A Livr'Ouvert

171b bd Voltaire, 75011 Paris.
Latitute/longitude: 46.75984 1.738281

Tel: 09.52.65.38.67

Le lundi de 12h à 19h et du mardi au samedi de 10h à 19h30.

Mail: contact@alivrouvert.fr

Les FramaBooks

Libres conseils

Les projets de logiciels libres bousculent le monde du logiciel parce qu’ils sont menés de façon originale, par des utilisateurs convaincus et impliqués. Chacun apporte quelque chose au mouvement à sa manière, selon ses aptitudes et ses connaissances. Cet engagement personnel et la puissance de la collaboration sur Internet donnent sa force particulière au logiciel libre.

Ce livre apporte 42 réponses à la question:

«Qu’auriez-vous aimé savoir quand vous avez commencé à contribuer?»

Les 42 auteurs font part de leur expérience et décrivent les nombreux talents différents qui doivent se combiner comme les briques de construction du projet: l’art du code bien sûr, mais aussi le design, les compétences de documentation et de traduction, le marketing et bien d’autres domaines…

Si vous êtes débutant, cet ouvrage vous donnera une longueur d’avance. Et si vous avez contribué depuis un certain temps déjà, il vous donnera un aperçu précieux d’autres domaines et projets.

#MonOrchide, Le cycle des NoéNautes, Tome II

couverture du livre

La suite du roman-feuilleton blogesque #Smartarded est truffée:

Attention, ce roman peut contenir des traces…

Pour leur retour, les NoéNautes passent à l’offensive. Une rébellion contre les Descendants, ces personnes de l’ombre qui veulent manipuler leurs vies…

Or comment rester uni-e-s dans l’adversité quand on ne peut pas se blairer?

— Bonjour, je m’appelle Cassandre, et je suis ta narratrice.
— Si j’ai essayé de commencer cette nouvelle histoire comme un vrai roman, c’était pour épargner ton égo. Car, une fois encore, tu n’as que peu d’importance. Je ne voulais pas avoir à te dire cela, pauvre lecteurice. Ni avoir à te rappeler que ceci n’est pas une histoire vraie.
— Car ceci n’est toujours pas une histoire vraie.
— Ce n’est que l’histoire que je vais te raconter. Et je vais te mentir, tu sais…

(Cassandre, Vaseline professionnelle & Gonzo-narratrice)

Histoire et culture du Libre. Des logiciels partagés aux licences échangées - collectif

couverture du livre

Fruit de la collaboration inédite d’auteurs provenant d’horizons disciplinaires différents, par des approches thématiques et des études de cas, cet ouvrage propose une histoire culturelle du Libre non seulement à travers l’histoire de l’informatique, mais aussi par les représentations sociales, philosophiques, juridiques et économiques qu’a cristallisées le mouvement du logiciel libre jusqu’à nos jours.

À l’aide de multiples clés d’analyse, et sans conception partisane, ce livre dresse un tableau des bouleversements des connaissances et des techniques que ce mouvement a engendrés. Le lecteur saura trouver dans cette approche ambitieuse et prospective autant d’outils pour mieux comprendre les enjeux de l’informatique, des réseaux, des libertés numériques, ainsi que l’impact de leurs trajectoires politiques dans la société d’aujourd’hui.

Licences : Creative Commons CC-By

Le C en 20 heures d'Éric Berthomier et Daniel Schang

Le langage C est un langage de programmation dont l’histoire nous ramène à l’époque de la création d’Unix, durant la première moitié des années 1970. Conçu pour permettre à un même programme de fonctionner sur plusieurs types de machines, ce langage à la fois simple et efficace séduisait par la rapidité d’exécution des programmes qu’il permettait de générer, et par sa relative simplicité d’adaptation pour un nouveau type de matériel. Depuis lors, la majorité des systèmes d’exploitation des machines créés ultérieurement utilisèrent ce langage fiable, à la fois proche du matériel et des mathématiques. Il n’est donc pas étonnant de retrouver aujourd’hui ce langage partout, des super-calculateurs aux téléphones portables. Le Logiciel Libre lui doit aussi beaucoup.

