Boutique en ligne

A Livr'Ouvert

171b bd Voltaire, 75011 Paris Latitute/longitude: 46.75984 1.738281

Tél: 09.52.65.38.67

Du lundi au samedi de 10h à 19h

Mail: contact@alivrouvert.fr

Clin d'œil de la semaine

Un été avec...

Un été avec RimbaudUn été avec Rimbaud de Sylvain Tesson (Les équateurs - 14.50€)

Puisque l'époque nous assigne à résidence, prenons la fuite et passons l'été à bord du bateau ivre de la poésie : Arthur Rimbaud. Sylvain Tesson s’attaque au mythe Rimbaud en le sortant de la kermesse biographique et en le dépoussiérant de ses vieux habits de jeune monstre de la poésie : Rimbaud anarchiste, communard, voyou, punk, beatnik, sauvage, avant-gardiste, moderne, trouvère, futuriste… Certes mais surtout Rimbaud, poète. A ses côté, Sylvain Tesson marche et traverse les paysages réels ou imaginaires suivant le cap tracé par René Char : « Rimbaud poète, cela suffit et cela est infini » A la vitesse de l'éclair mais aussi avec humour et lucidité, des Ardennes au désert africain Sylvain Tesson en voyageur aventureux perce à jour le voyant monstrueux qui révolutionna la poésie et qui n’avait qu’un ennemi : l’ennui. Un été particulièrement incandescent où la route est une illumination.

Un été avec ; BaudelaireUn été avec Baudelaire d’Antoine Compagnon (Les équateurs - 13€)

Peut-être aucun poète ne nous t-il a laissé autant d’images durables et de vers mémorables. Il fut le poète du crépuscule, de l’ombre, du regret, de l’automne. Mais il est l’homme de tous les paradoxes. Il y a d’ailleurs chez lui une perpétuelle nostalgie du soleil sur la mer, du soleil de midi en été : «Adieu, vive clarté de nos étés trop courts ». L'été pour Baudelaire fut celui de l’enfance. Un été à jamais révolu. Et sa poésie est aussi la recherche de ce paradis perdu. Moderne et antimoderne, Baudelaire est d’une certaine manière notre contemporain. Aucun poète n’a mieux parlé des femmes - des femmes et de l’amour - que Baudelaire dans quelques poèmes sublimes comme La Chevelure ou L’invitation au voyage.

Ce fut un homme blessé, un cruel bretteur, un fou génial, un agitateur d’insomnies. Baudelaire aura été l’un des plus lucides observateurs de la désacralisation de l’art dans le monde moderne, lui qui admirait tant la peinture de Delacroix et de Manet. Dandy et proche des chiffonniers, anarchiste de gauche puis de droite, il fut l’homme de tous les paradoxes et originalités.

En 30 chapitres qui sont autant de diamants noirs, Antoine Compagnon aborde le réalisme et le classicisme de Baudelaire, le rôle de Paris et de Honfleur, de la ville et de la mer mais aussi le rire, la procrastination et le catholicisme. Il nous fait redécouvrir Les Feurs du mal et Les Petits poèmes en prose en nous faisant partager un Baudelaire inclassable et irréductible.

Un été avec ; MontaigneUn été avec Montaigne d’Antoine Compagnon (Les équateurs - 12 €)

En 40 chapitres, Antoine Compagnon interprète Montaigne d’une façon claire, limpide, drôle.

De l’engagement jusqu’au trône du monde en passant par la conversation ou l'éducation.

Professeur au collège de France, ce grand spécialiste de l’autobiographie nous présente un Montaigne estival qui permet de bronzer notre âme.

Un été avec ; Victor HugoUn été avec Victor Hugo de Laura El Makki et Guillaume Galienne (Les équateurs - 13€)

Victor Hugo rêvait d'être « Chateaubriand ou rien ». Sa vie et son oeuvre dépasseront cette ambition. Il sera un océan à lui seul : romancier, poète, dramaturge, pamphlétaire, académicien, pair de France, député. Tout en conservant le génie de l’enfance, Victor Hugo empoigna le XIXème siècle, combattit les injustices, la peine de mort, et toutes les formes d’aliénation. Il croyait au mouvement, au progrès. Son défi était de n’avoir jamais peur. Malgré les épreuves, les deuils familiaux, l’exil, Victor Hugo choisit de vivre. Il mit sa force, son souffle dans l’amour des siens, la conquête des femmes, la création et la passion de l’humanité.

Passer un été avec Victor Hugo ce n’est pas seulement se reposer à l’ombre d’un géant mais aussi voyager en sa compagnie, aimer jusqu'à l'épuisement et partager son sens de l’humour loin de l’image scolaire.