millions d’Européens aisés ne peuvent absorber quelques millions de réfugiés démunis, quelles chances les hommes ont-ils de surmonter les conflits autrement plus profonds qui assaillent notre civilisation globale ?

Troisième partie DESESPOIR ET ESPOIR

  1. Terrorisme Pas de panique.

Les terroristes sont maîtres dans l’art de manipuler les esprits…Ils ressemblent à une mouche qui essaie de détruire un magasin de porcelaines.

Les terroristes ne pensent donc pas de la même façon que les généraux. Ils raisonnent plutôt en producteurs de spectacles.

Si le terrorisme actuel est surtout du théâtre, le futur terrorisme nucléaire, le cyber-terrorisme ou le bioterrorisme représenteraient une menace beaucoup plus sérieuse et exigeraient des Etats une réaction plus draconienne.

  1. Guerre Ne jamais sous-estimer la bêtise humaine.

Les principaux actifs économiques consistent désormais en savoir technique et institutionnel plutôt qu’en champs de blé ou même de pétrole : or, le savoir ne se conquiert pas par la guerre.

Ne sous-estimons jamais la bêtise humaine. Tant sur le plan personnel que collectif, les hommes sont enclins aux activités autodestructrices…La bêtise humaine est une des forces les plus importantes de l’histoire, mais nous avons tendance à en faire peu de cas.

  1. Humilité Vous n’êtes pas le centre du monde.

D’un point de vue éthique, on peut soutenir que le monothéisme a été une des pires idées de l’histoire des hommes.

Les monothéistes croyaient que leur Dieu était l’unique dieu et qu’il exigeait une obéissance universelle. Dès lors, avec l’essor du christianisme et de l’islam augmenta la fréquence des croisades, du djihad, de l’inquisition et des discriminations religieuses.

  1. Dieu Ne prononce pas le nom de Dieu en vain.

Personnellement, je ne cesse de m’émerveiller du mystère de l’existence, mais je n’ai jamais compris le rapport avec les lois chicanières du judaïsme, du christianisme ou de l’hindouisme.

Il ne faut jamais utiliser le nom de Dieu pour justifier nos intérêts politiques, nos ambitions économiques ou nos haines personnelles.

Pour agir moralement, il n’est donc pas nécessaire de croire à un mythe ou à une histoire. Il suffit de développer une appréciation profonde de la souffrance. Si vous comprenez vraiment comment une action cause des souffrances inutiles à vous ou à d’autres, vous vous en abstiendrez naturellement.

  1. Laïcité Connais ton ombre.

Chaque religion, idéologie ou credo a son ombre. Quel que soit le credo que vous suivez, il vous faut reconnaître votre ombre et éviter de vous rassurer naïvement par un « ça ne peut pas nous arriver ».

Si vous désirez que votre religion, votre idéologie ou votre vison du monde dirige le monde, voici la première question que je vous adresserai : « Quelle est la plus grosse erreur que votre religion, votre idéologie ou votre vision du monde ait commise ? Qu’est-ce qui a mal tourné ? » Si vous êtes incapable d’apporter une réponse sérieuse, je ne vous ferai pas confiance.

Quatrième partie VERITE

  1. Ignorance Vous en savez moins que vous ne le pensez.

De même que la rationalité, l’individualité aussi est un mythe. Les humains pensent rarement par eux-mêmes.

Si vous désirez réellement la vérité, il vous faut échapper au trou noir du pouvoir et vous autoriser à perdre beaucoup de temps à errer de-ci, de-là à la périphérie. La connaissance révolutionnaire surgit rarement du centre parce que le centre est construit sur le savoir existant.

  1. Justice Notre sens de la justice pourrait bien être périmé.

Les injustices du monde contemporain résultent pour la plupart de biais structurels de grande échelle plutôt que de préjugés individuels…Chaque groupe ou sous-groupe est en effet confronté à un dédale différent de plafonds de verre, de doubles étalons, d’insultes codées et de discrimination institutionnelle.

Désormais, nous souffrons de problèmes mondiaux sans avoir de communauté mondiale. Ni Facebook, ni le nationalisme, ni la religion ne sont près de créer une communauté de ce genre. Toutes les tribus humaines existantes sont occupées à servir leurs intérêts particuliers plutôt qu’à comprendre la vérité globale.

  1. Post-vérité Certaines fake news sont éternelles.

En vérité, les humains ont toujours vécu à l’âge de la post-vérité. Homo sapiens est une espèce post-vérité, dont le pouvoir suppose que l’on crée des fictions et qu’on y croie.

Les êtres humains possèdent la remarquable faculté de savoir et de ne pas savoir en même temps. Plus exactement, ils peuvent savoir quelque chose quand il y réfléchissent sérieusement, mais la plupart du temps ils n’y pensent pas et donc ne le savent pas.

Notre responsabilité à tous est de consacrer du temps et des efforts à débusquer nos partis pris et à vérifier nos sources d’information.

  1. Science-fiction Le futur n’est pas ce que vous voyez au cinéma.

Les comédies romantiques sont à l’amour ce que le porno est au sexe, et Rambo à la guerre. Si vous imaginez pouvoir appuyer sur un bouton « supprimer » et effacer toute trace de Hollywood de votre subconscient et de votre système limbique, vous vous faites des illusions.

Tout le génie de Huxley est de montrer que l’on peut contrôler les gens bien plus sûrement par l’amour et le plaisir que par la peur et la violence (Orwell).

Cinquième partie RESILIENCE

  1. Education La seule constante est le changement.

Une bonne partie de ce que les enfants apprennent aujourd’hui n’aura probablement plus aucune pertinence en 2050.

Il faut plutôt apprendre aux élèves à dégager le sens des informations, à distinguer l’important de l’insignifiant, et surtout à associer les multiples bribes d’informations en une vision d’ensemble du monde.

Au milieu du XXIème siècle…La vie craquera aux entournures, il y aura de moins en moins de continuité entre les différentes périodes de l’existence. « Qui suis-je ? » sera une question plus urgente et compliquée que jamais.

Pour garder une pertinence –économique mais aussi sociale- un jeune de cinquante ans devra être capable d’apprendre et de se réinventer constamment.

Dès maintenant, les algorithmes vous surveillent…Et du jour où ces algorithmes vous connaîtront mieux que vous ne vous connaissez vous-même, ils pourront vous contrôler et vous manipuler sans que vous y puissiez grand-chose.