Quel héritage! Et quelle longévité. Dans ces conditions, comment apprendre aujourd’hui et en 20 heures seulement, un langage porteur de presque quarante ans d’améliorations (dont le C**) et de développements spectaculaires (dont GNU/Linux)? C’est la question à laquelle Le C en 20 heures répond, et par la pratique.

Eric Berthomier et Daniel Schang nous font ainsi partager au fil des pages le fruit de leurs expériences pédagogiques et professionnelles en accomplissant un effort de vulgarisation trop rarement rencontré dans la littérature du monde de la programmation. Destiné aux grands débutants, l’ouvrage n’est pas un manuel comme les autres. Son intérêt est d’être parcouru de A à Z en suivant l’adage: «j’apprends le code en écrivant le code».

Ainsi, Le C en 20 heures n’est pas un ouvrage destiné à prendre la poussière sur une étagère en attendant que l’on s’y réfère un dimanche matin pluvieux. Il a été écrit pour être lu d’un bout à l’autre, dans l’ordre et pendant 20 à 30 heures d’apprentissage (en tout!) où l’on vous suggèrera, par des exercices et des exemples, de programmer tel jeu ou de tester tel calcul en mettant votre imagination au défi. En ce sens, l’ouvrage est orienté vers la pratique de la programmation et l’enseigne sans doute à la manière dont les auteurs l’ont apprise: devant un ordinateur, à essayer de programmer quelque chose.

Les auteurs

Ingénieur en Informatique, Eric Berthomier a débuté par le développement d’applications systèmes en C / C** / Assembleur. Investi dans le Libre, il réalise alors des missions de développement, d’administration système et réseau et de formation. Depuis 2005, il travaille pour un ministère où GNU/Linux et la sécurité sont ses compagnons de tous les jours. Le C (et l’Assembleur) sont pour lui indispensables à la compréhension d’un système d’exploitation.

Docteur en informatique, Daniel Schang est enseignant-chercheur au sein du Groupe Eseo où il a acquis une longue et riche expérience de l’enseignement des langages informatiques. À l’écoute de ses élèves, c’est pour eux qu’il a pris contact avec Eric Berthomier afin de réécrire ce livre qui, sous sa forme embryonnaire, était un support de cours.

#Smartarded, Le cycle des NoéNautes, Tome I

Une fantaisie urbaine où on trouve pêle-mêle:

  1. du Hello Kitty,
  2. du café à ouverture facile qui s’ouvre pas,
  3. des lézards qui shootent des chats,
  4. des coussins berlinois,
  5. une concierge hackeuse,
  6. des féministes malignes,
  7. du Babybel,
  8. des chatons,
  9. des hémorroïdes,
  10. une maladie mentale pénienne et mortelle,
  11. des SDF rebelles
  12. et des points cadeaux.

L’histoire (spoiler alert)

Smartarded est la contraction de Smart Ass (petit malin tête à claques) et Retarded (débile mental).

L’histoire, c’est celle d’Enguerrand Kunismos. Ce jeune homme de 25 ans avait une carrière prometteuse en tant qu’ingêneur. Une sorte de consultant en connardise qui gagne très bien sa vie en imaginant comment pourrir efficacement la nôtre. Mais un accident lui fait développer des capacités assez étranges… Celles de voir et d’intervenir dans les histoires qui se jouent dans nos têtes. Dans la noétie, la sphère des idées.

Enguerrand est un NoéNaute. Or, les NoéNautes sont peu nombreux. Et ils détestent savoir que d’autres sont encore en vie.

