A Livr'Ouvert

171b bd Voltaire, 75011 Paris.
Latitute/longitude: 46.75984 1.738281

Tel: 09.52.65.38.67

Le lundi de 12h à 19h et du mardi au samedi de 10h à 19h30.

Mail: contact@alivrouvert.fr

Clin d'œil de la semaine

Ma vie pourrait vous intéresser

https://images.epagine.fr/573/9782290150573_1_75.jpg Encore un instant de Claude Sarraute (J’ai lu - 5.40€)

«Alors, tu te décides ou pas? Depuis le temps que tu nous bassines avec ça. Toi, le grand âge, les infirmités, le fauteuil roulant, le mouroir… Très peu pour toi. À bientôt quatre-vingt-dix balais, il serait peut-être temps d’y penser.» Avec l’humour et le franc-parler qu’on lui connaît, Claude Sarraute raconte les bonheurs et les doutes de la fin de vie. Elle évoque aussi des souvenirs personnels tout en restant, on ne se refait pas, passionnée par l’actualité et les étrangetés de notre époque.

Petit livre distrayant, lecture très légère, qui contraste avec la gravité du thème: les douleurs et difficultés de la vieillesse, isolement, perte d’appétit, d’autonomie, le désir d’en finir, et la question permanente qui accompagne Mme Sarraute tous les jours: Est-ce que j’appelle aujourd’hui l’association pour le droit à mourir dans la dignité ou est-ce que j’attends encore un peu? Joli petit livre de réflexion sur le thème actuel difficile et multiple de la vieillesse.

https://images.epagine.fr/599/9782072781599_1_75.jpg Un si beau diplôme de Scholastique Mukasonga (Galimard - 18€)

Comment sauver son enfant d’une mort certaine? Faut-il, comme le croit le père de l’auteur, faire confiance à l’école afin qu’elle obtienne un «beau diplôme»? Ainsi elle ne serait plus ni hutu ni tutsi : elle atteindrait le statut inviolable des «évolués». C’est justement pour obtenir ce certificat que l’auteur sera obligée de prendre le chemin de l’exil. Elle passera de pays en pays, au Burundi, à Djibouti puis en France. Tantôt les chances que lui promettait ce précieux papier apparaissent comme une certitude, tantôt elles se volatilisent tel un mirage. Comme le lui avait dit son père, ce «beau diplôme» sera le talisman, toujours source d’énergie, qui lui permettra de surmonter désespérance, désillusions et déconvenues. L’auteur revient ici à la veine autobiographique, avec ce style fluide, plein d’humour et de fantaisie qui rend passionnant le récit de ses souvenirs, si douloureux soient-ils parfois.

https://images.epagine.fr/387/9782227492387_1_75.jpg Le baiser et la morsure de Yasmina Khadra - entretien avec Catherine Lalanne (Bayard - 16,90€)

«J’ai compris très jeune que j’avais le pouvoir de transformer la déveine qui me suivait à la trace en source d’énergie, de la transcender par la littérature. À l’École des cadets, la plume m’a permis de tenir tête à l’adversité. Chacun de mes textes était un pied de nez adressé à mes déboires. Ma revanche sur la vie était de devenir ce que j’idéalisais le plus: un écrivain. Seul mon nom imprimé sur la couverture d’un livre pourrait me venger de mon infortune.» Yasmina Khadra Dans cette série d’entretiens inédits avec la journaliste Catherine Lalanne, Yasmina Khadra retourne aux sources de sa vocation contrariée par son destin militaire. Arraché à la tendresse des siens et privé de son enfance, le petit prisonnier de l’École des cadets puise, dans l’amitié de ses camarades d’infortune, le souffle de ses ancêtres poètes, puis l’amour d’une femme d’exception, la force d’accomplir son rêve d’écrire. Ni les années de combat contre le terrorisme, ni les différents comités de censure algériens, ni les incompréhensions suscitées par son parcours hors norme, n’empêcheront l’auteur d’aller à la rencontre de millions de lecteurs dans le monde.

https://images.epagine.fr/050/9782757864050_1_75.jpg Au secours! Les mots m’ont mangé de Bernard Pivot (Points seuil - 5,60€)

«On déguste des phrases. On savoure des textes. On boit des paroles. On s’empiffre de mots. Écriture et lecture relèvent de l’alimentation. Mais la vérité est tout autre : ce sont les mots qui nous grignotent, ce sont les livres qui nous avalent.» Bernard Pivot raconte l’histoire d’un homme qui, malgré ses succès de romancier (invitation à Apostrophes, consécration au Goncourt) a toujours eu l’impression d’être mangé par les mots. D’être leur jouet plutôt que leur maître. Un hommage malicieux, inventif et drôle aux hôtes du dictionnaire, une déclaration d’amour fou à notre langue!

Créateur et animateur d’Apostrophes, de Bouillon de culture et de Double je, après vingt ans de dictées sur France Télévisions, Bernard Pivot est aujourd’hui critique littéraire au Journal du dimanche et président de l’académie Goncourt.