  1. Sens La vie n’est pas un récit.

Tous les récits sont incomplets. Reste que pour me construire une identité viable et donner un sens à ma vie, je n’ai pas vraiment besoin d’un récit complet dépourvu d’angles morts et de contradictions internes. Pour donner un sens à ma vie, il suffit qu’un récit satisfasse deux conditions. La première est qu’il me donne un rôle à jouer…La seconde est qu’un bon récit doit dépasser mes horizons, sans nécessairement se prolonger à l’infini.

Et pour nous comprendre, une étape cruciale consiste à reconnaître que le « moi » est une fiction que les mécanismes compliqués de notre esprit ne cessent de fabriquer, d’actualiser et de réécrire.

Donc, si vous voulez connaître la vérité sur l’univers, le sens de la vie et votre identité, mieux vaut commencer par observer la souffrance et explorer ce qu’elle est.

  1. Méditation Se contenter d’observer.

Observez simplement la réalité de l’instant présent, quelle qu’elle soit.

La technique du Vipassana repose sur l’intuition que le flux de l’esprit est étroitement lié aux sensations corporelles. Entre le monde et moi, il y a toujours des sensations physiques.

Si le cerveau et l’esprit sont une seule et même chose, les deux tunnels ne peuvent que se rejoindre. Et si le cerveau et l’esprit ne sont pas la même chose, il est d’autant plus important de creuser l’esprit, et pas simplement le cerveau.

*

Emetteur du verbatim : François C.

J’AI CHOISI DE BIEN VIEILLIR - Vivre plus longtemps…et mieux par Pr Françoise FORETTE & Laurence DORLHAC - Ed J'ai lu

https://images.epagine.fr/874/9782290136874_1_m.jpg Pour la promotion d’une avancée en âge active, chaleureuse, sereine et ouverte à la vie.

BIEN MANGER «Être bien dans son assiette est l’une des clés du bien vieillir»

 

Le poids fait office de signal d’alarme. La stabilité de son poids est bien un signe de bonne santé.

 

Un apport en calcium insuffisant peut contribuer à la perte de la résistance des os.

 

Vitamine D : nombreux effets extra-osseux bénéfiques, sur l’immunité, la prévention des cancers, les maladies cardio-vasculaires et la dépression.

 

En plus des 0,5 à 1 litre d’eau qu’apporte quotidiennement une alimentation équilibrée, il nous faut donc compenser en absorbant entre 1 et 1,5 litre d’eau.  

TRAVAILLER « Le canapé, voilà l’ennemi ! » 

 

Concept de réserve cognitive…Les personnes engagées dans une activité intellectuelle ou physique soutenue ont moins de risque de développer une maladie d’Alzheimer. 

 

Plus on travaille longtemps, mieux on «exploite» son cerveau. La poursuite d’un engagement professionnel prend alors tout son sens.

 

 

Ce sont ces métiers à forte exigence mentale qui permettent de conserver un cerveau extraordinairement performant tard dans la vie.

 

 

Ce qui compte, c’est la permanence et l’importance de la stimulation des fonctions cognitives tout au long de la journée et tout au long de l’année…Le cerveau ne s’use que si l’on ne s’en sert pas.

 

 

La mortalité des personnes sans diplôme est deux fois supérieure à celle des personnes de niveau universitaire.

 

 

 

 

 

AIMER Il est possible de vieillir en poursuivant une vie sexuelle épanouie.

 

 

Les hommes sexuellement actifs se préoccupent aussi davantage de leur santé sexuelle. Cependant, les femmes qui considèrent le sexe comme quelque chose d’important ont trois fois plus de chances de rester sexuellement actives que celles qui ne le jugent pas important, indépendamment de l’existence de troubles sexuels.

 

 

Le sexe masculin est un organe « euro-vasculo-musculaire». Son bon fonctionnement est dépendant du mental, d’un afflux sanguin plus ou moins efficace et de la réactivité de certains muscles. Il suffit que l’un de ces trois critères faiblisse pour que la sexualité en pâtisse.

 

 

L’activité sexuelle, en favorisant le bien-être et la qualité de vie, induit un vieillissement positif chez les personnes âgées. Associée à l’activité physique et intellectuelle, elle contribue au maintien de la santé, en particulier cardiovasculaire.

 

 

 

 

 

BOUGER L’activité physique est indispensable pour bien vieillir.

 

 

Cesser de bouger, c’est s’interdire de réfléchir aux gestes à réaliser, et diminuer les chances de rester en harmonie avec son corps.

 

 

L’intensité de l’activité physique améliore la santé générale. Elle aide à bien dormir, normalise la tension artérielle, régule le taux de sucre dans le sang en facilitant le travail de l’insuline, participe au maintien d’une bonne musculature, entre dans la lutte contre l’ostéoporose, diminue le risque d’accident coronaire (angine de poitrine ou infarctus) et les risques de certains cancers.

 

 

La marche est un «marqueur» de notre état de santé…Plus on marche vite, plus la santé cognitive et la santé générale s’améliorent et plus la mortalité diminue.

 

 

Il faut être régulier dans sa pratique sportive pour qu’elle soit efficace pour la santé.

 

 

Chaque année, en France, près de 400 000 personnes âgées font une chute accidentelle, près de 12 000 en décèdent. Parmi les adultes de 65 ans et plus, 35 à 40% font au moins une chute par an.

 

 

Le meilleur sport est celui auquel on va pouvoir, sans forcer, s’adonner avec rigueur, plaisir et régularité.

 

 

L’activité physique est une des clés du bien vieillir, au même titre que l’activité intellectuelle, la poursuite de l’activité professionnelle, l’engagement social, amical et familial.

 

 

 

 

 

SORTIR Il faut vraiment sortir de chez soi.

 

 

Nos relations sociales se définissent selon cinq cercles : le cercle familial, le réseau professionnel, les liens avec les amis, les relations par affinités au sein d’une activité de club ou d’association et enfin le cercle constitué par le voisinage. La solitude qui mène à l’isolement concerne toute personne qui n’a pas ou peu de relations sociales avec les cinq niveaux décrits.

 

 

Sortir de chez soi, bouger, échanger avec d’autres. L’altérité chère à Emmanuel Levinas est peut-être le vrai secret du bien vieillir.

 

 

La fragilité est réversible grâce à une prise en charge appropriée tandis que la dépendance est, en règle générale, définitive.

 

 

Le bénévole trouve, au travers de son engagement, un épanouissement et une nouvelle utilité sociale.