Enguerrand découvre le petit monde des NoéNautes et ses règles subtiles en essayant de sauver sa peau. Il nous blogue donc sa cavale avec Fulbert (énigmatique monsieur je-sais-tout au magnifique fessier) dans un road-movie livresque bourré de #hashtags cyniques, de références geek, d’amours LGBT. Et d’un héros qui se prend pour un méchant

Dix bonnes raisons de parler de #Smartarded

  1. Pour que l’auteur écrive la suite
  2. Car c’est un livre gratuit qui peut s’acheter
  3. Parce que c’est le 647e livre de la rentrée.
  4. Pour y découvrir une Toulouse insoupçonnée
  5. Car c’est le premier roman libre édité en France
  6. Parce qu’un auteur libre est mieux payé qu’un auteur sous copyright
  7. Pour frimer sur twitter avec des #hashtags
  8. Car c’est le premier roman écrit sur tablette
  9. Parce qu’il y a des chatons dedans.
  10. Non mais sérieusement, quoi: des chatons!

Disclaimer: Ceci n’est PAS une histoire vraie. Pas même inspirée de faits réels. Non. Toute ressemblance avec des personnes existant ou ayant existé est purement fortuite.

L’auteur

https://framabook.org/wordpress/wp-content/uploads/2012/09/pouhiou_insideout_CC-BY_Noelle-Ballestrerowebframabookorg-200x300.jpg

Avec pour ambition de devenir le pseudonyme le plus ridicule de la blogo-culturo-scénico-sphère francophone, Pouhiou place la barre haut. Tricoteur de mots, il aime à parsemer ses écrits d’un humour cynique appelant à la réflexion…

Ce comédien repenti a commencé par écrire pour jouer. Un scénario de court métrage. Deux pièces de théâtres. Ces comédies (déjà écrites sous licence creative commons) ont bien tourné, et leur écriture s’est faite remarquer sur les scènes de Toulouse et d’ailleurs. Puis l’envie d’écrire a pris le dessus sur l’envie de jouer.

Cependant il existe une vraie continuité. Tous les écrits de Pouhiou se déroulent dans le même univers. Un monde dont les personnages s’entrecroisent, se répondent. Le cycle des NoéNautes est la dernière émanation de l’univers si personnel de ce jeune auteur toulousain. 

GKND, les définitions illustrées du Geektionnerd

Simon Giraudot est l’auteur du blog Geektionnerd.net et sévit aussi sur le Framablog, où son univers et son style ne manquent jamais d’apporter un brin d’humour geek sans toutefois se réserver aux seuls initiés.

Les définitions illustrées du Geektionnerd, placées sous licence Creative Commons, réunissent depuis plusieurs années des lecteurs réguliers. Ces billets font intervenir un héros des temps modernes, appelé «le Geek», issu d’un mélange entre l’inspiration personnelle de l’auteur et sa biographie d’informaticien passionné de sciences et de nouvelles technologies. Cependant, d’autres personnages sont venus apporter une variation du même archétype: «le Nerd» (avec les lunettes), que l’on pourrait définir comme une sorte de geek asocial, et plus tard «la Geekette», une version féminine (mais pas forcément féministe).

Le format des articles de blog ne permettant pas un développement approfondi de ces personnages, Simon Giraudot a décidé de livrer page par page les planches qui formèrent petit à petit le premier tome de GKND, encouragé par les commentaires de ses lecteurs.

Retrouvez les 5 volumes en magasins!

Tome 5: How I met your sysadmin

couverture de How I met your sysadmin

Déjà, ceci n’est pas une histoire d’amour. Ceci n’est pas non plus une histoire de fesse(s). Si je vous ai réunis aujourd’hui les enfants, c’est pour vous raconter comment j’ai rencontré votre Sys-Admin.

