A Livr'Ouvert

171b bd Voltaire, 75011 Paris.
Latitute/longitude: 46.75984 1.738281

Tel: 09.52.65.38.67

Le lundi de 12h à 19h et du mardi au samedi de 10h à 19h30.

Mail: contact@alivrouvert.fr

Clin d'œil de la semaine

charmez-nous avec de la poésie

https://images.epagine.fr/224/9782070337224_1_75.jpg Requiem ; poème sans héros et autres poèmes de Anna Ahmatova (Gallimard - 12€

Anna Akhmatova publie son premier recueil en 1912 et s’impose très tôt comme une virtuose de la petite forme lyrique. Classée comme « acméiste » ou « intimiste », elle est plus authentiquement quelqu’un qui cultive un style simple, rigoureux, d’un classicisme qui l’apparente à Pouchkine, même si chez elle toute idée d’imitation est exclue. Après la révolution d’Octobre, elle refuse d’émigrer, quoique suspecte aux autorités nouvelles qui vont, peu à peu, l’interdire de publication. En 1940, cette interdiction est momentanément levée et Anna Akhmatova publie plusieurs poèmes sur la guerre, mais non les textes qui lui tiennent le plus à coeur, comme Requiem ou les suites de poèmes brefs qui évoquent les arrestations massives et le goulag. À nouveau condamnée au silence dès la fin de la guerre, elle continue de composer pour elle-même des textes plus amples comme les « Élégies du Nord », et toujours des suites de textes brefs. Elle n’obtiendra jamais l’autorisation de donner au public un « septième livre » qui réunirait ses écrits récents et prendrait la suite des six recueils publiés dans sa jeunesse. Cette anthologie aborde l’oeuvre dans son entier. Elle puise dans les premiers livres, donne in extenso Requiem et le Poème sans héros, puis reprend à son compte un plan ébauché par la poétesse pour son fantomatique « Septième livre ». C’est tout le parcours d’Anna Akhmatova qui est ici restitué, c’est un demi-siècle de combat solitaire, acharné, douloureux, mais au final sans faiblesse, qui se révèle page à page. Une poésie fragile et souveraine qui, confrontée aux risques les plus grands, ne renonce jamais, et célèbre avec une rare intensité les pouvoirs d’une parole irréductible.

https://images.epagine.fr/455/9782072706455_1_75.jpg La vraie gloire est ici de François Cheng (Gallimard Poesie - 6,30€)

Avec ce livre, au titre qui a tout d’un énoncé manifeste, François Cheng ose de déroutants alliages : l’âpreté et la joie, le silence et la lucidité, la mort et les nuages, les oiseaux et les larmes, l’émoi et les étoiles… C’est qu’à force d’avoir mordu la poussière d’ici-bas les mots n’en finissent plus de renaître. Des âmes errantes ou du phénix, on ne sait qui mène la danse. Mais il suffit de la splendeur d’un soir pour que l’univers entier résonne soudain. Il suffit de la sincérité d’un seul coeur brisé pour que la fulgurante beauté délivre de la fragilité humaine : Car tout est à revoir, Tous les rires, tous les pleurs, Toute la gloire… Il y a dans ces pages un souffle de vie qui prend à la gorge. Sans doute parce qu’il provient d’une voix sans autre exemple. D’une voix qui éperonne la pensée, avec une acuité foudroyante et douce.

La parole de François Cheng est bien celle d’un penseur, d’un poète, d’un sage passionné qui ne craint rien, pas même d’affirmer que «la vraie gloire est ici».

https://images.epagine.fr/216/9782070404216_1_75.jpg Vingt poèmes d’amour et une chanson désespérée ; les vers du capitaine édition de Pablo Neruda (Gallimard Poesie - 11€)

Vingt poèmes d’amour et une chanson désespérée suivi par Les vers du capitaine forme le livre d’une célébration nouvelle : l’amour y est toujours surprise, risque, désir, submersion, insurrection perpétuelle. L’homme y est autre, la femme y est autre, l’un et l’autre non pas meilleurs, mais en alerte, sur le qui-vive et, par là, plus vivants. Les Vingt poèmes d’amour ont connu, dans tout l’univers hispanique, une extraordinaire fortune, plus d’un million d’exemplaires diffusés. Les vers du capitaine, qui semblent l’oeuvre d’un forban inspiré, ont d’abord été publiés anonymement - pour préserver le secret de la relation amoureuse, dira Neruda - avant, eux aussi, de chanter dans toutes les mémoires du Chili, d’Amérique et d’Espagne. Généreuse, sensuelle, éblouie, passionnée est la poésie de Pablo Neruda. Militante également, si l’on accorde à ce terme son poids de révolte, de fraternité, d’utopies partagées. La parole de Neruda, c’est d’abord un élan, une houle de mots qui font sens et font chant. Cela touche au coeur et au corps avant de monter à la tête. L’écriture ici, même quand elle se nourrit des tourments du monde, est une fête, un plaisir, une jouissance.

https://images.epagine.fr/495/9782070441495_1_75.jpg Ariel de Sylvia Plath (Gallimard Poesie - 6,30€)

Secs, sans cavalier, les mots Et leur galop infatigable Quand Depuis le fond de l’étang, les étoiles Régissent une vie. « Ariel, génie de l’air de La Tempête, de Shakespeare, est aussi le nom du cheval blanc que montait à l’aube dans le Devon, en Angleterre, l’un des plus extraordinaires poètes du XXe siècle, Sylvia Plath, aux derniers mois de sa courte vie.

Ariel, borne décisive marquant un “avant” et un “après”, parole intense jusqu’à la rage parfois, question de vie ou de mort.

Ariel, jusqu’au bout, l’extrémité du dernier souffle. » Valérie Rouzeau.