 

 

Les sujets «hautement» optimistes ont une mortalité cardiovasculaire inférieure de 40% à celle des sujets à faible niveau d’optimisme.

 

 

Les études sur les liens entre le corps et l’esprit ont de beaux jours devant elles. Les disciplines telles que la méditation, la sophrologie, le travail des émotions, etc., tentent, en tout cas, de soulager angoisse, pensées négatives réputées pour leur action péjorative sur notre santé.

 

 

L’important est de savoir, quel que soit son âge, si son état de santé, ses capacités fonctionnelles et intellectuelles permettent de conduire en toute sécurité.

 

 

La sédentarité, le repli sur soi sont pour certains des ennemis à combattre avec énergie. Toutes les études le démontrent avec éclat: l’optimisme, le goût de l’action, le culte de l’amitié, la joie du travail, du sport ou des loisirs, les vacances avec les petits-enfants, les enfants, la famille, les voyages avec les amis sont autant de clés pour vivre ce temps avec bonheur et en pleine santé physique et intellectuelle.

 

 

 

 

 

S’ESTIMER La vieillesse est inattendue!

 

 

Le concept d’âges multiples : chaque individu porte en lui un âge biologique (celui de son corps), chronologique (son état-civil), un âge mental (ses connaissances), un âge psychologique (sa maturité) et un âge subjectif.

 

 

La révolution de l’âge subjectif est en marche. Elle bouleverse les codes du bien vieillir comme du reste. On vieillira désormais selon ses désirs en suivant l’âge que l’on a dans la tête.

 

 

Avoir une bonne estime de soi permet aux seniors de se garantir une meilleure santé.

 

 

La dépression des seniors est une affection fréquente, atteignant de 10 à 30% des personnes de plus de 65 ans suivant les études.

 

 

Lorsque nous sommes attentifs, quelle que soit l’expérience, le cerveau sécrète des substances comme la dopamine et la sérotonine qui accentuent notre bien-être.

 

 

La «seniorescence».

 

 

On voit maintenant fleurir les consultations « mémoire », les consultations «fragilité», «équilibre», «nutrition» dont l’objectif est de bien vieillir en bonne santé.

 

 

Chacun d’entre nous va avancer en âge en fonction de son vécu, de son caractère, de sa sensibilité aux événements qui ne dépendent pas de soi, de son ouverture aux autres. Il n’y a pas de «schéma» fixé à l’avance, obligatoire. Nous restons libres jusqu’au bout de nos sentiments, de notre ressenti lors de cette période si particulière de la vie.

 

 

 

 

 

PREVENIR De la prévention pour la maladie d’Alzheimer, aussi !

 

 

Les principaux facteurs de risque des maladies cardiovasculaires: hypertension artérielle, hypercholestérolémie, diabète, obésité, sédentarité.

 

 

Plus le niveau d’éducation est élevé, plus on est sensible aux recommandations de santé.

 

 

«L’épigénétique» Notre comportement agit sur nos gènes.

 

 

Quelques dépistages recommandés entre 50 et 74 ans: cancer du sein ; cancer colorectal ; cancer du col de l’utérus.

 

 

 

 

 

Conclusion Les pistes du bien vieillir.

 

 

Prévenir les maladies avant qu’elles ne surviennent et soient difficilement guérissables est donc un enjeu majeur, en attendant de nouvelles découvertes. Savoir que le style de vie, les connaissances, le goût de l’action, le goût des autres, le dynamisme et l’amour de la vie peuvent nous aider à atteindre ce but est un puissant encouragement.

 

 

Le concept d’épigénétique le confirme : rien n’est écrit définitivement.

 

*

 

 

Émetteur du verbatim : François C.

COMMENT NOUS PROTÉGER DES PROCHAINES CRISES de Jacques ATTALI - Ed. Fayard

Comment nous protéger des prochaines crises ? Ces crises peuvent prendre huit formes : financière, économique, sociale, politique, géopolitique, idéologique, technologique et écologique.

Aujourd’hui, tous les signes indiquent l’occurrence d’une crise multiforme, prenant tous ces visages à la fois.

On n’a fait depuis la crise financière de 2007 que reporter les échéances de toute nature : financière avec la dette, économique avec le chômage, sociale avec les inégalités, politique avec le populisme, géopolitique avec les affrontements qui s’annoncent, technologique avec l’intelligence artificielle, écologique avec le réchauffement climatique, idéologique avec la remise en cause de la démocratie et la montée des fondamentalismes de toutes sortes.

 

Ch. 1 POURQUOI S’INQUIÈTER ? TOUT VA TRÈS BIEN !

 

Ch. 2 LA FOLIE DU MONDE

Les richesses sont de plus en plus concentrées

Les 1% des plus riches ont perçu 21% du revenu mondial en 2016, contre 16% en 1980…En Chine, le centile supérieur détient, en 2018, 30% du patrimoine contre 15% en 1995. En Russie, les 1% les plus fortunés détiennent 43% du patrimoine contre 22% en 1995.

Les infrastructures ne sont plus maintenues

On prolonge exagérément, faute de moyens, la durée de vie des ponts, des routes, des centrales nucléaires, des barrages.

Le chômage ne décroît pas

Le taux de chômage des jeunes est de 42,3% en Grèce, 34,1% en Espagne et 32,6% en Italie.

Des statuts de plus en plus précaires

Tout devient de plus en plus précaire : le contrat de travail, la résidence, les relations, le mariage, les carrières politiques et artistiques.

La santé mondiale est encore incertaine

115 personnes en Afrique meurent toutes les heures de maladies liées à un mauvais assainissement, à une mauvaise hygiène ou à de l’eau contaminée.

En 2017, le surpoids touchait 2,2 milliards de personnes. Plus de 70% des Américains sont en surpoids et plus de 30% de la population américaine est obèse.

Les matières premières se font rares et incertaines

L’humanité consommait 7 Gt de matières premières en 1900, 50 Gt en 2000 et 85 Gt en 2018. Et quelques-unes de ces matières premières, parmi les plus essentielles, commencent à manquer.

L’air est de plus en plus pollué

La mer est de plus en plus souillée et les poissons de plus en plus rares

20 milliards de tonnes de déchets sont rejetés chaque année dans les mers et les lacs, dont près de 10 millions sont des déchets plastiques.

La planète est de plus en plus abîmée

Sur l’ensemble de la planète, au cours des cinquante dernières années, 60% de milieux naturels ont été dégradés par l’urbanisation, le développement des infrastructures de transport et la surexploitation des ressources.