Depuis plus de 3 ans qu’ils se tournent autour sur le blog geektionnerd.net… il était temps que l’on sache comment la Geekette et le Geek se sont mis ensemble! Gee ne nous laisse pas sur notre faim et conclut cette série de BD libres (publiées dans la collection Framabook) dans un romantisme farouchement moderne et déjouant tous les clichés. L’humour, omniprésent, souligne les émotions et ancre l’histoire d’amour dans une fine observation de nos timidités, maladresses et autres adorables fautes d’égo… Il en devient dommage de devoir dire au revoir à ces personnages tant ils sont attachants! Une BD libre à partager avec qui aime geeker, draguer et se marrer…

Le cinquième tome du GKND conclu cette série de bédés libres éditées par Framasoft.


Tome 4: Au temps pour moi couverture de Au temps pour moi

Ce 4e tome du Geektionnerd nous entraîne dans une aventure exceptionnelle!

Au programme: voyage dans le temps over-clocké, redémarrage de systèmes totalitaires, et compilation de piques sur les brevets et la propriété intellectuelle.

Gee: «L’histoire que je vais vous raconter aujourd’hui n’est pas une histoire comme les autres. Elle fait figure d’exception dans le code source de ma vie.»

 

Tome 3: Licence de la vie couverture de licence de la vie

L’histoire se passe à peu près 4 mois après la précédente.

Les trois amis sont en période de partiels et ont pour projet d’assister à une conférence du célèbre Richard Stallman.

Sauf que l’instigateur du mouvement du logiciel libre ne fait pas l’unanimité chez leurs camarades d’amphi et qu’un certain «Corporate Club» va tout faire pour leur mettre des bâtons dans les roues (au sens propre comme figuré). 

 

Tome 2: Le GNU du risque

couverture du GNU du risque

Sortie de son environnement naturel, notre équipe de geeks devra dans cet album affronter les «vrais» éléments naturels, dans un duel permanent avec l’hostilité montagnarde.

Parviendront-ils à capter un réseau wifi au pied des pistes de ski? Réussiront-ils à rejoindre, au fond de la vallée, un rassemblement de geeks?

Suite logique du premier tome, celui-ci continue à poser le décor et les caractères des personnages.

A l’occasion des 12e Rencontres Mondiales du Logiciel Libre tenues à Strasbourg du 9 au 14 juillet 2011, le tome 2 du Geektionnerd connu un accueil fulgurant, aussi bien sur Internet que sur les lieux même de la manifestation où l’Auteur peinait à satisfaire toutes les demandes de dédicaces!

 

Tome 1: Rencontre du troisième type

couverture de rencontre du troisième type

J’ai commencé une histoire qui débutait par une ‘journée type’ du personnage du Geek, sans trop savoir ce que j’allais en faire. Finalement, après avoir développé une intrigue, je me suis dit que cela pouvait faire une BD longue sympa, en gardant à l’esprit la formule un dessin = un gag (ou plus).

Ainsi, la forme est assez spéciale, il n’y a que 3 ‘cases’ par pages (ce qui est très peu par rapport à une BD classique) avec beaucoup de texte, et notamment un texte narratif qui suit les pensées du Geek à la première personne.

Simon Giraudot

 

Produire du Logiciel Libre de Karl Fogel

Framabook est heureux de publier cette traduction française de Producing Open Source Software. How to Run a Successful Free Software Project, dont le texte original est accessible sur ProducingOSS.com, dans de nombreuses autres langues.

Pour les habitués du genre, la plupart des How To – ou « comment faire… » – en informatique sont des compléments aux manuels de logiciels. En se focalisant sur des tâches spécifiques, un How to permet de montrer, par la pratique, comment se servir de telle ou telle fonctionnalité d’un programme. Dès lors, comment concevoir qu’il puisse exister un How to censé renseigner sur une activité éminemment sociale comme celle qui consiste à produire du logiciel libre par une stratégie de projet communautaire regroupant des programmeurs bénévoles?