Le climat se dégrade

L’eau douce manque

Aujourd’hui, plus de 2,7 milliards d’êtres humains manquent d’eau au moins un mois par an.

4,5 milliards de personnes manquent de services d’assainissement gérés de manière sûre ; 80% des eaux usées retournent dans l’écosystème sans traitement.

Les migrations s’accélèrent

Les valeurs de la démocratie sont remises en cause

La globalisation des marchés vide chaque jour davantage les démocraties de leur sens. Les gouvernements démocratiques, empêtrés dans des petits scandales, soucieux d’une popularité vacillante, ne se donnent plus le temps d’être provisoirement impopulaires et d’agir pour le long terme.

Le PIB ne mesure pas la dégradation de l’environnement et le temps passé à des activités de distraction ou de conversation sur les réseaux sociaux. De même, il ne valorise ni l’éducation, ni l’espérance de vie, ni l’état de la nature.

Comme dans d’autres périodes sombres de l’Histoire, on voit glorifiés les hommes forts, les doctrines fanatiques, les idéologies intolérantes.

Remettre ces évolutions dans une perspective longue

Elle s’inscrit, fondamentalement, dans une priorité croissante donnée au présent sur le passé et l’avenir. Dans une volonté tyrannique des vivants de profiter du monde, en détruisant ce qu’il fut et ce qu’il peut devenir. En ne s’occupant que des flux, qui sont l’instant, et pas des stocks, qui sont l’Histoire. En détruisant l’héritage, en ne laissant rien aux générations à venir.

Cela se conclura, après mille soubresauts protectionnistes, populistes et identitaires, mille crises…par une victoire, provisoire en tout cas, des marchés sur les Etats, des objets sur les services, des machines sur les gens, de l’individuel narcissique sur le collectif altruiste.

 

Ch. 3 L’EMBALLEMENT

La démographie restera sans contrôle

En 2050, l’Asie comptera 5,3 milliards d’habitants ; la population en Afrique atteindra 2,5 milliards, dont 85% en Afrique subsaharienne ; et l’Amérique latine 785 millions.

Les richesses seront de plus en plus concentrées

Le travail sera de plus en plus rare

Plus généralement, le progrès technique continuera à organiser une lente et implacable traduction des êtres humains en artefacts, d’abord bourrés de prothèses, puis surveillés par des intelligences artificielles, comme s’ils étaient eux-mêmes des artefacts ; et lentement, le devenant.

Le niveau de vie des retraités baissera

Le taux de dépendance démographique (rapport entre la population de plus de 65 ans et la population de 15 à 64 ans, c’est-à-dire en âge de travailler) va passer en Europe de 30% en 2016 à 51% en 2070.

On ira vers une stagnation séculaire

On assistera alors, selon cette prédiction, à la poursuite de la baisse du niveau de vie des plus pauvres et des classes moyennes, et à la croissance de la fortune des plus riches.

Les pénuries deviendront insupportables

Les deux tiers de la population mondiale seront confrontés à des pénuries d’eau en 2025.

La production agricole pourrait encore baisser, à cause du réchauffement climatique, de la pollution de l’air et de la dégradation des sols.

Une crise de l’offre de graphite, palladium, platine, rhodium –essentiels en particulier pour les batteries- se fera aussi sentir dès 2020.

Les besoins en infrastructures seront de plus en plus énormes

Les besoins d’investissements nombreux dans les transports, l’énergie ou l’eau sont de l’ordre de 8000 milliards de dollars par an, jusqu’en 2030.

Le climat se déréglera bien plus encore

On peut s’attendre en 2050 à 250 millions de réfugiés climatiques. Au total, les migrants internationaux pourraient dépasser les 400 millions.

La nature sera de plus en plus polluée

Si on ne fait rien, dès 2025, il y aura dans les océans une tonne de déchets pour trois tonnes de poissons ; contre une pour cinq aujourd’hui.

Le monde sera de plus en plus dans un chaos politique

On ira vers une économie de marché globale sans Etat de droit, qui conduira à l’aggravation de la concentration des richesses, à un sous-emploi des hommes, à un environnement de plus en plus négligé, au pillage de toutes les matières premières, provoquant une exacerbation des désordres sociaux, idéologiques, politiques, géopolitiques et climatiques.

Les huit crises possibles

Ces huit crises, dont les paramètres s’entremêlent, sont : Financière ; Economique ; Sociale ; Politique ; Géopolitique ; Technologique ; Ecologique ; Idéologique.

 

Ch. 4 PARTOUT, DES MANŒUVRES DE RETARDEMENT

Le monde est noyé sous l’argent des banques centrales

Les banques centrales, supposées indépendantes, créent de la monnaie, qu’elles prêtent aux banques qui la reprêtent aux gouvernements, espérant ainsi donner du temps aux dirigeants pour qu’ils mettent en œuvre les réformes nécessaires.

Dans la zone majeure de l’économie mondiale, la masse monétaire est passée de 64% du PIB en 1980 à 125% en 2016 !

La dette publique continue d’augmenter

La dette publique atteint dans certains pays sept fois le montant des recettes fiscales : aucun particulier ne se risquerait à avoir des emprunts sept fois supérieurs à ses revenus annuels.

Les ménages continuent aussi de vivre aux crochets de l’avenir

Dans les pays développés, la dette des ménages atteint 63% du PIB en 2016, contre 52% en 2008.

La distraction nourrit l’inaction

Aujourd’hui on ne cesse d’inventer des moyens de ne pas penser, de ne pas réfléchir, ni aux enjeux du monde, ni même à sa beauté.

Ainsi a-t-on inventé dans les dernières décennies les jeux vidéo, les réseaux sociaux, la réalité virtuelle, des activités qui occupent désormais plus du tiers de la vie des hommes, avec une industrie de plus en plus puissante, dont la fonction majeure est de distraire, de divertir, de légitimer la résignation, de justifier la procrastination, de faire aimer le non-agir.

Les entreprises s’endettent au-delà du raisonnable

Au total, la dette mondiale de l’ensemble des emprunteurs, sans tenir compte des engagements de retraite, s’élève à 327% du PIB mondial.

Les défis des problèmes technologiques sont négligés

Personne ne parle sérieusement de maîtriser l’intelligence artificielle, de contrôler la génomique, les neurosciences ou les nanotechnologies.

Les solutions des problèmes écologiques sont reportées

Le prix du carbone reste très bas.

On ne gère pas non plus correctement les problèmes des déchets, ni dans les pays développés, ni dans les pays en développement.

 

Ch. 5 LE PIÈGE SE REFERME

Les taux d’intérêt commencent à monter

Mais si les taux d’intérêt remontent, dans certains pays particulièrement endettés, si cette hausse n’est pas maîtrisée et s’accélère, le service des dettes publique et privée deviendra vite intolérable, déclenchant une crise financière.

La valeur des entreprises cotées et non cotées commence à être mise en doute

La valorisation des actions cotées aux Etats-Unis est passée de 95% du PIB en 2011 à plus de 155% du PIB en mars 2018 !

Quelques signes annonciateurs

L’extraordinaire fragilité de la firme Facebook qui a perdu près d’un million d’utilisateurs en Europe après la mise en place du nouveau règlement européen sur la protection des données.

Les premiers signes du retour du nationalisme économique

Après une longue période d’ouverture, d’augmentation des échanges, de réduction des barrières douanières et non douanières, les pays en déficit commercial recommencent à se fermer.

Les premiers signes d’une crise écologique majeure

La saison des feux a commencé plus tôt et se termine plus tard.

Face à ces enjeux, d’autres idéologies commencent à s’exprimer

La première rassemble tous les tenants des droites nationalistes et xénophobes ; la deuxième rassemble tous les tenants des gauches les plus radicales ; la troisième rassemble les tenants des pouvoirs religieux…Pour les premiers, l’identité est dans la terre. Pour les deuxièmes, elle est dans la nature. Pour les troisièmes, elle est dans la foi.

 

Ch. 6 DES CRISES MAJEURES ONT EU LIEU DANS DES CIRCONSTANCES COMPARABLES

Des crises analogues ont eu lieu

Depuis 2008, aucune solution sérieuse n’a été mise en place. Encore moins pour les enjeux moins visibles, comme le climat et les pénuries. Rien qu’une procrastination, de la distraction et un report des échéances, par peur de ce qui est à faire.

 

Ch. 7 JUSQU’À QUAND SANS CRISE MAJEURE ?

Jusqu’à quand pourra-t-on retarder la crise?

Le monde n’est plus, dans son ensemble, qu’une gigantesque pyramide de Ponzi, dans laquelle la seule différence entre les gouvernants actuels et M. Madoff est que M. Madoff est en prison. Et que, pour l’instant, la pyramide tient encore debout.

Et beaucoup vont continuer de regarder, sans trop s’inquiéter, les dettes s’accumuler, le chômage augmenter, les inégalités se creuser, les pénuries se multiplier, les tensions et les escarmouches augmenter, les prix des matières premières grimper en flèche, l’eau douce manquer, les migrations s’accélérer, le climat devenir insupportable. Ils n’y penseront pas trop, tant que de nouvelles distractions réussiront à leur faire oublier la peur de l’avenir.

 

Ch. 8 QUEL SCENARIO DE DÉCLENCHEMENT ?

Un effondrement de la valeur des actifs

Les patrimoines boursiers pourraient perdre un tiers de leur valeur en quelques jours.

Une hausse brusque des taux d’intérêt à long terme

L’utilisation d’algorithmes de prédiction exacerberait les comportements panurgiques sur les marchés. En particulier, tous les produits structurés fondés sur la vente d’options ou de stratégies d’investissement complètes et construites avec très peu d’argent et beaucoup d’effet de levier, accéléreront la crise. L’appréciation de leur valeur future deviendrait alors explosive.

Une crise politique de l’Union européenne

Le plus vraisemblable serait la généralisation de gouvernements populistes en Europe…Ces gouvernements prétendraient nourrir un projet européen. En réalité, leurs politiques seraient, par nature, en conflit les unes avec les autres. Et il faudrait peu de temps pour que leurs conflits fassent exploser l’euro, puis l’ensemble des règles du marché unique et de l’Union européenne.

Une crise du dollar

Hypothèse de la perte de crédibilité globale de la superpuissance…La prise de conscience de ce que le déficit budgétaire américain est définitivement hors de contrôle…puis, un effondrement du dollar…

Une crise dans un pays périphérique majeur

Une crise de l’énergie ou des matières premières

Une crise climatique

Une crise de l’eau

Un grand attentat terroriste

Une crise technologique

Jusqu’à ce que l’intelligence artificielle échappe à ses maîtres et prenne totalement le pouvoir sur les hommes, et même contre les hommes.

Un affrontement militaire des grandes puissances

Et après ?

Au-delà de ces crises, on assisterait alors à une recomposition géopolitique du monde en faveur de l’Asie, à une contestation globale des systèmes démocratiques, à une mise en place de régimes despotiques en Europe et aux Etats-Unis, puis à une victoire des entreprises sur les nations.

Sans masquer ce qui fait l’essentiel de notre drame : notre égoïsme, qui nous fait préférer notre présent, certain, à notre avenir, hypothétique. Oubliant qu’il n’y aura bientôt plus de présent s’il n’y a pas d’avenir.

 

Ch. 9 LA RÉPONSE : TROIS PRINCIPES, SIX ACTIONS

Le capitalisme, le marché et les forces qui l’animent sont des mécanismes ; ils ne se résument pas à des puissants qu’il suffirait de remplacer. Ces mécanismes détruisent les patrimoines de toute nature, en particulier les patrimoines matériels, pour en tirer des flux, de plus en plus immatériels, en abandonnant des déchets de plus en plus importants…Ces mécanismes sont planétaires. Se renfermer ne nous protégera pas.

Trois principes

. Lucidité Etre prêt à comprendre, jusque dans leurs signaux les plus faibles, et le plus à l’avance possible, l’immensité des dangers, financiers, économiques, sociaux, politiques, géopolitiques, idéologiques, technologiques, écologiques ; pour soi, pour sa famille, pour son pays, pour ses contemporains, pour les générations futures.

. Combativité Il ne faut jamais se résigner, ni à souffrir, ni à perdre, ni à subir les conséquences des décisions des autres…Le courage est la clé de tout.

A chacun de nous, aujourd’hui, d’agir avant qu’il ne soit trop tard.

. Positivité On ne peut échapper à une crise, ici et maintenant, de quelque nature qu’elle soit, qu’en agissant dans l’intérêt des générations futures.