Grâce à son expérience du développement Open Source, Karl Fogel nous livre ici bien davantage qu’une simple marche à suivre pour qu’un projet voie le jour et ait une chance d’aboutir. Il s’agit en effet de détailler les éléments stratégiques les plus importants comme la bonne pratique du courrier électronique et le choix du gestionnaire de versions, mais aussi la manière de rendre cohérents et harmonieux les rapports humains tout en ménageant les susceptibilités… En somme, dans le développement Open Source peut-être plus qu’ailleurs, et parce qu’il s’agit de trouver un bon équilibre entre coopération et collaboration, les qualités humaines sont aussi décisives que les compétences techniques.

La traduction de cet ouvrage a obéi aux mêmes principes que ceux exposés par Karl Fogel. Elle fut le résultat de la convergence entre les travaux initiés par Bertrand Florat et Étienne Savard et ceux de Framalang, le projet « framasoftien » de traduction de textes libres.

L’auteur

Karl Fogel est un développeur open source et militant pour une réforme du copyright. En 1995, avec Jim Blandy, il fonde Cyclic Software, la première entreprise commercialisant un support pour CVS, le célèbre système libre de gestion de versions. Il est également l’auteur de Open Source Development With CVS (Coriolis OpenPress, 1999). Entre 2000 et 2006, en tant que manager de développement pour le logiciel Subversion chez CollabNet, Inc., il encadre une équipe de volontaires open source. C’est cette expérience qui l’amène, en 2005, à écrire la première version de Producing Open Source Software: How to Run a Successful Free Software Project (O’Reilly Media et producingoss.com).

Après un bref passage chez Google en 2006, il fonde QuestionCopyright.org, une organisation oeuvrant en faveur d’une réforme du copyright. Il travaille actuellement pour O’Reilly Media comme expert dans le développement de projets open source gouvernementaux.

Drupal 7 de Cyprien Roudet

Destiné à tout concepteur de site Web, cet ouvrage permet de prendre en main en douceur et sans douleur un CMS réputé difficile d’accès. Il s’adresse à un public débutant ou souhaitant se perfectionner avec Drupal.

Progressant étape par étape, aidé par des exemples illustrés de copies d’écrans, le lecteur pourra appréhender toute la puissance de Drupal en ajoutant des fonctionnalités à son site web au fil des chapitres : site de nouvelles, forums, ajout d’images aux articles, site communautaire, etc.

Tout cela sans connaissance préalable à la création de sites internet!

L’objectif de ce livre est de :

L’auteur

Cyprien Roudet, développeur de sites web indépendant, est l’auteur d’Atelier Drupal 6 (2008), déjà célèbre dans la communauté Drupal francophone. Fort de son expérience pédagogique, et désireux d’apporter au grand public un aperçu complet des fonctionnalités de ce logiciel libre, Cyprien Roudet a poursuivi son objectif dans cette nouvelle mise à jour.

Option Libre du bon usage des licences libres par Benjamin Jean

À l’heure où les manœuvres politiques et lobbyistes cherchent à étendre et renforcer les droits de propriété intellectuelle, un nouveau système construit sur la base des licences libres vient concurrencer et devancer le précédent en termes d’innovation et de création.

Dans leurs fondements juridiques, les licences libres interrogent à plus d’un titre les usages de la propriété intellectuelle en cours depuis des siècles. En moins de trente ans, le mouvement du Libre a réalisé une telle révolution, à la fois technique et culturelle, que le nombre de licences n’a cessé d’augmenter, formalisant de multiples manières les rapports entre les auteurs, les utilisateurs et l’œuvre.

Quelle stratégie adopter dans le choix d’une licence et comment concilier ce choix avec un modèle économique? Quelles sont les compatibilités entre les licences et comment envisager l’équilibre entre les droits existants et éprouvés (droit d’auteur, brevets, etc.) et la permissivité propre au Libre? Dans cet ouvrage documenté, objectif et pédagogique, Benjamin Jean élabore une base saine et pérenne de discussions et d’échanges entre tous les acteurs du Libre. Se livrant à un véritable inventaire des pratiques juridiques dans ce domaine, l’auteur nous permet de les appréhender finement et encourage à les perfectionner et les porter dans d’autres secteurs.