Six actions pour une protection personnelle

. Analyser les risques Evaluer en quoi l’une ou l’autre de ces huit crises remettrait en cause un élément de sa propre situation (son revenu, sa retraite, son patrimoine, son emploi, son statut, son logement, son cadre de vie, sa liberté d’expression, sa liberté d’aller et venir, sa possibilité de devenir soi, son bonheur et celui des siens)

Agir positivement : protéger les acquis des générations suivantes

Trouver des alliés Les alliés peuvent être familiaux, amicaux, professionnels, financiers, associatifs, syndicaux, politiques ; ils peuvent aider à protéger une épargne, un emploi, une retraite. Et plus encore des libertés ou un environnement.

Renverser la table

Danser près de la porte

Partir

Six actions de prévention collective pour une entreprise

C’est en pensant à dix ans au moins qu’une entreprise peut survivre la semaine suivante.

La prévention collective pour un pays

La prévention collective pour le monde

 

 

 

*

Surtout : regardez vos enfants, ou vos petits enfants…Demandez-vous si vous pouvez leur laisser, à cette date (2050, 2070) un monde épouvantable ; si vous avez envie qu’ils vous maudissent, comme vous auriez de bonnes raisons de maudire les générations précédentes pour avoir laissé le monde dériver ainsi.

Chacun doit seulement se demander s’il a fait tout tout ce qu’il aurait pu faire, s’il fait tout ce qu’il peut faire, pour que ces cauchemars ne deviennent pas réalité. Oui, on le peut.

 

 

 

*

 

 

 

Emetteur du verbatim : François C

LA COMEDIE (IN)HUMAINE de Nicolas BOUZOU & Julia de FUNES - Ed. de l’Observatoire

La comédie (in)humaine ; comment les entreprises font fuir les meilleursLes collaborateurs… ont besoin de formations utiles, d’autonomie, d’autorité et de sens.

Les entreprises sont passées d’un management paternaliste, vertical et autoritaire, à un management infantilisant, mâtiné de bienveillance et de démagogie.

La complexité à l’intérieur de l’entreprise (la « complication », mesurée par le nombre de procédures, de niveaux hiérarchiques, d’interfaces, d’organes de coordination, de process, de reporting et de contrôle…) croît beaucoup plus vite que la complexité à l’extérieur de l’entreprise.

C’est, par exemple, le cas des mutuelles d’assurances, dont certaines sont rongées par les réunions, les process, les chiffres. La réglementation, qu’elles critiquent, les a en réalité protégées et leur a offert le loisir de développer des gouvernances et des organisations d’une redoutable inefficacité.

Les entreprises doivent valoriser l’intelligence, le courage, alors que les comportements lâches sont légion et que les équipes sont apeurées. Les salariés ont besoin d’autonomie, de franchise et de sens, pas de bons sentiments, de novlangue et de jeux récréatifs.

Le management « adulte », positiviste, adapté, est celui de l’autonomie au service d’un objectif sensé. Les entreprises du XXIème siècle doivent, pour ce faire, valoriser cinq qualités : la capacité à innover, l’audace, l’efficacité, le courage et la réflexion.

Le marketing est au cœur d’une transformation radicale…Demain, l’interprétation du big data par l’intelligence artificielle aura tué le business classique des études marketing… Les compétences clés seront la capacité à formuler une problématique, la créativité, l’audace et le courage de prodiguer des conseils intelligents et de convaincre qu’ils sont pertinents.

L’homme peut s’adapter et il est capable d’embrasser une vision holistique, systémique. Ce sont ces qualités qu’il doit renforcer et valoriser : voir largement, penser globalement.

Malgré ces évolutions technologiques, l’entreprise n’a pas disparu et le travail indépendant n’est pas devenu la règle. En France, 2,8 millions de travailleurs non salariés sont référencés par l’Insee, soit 12% de la population active.

Mais aujourd’hui, la capacité à innover, à être audacieux, à générer des idées intelligentes…n’est plus directement liée à un temps de présence sur un lieu donné. La quantité de travail importe, mais c’est au salarié «autonome» de déterminer quand et où il travaille le mieux.

Les entreprises se gargarisent d’autonomie et d’innovation, mais, au-delà des contraintes légales, elles restent attachées à une idéologie du contrôle et de la surveillance, difficilement compatibles avec l’entreprise efficace du XXIème siècle.

L’entreprise, en proposant tous types de services pour ses collaborateurs, y compris les plus privés, empiète sur leur espace intime…Ces cages dorées sont des injonctions au bonheur et au bien-être, mais servent surtout à «gérer» intégralement le salarié.

Le réalisme consiste à laisser de l’autonomie dans une organisation simple au service d’un projet que tout le monde doit servir.

Les entreprises évoquent en permanence l’audace, l’initiative, la créativité, l’innovation, mais l’obsession du collectif les empêche parfois de les pratiquer. Encore une injonction contradictoire!… Il n’y a rien de plus urgent pour l’entreprise que de laisser ses collaborateurs se concentrer, seuls, dans un bureau, résoudre des problèmes, trouver des solutions, au service du projet commun…

La complexité et la complication sont les symptômes d’un état d’esprit profond, qui émane de la société tout entière, marquée par une prolifération des peurs.

La réglementation au niveau politique et administratif et l’esprit de contrôle et de surveillance au niveau de l’entreprise s’aiment sans le dire et se fécondent tous deux pour donner naissance à des organisations où l’autonomie n’est plus qu’un mot et l’entrepreneuriat un concept.

C’est cette éthique du risque, de responsabilité, qui permet d’entreprendre, d’investir, d’innover et de changer…Le risque tempéré par la prudence est nécessaire à une vie réussie, à une entreprise réussie.

Agir n’est pas appliquer. L’action n’est ni l’agitation, ni l’application. Elle intègre les aléas qui la perturbent.

On ne déplace pas les montagnes en solitaire. Seul un groupe humain emmené par un chef charismatique, habité par le bon sens et une ténacité insubmersible, peut accomplir de grandes choses. Le numérique n’a pas tué l’organisation, il l’oblige à évoluer et à cultiver l’intrapreneuriat, cet «entrepreneuriat de l’intérieur».

L’imposture des «coachs» en leadership.

Les dirigeants doivent construire leur autorité sur leur compréhension personnelle des situations, des êtres qu’ils encadrent et sur le courage de décider malgré le cours imprévisible des événements.

Entre les deux, il y a le travail joyeux mais rigoureux, qui ne fait pas de l’entreprise une «pouponnière», ni de ses salariés des bébés. Le management «adulte» et responsable fait moins de l’aménagement de son territoire que de l’autonomie de ses salariés la condition première de son efficacité. Mais aujourd’hui, la mode est au «fun»…

La confrontation avec le réel, l’analyse et l’action, qui supposent un travail, des lectures, une réflexion, est remplacée par ce management juvénile, qui consiste à faire du loisir une loi d’existence, du plaisir un principe de réalité et de l’émotion compassionnelle une bonne conscience.

La morale utilitariste envahit nos sociétés, ce qui se traduit par l’obsession du bien-être…L’entreprise est le lieu de l’effort, du travail, de l’investissement, du risque mais pas du bonheur.

Nous constatons malheureusement que, trop souvent, le baby-foot, les plantes vertes et la méditation express du midi se substituent au projet, au travail et au sens.

C’est quand le sens est absent et que l’amour du travail bien fait s’érode que les entreprises se perdent en objectifs multiples et insignifiants et mobilisent maladroitement des dérivatifs comme le jeu et le bonheur.

Le management doit développer trois notions : la simplicité, l’autonomie et la culture.

La confiance ne saurait se réduire à un contrat. C’est au contraire la défiance qui entraîne un besoin obsessionnel de contrats…Le contrat repose sur une logique de protection réciproque. Les relations de confiance, à l’inverse, acceptent une logique asymétrique: j’accorde ma confiance sans avoir la certitude qu’elle sera payée de retour ; je me place dans une position de dépendance à l’endroit de l’autre ; je suis vulnérable face à autrui…Accepter l’incertitude est donc l’une des premières conditions de la confiance.

Les dirigeants et managers perçoivent mal que le courage n’est pas une vertu sacrificielle. Elle protège l’entreprise. Elle maximise ses chances de survie. Elle est le meilleur outil de régulation…Elle est tout à la fois instrument de leadership et de gouvernance. Elle se diffuse par mimétisme, partant de l’exemplarité des leaders. Le courage est l’outil indispensable au service du sens et de l’avenir.

Le brainstorming fantasme l’horizontalité et l’égalité. C’est la raison pour laquelle il ne donne jamais rien…Le topique est ce à quoi aboutit le brainstorming: un florilège d’opinions diverses souvent sans intérêt.

Dans la réalité de l’entreprise, le brainstorming ressemble davantage à une flatterie démagogique qu’à un discours constructif. C’est la raison pour laquelle il ne donne presque jamais de résultats.

Le mantra de Facebook était « Relier le monde », celui de SpaceX pourrait être «Amener les humains sur Mars». Un laboratoire pharmaceutique afficherait «Tuer le cancer». Le nôtre serait «Des idées pour progresser».

Le rôle explicite des managers ne doit pas être de défendre un silo ou un service mais, au service d’un projet collectif, de faciliter la fluidité de la communication dans la globalité de l’entreprise.

Rédiger un bon narratif de quatre pages est plus difficile qu’écrire un Powerpoint de 20 pages, car concevoir la structure d’un bon texte oblige à une meilleure identification et compréhension de ce qui est important et de la façon dont les choses sont reliées.

Au lieu de faire de la pâte à modeler et des loisirs créatifs, enrichissons la pensée, nuançons les mots, apprenons aux salariés à écrire correctement pour affûter les esprits, les rendre plus performants, plus riches en vocabulaire et donc en idées précises.

Supprimer la charte éthique ou ne conserver que le courage…Dans le cadre de l’entreprise, le mantra + le courage valent tous les engagements éthiques.

Supprimer les activités ludiques des séminaires d’entreprise…Ces derniers doivent être considérés comme des moments de rencontre et d’échange studieux, conviviaux et joyeux.

«Sapere aude» (Ose savoir)…Gardons toujours à l’esprit qu’une collectivité est humaine (et non inhumaine comme peut l’être un système totalitaire) quand elle est composée d’une pluralité d’êtres reconnus comme pensants, quand ses membres visent un sens commun et mènent pour cela des projets.

Au fond, nous plaidons avant tout pour un retour du sens et du bon sens. Pensons, travaillons, innovons dans la joie et la convivialité ! Aimons l’aventure et ayons du courage, condition de la justice, de l’efficacité et de la réalisation de soi.

 

*

 

Emetteur du florilège : François C.

MACRON LA VALSE FOLLE DE JUPITER de Jean-Marc DANIEL - L’Archipel 2018

Macron, la valse folle de Jupiter Emmanuel Macron s’est engagé dans un processus où il est conscient de la nécessité du changement, de la transformation selon son expression, mais où il ne fait les choses qu’à moitié, accumulant les retards et comptant sur l’oubli et la fumée répandue par sa communication à la fois institutionnelle et personnelle en vue de masquer son inaction relative.

Au point où nous en sommes, Emmanuel Macron s’est transformé en un libéral américain: il accepte l’économie de marché, mais l’accompagne d’un État intrusif.

I. Ricoeur et rancœur ou la gloire du traître

Cette vie comporte plus de déconvenues et de fragilité que l’on veut bien nous le faire croire…Cela peut se révéler positif pour notre pays si Macron veut, au travers de sa présidence, effacer aux yeux de l’Histoire et de lui-même ces déconvenues et les mesquineries dont il a pu faire preuve.

Notre conviction est en effet que, si la tendance des premiers mois se confirme, Emmanuel Macron prend sérieusement le risque de subir le sort qui fut celui de son lointain homonyme –là encore de façon symbolique et exclusivement politique- c’est-à-dire qu’il ne sera pas réélu.

2. Le macronisme en campagne

Dans sa campagne, Macron a cherché à rompre avec cette approche caractéristique des mouvements issus de la gauche dans laquelle un projet flou et verbeux rassure les militants tandis qu’un programme sans envergure permet d’engranger les électeurs.

Nous proposons donc de classer les gauches en France en une gauche feuillante, au discours et à la pratique réformistes, au projet et au programme réalistes ; une gauche girondine, au discours révolutionnaire et à la pratique réformiste, au projet utopique et au programme démagogique ; et une gauche montagnarde, au discours et à la pratique révolutionnaires, au projet violent et au programme irréaliste.

Dans les pays dits socialistes d’autrefois, l’organisation planifiée de l’économie entretenait un gigantesque marché noir et tous les réformateurs qui proposaient des remèdes pour le faire disparaître arrivaient à la conclusion que le plus sûr moyen d’y parvenir était de réintroduire le marché, c’est-à-dire la liberté de créer des entreprises et d’en assurer la gestion dans le but de réaliser des profits.

Le paradoxe est que les «montagnards»-i.e. la France insoumise et ce qui reste du parti communiste-, qui se disent progressistes, sont en réalité des conservateurs militants… Le monde patronal français reste peuplé de conservateurs foncièrement antilibéraux.