Après une présentation du cadre légal associé aux créations de l’esprit, initialement conçu comme un système en équilibre, l’ouvrage plonge le lecteur dans ce nouveau paradigme des licences libres. Tout en évitant la simple exposition de règles et de normes, c’est de manière méthodique que seront abordées les notions juridiques à la base des nouveaux rapports entre les acteurs. Une sérieuse analyse de la maturation de ce système et un repérage des bons réflexes et des principaux écueils, permettront enfin d’aborder une étude pratique et éclairée des quelques licences libres les plus utilisées.

Option Libre est édité par Framasoft, en partenariat avec Atramenta

L’auteur

Benjamin Jean est un juriste spécialisé en propriété intellectuelle. Il travaille sur les nouveaux usages et collaborations qui se développent autour de la création et de l’innovation. Il a notamment œuvré pour leur prise en compte au sein des gouvernances de multiples acteurs privés et publics, et formé de nombreuses équipes aux aspects juridiques afférents.

Actif depuis près de dix ans dans ce domaine, il enseigne la propriété intellectuelle dans plusieurs Masters, intervient comme consultant au sein du cabinet Gilles Vercken (Paris) et achève une thèse sur les systèmes collaboratifs. Il a codirigé au sein du Syntec Numérique la rédaction du guide Open Source intitulé Réflexions sur la construction et le pilotage d’un projet Open Source, et créé et dirigé le premier Centre Juridique Open Source. À l’échelle européenne, il organise les conférences annuelles EOLE (European Open Source & Free Software Law Event) et il est membre de l’European Legal Network (FSF Europe).

Très présent dans les communautés du logiciel libre, il est cofondateur de Veni Vidi Libri et de la SARD (Société d’Acceptation et de Répartition des Dons). En 2011, il a créé sa propre société, Inno³, qui accompagne les entreprises et acteurs publics dans l’ouverture de leur politique d’innovation en faveur de processus partagés et collaboratifs.

Un monde sans copyright et sans monopole de Joost Smiers et Marieke van Schijndel

Le droit d’auteur est-il un système archaïque? Dans cet ouvrage audacieux et polémique, Joost Smiers et Marieke van Schijndel répondent par l’affirmative et élaborent un dossier à charge contre le droit d’auteur et les mécanismes économiques qui en découlent.

En formulant l’hypothèse qu’un monde sans copyright (le droit d’auteur et autre droit de propriété intellectuelle) est possible, les auteurs explorent méthodiquement les secteurs où le protectionnisme et les conglomérats culturels créent une distorsion du marché au détriment des artistes, de la création et de la diversité culturelle.

Imaginez un terrain de jeu équitable où les artistes pourraient vivre de leur art et où la créativité et les connaissances pourraient intégrer — à nouveau? — le domaine public pour être partagées… librement.

Les auteurs

Joost Smiers est professeur de science politique des arts et chercheur associé au Groupe de Recherche sur l’Art et Économie à l’École Supérieure des Arts d’Utrecht, Pays Bas. Son livre Arts Under Pressure. Promoting Cultural Diversity in the Age of Globalization (Zed Books Ltd., 2003) a été traduit en dix langues. Il est de même l’auteur, avec Nina Obuljen, d’un essai sur la promotion et la diversité des expressions culturelles intitulé Unesco’s Convention on the Protection and Promotion of the Diversity of Cultural Expressions (Zagreb 2006). Joost Smiers habite à Amsterdam.

Marieke van Schijndel est directrice du Musée Catharijne Couvent à Utrecht. Elle fut directrice-adjointe du Fondation Mondriaan, qui finance diverses activités internationales sur les terrains des arts plastiques et de l’héritage culturel. Elle possède un Master of Business Administration de l’Université Concordia à Montréal et s’est spécialisée dans les études théâtrales et audiovisuelles. Elle habite à Utrecht.