Macron parle en septembre 2015 d’une société française engluée dans la rente, les monopoles et la défense des insiders, i.e. de tous ceux qui réussissent par des statuts ou des dispositifs contraignants dans la gestion de l’emploi à se protéger des aléas économiques.

Entre 2014 et 2016, Emmanuel Macron construit et égraine un projet feuillant, i.e. en langage plus moderne, social-libéral dont la composante libérale est à la fois affirmée et assumée.

3. Le macronisme en action: premiers éléments

L’économie française enchaîne des cycles d’une durée de sept à neuf ans, dont les années les plus défavorables, années de ralentissement, voire même de récession, furent 1975, 1983, 1993, 2001 et 2009. Le problème de la France est que, simultanément, son taux de croissance potentielle n’a pas cessé de reculer. Dans les années 1960, il était de 5%, dans les années 1970 de 4%, dans les années 1980 de 3%, dans les années 1990 de 2% et, depuis 2000, il se situe entre 1,5 et 1%.

C’est à la résolution des problèmes structurels du pays que le président Macron doit se consacrer en priorité: 1. La persistance d’un chômage élevé ; 2. L’absence de maîtrise des finances publiques ; 3. Un important déficit extérieur.

Porter un jugement sur les débuts d’Emmanuel Macron revient à s’interroger sur l’adéquation de la politique qu’il mène face à un héritage où le haut de cycle masque les limites du rebond de l’économie française, d’une économie en sous-emploi et marquée par les déficits jumeaux (budgétaire et commerce extérieur).

4. Le macronisme en action: rétablir la croissance potentielle

Par essence, l’État détourne à son profit une partie de la capacité de dépense du secteur privé. Ce détournement n’a de raison d’être que si la dépense publique a une utilité sociale supérieure à la dépense privée qu’elle empêche.

Cette prolifération morbide d’impôts est devenue une des composantes du « mal français » auquel il est urgent de s’attaquer.

En introduisant dans la vie des entreprises des obligations floues, voire contradictoires, on les fragilise. Enfin et surtout, le fait qu’à force de contraindre les entreprises, on porte atteinte à cet élément clé de leur fonctionnement et par-delà de la démocratie qu’est le droit de propriété.

Retraites. Le constat est simple, à savoir que la France, qui consacre 14% de son PIB à payer des retraites, est le pays de l’OCDE, après l’Italie, où ce poids est le plus élevé… Si le système accumule les déficits, c’est que l’on donne trop ou que l’on ne prend pas assez.

Toutes les astuces de langage plus ou moins alambiquées n’empêcheront pas que sortir de cet inconcevable déni sur l’âge de départ à la retraite est inévitable.

5. Le macronisme en action: redresser les finances publiques pour gérer le cycle

E. Philippe «La vérité, c’est que quand nos voisins allemands prélèvent 100 euros en impôts et en dépensent 98, nous en prélevons 117 et en dépensons 125. Qui peut penser que cette situation est durable?».

Chaque année, la France dépense 42 milliards d’euros pour rembourser ses intérêts. 42 milliards, c’est plus que l’intégralité du budget de la Défense nationale, c’est cinq fois le budget de la Justice.

Pendant la décennie de 1980 à 1990, les dépenses publiques ont représenté en moyenne 49,8% du PIB, 52,8% entre 1990 et 2000, 53,7% entre 2000 et 2011 ; et le quinquennat de François Hollande s’est terminé par un poids de 56,4% en 2016.

La dette publique représentait 99,2% du PIB au moment de l’élection d’Emmanuel Macron alors que son poids était de 20,7% en 1980.

Le bilan de ces allers et retours, allant de «coups de menton» économiques keynésiens justifiés par des discours sur le «modèle social français» à des corrections libérales inscrites dans le sens des attentes bruxelloises, est l’effritement de la crédibilité européenne de la France.

Redéfinir les missions de l’État, pour passer de la technique dite du rabot à celle dite du sécateur (qui consiste à «couper des branches», i.e. à redéfinir le périmètre de l’action publique).

Pour une nouvelle politique, il faut de nouvelles équipes. Et nous avons plus besoin d’une nouvelle politique budgétaire que d’une nouvelle politique de défense.

Le problème de la gestion de l’État n’est pas celui de la dépense publique, mais celui de la rente publique, i.e. de secteurs de l’administration qui, échappant à la concurrence, en profitent au nom du service public pour garantir à leurs gestionnaires des revenus indus.

Si l’on veut réduire le nombre de fonctionnaires, il faut savoir qu’il faudra affronter les syndicats conservateurs de la fonction publique. Pour l’instant, rien ne bouge.

6. Le macronisme en action: dignité nationale

Du fait de son impéritie budgétaire, Emmanuel Macron va devoir subir le cycle sans être en capacité d’en limiter l’impact…Apparemment, il compte sur le redressement en profondeur de l’économie pour contrebalancer les soubresauts conjoncturels. Son problème est que, malgré la reprise incontestable de l’investissement constatée en 2018, il n’est pas sûr que les mesures prises sur le marché du travail réduisent significativement et surtout rapidement le chômage.

Trois limites du macronisme en action : 1. Sa capacité personnelle à identifier les hommes utiles ; 2. Le peu de fidélité qu’il suscite ; 3. L’inexistence de relais politiques auprès de l’opinion, de militants aguerris prêts à protéger et à défendre sans barguigner le président de la République en cas de coup dur.

L’impression qui se dégage du groupe parlementaire d’En marche ! est qu’il est constitué d’une collectiuon d’hommes et de femmes dont on ne sait pas d’où ils viennent et qui ne savent pas où ils vont.

Dans les commentaires sur la haute fonction publique, on n’évoque guère le fait que Bercy ait été incapable de construire un budget à l’équilibre depuis plus de quarante ans.

Conclusion

Emmanuel Macron engage des procédures qui ne vont pas jusqu’à leur terme, ouvre des chantiers qui s’enlisent sans que personne ne comprenne où tout cela conduit.

Quatre points essentiels. Il lui faut : 1. Renforcer la concurrence ; 2. Faire du marché du travail un vrai marché : passer d’un cadre très contraignant à une logique contractuelle ; 3. «mieux dépenser» : utiliser les dépenses publiques pour améliorer la situation des plus défavorisés ; 4. Respecter nos engagements européens sur le plan budgétaire.

*

Émetteur du verbatim : François C